Bretagne : Thierry Burlot monte dans le bus des régionales

 |  | 846 mots
Lecture 4 min.
Sans étiquette mais adoubé par LaREM, Thierry Burlot a lancé vendredi sa campagne depuis les Côtes d’Armor. Vice-président du Conseil régional chargé de l’environnement, il a été démis de ses fonctions par le président Loïg Chesnais-Girard, concurrent PS à l'élection.
Sans étiquette mais adoubé par LaREM, Thierry Burlot a lancé vendredi sa campagne depuis les Côtes d’Armor. Vice-président du Conseil régional chargé de l’environnement, il a été démis de ses fonctions par le président Loïg Chesnais-Girard, concurrent PS à l'élection. (Crédits : NouslaBretagne)
Divorce au Conseil régional de Bretagne en vue des élections. Sans étiquette mais adoubé par LaREM, le Modem et l’UDI, Thierry Burlot a lancé ce vendredi sa campagne depuis les Côtes d’Armor. Lundi dernier, le vice-président du Conseil régional chargé de l’environnement a été démis de ses fonctions par Loïg Chesnais-Girard. Concurrent mais pas encore en campagne, le président PS est prêt à briguer un deuxième mandat.

C'est l'histoire d'un bus jaune qui a fait déraper son plan de départ en campagne. Diffusée en début de semaine sur Twitter, une photo de véhicule au nom de Thierry Burlot, baptisé « Nous la Bretagne », a embouti le fragile équilibre de la majorité régionale à l'aube des élections. Lundi, Loïg Chesnais-Girard, le président PS de la Région, aussi candidat mais pas encore en campagne, a officialisé lui-même la candidature de son vice-président en charge de l'Environnement, tout en le démettant de ses fonctions, dans un laconique message de trois phrases: « Thierry Burlot vient de m'annoncer sa candidature aux élections régionales. J'ai pris la décision de lui retirer ses délégations. Les Bretonnes et les Bretons méritent de la clarté et de la franchise. »

Adoubé par Emmanuel Macron

Officiellement, les deux hommes étaient toujours en discussions dans l'optique d'une éventuelle alliance. Le cliché est malencontreusement venu prouver que l'organisation de la campagne de Thierry Burlot, qui était allé chercher l'adoubement d'Emmanuel Macron début février, était déjà bien avancée.

Consommé, le divorce a donc lancé la campagne (et tendu l'ambiance) des Régionales 2021 en Bretagne. Soutenu par La République en Marche, mais aussi le Modem et l'UDI, Thierry Burlot s'est officiellement lancé dans la course vendredi 26 mars. Itinérant, son bus jaune va prendre la route pour un BreizhTour.

Alors que se profilent l'ultime session plénière du Conseil régional, prévue le 9 avril, et d'éventuels nouveaux soubresauts, Thierry Burlot est bien décidé à ne pas démissionner. Depuis mardi, celui qui a voté toutes les délibérations du Conseil régional se défend des accusations de traîtrise et ne comprend pas les raisons de son « limogeage ». « Je tiens mon mandat de vice-président de Jean-Yves le Drian, pas de Loïg Chesnais-Girard », maintient-il.  Réélu président de région PS en 2015, l'actuel ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, qui continue de tirer des ficelles en Bretagne via son club Breizh Lab des progressistes bretons, avait en effet passé le flambeau (pour non cumul des mandats) à son héritier Loïg Chesnais-Girard en 2017.

Se poser en rassembleur

Depuis aujourd'hui, Thierry Burlot entend surtout se poser en rassembleur face à un président de région social-démocrate qu'il accuse de diviser, alors que sa majorité se fissure entre les toujours PS, dont il se revendique, et les ex-PS tentés par l'aventure LaREM.

« C'est une candidature de rassemblement qui va comporter des organisations politiques de centre droit, de centre gauche et des acteurs de la société civile. C'est une liste des progressistes bretons », a expliqué Thierry Burlot au Télégramme dans un entretien paru vendredi matin. Outre LaREM, l'UDI et le Modem, le candidat veut élargir pour réunir et enregistre aussi le soutien d'Agir, du groupe Bremañ, issu de la majorité régionale et du mouvement Territoires de progrès, créé en janvier 2020 par les ministres Olivier Dussopt et Jean-Yves Le Drian. « Je suis fidèle à ce que Jean-Yves Le Drian a exprimé », affirme-t-il.

Pour son entrée en campagne, Thierry Burlot a choisi la commune écologiste du Mené en Côtes d'Armor, « premier territoire français à énergie positive ».

Lors de son discours, il s'est posé aussi en rassembleur des Bretons et des Bretonnes, et au service des transitions, économiques, sociales ou environnementales (accessibilité, développement économique, innovation) et des solidarités.

"Concilier économie et environnement"

Jugeant que la Bretagne fonctionne à deux vitesses, il entend créer « une politique territoriale plus différenciée selon les territoires » qui prendra, selon lui, mieux en compte le centre Bretagne, les équilibres entre Ouest et Est ou les investissements des collectivités locales.

« Concilier économie et environnement sera une nécessité absolue », ajoute le candidat qui souhaite aussi proposer une nouvelle fiscalité environnementale sans stigmatiser et repenser le modèle agricole breton.

La liste de Thierry Burlot sera annoncée dans quelques semaines et devrait être composée d'un tiers de représentants du centre droit, un tiers du centre gauche et un tiers issu de la société civile.

Pilotée par le rennais Olivier Dulucq, conseiller municipal LaREM et ex-conseiller en charge des questions territoriales et agricoles du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, la campagne de Thierry Burlot bénéficie de plusieurs soutiens d'élus. Elle a ainsi reçu l'appui de trois vice-présidents et présidents de commission, Anne Patault, Olivier Allain et Karim Gachem, du député européen Pierre Karleskind (RenewEurope) ainsi que du maire de Dinan et vice-président de DinanAgglo, Didier Lechien.

Le duel annoncé entre Thierry Burlot et Loïg Chesnais-Girard sera sans doute arbitré par les autres candidats à l'élection : Isabelle Le Callenec pour LR, Claire Desmares-Poirrier pour la liste Bretagne d'Avenir - Écologie, Autonomie, Solidarité, Joannic Martin pour le Parti breton, Marie-Madeleine Doré-Lucas et Pierre-Yves Cadalen pour LFI, David Cabas pour Debout la France, Daniel Cueff (sans étiquette) et Gilles Pennelle pour le RN.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2021 à 23:51 :
" Sans étiquette mais adoubé par LaREM, le Modem et l’UDI", rien que cette phrase me fait rire. En ce moment c'est surtout un rire nerveux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :