Téléchargez
notre application
Ouvrir

Athènes assure aux Turcs que les Grecs ne sont pas leurs "ennemis"

reuters.com  |   |  277  mots
Le drapeau grec flotte au vent au-dessus de touristes visitant le site archeologique de l'acropole a athenes, en grece[reuters.com]
(Crédits : Ronen Zvulun)

(Reuters) - Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a accusé les dirigeants turcs de saper la paix et la stabilité en Méditerranée orientale en temps de guerre mais a assuré au peuple turc que la Grèce n'était pas une menace pour leur pays.

La Grèce et la Turquie, toutes deux membres de l'Otan mais ennemis historiques, s'opposent depuis des décennies sur toute une série de sujets comme l'accès aux ressources énergétiques, le survol de la mer Égée, le statut d'îles démilitarisées ou encore la partition de Chypre.

"Les dirigeants de la Turquie semblent faire une étrange fixation sur mon pays. (...) Ils menacent que la Turquie viendra la nuit, si elle le décide. C'est le discours d'un agresseur", Kyriakos Mitsotakis, lors d'un discours devant l'Assemblée nationale des Nations unies.

"Depuis l'Onu, je voudrais m'adresser (...) directement au peuple turc: la Grèce ne constitue pas une menace pour votre pays. Nous ne sommes pas vos ennemis, nous sommes des voisins", a-t-il encore déclaré. "Allons de l'avant."

Les tensions entre les deux pays se sont récemment exacerbées. La Grèce a déploré auprès de l'Otan et des Nations unies les récentes déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan qu'Athènes juge "provocatrices".

Recep Tayyip Erdogan a accusé cette semaine la Grèce de "crimes contre l'humanité", en référence au traitement des migrants, et il a accusé début septembre la Grèce d'occuper des îles de la mer Égée ayant un statut d'île démilitarisé.

(Reportage Renee Maltezou, version française Matthieu Protard)

tag.dispatch();