Immobilier : les prix vont-ils bientôt baisser à Paris ?

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour les notaires, la hausse des prix constatée en septembre pourrait bien être la dernière d'une longue série.

Et si les prix immobiliers subissaient leur dernière hausse ? L'indicateur des notaires du mois de septembre fait état d'une légère progression cet été : pour l'ensemble de l'Île-de-France, l'augmentation des prix a été de 0,9 % de juillet à août 2011 contre 1,1 % de juillet à août 2010. Le prix des appartements à Paris a atteint 8.350 euros en août 2011, en augmentation de 0,8 % (contre 1,5 % sur la même période l'année précédente). Selon les notaires, « la décélération est également très nette par rapport au pic atteint en mars 2011 où les prix avaient progressé de 2,5 % en un mois ». Sur douze mois, la hausse reste importante : 21,3 % fin août 2011 à Paris.

Pourquoi, en ce cas, s'agirait-il de la dernière augmentation ? En septembre, les notaires avaient annoncé une baisse des prix sur les avant-contrats signés au mois de juin. C'est-à-dire, sur des ventes qui seront effectivement actées en octobre. Les notaires n'étant pas revenus sur leurs estimations, les prix du mois d'octobre, qui seront publiés d'ici à deux mois, devraient effectivement être en baisse. De plus, avec la réforme sur les plus-values immobilières et la révision du dispositif Scellier, qui stimule l'investissement locatif en cette fin d'année, des propriétaires pourraient vouloir vendre au plus vite leur bien, et donc accepter de baisser les prix. D'ailleurs, selon une étude du Crédit Agricole, les prix dans l'ancien sur la France entière, en hausse de 4 % en moyenne en 2011, se replieraient de 5 à 6 % en 2012. Mais pour MeilleursAgents, « tout repose sur l'accès au crédit qui risque de devenir rapidement la clé du puzzle immobilier ».

L'annonce, jeudi 3 novembre, de la baisse du principal taux directeur de la BCE de 0,25 % rebat les cartes. « Reste à savoir si les banques feront le choix de répercuter ou non cette baisse sur les taux de crédit immobilier », nuance Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com.

« Stabilité des taux »

Attendus à la hausse en fin d'année, ceux-ci devraient néanmoins se stabiliser, selon Maël Bernier, directrice de la communication d'Empruntis.com. « Nous craignions des légères hausses pour les semaines à venir, confie-t-elle. Cette décision garantit aux particuliers une stabilité des taux jusqu'à la fin de l'année. » Et leur concurrent Cafpi d'ajouter, que, à 4 % environ sur 20 ans, les taux d'emprunt sont toujours historiquement bas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :