Après deux baisses en trompe-l'oeil, le taux de chômage montre son vrai visage au 3e trimestre : +9%

 |  | 342 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Confinement et reconfinement ont rendu compliquées les prévisions économiques pour la fin de l'année 2020 et pour 2021. Ainsi, au deuxième trimestre, malgré la baisse du nombre d'emplois, le taux de chômage avait diminué de 0,7 point, à 7,1%, mais c'était lié au confinement ayant empêché beaucoup de personnes sans emploi d'en chercher un.

Le taux de chômage a bondi de 1,9 point au troisième trimestre 2020 pour s'établir à 9% de la population active en France (hors Mayotte), selon les chiffres publiés mardi par l'Insee.

La France compte 2,7 millions de chômeurs, soit 628.000 personnes de plus sur le trimestre, entre juillet et septembre. Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en hausse de 0,6 point.

Lire aussi : L'économie française submergée par une vague de plans sociaux

Le taux au 3e trimestre se situe 0,9 point au dessus de son niveau d'avant-crise sanitaire au 4e trimestre 2019, précise l'Insee.

Le chiffre est conforme aux dernières prévisions de l'Institut. Dans une note de conjoncture, début octobre, l'Insee avait prévu que le taux de chômage atteindrait 9% au 3e trimestre puis 9,7% fin 2020, soit 1,6 point de plus qu'un an plus tôt.

Le reconfinement décidé depuis face à la reprise de l'épidémie de Covid-19 rend toutefois les prévisions économiques pour la fin de l'année et 2021 compliquées.

Deux trimestres de baisses en trompe-l'oeil

La forte hausse au 3e trimestre intervient après une baisse "en trompe-l'oeil" aux deux trimestres précédents.

Au deuxième trimestre, malgré la baisse du nombre d'emplois, le taux de chômage avait ainsi diminué de 0,7 point, à 7,1%, mais c'était lié au confinement ayant empêché beaucoup de personnes sans emploi d'en chercher un. Déjà, au premier trimestre, le taux de chômage avait reculé de 0,3 point, à 7,8%.

Des reculs inhérents à la définition même du chômeur au sens du BIT, traditionnel thermomètre mesurant le taux de chômage, qui définit notamment un chômeur comme une personne ayant recherché activement un emploi dans le mois précédent.

Le rebond du chômage sur le 3e trimestre "est d'une ampleur inédite depuis que l'Insee le mesure (1975) mais est en partie mécanique, par contrecoup de la baisse en trompe-l'oeil liée au confinement", indique ainsi l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2020 à 14:28 :
Chic des nouveaux camarades de jeux..
(900 000 départ en retraite 800000 nouveaux arrivant marché du travail; pyramide des ages)
a écrit le 10/11/2020 à 10:53 :
Les entreprises et les sociétés qui veulent dégraisser doivent se dépêcher de le faire, temps que le gouvernement prend tout en charge les multiples indemnités créées par Mr Bruno Le Maire.
a écrit le 10/11/2020 à 9:47 :
Des chiffres, encore des chiffres, auxquels ont peut faire dire tout et n'importe quoi en fonction de l'intérêt de ceux qui les utilisent.
Le verbe juste pourrait être "manipuler".
a écrit le 10/11/2020 à 9:44 :
"mais c'était lié au confinement ayant empêché beaucoup de personnes sans emploi d'en chercher un."

Pfff... ! Non mais n'importe quoi ! Alors qu'il suffit de traverser la rue, c'est à moins d'un kilomètre je vous ferais dire ! Ah ces français, des feignants et des réfractaires oui !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :