Malgré sa hausse, l'aide au développement reste en deçà des promesses

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'aide au développement apportée par les pays membres des l'OCDE a augmenté en 2010 malgré la crise. Mais, pour beaucoup de pays, elle représente beaucoup moins de 0,7% du revenu national brut (RNB) par an, l'un des Objectifs du millénaire pour 2015.

L'aide publique au développement (APD) s'élève à 128,7 milliards de dollars (90 milliards d'euros) en volume pour l'année 2010. Certes, elle a progressé de 6,5% par rapport à l'année précédente mais elle reste encore loin des Objectifs du millénaire fixés par l'Onu. Il manque encore19 milliards de dollars (13 milliards d'euros).

L'APD ne représente en effet que 0,32 % du revenu national brut des pays membres du Comité d'aide au développement.

En volume, les plus gros donateurs sont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et le Japon. Une fois encore, aucun de ces Etats n'atteint l'objectif de 0,7% du RNB par an en 2015. S'ils fournissent à eux seul le plus de fonds, les Etats-Unis n'allouent ainsi que 0,21% de leur revenu national brut pour soutenir le développement dans le monde.

L'aide de la France a grimpé de 7,3% en 2010 surtout grâce aux prêts bilatéraux.

Avec près de 50 milliards d'euros, l'Union européenne fournit quant à elle plus de la moitié de l'aide publique au développement. Et c'est aussi en Europe que l'on trouve les seuls Etats à atteindre l'objectif de 0,7% du RNB. Norvège, Suède, Danemark, Pays-Bas et Luxembourg sont les "bons élèves" de l'OCDE.

Des objectifs pas prêts d'être atteints

Selon une autre enquête de l'OCDE, l'accroissement des aides va ralentir. Elles ne devraient augmenter que de 2 % par an entre 2011 et 2013, contre 8 % par an en moyenne au cours des trois dernières années. L'Afrique sera particulièrement pénalisée puisque l'aide qui lui est consacrée ne devrait progresser que de 1% par an alors qu'elle a connu une hausse de 13% par an en moyenne depuis 2008.

Les promesses des Etats sont difficilement concrétisées. "Par trop souvent, les donneurs prennent des engagements sans disposer du soutien qui leur permettrait d'honorer leurs engagements", a souligné Brian Atwood, président du Comité d'aide au développement de l'OCDE dans un communiqué.

Par ailleurs, certaines formes d'aides comme les prêts ou les garanties seraient négligées. Pour les valoriser mais aussi pour trouver de nouveaux donateurs parmi les pays émergents, l'OCDE prévoit une réunion internationale en Corée du 29 novembre au 1er décembre 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :