Une revue de presse sans presse

Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...
(Crédits : MonFinancier.com)

La CGT frappe partout où elle peut et où elle reste nuisible. Au tour de la presse d'être touchée. Pas de journaux imprimés ce matin. Aucun. Enfin, pas tout à fait. Vous trouverez le Financial Times qui est un des rares quotidiens à bien marcher et à gagner de l'argent. La presse française qui, elle, est déjà en difficulté va donc encore subir une attaque pour faciliter son écrasement.

DOMMAGE ?

Le blocage du pays arrive au moment où l'économie française semblait, un peu, un tout petit peu se redresser avec un deuxième mois consécutif de baisse du chômage. Pour la première fois en 5 ans. Ce n'est pas non plus le délire, une baisse de 19 900 chômeurs de catégorie A. Et le nombre de chômeurs toutes catégories ne baisse pas. Et si on regarde de plus près, on s'aperçoit que la baisse est principalement due à la manipulation des 500 000 formations annoncées par Hollande et qui commencent à se mettre en place.

ENFIN

Je le dis et je le répète, une des inégalités les plus scandaleuses en France est le fossé qui existe entre le secteur public et le secteur privé. Si quelques métiers, police, armée, personnel soignant des hôpitaux, méritent un traitement particulier, les autres sont des privilégiés. C'est aujourd'hui que le rapport sur le temps de travail des fonctionnaires va être remis à Valls. Les fonctionnaires travaillent moins, beaucoup moins. De façon générale. Mais le rapport dénonce en plus la multitude des régimes dérogatoires : jours fériés beaucoup plus nombreux dans les DOM, autorisations allongées pour des évènements familiaux, jusqu'à 10 jours pour un mariage et la liste est longue. Tant qu'on n'alignera pas le statut du privé sur celui du public, ce pays sera bloqué.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Près de 5% de hausse...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/05/2016 à 20:50
Signaler
Le droit de grève est un droit constitutionnel. La liberté d'expression aussi, sauf que Fiorentino flirte avec la diffamation. Sur la baisse du chômage il prend l'argument de Martinez de la CGT, et il n'est pas juste même si c'est une partie de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.