Vidéo : le point sur le statut de l'auto-entrepreneur avec Hervé Novelli

 |   |  64  mots
Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME et du Tourisme, fait le point sur le développement rapide du statut de l'auto-entrepreneur.

Dans le cadre de nos vidéos "le rendez-vous de la protection social et patrimoniale" La Tribune - AG2R La Mondiale, Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME et du Tourisme, fait le point sur le développement rapide du statut de l'auto-entrepreneur, lancé ces derniers mois par le gouvernement et qui rencontre un vif succès.

 



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le interview avec M.Novelli était décevant. Ni le redacteur ni M.Novelli ont touché aux questions essentielles: pourqoi est-ce qu'on a choisi les forfaits à 13 /22%? Pourqoi a-t-on pris comme base d'imposion et charges sociales les chiffres d'affaires? Dans toute la logique de la comptabilité de chaque entreprise, petit ou grand, on peut taxer que le bénéfice après déduction de toutes les frais, charges, salaires, loyers etcet. Sinon l'entreprise ne sera plus viable et sera vite sur le point de mettre la clé sous la porte. Demandez à Danone de payer les charges sociales et les impositions calculées sur les chiffres d'affaires, voir même avant la fin de l'année fiscal, ils vont vous déclarer fou et insensé. Mais on le demande le du plus petit commerçant ou conseillier, qui se hazarde dans "l'auto-entrepreneur".
Pour qu'il puisse subsister il lui faudra puiser dans son patrimoine, avant avoir gagné un seul centime.
Chaque essai de calculation d'un bilan provisionnel pour un commerçant en dessous de 80000 Euros montre que tout son benefice éventuel sera avalé par le forfait. Il va travailler pour rien, que pour les caisses sociales. Les cadres du ministère, sorti de ENA ou HEC sont vierge des connaissances réelles de la vie commerciale.
Conclusion pour moi: l'échec ne va pas s'attendre quand tous ces nouveaux nés entrepreneurs realiseront qu'il sera impossible de gagner même pas le smic, et que ce nouveau statut n'est pas viable comme une station intermédiaire au régime normal.
De proner "pas de chiffres d'affaires - pas des charges" relève d'une banalité idiote, pourquoi donc devenir indépendent? Ce soi-disant "avantage" montre les concepts pervers de la fiscalité française: on demande des taxes même s'il n'avait aucun bénéfice (taxe professionnelle), donc d'emblée le fisc sanctionne. Et tout le gouvernement se étonne sur la faiblesse économique!
De mon avis, tous les trois de l'interview n'avaient jamais se rendu compte de la realité brutale dans l'économie. La "facilité" si brandie par M.Novelli, est trompeuse.
Si M.Novelli voulait sauver son bébé, il lui faudra mettrer sur les pieds, pas sur la tête, la base de calculation des charges, donc sur le bénéfice comme dans toute l'économie et après une activité annuelle avec une comptabilité simplifiée.
Mais je n'en crois pas qu'il va le faire. J'ai plutôt le soupçon que ce statut doive servir pour renflouer un peu les caisses sociales toujours en penurie.
forestier

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,
Je n'ai pas tout compris ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis tout a fait d'accord avec l'article car c'est exactement ce que je vis.je n'arrive pas a me sortir 200euros de salaire et je crois que ce statut est une intox pour payer plus en nous faisant croire que nous allons gagner plus cela nous obligera a ne pas tous declarer tous simplement pour notre survi.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
cela ne change rien à la situation des sans emplois.il faut canger de philosophie.si on veux résoudre les problèmes d'emploi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :