"Ça va taper très dur jusqu'à la mi-avril" : Macron va-t-il en conclure qu'il faut confiner l'Ile-de-France ?

 |  | 827 mots
Lecture 4 min.
Hier, mercredi 17 mars 2021, le président français Emmanuel Macron s'est entretenu avec le personnel travaillant dans le service de soins intensifs de l'hôpital de Poissy / Saint Germain en Laye, près de Paris.
Hier, mercredi 17 mars 2021, le président français Emmanuel Macron s'est entretenu avec le personnel travaillant dans le service de soins intensifs de l'hôpital de Poissy / Saint Germain en Laye, près de Paris. (Crédits : Yoan Valat / Piscine / Abacapress via Reuters)
Réponse ce soir avec Jean Castex qui doit annoncer de nouvelles restrictions lors d'une conférence de presse repoussée à 19 heures dans l'attente de l'avis de l'Agence européenne du médicament sur l'utilisation du vaccin AstraZeneca.

L'Ile-de-France et les Hauts-de-France reconfinées pour le week-end ou toute la semaine ? L'exécutif doit annoncer jeudi de nouvelles restrictions pour tenter de freiner la "troisième vague" de l'épidémie du Covid-19 qui va "taper très dur" jusqu'à la mi-avril selon Emmanuel Macron.

"On est - soyons clairs - dans une troisième vague largement due à la montée de ce fameux variant anglais. La situation est clairement critique. Ça va taper très dur jusqu'à la mi-avril", a souligné le chef de l'État mercredi soir lors d'une visioconférence avec des maires franciliens et d'autres régions.

Jean Castex doit annoncer ces nouvelles restrictions lors d'une conférence de presse repoussée à 19H00 dans l'attente de l'avis de l'Agence européenne du médicament sur l'utilisation du vaccin AstraZeneca.

Elles concerneront d'abord les 12 millions de Franciliens et les 6 millions d'habitants des Hauts-de-France, deux régions particulièrement touchées par la nette accélération de la circulation du virus en France, avec plus de 38.000 contaminations en 24 heures selon le dernier bilan.

Les deux têtes de l'exécutif, qui va continuer à consulter des élus, vont se voir en fin de matinée pour caler les derniers arbitrages, selon une source gouvernementale.

Dès mercredi midi, à l'issue d'un nouveau Conseil de défense sanitaire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait savoir que "des mesures supplémentaires", applicables dès ce week-end, seraient prises dans ces deux régions, tout en laissant entendre que les écoles y resteraient ouvertes.

Pas de nouvelles restrictions en revanche en PACA, où Nice et le littoral des Alpes-Maritimes sont déjà confinés le week-end.

Mais avant même d'être annoncé, un reconfinement, même partiel, est déjà jugé avec sévérité par l'opposition et certains scientifiques.

Bruno Retailleau, patron des sénateurs Les Républicains (LR) a ainsi déploré, sur France Inter::

"Quand on prend des mesures de freinage brutal, par exemple le confinement le week-end, c'est parce qu'on a échoué sur tout le reste."

Quant à lui, Adrien Quatennens, le numéro deux de La France Insoumise (LFI), a critiqué ainsi l'action du gouvernement sur BFMTV :

"La difficulté que nous avons, c'est à la fois le virus et le fait qu'Emmanuel Macron rate tout ce qu'il entreprend."

Axel Kahn, le président de la Ligue nationale contre le cancer, a lui fustigé sur Europe1 "l'échec du pari" de M. Macron de ne pas avoir reconfiné en janvier:

"Ce reconfinement aujourd'hui à la dernière limite, le couteau sous la gorge, en dernière extrémité, est la pire des choses."

Mais Aurore Berger, députée LREM, a fait entendre la position de la majorité présidentielle en ces termes sur France2 :

"Les Français ont compris qu'il n'y avait pas le choix."

Trois scénarios

Alors que M. Macron promet des "décisions pragmatiques, proportionnées, territorialisées, nécessaires", son Premier ministre a évoqué trois scénarios devant les parlementaires: un confinement le week-end, comme en novembre ou comme au printemps 2020.

"L'hypothèse d'un confinement national n'est pas envisagée à ce stade mais pas exclue" si les données continuaient à évoluer défavorablement, a rapporté le chef de file des sénateurs PS Patrick Kanner à l'AFP.

Devant les élus mercredi soir, Emmanuel Macron a insisté sur la lassitude des Français et la nécessité de faire du sport en plein air. "On a quand même appris une chose à partir du premier confinement, c'est qu'être dehors c'est plutôt bon, si on ne fait pas de grandes fêtes ou on ne se met pas à aller boire de la bière dans des endroits communs", a dit le chef de l'Etat qui pourrait décider de garder parcs et jardins ouverts.

Alors que toute la France est déjà sous couvre-feu, l'exécutif a tout fait pour retarder des restrictions supplémentaires.

Des transferts de malades vers des régions moins touchées ont été organisés, les hôpitaux déprogramment des opérations et mobilisent des lits des cliniques privées.

Décision aussi sur AstraZeneca

Mais ces déplacements de malades s'avèrent plus compliqués que prévu. Très peu de malades en réanimation sont suffisamment stables pour cela et les familles réticentes.

Les chiffres restent mauvais: outre la hausse du nombre de contaminations, le taux d'incidence a de nouveau grimpé à 425 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours dans la région parisienne (505 en Seine-Saint-Denis), bien au-dessus du seuil dit d'"alerte maximale" des autorités sanitaires (250).

Au total, 4.219 malades du Covid-19 étaient en réanimation mercredi en France, alors que le pays a dépassé la barre des 91.000 morts.

Pour sortir de la crise, qui a coûté plus de 160 milliards d'euros l'an dernier selon le gouvernement, la France compte sur la vaccination de masse, freinée depuis lundi par la suspension surprise du vaccin d'AstraZeneca.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2021 à 18:24 :
Le seul qui tape dur c'est Macron, et il n'a pas attendu le covid pour le faire. Ou alors il parle de lui à la troisième personne. Vu le personnage arrogant et méprisant, ça serait pas étonnant 😁
a écrit le 18/03/2021 à 18:15 :
Notre Président avec son gouvernement semblent fonctionner comme les SHADOKS!
a écrit le 18/03/2021 à 16:57 :
"et mobilisent des lits des cliniques privées".

Le patron des cliniques privés n'avait pas le même son de cloche a la TV ,il ne comprenait pas pourquoi ,on ne faisait pas appel au privé alors que 2000 lits étaient disponible.
a écrit le 18/03/2021 à 16:36 :
Confinement le week-end en Île-de-France : "C'est une vie impossible", estime Emmanuel Macron.
Confinement le week-end en île-de-France: "C'est inhumain", estime Hidalgo.
Aucun scrupule d'un autre côté à confiner les provinciaux et à faire d'un autre côté des transferts de malades franciliens en province.
100% des personnes à qui j'en parle trouvent que c'est un scandale absolu, un traitement de faveur scandaleux parceque nos dirigeants ne veulent pas jouer le jeu car ils vivent en ile de France n'est-ce pas?
Je ne fait par contre aucun reproche aux habitants d'ile de France qui ne font que subir les décisions de nos élites.
a écrit le 18/03/2021 à 16:01 :
Un an après on est toujours au même point et on va encore prendre des mesures qui n'ont pas
fonctionné en France.
a écrit le 18/03/2021 à 15:54 :
Nous n'en serions pas là si tous les Français prenaient des précautions ans les grandes villes .
Ce sont des inconscients .
Réponse de le 18/03/2021 à 18:52 :
Réflexion de bon sens.
Si chaque jour qui passe depuis 1 an maintenant apporte son lot ( petit ou grand ) de contaminés/décès c'est d'abord et avant tout grâce aux ...
Ce prendre en charge individuellement est bien le minimum requis.

Les autorités porteront ensuite leurs parts dans le refus, la négation de l'autorité et l'infantilisation bêtifiante qu'elles servent par médias interposé ( qui eux s'amusent à faire rebondir la baballe en allant plus bas que le caniveau ( Bill Gates/5G/extra terrestre et expertologue/opinioniste de foire et salon ).

Nous ne sortirons pas de ce bourbier avant longtemps tant la masse des ...
est trop volumineuse.
Le Darwinisme aurait du bon si la sélection naturelle se basait sur l'intellect ou la débrouille, malheureusement non et çà en est perturbant.
a écrit le 18/03/2021 à 13:47 :
A quand le recours aux hôpitaux militaires et aux cliniques privées avant de penser au reconfinement total, en attendant les médecins ont encore du temps pour passer sur les écrans .
a écrit le 18/03/2021 à 13:40 :
A force d'être assistée une majorité de français ne sait plus se prendre en main. Cette crise sanitaire montre tous les jours leur impossibilité à s'adapter à ce monde où la pandémie dicte sa loi.
a écrit le 18/03/2021 à 13:18 :
"On a quand même appris une chose à partir du premier confinement, c'est qu'être dehors c'est plutôt bon"
Ces marcheurs sont énormes ! Toutes ces années d'études pour ça !
Réponse de le 18/03/2021 à 15:02 :
Et woui
Jamais confiné depuis le 1er confinement, tlj au boulot
Tous les WE en vadrouille où je pouvais, même noel avec le gd père
Jamais malade

Quelle pandémie ??
a écrit le 18/03/2021 à 13:15 :
Tout ce qui pouvait aller de travers l'a été. Notre cher président a laissé un boulevard aux JLM et MLP en se laissant écraser par les décisions de l'Allemagne et l'UE, en laissant les frontières grandes ouvertes et le virus circuler pendant les 3 vagues. Et ensuite en ne prenant aucune décision, quand bien même ce virus nécessite une réactivité élevée de toutes les autorités de la planète. Il vient de flinguer toute chance de sa réélection pour 2022. C'est pas plus mal, car c'est un président d'opérette. Quand on prend le contrôle du navire, c'est aussi bien pour le diriger pendant la mer calme que pendant la tempête. Ce dont n'est pas capable EM. Hollande avait malgré tout mieux su s'en sortir pendant les vagues d'attentats, Sarko pendant la crise de 2008. Lui n'a strictement rien géré depuis son arrivée, qu'il s'agisse du covid, des GJ...
a écrit le 18/03/2021 à 13:03 :
"Les Français ont compris qu'il n'y avait pas le choix.", suis-je devenu apattride par cette simple phrase? Ou bien cela signifie t'il que nous avons bien tous compris qu'on allait nous envoyer les CRS avec lacrymo et LBD si on conteste leurs décisions arbitraires? En autorisant les voyages internationaux et interrégionaux, on peut considérer notre gouvernement responsable de la propagation du virus et de la reprise de l'épidémie après les retours de vacances de l'été 2020. Cela a été le choix de notre gouvernement et il est en train de nous préparer la même chose pour l'été 2021. Quelle est la légitimité d'un gouvernement qui met en danger ses citoyens?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :