5,6 millions de fonctionnaires en France, une hausse de 20.400 sur un an

 |   |  435  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
Malgré une baisse dans la fonction publique territoriale, les effectifs ont continué d'augmenter sur un an, explique l'Insee avec ses chiffres arrêtés au 31 décembre 2016 (chiffres provisoires). Les ministères de l'Education nationale et de l'enseignement supérieur ont particulièrement embauché tout comme, lutte antiterroriste oblige, ceux de la Justice, de la Défense et de l'intérieur.

Selon les données provisoires publiées lundi par l'Insee, la fonction publique employait 5,67 millions de personnes au 31 décembre 2016, un chiffre en hausse de 0,4% sur un an, soit 20.400 fonctionnaires en plus, malgré une baisse dans la fonction publique territoriale.

Hors contrats aidés (contrat de travail dérogatoire au droit commun pour lequel l'employeur a bénéficié d'aides, Ndlr), les effectifs ont progressé de 0,5%, à 5,48 millions de personnes, après être restés stables en 2015 par rapport à 2014.

Rattrapage dans la fonction publique d'Etat en 2016

"Les effectifs augmentent davantage hors contrats aidés, car ces derniers se replient dans les trois versants", fonction publique d'État, fonction publique territoriale et fonction publique hospitalière, avec au total 8.400 emplois aidés en moins, soit une baisse de 4,3% (identique à celle de 2015), a précisé l'Institut national de la statistique.

Dans la fonction publique d'État, les effectifs augmentent de 1%, à 2,50 millions, après une légère hausse de 0,1% en 2015. Hors contrats aidés, ils grimpent de 1,2%, à 2,43 millions (après +0,2% en 2015).

L'Éducation, mais aussi la Justice, la Défense et l'Intérieur ont recruté

"Dans les ministères, la hausse est de +1,4% (+27.500 agents)" et "les deux tiers de cette augmentation" proviennent des ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur (+1,8% à eux deux), détaille l'Insee. Les créations de postes au sein des ministères de la Justice, de la Défense et de l'Intérieur, "sous l'effet notamment des plans de lutte contre le terrorisme, expliquent le reste de la hausse". À l'inverse, au ministère de l'Économie et des Finances ou celui chargé de l'écologie, les effectifs ont continué de baisser, note l'Insee.

Baisse marquée dans la fonction territoriale

"En hausse continue depuis les années 1980", les effectifs de la fonction publique territoriale ont diminué de 0,4% en 2016 (à 1,98 million), après une petite progression de 0,1% en 2015. Hors contrats aidés, ces effectifs ont reculé de 0,2% l'an dernier (à 1,89 million).

L'Insee précise que "c'est dans les organismes régionaux et départementaux que la baisse est la plus marquée", (-1%, -0,7% hors contrats aidés). "La baisse dans le secteur communal (-0,2%) est entièrement due aux contrats aidés dont les effectifs diminuent de 2,5%", ajoute l'institut.

Ralentissement dans la fonction publique hospitalière

Dans la fonction publique hospitalière, le ralentissement enregistré en 2015 (+0,3%, y compris les contrats aidés, après +0,9% en 2014) s'est poursuivi en 2016. Les effectifs ont augmenté de 0,2%, à 1,19 million. "Ils sont stables dans les hôpitaux mais restent dynamiques dans les établissements médico-sociaux (+2,1% y compris contrats aidés et +2,5% hors contrats aidés)", selon l'Insee.

(Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2017 à 16:39 :
Quelle télévision dois-je revendre, celle que j'ai en Allemagne ou celle que j'ai en France?
Sérieusement, la pratique d'exempter uniquement les résidents secondaires qui vivent en France de la redevance audiovisuelle pour la résidence secondaire est contraire aux directives européennes.
Mais qui va porter plainte auprès du tribunal de Strasbourg pour 135,- par an?
La voie légale est coûteuse, la légitime est dangereuse.
Alors quoi faire pour ne pas se sentir désavantagé?
Vous qui semblez tout savoir, me le direz-vous ?
a écrit le 22/12/2017 à 16:52 :
IL EST VRAIS QUE LA FONCTION PUBLIQUE A BEAUCOUP D EMPLOIES INUTILESET SURTOUS DE GROS SALAIRES INUTILES DANS UNE EMTREPRISE C EST D ABORT LES GROS SALAIRES QUI SONT LES PREMIER VIRE QUANS CELA VAS MAL? QUE FAIS LA COUR DES COMPTES ? C EST A ELLES DE CONTROLES CETTE ETAT DE FAIS ?ET D ECLAIRES LES BESOINS DE L ETAT EN MATIERE D EMPLOIES PUBLIQUE CAR IL SAGIT DE LARGENT DE NOS IMPOTS TVA ET CSG CONPRIS ? NOUBLIONS PAS QUE L ETAT ACTUELLEMENT CONTINUE A AUGMENTE LA DETTE PARS L EMPRUNT LA FRANCE VIE A CREDIT???
a écrit le 22/12/2017 à 9:33 :
C'est un véritable cancer qui pèse sur la compétitivité de notre Pays, décourage l'activité et augmente inexorablement le chômage.
a écrit le 21/12/2017 à 12:55 :
Le titre de cet article du 18/12 complait inévitablement aux ennemis du " trop d’État ".
Mais un discret article du 20/12 issu de Reuters, peu suspect de gauchisme et sans commentaire possible, relativise nettement le premier ...
https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1EE2P1/la-france-proche-de-la-moyenne-sur-l-emploi-public.html
a écrit le 20/12/2017 à 13:28 :
Au dela des chiffres, il faut également remarquer les mouvements intra-fonction publique. Ainsi, certes le nombre des fonctionnaires d'Etat progresse globalement, mais si l'intérieur ou la justice recrutent, un ministère comme celui des finances régresse, et cela régulièrement depuis des années.
La Direction générale des Finances Publiques (ex Impôts) voit ses effectifs diminuer constamment depuis 20 ans. Et ce mouvement s'accentue pour balancer l'accroissement d'autres ministères.
Cette situation n'est pas sans poser problèmes en termes de justice fiscale et d'efficacité globale du système. Même si les gouvernements le justifie par un accroissement des rendements liés à la technologie, tous les redevables ne sont pas (plus) égaux devant le fisc.
Une vision globale de la situation ne doit pas exclure une analyse plus fine.
Réponse de le 20/12/2017 à 18:28 :
En France, 66millions d'habitants, Bercy compte environ 180 000 fonctionnaires. Au Royaume-Uni, pays comparable en développement économique et en nombre d'habitants, 18 000 fonctionnaires à la Chancellerie de l'Echiquier. Cherchez l'erreur. En suède, environ 10 millions d'habitants qui a sous-traité toute la partie technique ( établissement de l'impôt et son recouvrement ) à une grande entreprise française d'informatique, les effectifs totaux sont de 300 fonctionnaires fiscaux dont le rôle consiste uniquement à contrôler la société informatique. ET vous croyez toujours que Bercy est sous-administré ??
a écrit le 19/12/2017 à 19:35 :
réponse a gfx la FRANCE c est AREVA qui construit des EPR comme en FINLANDE ou a FLAMANVILLE qui n ont seront jamais terminés et compensées avec l argent du contribuable toutes ces boites comme la sncf ou edf sans l argent public elle coules
Réponse de le 19/12/2017 à 21:27 :
@ al01
Vous avez raison. EDF et Areva sont des entreprises qui devraient être en faillite. Areva parce que sa technologie EPR n’est pas du tout au point et qu’elle entraîne un drainage des fonds publics... cad vous et moi. Quant à EDF, les milliards qui sont nécessaires pour démanteler (entre autres) ses centrales vétustes devront être financés par l’Etat... cad vous et moi. Comprenons-nous bien... EPR comme TGV comme Concorde sont de belles technologies de pointe qui coûtent très très chers à concevoir et à produire mais sont invendables et pas du tout rentables... à moins de subventionner à grands frais leur développement et leur commercialisation... cad moi et vous. Le Concorde et le TGV sont des exemples indiscutables d’échecs commerciaux cuisants.
a écrit le 19/12/2017 à 17:15 :
Je ne sais plus qui parlait de la France comme d'une petite URSS mais on s'en rapproche a grand pas. Sans parler des 57% de dépenses publiques, de l'étatisme étouffant dans tous les pans de la société... L'état aurait dû se concentrer sur le régalien il y a longtemps, il est trop tard aujourd'hui. La faillite est inévitable avec une fonction publique si puissante et peu économe avec nos deniers. L
Réponse de le 19/12/2017 à 20:55 :
@ Faillite
Vous parlez ici d’une boutade de Jean-Marc Daniel (économiste) qui décrit la France comme un État Soviétique qui a réussit... et cela pour montrer que l’Etat Français a des tentacules dans presque tout et qu’il est aussi mauvais que le pire des amateurs... ce qui est avéré. :-)
a écrit le 19/12/2017 à 16:02 :
5,6 millions de fonctionnaires à pantoufler, à pleurnicher, recordman de la plus faible productivité d’Europe, absentéisme dans l'ADN,... beaucoup d’administrations en doublons ou sans utilités = beaucoup de fonctionnaires sans tâches de travail ou faisant semblant de travailler... En attendant la dette pour rembourser simplement les intérêts devient explosive. Faudra que la France soit dans le mur financièrement pour avoir le courage de faire un licenciement sec pour ce sureffectif de cette bande de feignants. Suffit de voir la déroute de l'éducation nationale ou de la sncf ..........
Réponse de le 19/12/2017 à 20:48 :
Je ne comprends pas que ce commentaire ne soit pas censuré.
D'après "pantoufle" les fonctionnaires sont des fainéants (il a entendu ça à un repas de famille et à un meeting de François Fillon) et il faut qu'ils perdent leur emploi, tant pis si ils ont une famille (ils n'avaient qu'à pas être fainéants).
Mais pendant que "pantoufle" insulte 5 millions de français, lui on ne sait pas ce qu'il fait dans la vie, ce qu'il fabrique pour l'exportation, ce qu'il créé comme richesse, le temps qu'il passe à bavarder devant la machine à café.
Réponse de le 20/12/2017 à 13:31 :
Je ne pensais pas que ce genre d'attitude continuait à prospérer dans la France d'aujourd'hui. Peut-être un dinosaure ?
a écrit le 19/12/2017 à 14:37 :
Les membres de l'exécutif qui a laissé passer cette dérive doivent être trainés en justice pour haute trahison. Et également les députés qui ont voté le budget permettant ces recrutements.
a écrit le 19/12/2017 à 13:55 :
L'important n'est pas la quantité mais l’efficacité, ou disons le rapport qualité prix. Ceux qui travaillent, ou qui ont travaillé dans des services publics devraient au moins avoir l’honnêteté de reconnaitre qu'il y a des dysfonctionnements et surtout qu’ils perdurent.
Ce n'est pas un problème de moyens puisque le pays affiche déjà les plus forts taux de prélèvement en Europe, mais probablement un problème d‘organisation ou d’état d’esprit à défaut d’esprit d’Etat. D’ailleurs il faudrait systématiquement imposer de mixer les carrières public/privé pour que chacun puisse s’enrichir de l’expérience de l’autre.

Si un gouvernant avait une solution miracle cela se saurait, il faut malgré tout sortir progressivement de l'impasse et pour cela on pourrait partir du principe que ce que les énarques on fait, ils peuvent le réformer et l’améliorer. Cela risque du prendre du temps, mais à défaut d’amélioration il y aura à un moment un adepte du coup de rabot qui risque de manière « bête et méchante » de vouloir corriger les différentiels entre public et privé. Par exemple sur le temps de travail, qui serait de l’ordre de 10 %, sans parler des écarts des rémunérations et autres avantages du public.

En raison des coûts fixes inflationnistes, l’ensemble risque de plomber l’économie Nationale. N’oublions pas que nous sommes dans une économie mondialisée et concurrentielle et que cela va durer. Quoi qu’en disent des illusionnistes, cela reste le système le moins pire et il suffirait d’un peu plus de régulation, … mais commençons déjà par réduire la dette du pays (http://www.financespubliques.fr/dette#/dette).
Réponse de le 19/12/2017 à 21:04 :
Commentaire intéressant. Vous semblez malgré tout oublier que la France s’est cadenassé et verrouillée depuis plus de 35 ans dans un étatisme sans fin et sans limite. La France des privilèges et des élites a permis tous les excès, toutes les exactions depuis longtemps. La France est comme une monarchie communiste dans une vision guindée et conservatrice du monde. La France a la vitesse du passé et de l’immobilité... ce qui n’arrange pas sa destinée.
Réponse de le 19/12/2017 à 21:37 :
Bref le discours de celui qui sait tout.
Mais quand on parle d' "une économie mondialisée et concurrentielle", c'est qu'on n' a rien compris.
Beaucoup de métiers de la fonction publique ne sont pas simplement des métiers mais des missions, des vocations, des métiers humains.
Dans ces métiers, on se retrouve face à des situations humaines difficiles où l’appât du gain va peser bien peu de choses face aux convictions, où par une décision, mauvaise ou bonne , on peut changer la vie de quelqu'un.
Donc ok, il faut bien financer le service public mais quand on parle de soit-disant différentiels entre privé et public, c'est typiquement pour justifier la volonté d'un coup de rabot. Sauf que dés qu'un homme politique veut mettre la main sur le rabot et qu'il travaille le dossier, il est comme pris d'un affreux doute. Peut-être parce que comme vous il parle sans savoir mais au moment où il sait ça devient plus complexe.
a écrit le 19/12/2017 à 13:46 :
La ruine !
a écrit le 19/12/2017 à 13:08 :
Moi j'en ai marre de payer des impôts pour des policiers qui ne viennent pas quand on est en train de se faire cambrioler mais qui sont toujours là quand il s'agit de verbaliser un excès de vitesse de 10km/h ou un stationnement trop long. J'en ai marre de payer des gens du greffe qui prennent 6 mois à délivrer un kbis. J'en ai marre des profs qui prennent des congés maladie à répétition. J'en ai marre des emplois verts qui sont à 10 pour tailler un buisson (1 qui bosse et 9 qui font la pause)...
Réponse de le 19/12/2017 à 20:04 :
Marre de payer le Sinistère de la Déséducation Nationale : plus son budget explose 1981-2018, plus les scolarisés et leurs Instits Ignorants en savoir lire-écrire(( et bien)-compter-hist-géo. Lesquels Instits méprisant l'Artisanat ont conduit des millions de jeunes talents à l'impasse et à l'échec. BONNET D ANE INTERNATIONAL DES INSTITS 31 ème sur 54 Pays étudiés. Absentéisme de convenance.......
Réponse de le 20/12/2017 à 19:02 :
@juliette
Part du pib destiné à l'éducation en 1980: 6.5%
Part du pib destiné à l'éducation en 2015: 6.5%
Elle est où votre explosion du budget?
Évidemment qu'en valeur absolue le budget augmente puisqu'il y a de l'inflation et la population augmente.
Et depuis quand des instits orientent des jeunes dans l'artisanat?
a écrit le 19/12/2017 à 12:27 :
@ gfx
Je m'attendais à cette réplique mais celle-ci est à la fois incomplète et biaisée.
Dans certains pays scandinaves le ratio de fonctionnaires est plus élevé qu'en France mais ils fournissent beaucoup plus de services, pour une bien meilleure qualité et pour un coût bien inférieur à la France....
Le coût du travail est France est le plus élevé de l'OCDE. C'est aussi en France que l'on travaille (et de loin) le moins d'heures. La productivité y est catastrophique et les services y sont médiocres parce que le personnel est peu ou mal formé, que le matériel de soutien et que l'informatique sont souvent désuets, et que la gestion très hiérarchique et verticale du personnel rend celui-ci très dépendant et limité, et annihile toutes tentatives de celui-ci de faire preuve d'un peu d'autonomie et d'efficacité.
Ce que j'affirme ici est corroboré maintes fois, et ce depuis des années, par une foule d'économistes consciencieux et courageux qui osent poser des diagnostics vraiment utiles sur la France d'aujourd'hui... et pour ne nommer que quelques uns... Elie Cohen, Patrick Artus, Philippe Manière, Christian Saint-Étienne ou encore Philippe Dessertine. Même les études de l'OFCE qui sont très pro-investissements publiques, même au détriment de la croissance de la dette, abondent dans ce sens.
Si lire vous fatigue les yeux, il existe plusieurs émissions économiques, tant à la télé que sur le web, qui peuvent contribuer à votre littéracie financière.
gfx, je sais que vous sévissez dans plusieurs discussions et sur plusieurs tribunes mais vos propos sont souvent superficiels et sans fondements. Si vous aimez intervenir dans les forums, mais sans trop y perdre la face comme plusieurs de vos amis, je vous suggère de vous documenter et d'asseoir vos arguments sur des contenus que vous pourriez maîtriser même un peu... le but n'est-il pas de faire avancer la discussion sur des bases plus solides ?
a écrit le 19/12/2017 à 9:33 :
Tiens mon message n'est pas passé...

HADOPI, CNAPS, deux institutions publiques créés par sarkozy.

GDPR, future institution publique de macron.

Les trois dernières institutions publiques créent le sont au nom de la sécurité, voilà ce que l'on nous vend, des sociétés inutiles là seulement pour placer les copains.

Et merci de valider ce commentaire, je ne vois pas ce que la vérité a de censurable, merci.
a écrit le 19/12/2017 à 9:17 :
Moto, maitriser la dette.
Le reste n'est que de l'huile sur le feu
a écrit le 19/12/2017 à 7:54 :
Toujours plus de dépense publique, toujours plus d’impots Le matraquage fiscal continue le pays continue de s’appauvrir, la France n’est plus que le quinzième pays d’Europe en revenu.par habitant
a écrit le 19/12/2017 à 5:17 :
Je sais maintenant à quoi sert la taxe d'habitation sans abattemnt et majoré de 40% pour résidences secondaires.
Pourtant un "résident seocondaire" ne coûte que très peu à la commune, alors qu'il donne du travail à pas mal de personnes dans cette même.
Faute aux sentiments nationalo-communaux de certains élus qui ne comprennet pas grand chose à l'économie de marché et qui surtout ne sont pas élus par les nonrésidents.
a écrit le 19/12/2017 à 5:06 :
Pour un appartement en résidence secondaire de deux pièces en Rez de jardin, sombre et humide, à Vence (06140) je dois payer pour 2017, € 1294,- de taxe d'habitation, redevances Audiovisuelle incluses (comme ma résidence principale est en Allemagne où je paye déjà des redevances audiovisuelles, je ne suis pas dispensé comme les autres de la redevance audiovisuelle pour la résidence secondaire) La valeur locative pour cet appartement a été augmentée pour 2017 de façon arbitraire à € 822,-, alors que pour cet appartement un loyer de € 650,- serait le maximum. Ceci est de l’arnaque et du vol manifeste. J'en remercie les maires de Vence (nouveau et ancien) C'est facile de s'en prendre à ceux qui ne peuvent se défendre et qui ne votent pas ! C'est français en somme, de quoi en avoir honte. Un résident secondaire ne coûte que très peu à la commune, par contre il donne du travail à pas mal de monde. L'achat de cet appartement, il y a environs 10 ans, nous a coûté en frais divers (intérêts, agence et mutation) les yeux de la tête, en revendant aujourd'hui nous perdrions énormément. Pris au piège en somme, on ne m'y reprendra pas. Injuste est aussi le fait que nous payions les redevances audiovisuelles deux fois parce-que NÔTRE résidence principale est en Allemagne, alors que si elle était en France nous ne payerions qu'une fois. C'est l'Europe vue par LA FRANCE
"Une fiscalité punitive n’enrichit ni le peuple, ni l'etât, elle les appauvrit"
Réponse de le 19/12/2017 à 13:24 :
Vous avez acheté il y a 10 ans à VENCE sur la cote d'azur; là ou François H a une propriété , à coté de Mougins et de la fondation Maeght . A qui voulez vous faire croire que vous allez perdre en le revendant en 2017 ?? ,
Réponse de le 19/12/2017 à 18:33 :
J'adore le couplet sur la redevance télé allemande et française.
Ben oui, la redevance allemande ne paie pas celle française, c'est quand même pas compliqué à comprendre il me semble.

Sinon vous revendez votre télé et c'est réglé.
Réponse de le 21/12/2017 à 12:20 :
J'ai acheté en 2005, l'immobilier était au plus à Vence.
Bien plus haut qu'aujourd'hui-
Au prix d'achat il faut rajouter les frais d'agence, de notaire, les intérêts, les mises au norme, la taxe foncière et surtout les travaux qui on été nécessaire.
Il y aura donc une perte importante, même en vendant au même prix qu'à l'achat. Cela devrait tourner autour des €100.000,- de quoi décourager les investition en France.
Si c'était à refaire je choisirais la Croatie, pays encore propre-
a écrit le 18/12/2017 à 20:53 :
Le décompte est tronqué. Ce n'est pas parce qu'une personne est employée par une administration qu'elle a le statut de fonctionnaire. De plus en plus, les administration des 3 fonctions publiques, y compris celles de la fonction publique d'Etat, recrutent des contractuels, soit en CDI, soit en CDD, de droit public ou privé, mais les intéressés ne sont en aucun cas fonctionnaires, cette qualité supposant un recrutement par concours. Or, l'étude de l'INSEE ne précise pas les recrutements des fonctionnaires au sens strict.
a écrit le 18/12/2017 à 19:50 :
Est-ce que l'armée, la police, les instituts de recherche, les organismes de normalisation et de surveillance, les innombrables organismes d'aide qui ne sont pas à proprement parler des ''associations'' sont inclus dans ces 5,7 millions ?

Il y a une foule d'entités qui font (en quelque sorte) du ''service publique'' dans ce pays et qui sont payés par les impôts des contribuables... qu'on en perd le compte parce que dissimuler derrière un savant jeu de lumières et de fumée épaisse.

De plus, dans l'illustre fabrique d'usines à gaz qu'est l'État Français et dans sa grande capacité dans le maquillage et l'illusion, il est parfois difficile de faire une réelle distinction entre le ''service publique'' et l'assistanat direct, indirect ou dérouté vers l'entreprise, l'individu ou la collectivité locale afin de manipuler ou de corriger des statistiques défavorables sur la création d'emploi, l'investissement, et je ne sais trop quoi qui sauverait les apparences auprès des Français ou au yeux des européens.

La France est un pays de fonctionnaires dans un ''modèle social'' totalement désuet que personne n'envie en Europe ou même ailleurs... C'est un ''modèle'' à ne pas suivre... qu'aucun pays censé ne veut ou peut même se permettre, c'est à la fois inexportable mais c'est aussi un cancer tenace qui ronge lentement mais sûrement les faibles marges de manœuvre que ce pays réussit à se donner (péniblement) tous les 10 ans.
a écrit le 18/12/2017 à 19:08 :
Tous dans la sécurité non ?

Sous sarkozy deux nouvelles institutions publiques Hadopi et CNAPS et sous le mac le GRDP.

Mais oui ma bonne dame mais c'est pour votre sécurité qu'on vous dit !
a écrit le 18/12/2017 à 18:38 :
Donc, selon l'INSEE, il y a grosso modo 18% de la population active (31 M.) qui est fonctionnaire... mais au 5,7 millions de fonctionnaires (il faut arrondir, on est quand même à la fin 2017) nous devrions aussi ajouter (pour être honnête) ceux et celles pour qui leurs salaires et les avantages sociaux sont subventionnés et soutenus directement ou indirectement par l'État...?

Si un organisme, une association ou un syndicat à une fonction de ''service publique'', et que celui-ci est financé (en tout ou en très grande partie) par l'État... on pourrait alors AUSSI inclure ces travailleurs comme fonctionnaires. Les syndicats, à ce que je sache, sont financés très largement par l'État et par non les minuscules cotisations de quelques rares adhérents... les syndicats sont en quelque sorte des fonctionnaires.

Quant aux nombreuses sociétés d'État, les organismes de recherche, etc. sont aussi financés, soit directement ou indirectement, par des subventions, des emprunts garantis ou encore par le financement de la dette... on les appelle comment les gens qui travaillent pour ces entités ?

Parlons maintenant des entreprises dites ''privées'' que ça soit Alstom, EDF, Aréva, Air France, SNCF, etc. les employés AUSSI sont d'une manière ou d'une autre des fonctionnaires... entreprises financées très largement par l'État.

Parlons maintenant des ''participations'' financières de l'État dans des entreprises vraiment ''privés'' (Airbus, Renault, Peugeot, etc.) là aussi il y a matière à s'interroger entre la sphère ''publique'' (l'État) et la sphère ''privée'' où l'État joue le rôle d'investisseur, de banque... ou de sauveteur.

Comment peut-on nommer les intermittents du spectacle sinon des fonctionnaires ?

Conclusion : En réalité, la proportion de ''travailleurs fonctionnarisés'' serait plutôt de l'ordre de 20-25% de la population active...
Réponse de le 18/12/2017 à 20:32 :
arrête le baratin.
les faits :
la France est seulement 7e de l'OCDE pour le rapport emploi public/emploi total avec un pourcentage de 21,4% (Government At A Glance 2017, OCDE). loin derrière Danemark et Suède qui sont à 29%. alors que la France fait plus/mieux que ces 2 pays notamment en matière de Défense, R&D publique, Santé, Politique Familiale/Fécondité ou Logement.
la France est seulement 9e en Europe pour le ratio emploi public/population (Le Figaro, 17/03/2016).
Réponse de le 19/12/2017 à 9:20 :
"alors que la France fait plus/mieux que ces 2 pays notamment en matière de Défense, R&D publique, Santé, Politique Familiale/Fécondité ou Logement." Manifestement vous ne connaissez rien de rien aux pays Scandinaves pour ce qui est de la Santé et de la politique familiale. http://nordic.businessinsider.com/the-16-countries-with-the-worlds-best-healthcare-systems-2017-1/
Alors un petit conseil: abstenez vous d'écrire une prochaine fois. La France est championne des taxes impôts en tout genre alors que nos autoroutes coûtent une fortune, notre système de santé se casse la figure d'année en année et que notre éducation nationale publique est en lambeaux et ne vaut plus rien aujourd'hui. Si vous êtes content de payer le train de vie de luxe de nos élus pour des services publics et infrastructures qui n'ont rien d'exceptionnel (fort loin de là), grand bien vous en fasse.
Réponse de le 19/12/2017 à 12:29 :
Je partage complètement votre avis. Une association financée par les communues ou autres emploie des fonctionnaires. Alstom est financé par les commandes de l'Etat en grandes parties (du moins pour sa marge et son bénéfice car perte enorme à l'export ou financé par les dons de l'état Français). Idem pour EDF ... A la fin, 75% (et encore) travaillent pour financer les 25% d'où le poids des impots etc... Et encore voir les impots sur le revenu 10% paie réellement un impot significatif.
a écrit le 18/12/2017 à 17:54 :
Les chiffres-clés publiés par le ministère le 6/12/17 recensent 5,45 millions de fonctionnnaires, donc 22.000 en moins que dans l'article . De plus le ministère indique que les chiffres n'ont pas augmenté depuis 2015 .
Le taux d'administration retenu par rapport à la population est de 72 agents pour 1000 personnes . Or la population a augmenté en 1 an de 265.000 personnes .
L'augmentation de l'effectif en fonction du taux d'administration est donc proche de 20.000 agents, ce qui relativise beaucoup un titre pour attirer les chasseurs du mammouth public ....
Réponse de le 18/12/2017 à 18:27 :
Les 60 000 élèves en plus qui sont entrés dans le système scolaire ces deux dernières années par simple effet démographique, et qui devraient avoir des enseignants devant eux.

J'écris devraient parce que mon neveu en 5eme attend un prof remplaçant en français depuis plus de deux mois et demi, ce qui n'empêche pas Mr Macron de se décerner autocongratulation sur autocongratulation.
Réponse de le 19/12/2017 à 9:28 :
1 prof pour 11 élèves en pure statistique. Le problème n'est pas le nombre de profs. Il faudrait surtout remettre les profs devant des classes mais entre ceux qui sont en formation, ceux qui sont "déplacés" dans des services fantômes, ceux qui refusent le poste attribués et les arrêts maladie, cela fait bcp de profs qui devraient enseigner mais font autre chose à la place.
a écrit le 18/12/2017 à 17:37 :
En bref ,
le privé continue d'engraisser les mammouths . Et les promesses des politiques n'engagent que ceux qui les croient . Rien de changé depuis 50 ans et plus !
Réponse de le 19/12/2017 à 7:23 :
"le privé continue d'engraisser les mammouths" : On rirait si on prenait les dépenses et que l'on voyait ce que l'on peut mettre en facteur.
Combien de logiciels équivalents et incompatibles entre eux sont vendus à chaque collectivités locales pour répondre aux mêmes besoins de gestion?
Étonnant que l'on ne voit jamais une volonté d'économie sur la commande publique qui arrose le privé...
a écrit le 18/12/2017 à 17:36 :
la France est seulement 9e en Europe pour le ratio emploi public/population (Le Figaro, 17/03/2016).
7e dans l'OCDE pour le rapport emploi public/emploi total avec un pourcentage de 21,4% (Government At A Glance 2017, OCDE). loin derrière Danemark et Suède qui sont à 29%. alors que la France fait plus/mieux que ces 2 pays notamment en matière de Défense, R&D publique, Santé, Politique Familiale/Fécondité ou Logement.
a écrit le 18/12/2017 à 17:28 :
on finira comme l' URSS .
a écrit le 18/12/2017 à 17:17 :
Bravo ,la France se redresse bien,elle a besoinde plus de fonctionnaires.Redéveloppons les agences d'etat utiles et le secteur associatif et mutualiste.
Réponse de le 18/12/2017 à 18:03 :
Ben oui faut bien recaser tous ceux qui se sont fait ejecter aux elections et qui à part discuter ne savent rien faire !
a écrit le 18/12/2017 à 16:11 :
Donc 5,6 millions de fonctionnaires, plus 5 millions de chômeurs toutes catégories, plus tous les politiciens inutiles à tous les niveaux du sommet de l'état à la petite commune,on a pas fini de payer des impôts et des taxes....
a écrit le 18/12/2017 à 16:08 :
Donc 5,6 millions de fonctionnaires, plus 5 millions de chômeurs toutes catégories, plus tous les politiciens inutiles à tous les niveaux du sommet de l'état à la petite commune,on a pas fini de payer des impôts et des taxes....
Réponse de le 18/12/2017 à 17:44 :
N'insultez pas les fonctionnaires qui travaillent...
Réponse de le 18/12/2017 à 19:16 :
Arrêtez votre sensibilité à la petite semaine et de vous prendre pour le défenseur des fonctionnaires.....
Réponse de le 18/12/2017 à 19:24 :
Arrêtez votre sensibilité à la petite semaine et de vous prendre pour le défenseur des fonctionnaires.....la France fait partie des pays où le nombre de fonctionnaire est largement supérieur à la moyenne Européenne là aussi sur les 27 pays d'Europe nous figurons dans les meilleurs....largement devant l'Allemagne, l'Italie ,l'Espagne pays comparables au notre!
Réponse de le 18/12/2017 à 21:12 :
Dans ma famille, j'ai beaucoup de fonctionnaires, à l'hôpital de manière large...

C'est bien joli d'insulter les fonctionnaires de fainéants, vous êtes sûrement bien heureux de les avoir lorsque vous en avez besoin, sinon, n'allez jamais à l'hôpital, a l'école (même privée), n'appelez jamais la police ou les pompiers...
a écrit le 18/12/2017 à 14:35 :
+0.364285714 % de fonctionnaires.

Une goutte d'eau, c'est loin d'être suffisant, n'en déplaise à ceux qui voudraient moins de fonctionnaires...

Parallèlement, on se plaint des services publics qui fonctionnent mal...

Faire plus avec moins de personnel. Logique...

Je note également que ce pourcentage d'augmentation est équivalent à l'accroissement de la population.
Réponse de le 18/12/2017 à 15:10 :
Loin d'être suffisant ?
Creusez un peu... le tout est de ne pas oublier qu'un fonctionnaire (mes parents l'étaient) est au service de l'Etat et d'en mettre là on nous en avons besoin mais d'avoir enfin le courage... d'en enlever là où ils ne sont pas utiles... et surtout arrêter avec ces postures démagos...
Réponse de le 18/12/2017 à 17:03 :
5.6 millions sur 29.2 millions d'actifs, le ratio est quand même plus qu'élevé, loin d'être "une goutte d'eau", car c'est le privé qui crée de la richesse, il ne faut pas l'oublier
Réponse de le 18/12/2017 à 17:34 :
@LuFo

"car c'est le privé qui crée de la richesse, il ne faut pas l'oublier "

Et les chômeurs aussi.
Réponse de le 18/12/2017 à 19:46 :
Enlevez aux entreprises du CAC40 les commandes publiques et la moitie d'entre elles se cassent la gueule en moins de six mois.

C'est aussi et surtout la commande publique (25% du total de l'activité économique du pays) qui fait la richesse des entreprises privée.

C'est pourquoi il est extrêmement risqué de se livrer à des politiques d'austérité. Quand l'état baisse ses commandes de 10% c'est 2.5% du PIB qui part en fumée.
Réponse de le 18/12/2017 à 19:59 :
@lufo
"C'est le privé qui créé de la richesse"
Voilà un commentaire qui relève de l'aveuglement idéologique.
On peut éventuellement débattre sur le nombre de fonctionnaires , mais dire qu'ils ne créent pas de richesses, c'est du grand n'importe-quoi. Quand tu râles quand tu reçoit ta feuille d’impôt, c'est bien parce que tu paies un service que tu estimes trop cher. En même temps comme c'est le contribuable qui a payé ta scolarité et qui va payer tes frais médicaux, tu n'es pas au fond à 100% contre.
a écrit le 18/12/2017 à 14:32 :
L'état , incapable de faire baisser la dépense publique, va encore emprunter 200 milliards d'euros en 2018 et aggraver la dette, quel bilan !
a écrit le 18/12/2017 à 14:21 :
hollande en avait deja embauche 400.000 de plus, selon la cour des comptes........ en fait leur nombre augmente moins que prevu, ce qui est une diminution ' a la francaise'......... comme le deficit, quoi !
il est temps de voter un impot social juste et forfaitaire sur les rentiers de la republique qui gagnent en moyenne 22.000 euros contre 20000 dans le prive; ca, ca serait un geste de solidarite patriote!
Réponse de le 18/12/2017 à 14:38 :
Pourquoi vouloir tirer vers le bas ?
Pourquoi ne voudriez-vous pas que les salariés du privé soient augmenté de 2000 € en moyenne ?

Et vous, seriez-vous content que certains souhaitent que vos revenus soient diminué de 10 % ?

(Pour info, je ne suis pas fonctionnaire).
Réponse de le 18/12/2017 à 15:12 :
A quand Churchill et Borny un peu d'intelligence collective ? Baisser dogmatiquement ou ne rien toucher encore et encore là aussi par dogmatisme devient lassant.
Il faut enfin poser la chose en adultes : où sont les besoins ? où sont les fonctionnaires ? et réallouer les hommes/femmes là où nous en avons besoin et savoir les enlever aussi là où cela vire au tourisme...
Réponse de le 18/12/2017 à 17:41 :
Et pourquoi ne pas faire payer ceux qui planquent leur fric dans les paradis fiscaux!
Ne serait ce pas plus juste et judicieux!
Réponse de le 18/12/2017 à 17:44 :
C'est sûr qu'avec 22000€ on est un rentier! quel bêtise!
sachant que les rémunérations les plus énormissimes ne se rencontrent que dans le privé!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :