Candidature : éviter l’élimination d’office, c’est possible (1/3)

 |   |  779  mots
A quoi les recruteurs prêtent-ils le plus d'attention sur le CV ? (c) Reuters
A quoi les recruteurs prêtent-ils le plus d'attention sur le CV ? (c) Reuters (Crédits : Reuters)
CV, lettre de motivation, mailing, prise de contact téléphonique, entretien, autant d’occasions de vous faire remarquer en bien ou en mal par un recruteur. On commence par le CV : sur la forme, sur le fond, rappel des points qui fâchent un recruteur...

« À peu près les trois-quarts des recruteurs en entreprise ne sont pas des spécialistes du recrutement, surtout en PME, les éléments subjectifs prennent donc du poids dans leurs décisions », met en garde Jean-Michel Rolland, professeur en sciences humaines à l'ISEN et consultant en management.

 

Un CV qui énerve c'est...

 

Un CV au mauvais format : il était une fois un CV de comptable sous Excel qui à peine ouvert fut refermé puis expédié à la corbeille. « C'est très désagréable à lire et peut montrer que le candidat ne maîtrise pas les logiciels de traitement de texte », prévient Cécile Fischer, responsable développement RH et communication au sein du groupe William Sinclair. Fichiers compressés (.zip, .rar), .doc qui posent parfois des problèmes à l'ouverture, versions Mac... Les formats de CV exotiques sont à proscrire car ils compliquent le travail du recruteur (Excel est un format exotique, même pour un CV de comptable), « optez pour du PDF, vous êtes sûr de ne pas vous tromper, de plus votre CV doit être en adéquation avec ce qui est attendu dans votre métier », conseille Jean-Michel Rolland. Donc, à moins d'être candidat à un poste de créatif, oubliez les formats paysage, plaquette, les CV colorés et autres fantaisies.

 

Un CV nommé CV : Vous voulez que le recruteur bosse à votre place et renomme votre fichier CV + nom + prénom + référence de l'annonce (sauf si c'est une candidature spontanée) ? Très mauvaise idée, facilitez-lui plutôt la tâche, il sera mieux disposé à votre égard.

>> Pour aller plus loin, consultez notre espace emploi

 

Un CV qui use les yeux : « La taille du corps de texte et la police de caractère doivent faciliter la lecture », rappelle Cécile Fischer. En dessous d'un corps de texte 10 ou 11, offrez-vous une loupe au recruteur ?

 

Un CV avec une photo non professionnelle : à peine le temps de m'étonner quand un recruteur évoque des photos de soirée et de plage que je m'empresse de vous écrire : non non non, ce n'est pas possible ! « De même que les photos en pied ou les portraits très apprêtés, qui, à moins d'être mannequin, révèlent un narcissisme certain », commente Mme Fischer.

 

Un CV bourré de fautes (orthographe ou autres), incohérent, incomplet : les fautes de frappe ressemblent parfois à des fautes d'orthographe, les durées de vos différentes expériences ne collent pas (cumulées, elles dépassent votre âge...), les dates sont approximatives ou ne respectent pas la chronologie habituelle d'un CV (on commence par les expériences les plus récentes et non l'inverse), votre étourderie ( ?) passerait presque pour du mensonge, attention !

 

Menteur-mais-tout-le-monde-ment ? Tout le monde, oui, mais les recruteurs s'en rendent compte et passent à un autre CV que le vôtre. Étourdi ? Relisez-vous et faites-vous relire par quelqu'un de votre entourage qui maîtrise la syntaxe. Relisez-vous encore, vous avez oublié d'indiquer vos coordonnées, ou bien elles sont incorrectes, « ce qui dénote un énorme manque de rigueur », signale Cécile Fisher. Encore une relecture... lililagazelle@hotmail.com, décidément, non, ça ne va pas, gardez votre pseudo pour la sphère privée et indiquez une adresse qui vous identifie et montre votre professionnalisme.

 

Un CV qui mise sur le flou, le remplissage et les rallonges : l'absence de titre, si elle n'est pas éliminatoire, cultive le flou, « il faut un objectif clairement défini sur son CV », conseille Cécile Fischer. Autre style de flou, le ronflant : à un évasif « en charge du recrutement de l'ensemble du personnel », préférez des chiffres, des vrais (on se répète). Et « si vous êtes jeune diplômé, traduisez les cours que vous avez suivis en compétences/expériences au lieu de les lister comme vous le faites trop souvent », recommande Jean-Michel Rolland.

 

De plus, un CV trop long est le signe que la personne a du mal à sélectionner les éléments pertinents : un CV d'une page pour un débutant, ou de deux pour les profils les plus expérimentés (autour de 20 ans d'expérience), « prouve ses capacités de synthèse et de présentation et permet une lecture rapide au recruteur », précise Mme Fisher. Enfin, les langues et les compétences sont un terrain glissant. Indiquer anglais courant quand on a un niveau scolaire ou conversation de base, c'est risqué. Les pavés de compétences qui ne sont pas associés à un poste et des dates sont un autre écueil fréquent ; avoir l'esprit de synthèse n'équivaut pas à lister, il s'agit d'informer non de remplir.

- - -

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :