Wen Jiabao lie changements économique et politique

 |   |  414  mots
Copyright Reuters
La modification du modèle économique chinois demande des réformes politiques.

Comme prévu, le texte du plan quinquennal chinois (2011-2015) a été adopté lundi à une écrasante majorité par les membres de l'Assemblée nationale populaire par 2.709 voix pour, 119 contre et 45 abstentions. Le contrôle de l'inflation et le changement de modèle de croissance économique des exportations vers la consommation intérieure seront au centre des préoccupations des autorités pour les cinq années à venir.

Dans sa conférence de presse, qui a exceptionnellement duré quelque 3 heures, le Premier ministre Wen Jiabao a insisté sur l'idée que cette évolution de l'économie chinoise, la deuxième du monde, nécessitait également une évolution politique : « Sans les réformes politiques, les réformes économiques ne pourront pas fonctionner et les gains que nous avons obtenus risqueront d'être perdus », a-t-il averti. Pour autant, il n'est pas question de liberté politique stricto sensu, car il a rejeté tout parallèle entre les révoltes populaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Au passage, Wen Jiabao a fustigé les problèmes créés en Chine par les flux de capitaux causés par la politique de « quantitative easing » de « certains pays », c'est-à-dire les États-Unis, qui sont responsables à ses yeux de l'envolée des prix, qui alimente la grogne sociale et est potentiellement porteuse de troubles sociaux. « L'inflation est comme un tigre, a pris comme image le Premier ministre, une fois libre il est très difficile de le faire rentrer dans sa cage. »

Spéculation immobilière

Dans cette optique le plan prévoit la construction de 10 millions de logements sociaux cette année, et 36 millions supplémentaires avant 2015. Cela équivaut, en prenant une moyenne de trois personnes par logement, à plus du double de la population française. Pour les autorités chinoises, cela permettra à l'ensemble de ces ménages de pouvoir consacrer une part accrue à la consommation, mais aussi de réduire la spéculation sur l'immobilier, qui est l'une des sources du mécontentement populaire. « Les secteurs qui devraient bénéficier de la priorité donnée à la consommation intérieure sont ceux de la consommation de masse, de l'immobilier, du tourisme, de la santé, des services IT, des énergies nouvelles », souligne pour sa part Catherine Yeung, chez Fidelity International.

Quant au yuan, dont l'appré-ciation est réclamée par les États-Unis et l'Union européenne, son évolution dépendra du rythme de la politique menée, Wen Jiabao rejetant pour le moment toute décision en ce sens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :