Budget 2019 : Le Maire va mettre à contribution les entreprises, le Medef très mécontent

 |   |  669  mots
Rentrée au pas de charge pour le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire qui, ce lundi matin, a annoncé en plusieurs temps des mesures d'économies aux dépens des entreprises.
Rentrée au pas de charge pour le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire qui, ce lundi matin, a annoncé en plusieurs temps des mesures d'économies aux dépens des entreprises. (Crédits : STOYAN NENOV)
Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a égréné, ce lundi 27 août, les mesures d'économies destinées à contenir le déficit public et qui vont mettre à contribution les entreprises : d'abord, sur RTL, le décalage de 10 mois de la transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en baisse de charges qui va rapporter plus de 2 milliards ; ensuite, quelques heures plus tard, lors d'un point presse, la hausse du 5e acompte de l'IS qui va rapporter 1,3 milliard d'euros.

[Article publié le 27 août 2018 à 8:47, mis à jour avec mesure sur l'IS et réactions ]

L'entrée en vigueur de l'allègement de charges patronales au niveau du smic qui devait accompagner la transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en baisse de charges pérenne sera décalée au 1er octobre 2019, a annoncé lundi le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

"En plus de cette transformation du crédit d'impôt (CICE, Ndlr) en allègements de charges, nous avions prévu un allègement supplémentaire de quatre points des cotisations sociales au niveau du smic pour toutes les entreprises dès le 1er janvier 2019", a déclaré Bruno Le Maire sur RTL.

Une mesure qui permettra d'économiser 2 milliards d'euros

"J'ai proposé au président de la République et au Premier ministre que nous reportions cet allègement de quatre points supplémentaire du 1er janvier 2019 au 1er octobre 2019", a-t-il ajouté.

Ce report, décidé dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019, et qui concerne les salaires au niveau du SMIC, va permettre "d'économiser plus de 2 milliards d'euros", a assuré M. Le Maire sur RTL.

S'exprimant au lendemain de l'annonce par le Premier ministre des arbitrages pour le budget 2019, marqué notamment par de nouvelles économies dans le champ des prestations sociales., le ministre ajoutait :

"Aucune entreprise n'y perdra mais c'est une question de justice."

"Tout le monde sera mis à contribution pour rétablir les équilibres des finance publiques, les entreprises aussi", a-t-il poursuivi.

Le Medef regrette ce signal négatif du gouvernement

A la veille de son université d'été (qui débute demain mardi 28 et mercredi 29 août), le Medef pouvait difficilement rester sans voix : le nouveau président de l'organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux, lors d'un point de presse ce lundi, s'est désolé:

"On ne peut que s'en désoler et regretter le signal négatif."

Hausse du taux du 5e acompte de l'IS : encore 1,3 milliard économisé

Autre mesure, annoncée quelques heures plus tard par M. Le Maire lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef): la hausse du taux du cinquième acompte de l'impôt sur les sociétés (IS) pour les entreprises réalisant plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires.

"Il n'y aura pas d'élargissement mais celles qui y sont soumises verront le taux augmenter par rapport aux trois tranches existantes", a expliqué le ministre, disant anticiper un gain de 1,3 milliard d'euros pour les finances publiques.

Les acomptes d'impôt sur les sociétés sont des versements payés par anticipation par les entreprises sur une partie de leur chiffre d'affaires.

"Il s'agit d'avances de trésorerie. Cela ne changera pas le montant final d'impôt sur les sociétés payé par les entreprises", a précisé Bercy.

Pour le Medef, très déçu, Macron ne s'attaque pas aux "vrais problèmes"

"Ça ne fait que résoudre un problème de très court terme pour la trésorerie de l'Etat en 2019 et ça ne résout pas les vrais problèmes structurels de ce pays, 57% de dépense publique sur le PIB" alors que la moyenne européenne est autour de 50%, a estimé Geoffroy Roux de Bézieux.

Un avis partagé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), qui a dénoncé dans un communiqué le report d'allègement de charges annoncé par Bercy.

C'est "une mauvaise nouvelle pour les entreprises qui devront prendre en compte ce revirement, qui impactera négativement le coût des salaires en 2019", a-t-elle estimé.

En attendant les réactions de la gauche...

Reste à attendre les réactions notamment de la gauche, qui critique régulièrement le gouvernement pour ses choix budgétaires jugés très favorables aux entreprises et pas assez aux salariés ou aux retraités, et donc au pouvoir d'achat.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2018 à 10:34 :
Il y a deux façons de résorber le deficit. Augmenter les recettes ou diminuer les depenses. On gele l'assistanat ca gueule ( President des riches etc..) on augmente les impots ca gueule aussi. Melanchon et Wauquiez critiquent mais ne proposent aucune solution.
Réponse de le 30/08/2018 à 17:36 :
Désolé mais vous vous trompez - Mélenchon Wauquiez et Le Pen proposent tous la même solution - diminuer les impôts ET augmenter les dépenses, pour laisser courir le déficit largement au delà des 3% et faire un bras d'honneur à nos partenaires européens, avec comme conséquence à long terme la désintégration de la zone Euro et la faillite du pays.
Donc ils critiquent ET proposent une solution (stupide, j'en conviens...)
.
Réponse de le 31/08/2018 à 11:44 :
Ont vois que t es pas à 1200
a écrit le 29/08/2018 à 7:49 :
Ai-je bien lu "hausse du taux.... Encore 1,3 milliards économisé!"; économisé pour qui et pourquoi? De toute façon, quand on parle d'économieS, il faudrait parler en dizaines de milliards et le Mozart de chez Rothschild ne semble pas savoir ce que c'est.
a écrit le 28/08/2018 à 20:27 :
Des magouilles des mon songes le gouvernement macron ils est fragile attaquées les plus pauvre LeS retraitees a 1200 € csg plus gel 2018 /2020?lacrin tiens las route macron un simplement un a métreur macron fait un peut bronleur
a écrit le 28/08/2018 à 18:00 :
Dans la bouche de cet énarque le mot "économie" signifie augmentation d'impôts et de taxes ou décalage de baisse d'impôts pour les entreprises. Ce type se fout du monde et depuis longtemps...
a écrit le 28/08/2018 à 14:55 :
Ce qui est sournois, c'est que l'appauvrissement du salarié sert de prétexte aujourd'hui pour presser les retraités et les PME.
a écrit le 28/08/2018 à 11:39 :
Ils ont cru tout savoir au dessus de tout le monde et ont perdu par leur naïveté , par la croyance qu'ils étaient à la hauteur et bien nous voyons les maçons au pied du mur qui en catastrophe au retour de congé veulent faire payer aux autres leurs propres erreurs avec la communication que l'on connait (lamentable).
a écrit le 28/08/2018 à 9:31 :
Pour les entreprises c'est un simple décalage d'un cadeau inutile pour l'économie.Par contre pour les retraités ,c'est 2% de perte de pouvoir d'achat,(différence entre l'augmentation des retraites de 0.3% et inflation à 2.3%)qui se rajoute au 1.7% d'augmentation de la CSG non compensée.Et en 2020,si l'inflation est plus importante,la perte pour les retraités,risque d'être supérieur à 2%.Au total,on risque d'avoir 6% ou plus de perte de pouvoir d'achat sur 3 ans pour les retraités!.Cela va diminuer la consommation et la croissance.C'est clair
a écrit le 28/08/2018 à 8:55 :
Pendant ce temps :

La bronca a fait mouche. Pas question de faire payer les entreprises pour les arrêts maladie de courte durée. Les 4 000 chefs d’entreprise réunit pendant deux jours cette semaine pour le grand raout de rentrée du Medef devraient applaudir des deux mains la promesse faite ce week-end par Édouard Philippe de ne pas effectuer de « transfert brutal » de ce financement vers les sociétés.Attendu au tournant sur le bonus-malus sur les contrats courts et le prélèvement à la source, le Premier ministre, qui prononcera un discours mardi à Jouy-en-Josas (Yvelines), dans la foulée du nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, n’arrivera pas sans rien dans ses poches. « J’écarte l’hypothèse d’une mesure brutale de transfert vers les entreprises, c’est clair », a-t-il dit dans les colonnes du JDD pour clore le dossier du financement des arrêts maladie.
a écrit le 28/08/2018 à 8:48 :
Le pays attends toujours la réforme de l’etat Pour sortir du déficit public.
Rendons les exemples de pays qui viennent de le faire CANADA SUEDE PORTUGAL et même la GRÈCE
Le remède et brutal , la potion MACRON est plus douce mais comptez que sur une reprise économique au lieu de faire la réforme de l’état est inefficace
Réponse de le 28/08/2018 à 10:41 :
Le déficit public s' inscrit dans le cadre de l' appartenance à l' UE et des GOPE s' adressant à la France, comment, pourquoi ?
« Réduction des dépenses publiques »

Traduction : c’est ce que le gouvernement a annoncé avec son plan de 50 milliards d’économie [4]. C’est la fameuse contrepartie du « pacte de responsabilité » pour ne pas faire exploser le déficit. À ce pacte de responsabilité peu efficace [5] sur la compétitivité, il est désormais demandé d’ajouter une nouvelle réduction drastique des dépenses publiques.

Ce qu’il faut savoir – et que tous les économistes savent – c’est que pratiquer des coupes sombres dans les dépenses publiques lorsqu’un pays est déjà en période de stagnation économique est une politique qui ne peut mener qu’à la récession. Et c’est en outre contre-productif puisque la récession entraîne une baisse des recettes fiscales souvent supérieure aux économies réalisées par la réduction des dépenses. En d’autres termes, cela revient paradoxalement à creuser le déficit que l’on prétendait combler…

Il faut enfin savoir que l’histoire économique enseigne qu’il n’y a pas de baisse des dépenses publiques réussies sans dévaluation monétaire. Songeons aux exemples récents de l’Allemagne (dévaluation de facto avec l’adoption de l’euro, qui est sous-évalué pour la compétitivité allemande) et de la Suède. Autant dire que la baisse des dépenses publiques est impossible pour la France, du fait que l’euro est très surévalué par rapport à la compétitivité de l’économie française.
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
a écrit le 28/08/2018 à 8:32 :
Continuez a saboter la France et elle disparaîtra! C'est ce que veut cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles et dont Macron applique le programme!
a écrit le 28/08/2018 à 4:35 :
La croissance est en berne, la consommation degringole, les taxes augmentent perfidement, et cet economiste de bistrot decide d'en rajouter sur les entreprises, vous savez, ces dernieres qui font encore exister un peu le pays a l'export....
Francais, virez cette caste d'enarques.
a écrit le 27/08/2018 à 23:23 :
et comme disait darmarin ce matin ' les impots vont continuer de baisser' !
a écrit le 27/08/2018 à 22:15 :
Toutes les vieilles ficelles de l'ancien monde! Pas étonnan ! de la part de l'homme trop intelligent!
a écrit le 27/08/2018 à 22:07 :
C'est normal que les entreprises soit mit à contribution car pas de croissance mais aussi ces hauts fonctionnaires qui nous piquent tous notre pognons et nous pendant ce temps là on doit ce serrer la ceinture comme l'augmentation des salaires oui mais quand on voit le prix des carburants et les matières premières qui ne cesse d'augmenter
a écrit le 27/08/2018 à 20:35 :
La confiance est perdue ils peut geles leS virement des retraitees ils ont tout les droits c est plus de la démocratie c est du totalitarisme m as retraite à part tien a macron un faciste
a écrit le 27/08/2018 à 19:50 :
taper sur tous et n'avoir AUCUN RESULTAT tangible, les pires même depuis hollande (ah c'était déjà micron ministre de l'économie) il faut que les Français réagissent, ce dernier petit président nous mène à la ruine, la Grèce se rapproche.
a écrit le 27/08/2018 à 19:47 :
C'est une illusion de croire que les entreprises sont la France en marche. Non, ce sont les hauts fonctionnaires pantouflards. C'est l'exception économique française!
a écrit le 27/08/2018 à 18:41 :
Une seule solution n importe qui , mais plus Macron et consors !
a écrit le 27/08/2018 à 17:53 :
depuis un an le pays a fortement reculé au palmarès !effet d annonces et peche a la ligne chez les chasseurs ! ! la confiance n est pas au rendez vous.//. . pouvoir d achat / chomage/ migrants / pesticides pour combien d années(3ou 5
a écrit le 27/08/2018 à 17:51 :
le gouvernement bafouille s'embrouille cela sent la panique on sac les retraités ils s'en rappeleront l'an prochain macron est trop sur de lui il aura des problèmes ,est attention si c'est la droite pure et dure qui passe aux européennes les petits vieux et d'autres vont sans occuper dans les clubs nous sommes tous d'accord a part quelques melanchon perdus dans la masse macron aura des soucis il a tout fait pour ! il ira chercher benalla pour le dem….
Réponse de le 28/08/2018 à 4:38 :
Soyez en convaicu, aux prochaines erections, ce sera la niece qui remportera la palme. Apres avoir tout "essaye" les francais ecoeures choisiront les extremes. Mettez du riz de cote, de l'huile.....
a écrit le 27/08/2018 à 17:50 :
le gouvernement bafouille s'embrouille cela sent la panique on sac les retraités ils s'en rappeleront l'an prochain macron est trop sur de lui il aura des problèmes ,est attention si c'est la droite pure et dure qui passe aux européennes les petits vieux et d'autres vont sans occuper dans les clubs nous sommes tous d'accord a part quelques melanchon perdus dans la masse macron aura des soucis il a tout fait pour ! il ira chercher benalla pour le dem….
a écrit le 27/08/2018 à 17:50 :
le gouvernement bafouille s'embrouille cela sent la panique on sac les retraités ils s'en rappeleront l'an prochain macron est trop sur de lui il aura des problèmes ,est attention si c'est la droite pure et dure qui passe aux européennes les petits vieux et d'autres vont sans occuper dans les clubs nous sommes tous d'accord a part quelques melanchon perdus dans la masse macron aura des soucis il a tout fait pour ! il ira chercher benalla pour le dem….
a écrit le 27/08/2018 à 17:37 :
Qu'est ce que le probleme? l'Etat n'a plus d'argent. Macron ne peut pas reformer l'UE sans reformer les finances de la France. Et qu'est ce que ce passerai si le prochain president du BCE n'est pas achetable voire chantable?
a écrit le 27/08/2018 à 17:30 :
Ca sent les éléctions, si le gvt gagne en trésrorerie a court terme, alors son "bilan de la dette" en fin d'années sera plutot positif, et LREM pourra s'en servir comme faire-valoir aux elections européennes...
a écrit le 27/08/2018 à 16:45 :
En l espace de quelques heures nous avons eu droit à ce qu on apprend a l ENA 1) le premier ministre qui parle de prestation sociale en parlant des pensions de retraites !!? 2) mr Le Maire ..normalien enarque et j en passe qui explique que même si les retraites ne suivent pas l inflation les retraités ne sont pas perdants ..ah bon? j aurai du faire l ENA pour comprendre
a écrit le 27/08/2018 à 16:28 :
On peut en faire des économies : 400 000 euros à Mme Macron ; elle est retraitée elle peut bien faire du bénévolat comme beaucoup de senior dans notre pays
2/ la vaisselle : 50 ou 500 000 c'est toujours de trop en ses périodes très maigres semble t il, 3 la piscine :l'année prochaine allez au camping comme les derniers de cordée 4/ louer fort brégancon : ca devrait rapporter ... 5/ arrêter de nous prendre pour des idiots : en terme de gestion de budget je pense que la majorité des français d'en bas savent mieux la faire que nos zenarkes et vous savez pourquoi ? parce que c'est leur argent gagné durement , ce qui n'est pas le cas de nos pseudos dirigeants qui quoiqu'ils décident sont impunément "à l'abri " et à nos frais. Quelle morgue et quel dédain vis à vis des citoyens. Encore 4 ans !!!!! Uen suggestion : Au Portugal la reprise est là et avec d'autres recettes que celles éculées que Macronie utilise, alors vite un benchmark et application des bonnes pratiques ... à mince c'est un gouvernement de gauche au Portugal, un vrai et avec un homme politique à sa tête, un vrai aussi. Ca change tout.
a écrit le 27/08/2018 à 16:15 :
Tout le monde râle en prêchant pour son pré carré (les retraités pour ci, les salariés pour ça, les autres pour ceci ou cela).
En étant divisés nous n'arriverons a rien.
L'Etat nous divise pour arriver à ses fins.
Qui d'entre nous pourra, honnêtement, canaliser cette colère, mobiliser les gens dans la non violence, et sera capable de changer ce système dont plus personne ne veux pour mette quelque chose de plus équitable à la place ? Aucun des politiques présents sur le marché actuellement. Mobilisons nous et remontons nous les manches pour créer ensemble ce que nous voulons. Ou arrêtons de râler.
Réponse de le 27/08/2018 à 19:37 :
Vous etes bien naive:si le système perdure,c'est que assez nombreux en sont les bénéficiaires.Je parle de tous ceux qui ont un solde nettement positif avec l'état,cela va du public,au semi privé,en passant par les ONG,certains paysans,le secteur associatif,culturel,médiatique,médical etc...
Réponse de le 29/08/2018 à 11:09 :
Vous avez raison Gérard , impossible de discuter avec des têtus qui font des erreurs énormes et vont jusqu'au boutiste pour ne pas reconnaître leurs énormes erreurs . Ils sont trop imbus de leurs personnes pour changer de cap .
a écrit le 27/08/2018 à 15:59 :
Les retraités ont massivement voté pour Macron! Qu'ils assument maintenant!
a écrit le 27/08/2018 à 15:07 :
45 ans de vie active et donc 45 ans de cotisations.Je n'ai pas l'impression d'avoir volé ma retraite. Quand les retraités vont en avoir assez de se faire traire, ils vont cesser de donner aux associations, arrêter le bénévolat qu'ils offrent à diverses structures, réduire les aides qu'ils apportent à leurs enfants et petits enfants, bien sur réduire leur consommation et se retirer petit à petit de la vie citoyenne pour se recentrer sur leurs intérêts propres.
Ce jour là nos politiques vont peut être comprendre le poids économique des retraités et leur pouvoir de nuisance. Les premiers de cordée risquent de devoir redescendre en rappel...et en catastrophe. Et j'ai idée que ce jour là n'est pas si lointain.
Réponse de le 27/08/2018 à 16:17 :
Ne vous en faites pas, c'est déjà en cours, regardez du coté des expatriés (des retraités expatriés) et des pays qui les accueillent bien volontiers (ex : le portugal pour rester dans l'UE, les pays du Maghreb, en Asie, etc.). Certains râlent, d'autres passent à l'action...
a écrit le 27/08/2018 à 14:50 :
Comme d'habitude le gouvernement applique son super rabot sur le budget. Mais bientôt il n'y aura plus rien à raboter que feront nos gouvernants pour faire des économies dans le budget.
Il n'y a aucune nouvelle idée pour faire des économies.
Macron deviendrait il pire que Hollande?
a écrit le 27/08/2018 à 14:36 :
Ne pas s'étonner qu'un ex banquier réagisse et agisse en financier : on diminue les coûts par le différentiel inflation / augmentation des salaires ou retraites, on parle productivité dans les corps d'état mais sans oser prononcer ce terme maudit ni aller vraiment en ce sens, on parle " justice " en mettant aussi les entreprises à contribution mais on " oublie " l'état, ou presque, comme d'habitude. Qui en sera réellement surpris ? L'économie française reproduit les hauts et bas de l'économie européenne mais le taux de croissance toujours inférieur à celui de nos voisins traduit le coût de notre état obèse qui se sert au passage et constitue un véritable boulet pour ceux qui le nourrisse bien malgré eux. Personne ne peut dire ouvertement aux français qu'ils vivent au dessus de leur moyens, en partie grâce à cette Europe maudite, et si certains clament qu'il faudrait rembourser les français, ils se gardent bien de dire ce que cela implique en baisse et non en augmentation de revenus !
a écrit le 27/08/2018 à 13:43 :
La désindexation des retraites par rapport à l'inflation est inacceptable:
En cas de crise économique grave et imprévue entrainant une inflation galopante les retraités peuvent se retrouver avec des retraites réduites en peau de chagrin, ou même plus rien ...
Réponse de le 27/08/2018 à 14:19 :
Idem pour nous.Toute une vie de cotisations et on nous retire une partie de nos droits!Tout ceci est il bien légal?
a écrit le 27/08/2018 à 13:27 :
Cet opportuniste de première qui contribue à taper sur les vieux.... DEHORS !!!
a écrit le 27/08/2018 à 13:23 :
Et le chômage se maintient ... Il faut dégager Macron l'usurpateur et appeler au rassemblement Wauquier Marion . Retour à la France first !
a écrit le 27/08/2018 à 12:59 :
Macron taxe , réduit les prestations, augmente la CSG, la croissance chute, rien de bien nouveau, toujours aussi médiocres nos politiciens.
a écrit le 27/08/2018 à 11:47 :
Mr S les ministres arrête svp des mètre LeS retraitees dans le kk aux a la rue si vous n avez pas des compétences démissionner arrête des donne aux riches partage le gâteau macron ils c est plainte
a écrit le 27/08/2018 à 11:44 :
et bientot la tragi comedie de la taxe d,habitation
a écrit le 27/08/2018 à 11:05 :
Quelle est la différence entre le CICE et la baisse des charges?Eh bien,le CICE ne profite qu'a certaines entreprises ,pas toutes.La baisse des charges profiterait a toutes.Reporter cette transformation ne sert qu'a protéger encore un an certaines entreprises peu partageuses de la manne publique.Que l'état paye le CICE ou la baisse des charges c'est la meme enveloppe,donc reporter d'un an c'est zéro économies.
a écrit le 27/08/2018 à 11:02 :
UN quand notre monarchie va t elle faire des economies de fonctionnement ? VAISSELLE piscine deplacement intempestifS emplois pour les copains

deux on baisse les charges sur les bas salaire MAIS QUI EN PROFITE LE SALAIRE E
MIROBOLANT DES PDG voir pdg air France GHON ETC IL FAUT UNE REGLEMENTATION
Réponse de le 27/08/2018 à 11:45 :
Plutôt que de vouloir réguler le secteur privé, qui fait tourner le machine, Vous pourriez plutôt vous soucier des salaires mirobolants et autoproclamés de ceux qui nous imposent !!!!!
a écrit le 27/08/2018 à 10:48 :
"Afin de contenir le déficit public"

Il suffisait de supprimer définitivement le CICE, ce cadeau sans contrepartie fait aux entreprises.
a écrit le 27/08/2018 à 10:37 :
Depuis qu'il est entré en politicaille, Bruno LEMAIRE est reconnu pour ses prétentions énarquiennes et ses incompétences NOTOIRES ;

Nos commentaires peuvent se limiter à ce constat, rien de plus à dire, c'est concis.
a écrit le 27/08/2018 à 10:27 :
Par la charge croissante qu'il impose au pays, l'Etat détruit la croissance économique nécessaire à l'épanouissement des facultés et potentiels des français. Ce petit ralentissement de la croissance mondiale va être compensé par un augmentation des impôts, qui va entraîner une plus grande récession de la France. C'est super le gouvernement par les hauts fonctionnaires!
a écrit le 27/08/2018 à 10:16 :
LREM veut faire crevé les retraités a petite et moyenne pension et qu . ils stoppent les évasions fiscales de 80 milliards par an !!!!!!!
méprisant avec les pauvres
toujours tout pour le MEDEF
Réponse de le 27/08/2018 à 10:48 :
ah ces pauvres retraités ... Ils ont un niveau de vie superieur aux actifs qui les financent (cf INSEE) mais ils arretent pas de pleurer. Il va peut etre falloir leur dire que les trentes glorieuses c est fini et que leurs revenus ne vont pas augmenter par miracle alors que le reste de la France decline doucement. En plus c est quand meme grace a nos boomers que nous avons un deficit enorme et 30 ans d inaction (de Mitterrand a Hollande). Alors n est il pas logique que vous payez (un peu) les degats que VOUS avez causé (parce que en 81 je ne pouvais pas voter moi !)
Réponse de le 27/08/2018 à 11:09 :
oui, mais... l'article dit justement que les entreprises contribueront aussi!

Et retraité ne signifie pas forcément pauvre.
Les retraités à petite pension devraient bénéficier de la baisse de taxe d'habitation.
a écrit le 27/08/2018 à 9:41 :
ça fait 30 ans que l on baisse les charges sur l'es bas salaire, 30 ans que le chômage augmente et 30 ans que le MEDEF en veut toujours plus......
il y a peut être pour partie un bug dans le diagnostique de l économie française.......
le problème vient peut être aussi des patrons largement autant que des ouvriers.....
on a lourdement desinvestit dans l industrie en cherchant les marges en délocalisation.....résultat, tout un écosystème de sous traitant et de cotraitant a disparu, relocalisé en Hongrie, Slovaquie, Tchéquie et Pologne......on s étonné ensuite de n'a pas aller bien.......
de plus, le système éducatif français méconnaît tout se qui tourne autour du "travail manuel".....qui, ceci étant, d vient de plus de en plus technique......
les entreprises veulent du salarié prêt à l emploi etc etc etc.....
c est sur ces sujets qu il faut travailler.......pas sur les bidouillages comptables
a écrit le 27/08/2018 à 9:16 :
Le déficit budgétaire prévu n'est QUE DE environ 80 milliards. Nous ne sommes pas près de voir un excédent budgétaire; il serait temps d'envisager une baisse des dépenses .... et une baisse des impôts; MACRON, à la baille!
Réponse de le 27/08/2018 à 9:50 :
@henry 27/08/2018 9:16
Ok pour sabrer (j'écris bien sabrer) dans les dépenses publiques/collectivités et sociales: il y a de quoi faire (moins 5% en 5 ans, ce n'est pas la mère à boire). En ce qui concerne les baisses d'impôts, je serais plus mesuré: impôt sur les revenus des particuliers: non, peut-être plus tard; sur les entreprises: oui.
Une option serait d'augmenter la TVA de 2% sauf sur les produits de première nécessité, car la TVA est un impôt assez indolore et rapporte gros.
Cordialement
Réponse de le 27/08/2018 à 11:10 :
on voit bien ce qui se passe dès qu'on rogne 5€ d'APL...
Réponse de le 27/08/2018 à 23:14 :
@Bernardino: Intéressant; peut-être faudrait-il avantager les entreprises avant les particuliers, pour les encourager à produire en France ce que nous importons.
a écrit le 27/08/2018 à 9:15 :
Beaucoup d’effets d’annonce, peu de résultats ?

Tout d’abord, comme pour les contreparties du TSCG ou les chiffres du chômage , le gouvernement devient un expert du bidouillage des chiffres. En effet, pour les contreparties du TSCG, le fameux pacte pour la croissance, Hollande annonçait 120 milliards d’euros dont plus de la moitié étaient des fonds déjà existants. Pour ces baisses de charges, l’effet d’annonce est de 30 milliards d’euros mais sont compris dedans les 20 milliards d’euros du CICE qui existent déjà. Il s’agit par conséquent d’une baisse réelle de 10 milliards d’euros.

Les charges sociales qui pèsent sur le travail sont de l’ordre de 20,7% du PIB en France. Par conséquent, nous avons environ 433 milliards d’euros de charges sociales sur le travail. Une baisse de 10 milliards d’euros correspond en vérité à une baisse de 2,3% des charges.

On a bien vu avec le CICE que cela n’a créé aucun emploi, objectif initialement affiché par le gouvernement. Le million d’emplois annoncé par Pierre Gattaz est une vaste plaisanterie pour toute personne ayant des notions de macroéconomie. Il ne faut pas oublier non plus que cette baisse des charges aux entreprises va devoir être financée et il est fort à parier que ce sont encore les ménages qui vont passer à la caisse.

De plus, avant d’embaucher ou même d’investir, les entreprises vont d’abord chercher à reconstituer leurs marges. En conséquence, en plus d’avoir un impact nul sur l’emploi, ce pacte aura sans doute un impact quasiment insignifiant en termes de croissance. Par conséquent, ce pacte est-il vraiment utile et efficace ? Est-ce un cadeau en pure perte fait aux entreprises ?
https://www.upr.fr/actualite/france/pacte-responsabilite-annonce-en-grande-pompe-effets-mediocres-charles-henri-gallois
a écrit le 27/08/2018 à 9:07 :
CICE en baisse de charges pérennes, pas de charges sociales sur HS, tout cela mais c'est bien sûr du Sarko.....mais en plus lemaire/macron/philippe massacrent les plus pauvres, ce que n'avait pas fait Sarko.
a écrit le 27/08/2018 à 9:04 :
c'est une mesure provisoire ' a la francaise', donc permanente........
autant dire que c'est enterre, personne n'est dupe!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :