Application Gossip : Vallaud-Belkacem appelle à une "extrême vigilance"

 |   |  466  mots
Pour Najat Vallaud-Belkacem, « la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements ».
Pour Najat Vallaud-Belkacem, « la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements ». (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Parce qu'elle permet de répandre ragots et rumeurs de façon anonyme -et totalement incontrôlable-, l’application mobile française Gossip, lancée il y a environ deux semaines, provoque la colère des syndicats de lycéens qui demandent son interdiction. Pour le moment, elle a été suspendue par sa créatrice.

Alors que le ministère de l'Education nationale a fait de sa réduction - sinon de sa suppression- une priorité, le harcèlement scolaire, qui touche 700.600 élèves en France, a un nouvel allié. Son nom ? "Gossip", un mot anglais que l'on traduit par potin, ragot ou rumeur.

Les connaisseurs de la série télévisée "Gossip Girl" feront immédiatement le rapprochement. Quand, dans la série TV, un blogueur raconte des potins sur les jeunes happy few de Manhattan, la toute jeune application Gossip (elle a été lancée en France en mai), elle, permet de faire circuler des rumeurs de façon anonyme.

140 caractères pour "balancer" une rumeur

En 140 caractères maximum, l'utilisateur de l'application peut poster une rumeur tout en identifiant la ou les personnes concernées parmi ses contacts (Facebook ou répertoire téléphonique). L'appli donne même la possibilité de publier « une preuve », c'est-à-dire une photo ou une vidéo impliquant la personne. Ces potins publiés n'apparaissent que dix secondes sur la page des utilisateurs, sur le principe de la messagerie éphémère.

Mardi 2 juin, deux syndicats lycéens, la FIDL et le Syndicat général des lycéens, ont appelé à l'interdiction de cette application « l'objectif de cette plateforme n'est pas de jouer mais bien de nuire aux autres », dénonce la FIDL dans un communiqué.

 La ministre de l'Education appelle à" une extrême vigilance"

La réponse de la ministre de l'Education nationale n'a pas tardé. Mercredi 3 juin, dans un communiqué, Najat Vallaud-Belkacem appelle à « une extrême vigilance sur la teneur des messages qui seraient mis en ligne » sur Gossip. La ministre a, dans le même temps, demandé aux recteurs d'académie, avec le soutien des chefs d'établissements de lycées et de collèges, de signaler aux procureurs de la République « tous propos injurieux ou diffamatoires proférés à l'encontre d'élèves ou de personnels ». Et ajoute : « la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements ».

 Climat délétère dans les établissements scolaires

L'application a été créée en mai par Cindy Mouly, « une jeune Parisienne dotée d'une langue bien pendue (qui) a cherché à lancer une application qui lui ressemble », selon Madame Figaro. Si "Gossip" est un succès aux dires de sa créatrice "avec 10.000 téléchargements par jour", elle est pourtant responsable de nombreuses victimes, comme le rapporte un article de 20 Minutes.

Méchancetés sur le physique, rumeurs sur l'orientation sexuelle... comme au collège Episcopal Saint-Etienne à Strasbourg, où collégiens et lycéens racontent avoir été blessés par des rumeurs à leur encontre ou sur leurs camarades. Pour rappel, 4,5% des collégiens seraient victimes de cyber-harcèlement en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2015 à 9:26 :
Est ce possible d'avoir pire comme ministre, je cherche vainement et je ne trouve pas, sauf le toréador d'opérette mais il a déjà un poste.
a écrit le 04/06/2015 à 9:24 :
au lieu de s'éparpiller pour faire de la diversion elle devrait s'attacher à maintenir le français comme langue dans les écoles au lieu d'essayer d'en intégrer d'autres !
a écrit le 04/06/2015 à 7:38 :
L'application la plus néfaste est sur la photo de l'article.
Et comme disent certains commentateurs, il faut être extrêmement vigilant.
Espérons que cette application sera désinstallée rapidement (fin de l'année) pour le bien du pays et le respect du peuple.
a écrit le 03/06/2015 à 17:35 :
Personnellement, j’appellerais plutôt à une 'extrême vigilance' à l'égard de la politique catastrophique de Mme Vallaud Belkasem: réforme des rythmes scolaires en primaire: catastrophe. Réforme du collège: catastrophe. Division par deux des bourses au mérite : catastrophe.
a écrit le 03/06/2015 à 17:05 :
Mais n'est ce pas notre chere ministre de l'education qui dit que l'avenir de l'ecole c'est le numerique? Ben ca y est, les eleves ont deja franchi le pas! Elle devrait etre contente au contraire. Ce type d'appli, ca va stimuler leur creativite, non?
a écrit le 03/06/2015 à 15:53 :
au lieu de retirer son appli, elle efrait mieux de creer une boite au RU, ca la mettrait a l'abri de la loi francaise
a écrit le 03/06/2015 à 15:11 :
VU que ce genre de soft ne sera jamais rentable, il va disparaitre de lui meme
Réponse de le 03/06/2015 à 21:46 :
Comme facebook?
a écrit le 03/06/2015 à 14:01 :
Les directeurs d'établissement, et donc les personnels doivent ainsi surveiller la toile?
Doivent-ils pour cela s'inscrire et donner ses coordonnées aux élèves pour recevoir aussi les rumeurs?
Imaginez le professeur qui interrompra son cour pour lire dans les dix secondes une rumeur, faire bien vite une copie d'écran et transmettre au chef d'établissement...
La ministre se moque-t-elle du monde? Entre faire quelque chose (faire interdire cette application qui permet de salir autrui en toute impunité) et faire semblant de faire quelque chose (appeler à la vigilance) il y a une grande différence. Politique spectacle...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :