Un rapport qui mécontentera les professionnels

 |   |  223  mots
Copyright Reuters
Toutes les associations ne voulaient pas d'une nouvelle autorité de tutelle.

Les desiderata des six familles principales de conseillers en gestion de patrimoine (CGP) étaient nombreux et souvent divergents. Le rapport fera donc forcément des mécontents...

- La création d'un titre. Le rapport préconise la création d'un titre de « conseiller en gestion de patrimoine » reconnu par la loi et inscrit dans le Code monétaire et financier, alors que la plupart des associations professionnelles attendaient la création d'un statut.

- Un seul titre réunissant indépendants et salariés. Sa délivrance est à certaines conditions. Les CGP salariés devront harmoniser leurs appellations et attester de compétences professionnelles équivalentes à celles des indépendants (deux points difficiles à satisfaire pour les réseaux). Les indépendants devront témoigner d'un triple statut.

- L'accès à la profession. Le CGP devra disposer d'un diplôme de niveau master, d'une validation des acquis de l'expérience ou d'une certification. Un bon compromis. L'Association française des CGP certifiés prônait par exemple une certification, et ne voulait pas entendre parler d'un diplôme dédié.

- Les modalités de contrôle. Une association « faîtière » regroupant les associations professionnelles sera créée. Certains, comme la Chambre nationale des conseillers en investissement financier, ne veulent pas d'une nouvelle autorité de tutelle, considérant que l'ACP et l'AMF suffisent.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :