L'immobilier : point d'ancrage dans la tourmente ?

 |   |  336  mots
Copyright Reuters
Selon AEW Europe, l'immobilier « core» devrait pleinement jouer son rôle de valeur refuge au cours des prochaines années.

Au cours d?une conférence tenue à Luxembourg hier, AEW Europe, filiale de Natixis Global Asset Management, spécialisée en conseil en investissement et en gestion d?actifs immobiliers pour compte de tiers a rappelé que l?immobilier « core », c'est à dire le parc immobilier bénéficiant d'une position géographique attractive, reste une classe d?actifs attractive dans l?environnement actuel. Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management, a déclaré à cette occasion que les pays industrialisés n'étaient toujours pas sortis de la récession de 2008. « Nous n?avons pas retrouvé une dynamique robuste du marché du travail et une autonomie de croissance. Les turbulences financières ont clairement affecté la perception des européens de leur environnement. La probabilité d'une récession y est aujourd'hui très élevée».

Mahdi Mokrane, directeur de la recherche et de la stratégie de AEW Europe, a ajouté : « Le contexte actuel et les incertitudes pesant sur l?économie globale en 2012 font que les investisseurs sont à la recherche de valeurs refuges, parmi lesquelles on trouve, outre l?or et les liquidités, un nombre très restreint d?obligations d?Etat, certaines devises, et les actifs immobiliers dits «core». Pour cette raison, AEW Europe s'est penché sur ce marché immobilier dans la zone euro. L'analyse effectuée repose sur les deux scenarios suivants : une faible probabilité que la zone euro continue de connaître une période de forte turbulence, et une forte probabilité qu?elle surmonte la crise, mais en connaissant toutefois une période prolongée de croissance économique anémique. Dans les deux cas, les actifs immobiliers « core » seront appelés à jouer pleinement leur rôle de valeurs refuges, ce qui explique l?appétit actuel du marché pour ce type d?actifs. Eric Donnet, chief operating officer de AEW Europe, a conclu : « Le contexte économique actuel démontre qu'une diversification géographique est plus que jamais nécessaire pour les investisseurs immobiliers souhaitant répartir leurs risques».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :