Affaire libyenne : Woerth mis en examen pour "complicité de financement illégal de campagne" de Sarkozy

 |   |  543  mots
A l'époque des faits, Eric Woerth était le trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.
A l'époque des faits, Eric Woerth était le trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
L'ancien ministre français Eric Woerth a été inculpé ce mardi 29 mai pour "complicité de financement illégal de campagne" dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a annoncé son avocat à l'AFP. Les enquêteurs lui reprocheraient le versement d'environ 11.000 euros aux collaborateurs de la campagne, pendant et après l'élection.

Après Nicolas Sarkozy en mars, Éric Woerth vient à son tour d'être mis en examen ce mardi 29 mai dans le cadre de l'affaire du financement libyen de la campagne de l'ancien président français, en 2007. Selon son avocat Me Jean-Yves Leborgne, il a été inculpé pour "complicité de financement illégal de campagne".

Cette inculpation de l'ancien trésorier de la campagne et actuel président (LR, droite) de la commission des finances de l'Assemblée nationale découle d'investigations de la police anti-corruption qui avait souligné, dans un rapport de septembre 2017, "l'ampleur de la circulation d'espèces" dans l'entourage du candidat de la droite, lui-même inculpé en mars dans ce dossier. Une première depuis qu'une information judiciaire avait été ouverte en avril 2013.

La mise en examen de Sarkozy, une première depuis avril 2013

Dans cette affaire, complexe, révélée par Mediapart et Le Monde, les magistrats étudient la piste d'un possible financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, il y a plus de dix ans, par la Libye de Mouammar Kadhafi.

L'ex-président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a néanmoins toujours formellement démenti les faits allégués notamment par un autre homme de réseaux, le franco-libanais Ziad Takieddine. Ce dernier avait affirmé, en novembre 2016, avoir remis entre fin 2006 et début 2007 cinq millions d'euros à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et à Claude Guéant, son directeur de cabinet à l'époque, lui aussi inculpé dans cette affaire.

Le versement de 11.000 euros aux collaborateurs, avant et après l'élection, interpellent

À l'époque des faits, Éric Woerth était le trésorier de campagne de l'ancien chef de l'État. Selon son avocat, les enquêteurs lui reprochent le versement d'environ 11.000 euros aux collaborateurs de la campagne, pendant et après l'élection. Lui-même "a estimé de mémoire, 10 ans après les faits, à une trentaine de milliers d'euros les gratifications en espèces opérées après la campagne", ajoute Me Jean-Yves Leborgne, en référence aux déclarations de son client devant les policiers en mai 2017.

Eric Woerth et son trésorier adjoint, Vincent Talvas, avaient alors assuré qu'il s'agissait de récompenser les membres de l'équipe, via des enveloppes contenant de 200 à 2.000 euros. Sur l'origine des fonds, ils ont soutenu qu'ils provenaient de dons anonymes par courrier, une explication jugée "captieuse" par les enquêteurs et démentie par d'autres témoignages.

Cette mise en cause signifie donc que les juges estiment avoir fait le rapprochement avec les sommes qui, selon d'anciens dignitaires libyens et le sulfureux intermédiaire Ziad Takieddine, auraient été remises à Nicolas Sarkozy et à son entourage au nom du colonel Kadhafi.

La défense de Nicolas Sarkozy récemment affectée par un témoin à charge

Plus récemment, le 22 mai dernier, le magazine d'information Cash Investigation a relancé l'affaire en obtenant des aveux surprenants de Bachir Saleh, l'ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi. Lui qui a toujours démenti les financements libyens a finalement confirmé à un journaliste de l'émission les versements opérés par l'ex-chef du renseignement Abdallah Senoussi. Il évalue à 350 millions d'euros la caisse noire des financements politiques libyens, tous pays confondus.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2018 à 10:48 :
LE GOUVERNEMENT SARKOSI A ETE LE PLUS VEREUX DE LA CINQUIEME REPUBLIQUE? IL N Y A PAS DE FUME SANS FEU SI UN ET ACUSE IL EST CERTAIN QUE D AUTRE SOIT MOUILLE / C EST L HITOIRE DE LA POMME POURIS///SAR ///QUI A POURIS TOUT LES AUTRES. J ESPERE QU IL Y EST UN JOUR UN JUGE AUX MAINS PROPE QUI NETTOIE LES ECURIES FRANCAISES CAS PUE L ARGENT SALE?REGARDEZ CE CE PASSE A BRUXELLE C EST LA FETE A QUI MIEUX MIEUX ET NE RIEZ PAS C EST VOTRE ARGENT???
a écrit le 30/05/2018 à 8:40 :
Le gars que l'on a continué à voir squatter tous les plateaux télés afin de nous souler avec sa sempiternelle messe néolibérale, tout le monde savait mais tout le monde l'invitait et l'invitera quand même.

Mais faut surtout faire attention aux "fake news" hein... Hypocrites.

C'est là que l'on peut mesurer l'ampleur du désastre de notre soit disant démocratie.
Réponse de le 30/05/2018 à 9:47 :
Cette republique est dans sa globalite completement verolee. Macron en est l' acteur principal. Vous etes faits, et refaits, sauf revolution.
Réponse de le 30/05/2018 à 10:16 :
"Macron en est l' acteur principal"

Ben oui c'est bien connu... Macron n'est rien et vous le savez très bien (enfin j'espère... ) il n'est qu'un outil de l'oligarchie et quant à vous, vous voulez seulement remplacer l'oligarchie actuellement au pouvoir par une autre oligarchie, la votre ou celle de vos employeurs, toute l'histoire de l'UE dont elle meure.

"Cette utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limite: L’essence du néolibéralisme" https://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/BOURDIEU/3609 (gratuit)

Depuis le temps que je mets cet article en lien vous pourriez chercher à comprendre et le lire du coup non ? Trop fatigant de réfléchir ?
Réponse de le 31/05/2018 à 13:28 :
@matins calmes : ce n'est pas un problème d'institutions... changer de régime, passer à une 6è république n'y changerait rien. Dans sa mentalité globale le pays est un pays de la magouille. La preuve c'est que de multiples politiques condamnés ont été confortés et remis en selle par leurs électeurs qui s'en tamponnent. De Nucci à Balkany en passant par Mellick et tant d'autres.
a écrit le 29/05/2018 à 20:18 :
Ouais... on parlait de 50M€, on en est à 11k€.... A suivre... Ca ressemble plus à une mise en examen à tout hasard...
a écrit le 29/05/2018 à 18:02 :
la justice est lente et besogneuse, mais elle est aussi pugnace. Nul ne doit être au dessus de lois, chacun est responsable de ses actes, c'est basique. Si faute il y a, la justice doit passer, point final.
a écrit le 29/05/2018 à 17:35 :
Salissez, salissez, il en restera bien quelque chose, sauf que les tordus qui commanditent cela, auront forcément un jour la monnaie de leur pièce.
Réponse de le 30/05/2018 à 6:59 :
Vous avez peut être trouvé normal que Khadafi puisse monter sa tente de désert lybien et promène ses chameaux dans le parc d'une propriété de l'Etat ? Vous avez peut être aussi trouvé normal que ces messieurs de la France d'en haut fassent leur cours aux milliardaires français tels que Bettencourt et Bolloré dans des buts dont le secret est devenu une gazette de polichinel ?
Vous trouveriez aussi normal que la justice ferme les yeux sur tout ce qui se passe en haut de l'échelle et emprisonne un citoyen lambda qui a oublié de payer sobn amende pour excés de vitesse ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :