Pendant les frappes, les révolutions arabes continuent

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Du Maroc à la Syrie en passant par le Yémen et l'Arabie Saoudite, les manifestations se poursuivent.

Maroc

« Non à la corruption et au clientélisme »

C'est avec ce slogan que plusieurs centaines de Marocains défilaient, ce dimanche, dans les rues de Rabat et de Casablanca. De quoi relativiser la portée des annonces faites par le roi, le 9 mars dernier, en vue d'une révision de la Constitution pour assurer l'indépendance de la justice et le renforcement des pouvoirs du Premier ministre, ouvrant la voie à une monarchie parlementaire.

Yémen

Bain de sang, état d'urgence et démissions en chaîne

Plusieurs ministres ont donné leur démission ce week-end, à la suite des manifestations de ces derniers jours réprimées dans le sang. Les victimes tuées par des tireurs d'élite, apparemment, seraient près d'une centaine. Le président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis trente-trois ans, entend s'y maintenir et a limogé dimanche son gouvernement.

BahreÏn

Amorce de dialogue Si elle exige la libération de militants emprisonnés, l'opposition chiite a remisé comme préalable à toute négociation la création d'un nouveau gouvernement qui ne serait pas dominé par la famille sunnite régnante. Des manifestants issus essentiellement de la majorité chiite du pays protestent depuis plusieurs semaines à Bahreïn en faveur de réformes politiques.

 

Algérie

Bouteflika promet, promet, promet

« Ouvrir une nouvelle page sur la voie des réformes globales » : voici ce qu'a promis le président samedi, par le biais de conseillers. Pas de quoi calmer l'impatience des jeunes qui tentaient de manifester. Les chômeurs devaient prendre le relais dimanche. Mais un imposant dispositif policier, lacrymogènes à l'appui, étouffe toujours l'expression populaire.

 

Égypte

« Oui » à une nouvelle Constitution Premier vote depuis la chute de Moubarak, le référendum constitutionnel a mobilisé les foules. Le « oui » l'a emporté avec 77 % des voix selon la commission électorale. Mohammed El Baradei a été agressé alors qu'il se rendait aux urnes.

 

Syrie

Une opinion de plus en plus rétive

Au début ils demandaient la libération des prisonniers politiques. Samedi, c'est au cri de « révolution » qu'au moins 10.000 personnes ont manifesté, lors de l'enterrement d'opposants tués vendredi par les forces de sécurité. Dimanche, elles ont fait un mort et 100 blessés.

 

Arabie Saoudite

L'interdiction de manifester bravée

Quelques dizaines de Chiites se sont réunis devant le ministère de l'Intérieur, ce dimanche, pour demander la libération de membres de leur famille emprisonnés - malgré l'interdiction de manifester. Autant dire que les récentes largesses du roi - quelque 93 milliards de dollars pour acheter la paix sociale - n'ont pas porté leurs fruits...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :