Roland Lescure (LREM) et Samuel Cette (CPME) : combien la crise des Gilets Jaunes a coûté à l'économie ?

 |   |  1234  mots
Roland Lescure (LREM) et Samuel Cette (CPME)
Roland Lescure (LREM) et Samuel Cette (CPME) (Crédits : Marie-Amélie Journel)
La mission parlementaire « impact Gilets Jaunes » a évalué les conséquences sociales, économiques et budgétaires des manifestations. Roland Lescure, député et président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale, en explique les modalités et Samuel Cette, président délégué de la CPME Occitanie, décrit ce qu'il en attend pour les TPE et PME.

LA TRIBUNE - Pourquoi avoir initié cette mission parlementaire « impact Gilets Jaunes » ?

ROLAND LESCURE - C'est lors d'une conversation avec Richard Ferrand (président de l'Assemblée Nationale) au mois d'avril que j'en ai eu l'idée. C'est une mission transpartisane avec des députés d'autres partis comme Damien Abad de LR qui en est le président. J'avais trois objectifs : donner la parole à ceux qui étaient en première ligne -commerçants, employés municipaux, policiers, etc. - évaluer les coûts économiques et budgétaires, et regarder s'il était possible d'adapter certaines des mesures déjà annoncées pour aider les gens affectés. J'avais aussi l'impression que certaines villes comme Rouen, Toulouse ou Bordeaux étaient particulièrement touchées. C'est pourquoi, dès le début, nous avons souhaité sortir de Paris et aller sur le terrain, tout en auditionnant des acteurs dans la capitale (représentants des entreprises, l'association des commerçants des Champs-Elysées, la Mairie de Paris, etc.).

Quelles sont les conclusions de ce rapport ?

RL - J'ai été vraiment impressionné par la solidarité entre les acteurs publics et privés, on se serre les coudes, et aussi par l'adaptabilité et la résilience des personnes concernées.

Avez-vous des indicateurs chiffrés de ces répercussions économiques et sociales du mouvement des Gilets Jaunes ?

RL - Le mouvement n'est pas terminé et les défaillances d'entreprise sont un processus long qui va continuer dans les semaines et les mois à venir. Il s'agit d'un bilan d'étape d'une mission qui va se prolonger jusqu'à la fin de l'année. Il existe des chiffrages macroéconomiques : 0,1 à 0,2 % point de PIB en moins, 75 000 personnes issues de 5 100 entreprises touchées par le chômage partiel. Mais c'est juste la partie visible de l'iceberg. Les compagnies d'assurances ont déjà payé 217 millions de primes, l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) a estimé les pertes du secteur à 850 M€, les commerçants grands et petits évoquent 2,5 M€ de chiffre d'affaires en moins. Ce sont des chiffres énormes.

Existe-t-il des conséquences autres que financières ?

SAMUEL CETTE - Les commerçants sont évidemment touchés dans leur activité. Mais la clientèle aussi. Les gens ont pris l'habitude de ne plus venir le samedi dans les centres-villes. Il faut savoir que les commerces de coeur de ville ne disparaissent jamais, car leurs emplacements premium passent de main en main, et la plupart du temps dans celles des grands groupes qui ont les moyens de les racheter. Il n'y aura donc pas ou peu de répercussions en termes d'emploi mais une modification substantielle de la nature de ces commerces de centre-ville. Et cela risque d'entraîner un report des consommateurs vers les grandes surfaces de périphérie et le e-commerce.

Quelles mesures allez vous demander au gouvernement ?

RL - D'abord, parfaire les moyens de collecte des informations sur les défaillances d'entreprises. Ensuite, une prolongation des mesures existantes. Enfin, nous souhaitons privilégier des exonérations plutôt que les délais de paiement en vigueur. Certaines entreprises qui risquent de mettre la clé sous la porte font face à des risques existentiels. Mais il faut que ces dispositifs ne soient pas qualifiables en aides d'Etat par la Commission Européenne. Par ailleurs, les compagnies d'assurance ont remboursé les dommages, mais les garanties pour pertes d'exploitation sont complexes et très chères, et très peu d'entreprises touchées y ont droit. Nous allons leur demander de repenser ces garanties. Et il y a aussi une réflexion plus large à mener sur la revitalisation des centres-villes.

SC - Mais pour définir ces nouvelles aides, il va falloir se mettre autour d'une table et dire : pour quel code NAF (nomenclature d'activité française, délivré par l'INSEE), quel secteur géographique, quelle rue. C'est une usine à gaz, on ne s'en sortira pas. Je préfère évoquer les impôts de production comme la CFE (cotisation foncière des entreprises, qui a remplacé la taxe professionnelle), une taxe qui s'applique à la valeur locative du bien que l'on occupe. À la CPME31, nous avons créé Odette (Observatoire des taxes territoriales d'entreprise) qui montre que deux tiers des CFE sont fausses. Le taux avait pour base la valeur locative de 1971. Une base qui a été revalorisée sans que le taux ne soit baissé : la hausse est si importante qu'elle a été étalée sur dix ans ! C'est une véritable bombe fiscale. Or, nos entreprises sont sous capitalisées, avec peu de trésorerie et donc pas de lignes de crédit.

Au-delà de ses conséquences, comment éviter un phénomène comme les Gilets Jaunes ?

RL - Il y a le court, le moyen et le long terme. Pour le court terme, tous les préfets ont été confrontés au dilemme suivant : faut-il ou non interdire les manifestations ? C'est un choix difficile. À Rouen, en mars, le préfet a décidé d'interdire et ça a calmé le jeu. Mais cela aurait peut-être enflammé la situation un mois plus tard ... Concernant le moyen terme, nous avons pris des mesures, comme les maisons France Service, un guichet unique des services de l'Etat dans les territoires (impôts, Pôle Emploi, caisse d'allocations familiales, etc.), que j'ai proposé au Président sur le modèle du Canada où ça fonctionne bien. Sans oublier les 10 milliards d'euros débloqués par le gouvernement et les propositions issues du Grand Débat. Mais le vrai sujet, c'est le long terme et la réduction de la fracture territoriale et sociale. La globalisation et la révolution numérique ont créé des gagnants et des perdants. Le défi des politiques est d'intégrer ceux qui s'estiment perdants grâce à la formation, les infrastructures de transport, la couverture numérique.

SC - En Occitanie, il y a une frange d'activistes qui vient faire le coup de poing à Toulouse contre les CRS et le bourgeois. Or, il n'est pas possible qu'un État comme le nôtre ne puisse pas neutraliser ces personnes parfaitement organisées. Il y a eu un moment de flottement dans la réaction de la force publique pendant lequel des commerçants ont parlé de s'armer. Je pense que ce mouvement ne va pas s'arrêter et peut-être même durer pendant tout le quinquennat.

___

NOTE

Damien Abad (LR, Ain), président de la mission d'information sur les coûts économiques, sociaux et budgétaires des blocages, violences et dégradations commis en marge du mouvement des « gilets jaunes », Roland Lescure (LREM, Français de l'étranger) et Jean-René Cazeneuve (LREM, Gers), rapporteurs, présentent mercredi 17 juillet 2019 les conclusions de leurs travaux.

A l'initiative de  Roland Lescure, président de la commission des affaires économiques, la mission « Impact Gilets jaunes » a été lancée le 9 mai dernier pour dresser l'inventaire et les évaluations afin que soit connu le prix des dégâts commis en marge du mouvement des gilets jaunes, ainsi que leurs répercussions sociales, économiques et budgétaires. Cette mission d'information réunit des députés issus de la commission des affaires économiques et des finances. Elle a auditionné de nombreux acteurs liés aux secteurs concernés: tourisme, artisanat et commerce, assurances, banques, emploi et travail, sécurité, santé... et s'est rendue à Rouen, Toulouse et Bordeaux, villes fortement impactées par les manifestations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2019 à 8:04 :
"Réflexion pour revitaliser les centres villes" : Cela fait longtemps qu'on entend cette incantation politique. Des expériences menées par des villes ont pourtant démontrées que la gratuité des transports en communs urbains redynamisait le centre ville. Cela avait aussi comme effet secondaire une meilleur sécurité dans les transports, avec beaucoup moins de dégradations malveillantes, et une baisse des bouchons dans les rues. Le coûts de l'opération est donc largement compensés par une meilleure qualité de vie, et le bilan écologique positif.
a écrit le 18/07/2019 à 8:01 :
la mission aurait pu parler des effets positifs des gilets jaunes. le renoncement des taxes dites écolos le Smic poussé etc ont donné une petite relance au contraire des autres pays européens. meme la cour des comptes et OCDE le reconnaissent. 0. 2 a 0.3% de croissance en plus. combien de recette en plus pour l etat surtout que l essence est reparti a la hausse. le dire c etait montrer l incompetence de ce gouvernement. voilà je le dis très haut et fort merci les gilets jaunes pour la croissance et d avoir rappelé qu il peut y avoir de la démocratie en France.
a écrit le 18/07/2019 à 2:22 :
Comprends pas , le gouvernement dit qu'il n'y a plus que qq GJ et de l'autre que toute la France serait à feu et à sang l'économie du pays est en péril , c'est à mourir de rire !
a écrit le 17/07/2019 à 17:59 :
"Les compagnies d'assurances ont déjà payé 217 millions de primes"

En même temps, c'est pas le but d'une assurance de rembourser quand on s'assure et qu'on paie chaque année ?
a écrit le 17/07/2019 à 17:01 :
Sachant que les GJ ne sont qu'une conséquence et non une cause, combien nous coûte la mauvaise gestion de ce gouvernement et l'imprévoyance du pouvoir?
a écrit le 17/07/2019 à 15:23 :
Donc, un député ne peut pas penser par lui-même. L’idée doit lui venir du tout puissant...pour le reste c’est une gabegie de lieux communs. Soit on a détruit donc il va falloir reconstruire, ce qui crée de l’activité... et pas des faillites , soit on n’a pas acheté en centre ville et donc..on a consommé ailleurs. Ces malheureux députés n’ont aucune conscience de comment fonctionne l’économie et croit que l’impact des gilets jaunes est défavorable ce qui doit être tout le contraire en matière d’activité. Pour le reste, ce n’est pas cher payé pour découvrir qu’il y a des gens en France qui ne bénéficient pas des retombées des premiers de cordée et que la France c’est autre chose qu’un aréopage de béni oui oui qui croient au libéralisme et aux bienfaits de la mondialisation, sans jamais avoir vraiment étudié l’économie.
a écrit le 17/07/2019 à 14:26 :
Dans la mesure où il n'y a personne à qui envoyer la facture, cette commission a perdu son temps et notre argent.

Ensuite il me semblait que c'était au gouvernement de rendre des comptes au peuple français via les députés, et non l'inverse.

L'omniprésence de lobbys dans cette mission, depuis la définition de son objet et jusque dans sa présentation à la presse, peut laisser à penser que la mission a failli à son devoir de neutralité. On frise l'abus de bien social puisque le rapport est clairement à vocation de communication gouvernementale.

In fine, le coût final, qui sera payé par tous, est le fruit de l'incompétence crasse d'un pouvoir qui n'a su ni prévoir, ni voir, ni enrayer ni répondre à un mouvement de grogne de fond du peuple et l'a laissé trainer pendant des mois avant d'apporter un début de réponse pertinente.

Le rapport ne dit rien du coût résultant de l'emploi démesuré des armes pour le maintien de l'ordre (Une grenade coute de 30 à 50€, une balle de défense 15€).

Il ne dit rien du coût du Macron tour, à plus de 600 000€ la séance (mobilisants des troupes déjà crevées et en burnout).

Il ne dit rien du coût du grand débat et notamment du coût des prestataires de service externe.
C'est pourtant du rôle du parlement que de réclamer des comptes sur la gestion de cette crise.
Réponse de le 17/07/2019 à 16:56 :
Sans intérêt en effet de désigner des coupables, comptabiliser les conséquences, tout en ignorant les causes. Dénier : solution provisoire .
a écrit le 17/07/2019 à 13:37 :
Bref, on fait plus ou moins du Donald Trump : maintenant que le mouvement est sur le déclin, il s'agit de les diaboliser avant les municipales histoire d'avoir un bouc émissaire sur qui taper lors de la prochaine campagne électorale (et peut-être même de passer les échecs de ce Gouvernement sur leur dos lors des prochaines présidentielles) !!

Comptabilisez bien les gars, même si le mouvement diminue, le fond des problèmes n'a pas du tout été réglé et vu l'autisme de ce Gouvernement, la prochaine éruption risque de faire nettement plus de dégâts !
a écrit le 17/07/2019 à 13:28 :
" Il faut savoir que les commerces de coeur de ville ne disparaissent jamais, car leurs emplacements premium passent de main en main, et la plupart du temps dans celles des grands groupes qui ont les moyens de les racheter. Il n'y aura donc pas ou peu de répercussions en termes d'emploi mais une modification substantielle de la nature de ces commerces de centre-ville." : ben oui, sauf que les Gilets Jaunes n'y sont pour rien (même s'ils n'ont rien arrangé), le phénomène ayant commencé plusieurs années avant que le gilet jaune soit rendu obligatoire dans les voitures !
a écrit le 17/07/2019 à 12:19 :
Il y a sans doute un impact, mais je trouve finalement que rechercher l'impact, plutôt que les mesures économiques prisent par l'état pour l'économie n'est pas mesuré!
Je trouve intéressant alors que celui ci est en lien avec les mesures économiques des choix de macron, de parler d'impact lorsque l'on sait aujourd'hui que le ceta en sera un a mon avis beaucoup plus important !!! mais sans doute que la machine a com va se mettre en place pour expliquer que les mesures du président ont été gâché par les GJ...... disons que cela donne une idée aussi de l'ordre des grandeurs d'un problème qui a été déclenché par les choix des gouvernants, alimenter de haine par les ministres, et qui pour moi me semble plus proche de la STRATEGIE DU CHAOS, et qui permet de comprendre aussi que la france n'est plus une démocratie sociale mais libérale choisit par un homme que personne connaissait avant 2015!!!!

Et si l'on regarde bien ce qui s'est passé avec alstom alcatel etc etc ajoute au cynisme de situation !!!! Macron transfert la richesse collective sur la richesse individuelle mais fait une analyse de ce que cela a coûté au niveau des GJ en s'excluant du coût alors que c'est lui qui l'a déclenché !!! c'est fort !!!
a écrit le 17/07/2019 à 9:15 :
"C'est lors d'une conversation avec Richard Ferrand (président de l'Assemblée Nationale) au mois d'avril que j'en ai eu l'idée. C'est une mission transpartisane avec des députés d'autres partis comme Damien Abad de LR qui en est le président"

Donc pour résumer une mission transpartisane :LREM (droite ),CPME (droite) ,LR(droite) .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :