Record du bitcoin : "la fragilisation du dollar renforce l'intérêt pour d'autres systèmes"

 |  | 869 mots
Lecture 4 min.
Manuel Valente, directeur Analyse & Recherche au sein de la société française Coinhouse
Manuel Valente, directeur Analyse & Recherche au sein de la société française Coinhouse (Crédits : LT)
4 QUESTIONS A. Secoué par le "Corona-krach" en mars, le bitcoin grimpe en flèche depuis huit mois. La doyenne des monnaies électroniques "décentralisées" a même dépassé ce lundi 30 novembre son record de décembre 2017 sur certaines plateformes, atteignant un plus haut de plus de 19.700 dollars. La semaine dernière, le bitcoin avait déjà frôlé son sommet avant de s'effondrer le 26 novembre. Quels sont les facteurs qui jouent sur le cours de la reine des cryptomonnaies ? Manuel Valente, directeur Analyse & Recherche au sein de la société française Coinhouse, répond à La Tribune.
Créé en 2008, le bitcoin -avec une capitalisation boursière de plus de 298 milliards d'euros au 30 novembre- est la plus importante des monnaies numériques basées sur un réseau : la "blockchain". Alimentée par des milliers d'ordinateurs dans le monde, la blockchain est une technologie de stockage et de transmission d'informations, fonctionnant sur un réseau de pair à pair, sans organe central de contrôle. Les transactions effectuées entre les utilisateurs du réseau sont regroupées par blocs et chaque bloc est validé par les noeuds du réseau appelés les "mineurs". La possession des bitcoins est matérialisée par une suite de chiffres et de lettres qui constituent une clé virtuelle permettant la dépense des bitcoins qui lui sont associés sur le registre.

LA TRIBUNE - Qu'est-ce qui explique la montée du bitcoin depuis mars, atteignant même un record sur certaines plateformes depuis 2017 à 19.700 dollars lundi 30 novembre, après sa chute liée à la première vague de la crise du Covid-19 ?

MANUEL VALENTE - Tout d'abord,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2020 à 12:25 :
La mauvaise monnaie chasse la bonne. Enfin!...Hum!
a écrit le 11/12/2020 à 12:24 :
La mauvaise monnaie chasse la bonne. Enfin!...Hum!
a écrit le 08/12/2020 à 12:37 :
Une technologie opaque, une valorisation qui repose... sur quoi exactement ? quels actifs en contrepartie ? Le Bitcoin ne remplit pas la condition élémentaire qui caractérise la monnaie: être une créance sur l'économie du pays émetteur, ou des pays émetteurs pour l'€. Le Bitcoin, c'est la contrepartie de quoi ? de rien! Tout cela est extrêmement dangereux. L'attrait des crypto-monnaies semble tenir surtout aux transactions occultes, grâce à son système opaque justement: blanchiment d'argent du trafic de drogue, ou d'armes, qui chiffre en centaines de milliards de $ de £, ou d'€, essentiellement !
Réponse de le 17/12/2020 à 15:01 :
"technologie opaque", belle démonstration d'ignorance!
Ceux sont sont ceux qui en connaissent le moins qui ont l'avis le plus tranché sur la question.
Essayez de vous instruire avant de commenter sur un sujet sur lequel vous y connaissez absolument rien.
a écrit le 30/11/2020 à 19:26 :
Quand on voit le "boxon" sur internet, il n'y a pas de raison que les monnaies électroniques y échappent...au "boxon"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :