Après FO, la CGT va aussi changer de tête : Martinez passera la main en 2023

Cette annonce intervient alors que Force ouvrière tient depuis lundi son congrès dans l'agglomération de Rouen, avec en vue l'élection vendredi à la tête du troisième syndicat français de Frédéric Souillot pour succéder à Yves Veyrier.
Philippe Martinez, 61 ans, a été élu secrétaire général en 2015.
Philippe Martinez, 61 ans, a été élu secrétaire général en 2015. (Crédits : POOL)

Un vent de renouvellement souffle à la tête des principaux syndicats français. Après FO, changements en vue à la CGT. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, élu secrétaire général en 2015, devrait annoncer mardi aux dirigeants de la Confédération qu'il ne compte pas briguer sa succession lors du prochain congrès du syndicat en mars 2023, selon l'AFP, confirmant une information des ÉchosCette annonce intervient dans un contexte d'importantes tensions au sein de la CGT, plusieurs responsables réclamant depuis des mois que soit tournée la page Martinez. Mais son départ n'interviendra pas avant le printemps 2023, à l'occasion du 53e Congrès qui aura lieu du 27 au 31 mars 2023, à Clermont-Ferrand.

Martinez souhaite que la CGT soit dirigée par une femme

Pour lui succéder, il compterait proposer aux membres de la Commission exécutive confédérale (CEC) Marie Buisson, secrétaire générale de la Ferc-CGT (Fédération de l'éducation, de la recherche et de la culture). Il avait affirmé la semaine dernière sur France Info qu'il souhaitait qu'une femme arrive à la tête de la CGT « le plus rapidement possible », ce qui serait une première pour ce syndicat, le deuxième syndicat du secteur privé. Pour rappel, la présence des femmes dans les sphères dirigeantes syndicales françaises reste faible et jusqu'ici seulement deux femmes ont dirigé un grand syndicat français : Nicole Notat (CFDT, 1992-2002) et Carole Couvert (CFE-CGC, 2013-2016).

Un nouveau visage à la tête de FO

La CGT n'est pas la seule à changer de numéro un. Force ouvrière tient depuis lundi son congrès au Parc des expositions de Rouen où quelque 3.000 délégués sont attendus, avec, en vue, l'élection du successeur d'Yves Veyrier. L'élection du secrétaire général par le Comité confédéral national (CCN) (le « parlement » de FO, réunissant les représentants des fédérations et des unions départementales) est prévue vendredi en fin de journée, après la clôture formelle du congrès.

Deux candidats sont en lice: Frédéric Souillot, actuel secrétaire confédéral au secteur de l'organisation et des affaires juridiques, âgé de 54 ans, et Christian Grolier, patron de la puissante Fédération générale des fonctionnaires, 56 ans, qui présente à nouveau sa candidature. Sauf surprise, le Congrès de FO devrait désigner le «réformiste» Frédéric Souillot.

Quant à la CFDT, premier syndicat français, qui tient son congrès du 13 au 17 juin, son secrétaire général Laurent Berger sera de nouveau candidat pour le diriger, mais il a prévu de passer la main en cours de mandat, d'une durée maximale de quatre ans. Parmi d'autres noms, celui de sa numéro deux Marylise Léon est souvent avancé pour prendre la relève.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 01/06/2022 à 9:20
Signaler
que m Martinez passe la main ce n'est pas un mal esperant que l' on est quelqu'un de plus positif avec lequel le dialogue soit possible et pas quelqu'un de borné jusqu'au boutisme qui entraine que des personnes voulant etre bien payé a ne pas en fai...

à écrit le 31/05/2022 à 15:41
Signaler
Merci Monsieur MARTINEZ pour toutes ces années de syndicalisme, vous vous êtes bien battu pour défendre les intérêts des travailleurs et des salariés. Vous allez nous manquer !

à écrit le 31/05/2022 à 12:25
Signaler
Ça ronronne, ça ronronne.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.