Benalla et ce « vieux pays » révolutionnaire qu'est la France

POLITISCOPE. L'Elysée espérait que le procès passerait inaperçu dans une actualité marquée par la montée des peurs et d'un Eric Zemmour. Patatras : le tribunal a condamné l'ancien protégé d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, à trois ans de prison dont un ferme. Un procès du "sentiment d'impunité et de toute puissance" qui résonne comme une mise en garde.
Marc Endeweld
(Crédits : BENOIT TESSIER)

Patatras ! Le tribunal a condamné Alexandre Benalla, fidèle parmi les fidèles du président de la République, à trois ans de prison, dont un an de prison ferme. Décidément, pour Emmanuel Macron, l'effet de la place de la Contrescarpe n'a décidément pas fini de faire des dégâts. En septembre pourtant, le procès de l'ancien chargé de mission de l'Elysée était passé plutôt inaperçu. Les médias s'étaient davantage intéressés au procès des attentats du 13 novembre, et puis, la crise des sous-marins australiens avait occupé l'espace également. Lorsque le parquet avait requis seulement 18 mois de prison avec sursis, aucune polémique n'avait alors surgi. Comme si une tablette magique était passée par là.

Et ce n'est pas la première fois que la macronie espère de tout son poids pour passer entre les gouttes du scandale. Souvenez-vous, à l'été 2018, la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les « événements » du 1er mai avait fini par interrompre ses travaux. Sa présidente avait décidé de jeter l'éponge, déclarant forfait, se justifiant au nom de la « séparation des pouvoirs » (sic), des éléments de langage un peu lourdauds. Et à l'Elysée, certains avaient crié victoire un peu trop vite... Car le Sénat avait finalement décidé de prendre le relais de l'Assemblée nationale, et avait mis sur pied en quelques jours sa propre commission d'enquête.

Tribunal populaire

Le « taf » de contrôle de l'exécutif par le pouvoir parlementaire avait finalement été fait par les sénateurs. Avec à la manoeuvre un vieux sénateur socialiste en vedette, Jean-Pierre Sueur, l'ancien maire d'Orléans, et un chiraquien canal historique, Philippe Bas, ancien Secrétaire général adjoint de l'Elysée. Cette commission se donne alors de faux airs de Watergate et d'impeachment à l'américaine. Et ça marche : les chaines d'info spectacle ont alors réalisé des scores d'audience spectaculaires. Comme si Benalla était passé devant un tribunal populaire. C'est qu'au fond, en France, un profond désir de justice sociale (certains diront de revanche sociale) n'est toujours pas mort, malgré de multiples injonctions à s'adapter à la globalisation financière.

Cet « égalitarisme » singé par les experts des plateaux télés, abreuvés de fiches de prêt-à-penser façon Sciences Po est peut-être finalement ce qui sauve la France de l'explosion sociale. Il ne faut jamais l'oublier, en politique, le temps long prédomine. Il n'y a qu'à voir l'inertie de la sociologie électorale dans nos territoires, ou le succès apparent d'un Éric Zemmour qui ne cesse dans ses analyses de revenir à Waterloo, 1815, chute de l'Empire, et le déclin, depuis, forcément... Comme toute pensée réactionnaire, la priorité est alors donnée au rétroviseur. On ne prépare pas l'avenir, on se fabrique une petite nostalgie bien pratique, au risque de disparaitre du monde, vraiment.

Un sentiment d'impunité et de toute-puissance

C'est tout l'anachronisme d'un Emmanuel Macron depuis 2017, expliquant aux Français qu'ils leur manquent un Roi dans leur démocratie. Lui aussi ne cesse de regarder dans le rétroviseur, à sa façon. En bon acteur de théâtre, il mime d'ailleurs un pays puissance qui n'a peut être plus les moyens de sa puissance. En tout cas, si peu est fait pour changer la sortie de route d'un pays qui a connu il y a encore peu une certaine « grandeur ».

Lors de sa victoire, Bild, le journal populaire allemand, avait titré « kitsch » au sujet de la photo officielle d'Emmanuel Macron, surchargée de symboles à clé, et de « citations » de toutes les anciennes photos des présidents de la Vème. Comme si « représenter » les Français dans la tête de ce jeune président passait forcément par rassembler dans une sorte de patchwork les marottes des uns et des autres. En démocratie, cette fragmentation si chère à nos GAFAM n'a jamais fonctionné en réalité. Le ciment d'un pays est affaire de transcendance certes, mais également de compréhension de ses véritables sensibilités, de ses évolutions, et ne peut se résumer aux fantasmes de quelques uns. Justement, avec son prêt à penser façon Sciences Po ENA, une forme d'aristocratisme continue de caractériser la noblesse d'État passé au tout marché. Et cette impression de compter plus que les autres, ce passeport d'immunité, n'a jamais été bien clairvoyante.

Les Français n'aiment pas l'arbitraire, ni celle des grands chefs, ni celle des petits chefs. Et la juge Isabelle Prévost-Desprez a justement décidé d'aller à l'encontre des trop clémentes réquisitions du parquet, dénonçant le « sentiment d'impunité et de toute-puissance » d'Alexandre Benalla. Une forme d'avertissement pour un président de la République qui adore dire qu'il a gagné par « effraction »  ? Cette semaine, lors d'un JT de France 2 délocalisé en région, le public rassemblé autour du présentateur avait décidé de ne pas respecter le storytelling télévisuel : certains commencèrent à scander « Macron démission », « Benalla en prison ! ». C'est aussi ça la France. Une certaine idée de la démocratie : le pouvoir du peuple. Loin des dérivations faciles et autres impasses à l'encontre de bouc émissaires qui arrangent finalement beaucoup de monde...


Marc Endeweld

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 08/11/2021 à 18:02
Signaler
Ce vieux pays "révolutionnaire" est maintenant complètement sclérosé par les politiques , l'immigration et la violence .....

à écrit le 08/11/2021 à 14:09
Signaler
Il a pris cher quand même... 4 ans dont 1 ferme ? On a vraiment un problème de mesure et d'application des peines. Les recommandations du procureur semblaient plus à la mesure de l'infraction commise. Mais le tribunal aura voulu faire un exemple s...

le 08/11/2021 à 17:20
Signaler
Non seulement la peine n'est pas obligatoirement allégée en appel, mais elle peut même être alourdie. Vu ce qui lui est reproché, un peu de prison ferme ne me semblerait pas excessif. Sans compter une interdiction à vie d'emplois publics et au moins ...

le 08/11/2021 à 18:01
Signaler
le hic c'est que le juges sont là pour appliquer la loi et pas leurs humeurs du moment ! Il est urgent de les responsabiliser avec la création d'un conseil d'éthique digne de ce nom et des sanctions en cas d'abus ........ !

le 09/11/2021 à 8:01
Signaler
Les juges sont la pour appliquer les lois ? Ou ça ? En France ? Sérieux ?

à écrit le 08/11/2021 à 11:22
Signaler
Et tous les hauts fonctionnaires qui l'ont imposé ou laissé s'imposer dans les rangs des CRS pendant une manifestation s'en tirent en disant qu'ils ne le connaissent pas ? Et les politiciens ne réagissent pas ? Les journalistes non plus ?

à écrit le 08/11/2021 à 10:23
Signaler
Une non affaire d'un non fait divers.

à écrit le 07/11/2021 à 10:41
Signaler
un an ferme qu'il ne fera pas on lui redonne ses passeports & son casque ?

le 07/11/2021 à 16:16
Signaler
il peut aller voir dans un autre pays personne ne le retient

à écrit le 07/11/2021 à 9:55
Signaler
Question à 1000$: combien de temps va t'il réellement passer en prison? Un petit bracelet électronique, une bonne conduite, quelques ennuis de santé, et hop, le grand air.

le 07/11/2021 à 10:49
Signaler
Et pourquoi son commanditaire est pas jugé ni condamné, Macron est bien comme Sarkozy, il a éliminé Bayrou et Benalla, qui sera le prochain fusible?

à écrit le 07/11/2021 à 9:26
Signaler
Si la justice pouvait faire preuve d'autant de sévérité à l'encontre des agresseurs des policiers, gendarmes et autres pompiers. Malheureusement c'est loin d'être le cas.

le 08/11/2021 à 11:39
Signaler
Les nombreuses comparutions immédiates avec condamnations plus sévères que celles demandées par les parquets (très souvent de la prison ferme). Et ceci de façon systématique. Renseignez vous un minimum sur les condamnations en justice lors des gi...

à écrit le 07/11/2021 à 1:58
Signaler
Le tord des francais, etre totalement nuclearises, montes les uns contre les autres, alors qu'il suffirait de s'unir pour se debarasser de cette clique politicienne. Pays des droits de l'homme....quelle blague.

à écrit le 07/11/2021 à 0:16
Signaler
Les talents de Benalla pour passer par la petite porte de derrière, qui ont visiblement été très appréciés à l'Élysée, pourront peut-être s'exercer en prison. Ce sont ses codétenus qui vont être contents ... ou pas.

le 08/11/2021 à 11:41
Signaler
Ouais, prison ferme mais détention au domicile ! C'est plutôt une cage en or oui. Puis bon comportement, maladie psychologique et le tour est joué. 1 mois à la maison ça sera toujours moins que la prison du confinement que nous avons tous subi alors ...

à écrit le 06/11/2021 à 12:39
Signaler
Tous les sponsors de notre président ont quand même réussi à taire en grande partie cette drôle d'histoire dont le mystère ne sera pas résolu par ce procès loin de là. La république des clowns.

le 06/11/2021 à 13:44
Signaler
avec m zemmour meme en second m macron n'aura aucune liberte d'action pour son prochain gouvernement tout sera sujet a controverse chose impossible avec les politicien actuel qui ne pense que pour eux et leur carrieres

le 07/11/2021 à 9:09
Signaler
Il ne s'oppose pas à la dictature sanitaire lui non plus.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.