Augmentation des salaires  : les patrons sous pression

Le gouvernement a demandé à une quinzaine de branches professionnelles comme l'hôtellerie-restauration, la sécurité, la propreté... d'ouvrir des négociations sur les salaires. Ce qui n'est pas sans causer des frictions. La question est devenue un enjeu électoral.

8 mn

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, le répète à loisir en cette rentrée : « La bonne croissance - plus de 6% - doit profiter à tout le monde. Il faut une meilleure rémunération pour ceux qui ont les revenus les plus faibles ».
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, le répète à loisir en cette rentrée : « La bonne croissance - plus de 6% - doit profiter à tout le monde. Il faut une meilleure rémunération pour ceux qui ont les revenus les plus faibles ». (Crédits : Reuters)

Thierry Grégoire, adhérent de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), ne décolère pas. Ce patron toulousain du groupe NT Hôtel Gallery, de 5 hôtels et de 2 restaurants, n'apprécie guère ce qu'il appelle « un diktat gouvernemental ». Mardi, sa fédération professionnelle est attendue chez Elisabeth Borne, la ministre du Travail, pour évoquer les salaires : « Le gouvernement n'a pas à nous imposer l'obligation d'ouvrir une négociation sur ce sujet. Encore moins le calendrier. Surtout qu'il ne le fait que parce que le processus électoral est enclenché. Ce mélange des genres est insupportable », s'insurge-t-il.

Pour le gouvernement, les entreprises doivent faire des efforts. Avec le "quoi qu'il en coûte", et les nombreuses aides versées, elles ont - globalement- pu maintenir leurs marges. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, le répète d'ailleurs à loisir en cette rentrée : « La bonne croissance - plus de 6% - doit profiter à tout le monde. Il faut une meilleure rémunération pour ceux qui ont les revenus les plus faibles ». Et de cibler ces salariés de la deuxième ligne, qui ont fait fonctionner le pays pendant les confinements. « Il faut savoir les remercier », assure le locataire de Bercy.

Ils réclament leur part du gâteau

Les premiers concernés ne disent pas autre chose. Ils réclament leur part du gâteau. Ainsi, les employés de la filière HCR - hôtellerie, commerce, restauration- ont demandé au ministère du Travail, via leurs secrétaires fédéraux de la CGT et FO, syndicats majoritaires de la filière, la tenue d'une commission paritaire permanente de négociation. Avec au menu des revendications : l'instauration d'un treizième mois, d'une prime de coupure, pour compenser le temps perdu entre les services...

D'autres secteurs pointés du doigt par l'exécutif n'ont pas attendu. Dans la sécurité, un chantier de revalorisation des rémunérations, comprenant une refonte de la grille salariale a été lancé.

Dans la propreté, qui emploie un demi-million de personnes, un accord a été trouvé la semaine dernière : le salaire horaire de base passera ainsi de 10,56 euros à 10,73 euros, soit 17 centimes de plus pour un temps plein. La prime annuelle sera portée à 225 euros - soit 50 euros de plus-, et celle de transport augmentera de 9 %. Signé par FO et la CGT, cet accord de branche a toutefois été rejeté par la CFDT qui le juge « indécent ».

Car le salaire de base ne sera revalorisé que de 1,6 %, soit en dessous de l'inflation, qui devrait dépasser les 2 % en octobre.

"Ce n'est pas pertinent de s'arrêter au niveau de la branche"

Si le patronat est sous pression, il s'étonne toutefois de cette remise en avant « express » de la branche professionnelle. Ce gouvernement n'était-il pas le premier en 2017, lors de l'instauration des ordonnances à valoriser la négociation au niveau des entreprises ? « On ne comprend pas bien... Surtout qu'au sein d'un même secteur, il y a de grandes disparités entre les sociétés après cette crise, confie Geoffroy Roux de Bézieux, le président du MEDEF. La situation n'est pas la même entre un hôtel parisien, privé de sa clientèle internationale, et celle d'un patron en Occitanie, qui a connu une très belle saison estivale ! Ce n'est pas très pertinent de s'arrêter au niveau de la branche ».

Dans la grande distribution, cette injonction fait bondir. Après les ordonnances de 2017, l'extension à toutes les entreprises du secteur a été maintenue pour les salaires, mais retoquée pour le treizième mois et les 5 % de paiements de temps de pause conventionnels inscrits dans l'accord de 2018. Soit environ 14 % du Smic. La fédération du commerce de détail avait pourtant réussi à signer avec tous les syndicats, sauf la CGT. Devant le refus par le ministère du Travail, patronat et centrales du secteur ont décidé, ensemble, de porter l'affaire devant le conseil d'Etat. Après une audition la semaine dernière, le jugement sera rendu le 20 septembre, mais si la haute juridiction donne raison à l'Etat, les salariés pourraient perdre une partie de leur rémunération.  Il n'y aura plus aucune obligation contraignante pour les entreprises de verser la prime de fin d'année ni de payer les temps de pause.

La pilule est d'autant plus amère à avaler, qu'au-delà de ce litige, le secteur estime avoir été responsable. Ainsi, Jacques Creyssel, le délégué général de la fédération patronale - la FCD - rappelle que la plupart des grandes enseignes comme Carrefour... ont joué le jeu de la prime Macron : « On ne peut pas nous accuser d'avoir rien fait pour le pouvoir d'achat des salariés, nous étions les premiers à les récompenser ».

Il n'empêche, dans un contexte de reprise, le gouvernement est d'autant plus volontariste qu'il lie la question du salaire à celle du manque de main-d'œuvre. Alors que Pôle emploi affiche presque quotidiennement un million d'offres, l'exécutif accuse les patrons de ne pas savoir attirer les candidats.

Un raisonnement simpliste

Un raisonnement simpliste pour de nombreux employeurs. Il ne suffit pas à régler les pénuries de compétences. Preuve en est, depuis des années, par exemple, les métiers de bouche sont désertés, malgré des salaires de 10% à 20% supérieurs au marché.

« Une des clefs est la formation. Mais l'Éducation nationale ne veut pas en entendre parler : on oriente encore largement les jeunes vers nos métiers par défaut », peste Thierry Grégoire de l'UMIH. Et d'avancer les chiffres : « Sur les 43.000 apprentis que nous avions en 2019, avant la crise, 30 % ont quitté la branche prématurément, car ils avaient été mis là, faute de mieux... »

Après cette crise, salariés et employeurs s'accordent, toutefois, sur un point d'amélioration : les conditions de travail. Si quelque 150.000 personnes ont quitté le secteur de la restauration, c'est aussi parce qu'elles n'en peuvent plus de travailler le soir, le week-end... Les entreprises de restauration collective comme Elior ou Sodexo peuvent en témoigner. Elles font le plein. Les plongeurs, serveurs, cuisiniers des établissements de « ville » frappent à leurs portes, attirés par des horaires en journées, la semaine, en CDI... bien plus que par les salaires.

Faute de bras, le rapport de forces entre les travailleurs et employeurs va-t-il s'inverser ? « Tout dépend des profils, répond François Asselin, le président de la CPME, également chef d'entreprise dans le bâtiment. Pour les charpentiers et menuisiers, métiers déjà en tension avant la crise, si vous ne les augmentez pas maintenant, oui, il y a un vrai risque de les voir partir à la concurrence ! ».

Mais, ce sont sur quelques emplois pointus et souvent très qualifiés - logisticiens, data scientist, ingénieurs... - que les actifs peuvent espérer être en position de force. Pour le reste, il faudra patienter. « C'est une erreur de faire croire que tout le monde profitera de ces augmentations, met en garde l'économiste Stéphanie Villers. La croissance est là, mais reste fragile, dans une économie encore largement sous perfusion. Avec 600.000 personnes encore en chômage partiel, le marché de l'emploi ne va pas se retourner d'un coup d'un seul, c'est dangereux de laisser les gens espérer. »

Certes, avec la reprise économique, la plupart des entreprises devraient octroyer des hausses l'an prochain, mais elles iront rarement au-delà de 1,6% voire 1,8%. A les entendre, impossible de faire mieux étant donné le manque de visibilité sur la situation sanitaire et économique. Surtout à un moment où le quoi qu'il en coûte promet de s'étioler, où la situation internationale reste incertaine, et où les pénuries de matériaux - bois, cuivre, blé, papier... - réduisent leurs marges.

D'autres solutions de gratification

Aussi, dans ce contexte, plus que les augmentations générales, les employeurs cherchent à mettre en place d'autres solutions de gratification. Axa vient par exemple d'accorder deux jours de vacances supplémentaires à ses équipes. Encouragés par le gouvernement, les groupes regardent aussi de près les systèmes d'intéressement ou de participation.

Car ils doivent aussi répondre aux revendications salariales des cadres. Alors même que la majorité a réussi à maintenir son pouvoir d'achat pendant cette crise. « Mais, ces demandes s'accompagnent souvent du maintien d'une certaine autonomie, qui passe par la possibilité de télétravailler, de se recentrer sur certaines missions plus essentielles à leurs yeux, constate Benoît Serres, vice-président de l'association nationale des DRH (ANDRH) et DRH de l'Oréal. Après les confinements, beaucoup ont déménagé en dehors des grandes métropoles, ou envisagent de le faire... Ils refusent d'être dirigés comme avant. Un vrai casse-tête pour le management.»

Enfin, cadres ou non cadres, si hausses de salaire se produisent, elles risquent d'être répercutées sur le consommateur. « Il faut s'attendre à des augmentations de prix », prévient déjà Geoffroy Roux de Bézieux. De quoi alimenter des tensions sociales. Ce que précisément, le gouvernement souhaite éviter en cette rentrée.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 16/09/2021 à 6:28
Signaler
Le gouvernement joue au patron: Va-t-il jouer au syndicat de travailleurs? Un monologue!

à écrit le 15/09/2021 à 9:53
Signaler
Chez Orange seuls les salaires de la caste dirigeante évoluent, malgré les échecs stratégiques et commerciaux qui s’accumulent, et aucune innovation en 10 ans

le 16/09/2021 à 6:51
Signaler
Une autre entité va passer à la casse, comme l'a été France Télcom (maintenant Orange). C'est l'entreprise E.D.F. Si les syndicats ne se mobilisent pas, EDF sera la proie de Total et d'autres entreprises suisses en embuscades.

à écrit le 15/09/2021 à 8:05
Signaler
Comment ce fait-il que dans un pays dit "libéral" les salaires ne s'adaptent pas aux contraintes du marché de l'emploi ? Et qu'on ne vienne pas nous dire que c'est à cause de la mondialisation puisque la restauration est un marché local.

à écrit le 15/09/2021 à 5:04
Signaler
blm, le gobi.

à écrit le 14/09/2021 à 17:03
Signaler
Si un salaire est justifié par le résultat, ministres et parlemebtaires sont surpayés.

le 14/09/2021 à 17:23
Signaler
Pas que : Les membres du gouvernement sont de plus en plus nombreux à être logés aux frais de la République. Alors que 16 des 29 ministres du gouvernement Philippe II avaient ce privilège, au 1er mai 2019, 23 des 42 membres du gouvernement Castex ...

à écrit le 14/09/2021 à 15:58
Signaler
Bruno Le Maire c'est comme Xavier Bertrand beaucoup de blablabla. Pour vivre correctement en France d'après analyse économique des experts, il faut 1600€ net mensuel. J'ai bien dit Net et non Brut. Bruno Le Maire comme tous les politiciens de droite ...

à écrit le 14/09/2021 à 14:09
Signaler
Curieusement ils ne sont jamais sous pression pour augmenter LEURS salaires !!!

à écrit le 14/09/2021 à 9:19
Signaler
les fonctionnaires sont sous pression depuis 10 ans puisque les salaires sont bloqués ( pas de revalorisation ce qui pose des problèmes de recrutements a l education nationale -recrutement au caps math jusqu a 6/20 faute de candidat-à la sncf en idf...

le 14/09/2021 à 15:49
Signaler
Avec des semaines à moins de 30h pour les enseignants du public, champion mondial de l'absentéisme de complaisance, des congés de 3 mois, des territoriaux en dessous du temps légal du travail, triple champion mondial des grèves, toujours à pleurniche...

à écrit le 14/09/2021 à 7:36
Signaler
L ´etat devrait commencer par gérer sa boutique en améliorant les salaires si c’est nécessaire avant de demander aux entreprises de le faire. Augmenter les charges salariales dans la restauration bravo mais les consommateurs sont ils prêt à voir grim...

le 14/09/2021 à 8:51
Signaler
On est dans quel pays ? Chez les socialistes ? L'Etat vole par l'impôt et les cotisations pour des résultats minables, injecte de l'argent qu'il a pas pour en faire de la dette et de l'inflation, et maintenant il demande aux patrons d'augmenter les s...

le 14/09/2021 à 9:22
Signaler
l etat est spolie par nos politiques qui veulent leur gare tgv, leur hopital flambant neuf, leur hotel de region ou de communauté, ...regardez marseille les ecoles -competence de la region paca- tombent en ruine l etat est oblige d investir 1 milliar...

à écrit le 13/09/2021 à 22:25
Signaler
Lemaire n'est plus crédible, plus audible, car incapable de faire son job, il entend faire le job des autres.. Mais rassurons-nous, nous n'en avons plus pour longtemps.

à écrit le 13/09/2021 à 22:00
Signaler
Dur dur pour les râleurs professionnels : le gouvernement a bien raison. Bien raison d'eng... un peu les patrons pour qu'ils lâchent du lest sur les emplois moins qualifiés qui sont sous-payés depuis trop longtemps. Il n'y a que comme ça qu'on peu...

le 14/09/2021 à 4:09
Signaler
@ Asimon. Vous etes salarie, a n'en point douter.

à écrit le 13/09/2021 à 20:58
Signaler
C'est surement une plaisanterie....l'état devrait balayer devant sa porte.

à écrit le 13/09/2021 à 20:02
Signaler
C est du blabla electoral Les patrons vont pas suivre et en periode d election le gouvernement piurra dure cvest pas de notre faute nous ont a essayer c est la fautes aux patrons .. le vice de ce gouvernement est sans fin

à écrit le 13/09/2021 à 19:01
Signaler
Qu'ils arrêtent déjà de nous voler l'argent que nous avons économisé pour nos enfants. Les frais lors de la vente d'un bien est scandaleux ,comme les frais d'héritage ,une honte !

le 14/09/2021 à 7:45
Signaler
Ca c est bien une reaction de boomer ! La dette massive que vous laissez aux generations future on en parle ? On poeut aussi parler des gros nazes que vous avez elu comme presidents, de l incapacite a gerer l immigration/integration ou de la polit...

le 14/09/2021 à 9:09
Signaler
levez le nez de votre ecran et comparer avec d autres pays...sur ce sujet La France taxe moins que ses partenaires européen..la palme aux pays scandinaves et grande bretagne ( jusqu a 65% de le valeur du bien ...)

à écrit le 13/09/2021 à 18:01
Signaler
Les responsables politiques au gouvernement qui ont mis la France en déficit astronomique devrons peut-être en répondre un jour devant la justice. Des enquêtes fiscales devrons êtres effectuées pour connaître le patrimoine des personnes, entreprises ...

le 14/09/2021 à 9:16
Signaler
si vous voulez connaitre les responsables des deficits et de l endettement du pays regardez ses courbes et ceux qui etaient au pouvoir a ce moment la : balladur 350 milliards, chirac 295 milliards, sarkozy chantre du liberalisme 495 milliards...ca la...

à écrit le 13/09/2021 à 17:58
Signaler
Décidément nos gouvernants n’ont rien compris de rien! Il ne suffit pas de claquer du doigt à la figure des dirigeants d’entreprise pour et à la fois développer notre industrie, et augmenter les salaires! Mais d’où sortent ces prétendument ministre...

à écrit le 13/09/2021 à 16:29
Signaler
Patrons, une pression. Notre Nono est distingué, raisonnable, formidable, parfait, sérieux, toujours prêt a peigner la girafe, ce n'est pas un galopin

à écrit le 13/09/2021 à 16:25
Signaler
"Ce patron toulousain du groupe NT Hôtel Gallery, de 5 hôtels et de 2 restaurants". Et actionnaire du groupe depuis 2016. Il est aussi administrateurs des groupes de protection sociale Malakoff Humanis et Klésia.Bref, pas besoin de l'augmenter lui...

à écrit le 13/09/2021 à 15:55
Signaler
Augmentation des salaires par les entreprises pour ne surtout pas toucher au train de vie de l'Etat qui est en perpétuelle croissance pour une efficacité en perpétuelle décroissance...

à écrit le 13/09/2021 à 15:31
Signaler
les elections approchent, faut distribuer des cadeaux payes par les autres.........il veut genereusement augmenter les salaires dans les domaines ou on sait que c'est mal paye, et que soit ca va creer du chomage par non embauche, soit des faillites, ...

à écrit le 13/09/2021 à 15:06
Signaler
trouvez vous normal qu'un chauffeur routier 44 TONNES pour ses 151 premieres heures touche 10,39 de l'heure brut ?????? le gouvernement a sa part de responsabilite en laissant exemple beaucoup de roumains qui ne respectent aucunes règles puissent ...

à écrit le 13/09/2021 à 14:49
Signaler
"Ce mélange des genres est insupportable"Non c'est augmenter les salaires qui leur est en premier lieu insupportable. Réaction épidermique manichéenne qui a mené à l'anéantissement de la notion travail en Europe.

à écrit le 13/09/2021 à 14:30
Signaler
Si notre gouvernement grattez moins sur les bulletins de salaires pour donner à des gens qui ne devraient pas percevoir d'aides , ni pouvoir accéder gratuitement aux soins nos salaires seraient moins diminués par les taxes surtout que lorsque des sal...

le 14/09/2021 à 7:48
Signaler
Vous avez raison sur 1 point: les salaires nets sont faibles car ils sont massivement ponctionnes. mais c est pas a cuases des "aides" . le premier poste de depense c est et de loin le paiement des pensions de retraite. viennent ensuite les soins med...

à écrit le 13/09/2021 à 14:25
Signaler
Cela sent les élections a plein nez.... il suffit d'un peu de mauvaise volonté; le temps passant, tout reviendra dans l'ordre!

à écrit le 13/09/2021 à 14:20
Signaler
Bercy, met les patrons sous pressions. Et vous, monsieur Bruno Le Maire, est-ce que vous vous mettez la pression avec vos fonctionnaires et les retraités?

le 13/09/2021 à 17:31
Signaler
Augmenter les salaires des fonctionnaires, c'est augmenter nos impôts, car l'état avec un déficiot de 100 milliards tous les ans n'a pas les moyens.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.