Chômage : le nombre de demandeurs d'emploi s'est quasiment stabilisé en octobre

Après avoir fortement diminué en septembre, le nombre de demandeurs d'emplois est resté stable en octobre, n'augmentant que de 100 (+0%) si l'on inclut ceux ayant exercé une activité au cours du mois, à 5,62 millions.
Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme des chômeurs de longue durée, s'inscrit en hausse de 0,7% en mois, à 2.506.000 et progresse de 3,5% par rapport à octobre 2016.
Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme des chômeurs de longue durée, s'inscrit en hausse de 0,7% en mois, à 2.506.000 et progresse de 3,5% par rapport à octobre 2016. (Crédits : Eric Gaillard)

Après une forte baisse en septembre, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi est reparti en légère hausse en octobre (+8.000, +0,2%), pour s'établir à 3,48 millions de personnes en métropole, a annoncé vendredi le ministère du Travail.

En revanche, le nombre de demandeurs d'emploi se stabilise (+100, +0,0%) si l'on inclut ceux ayant exercé une activité au cours du mois, à 5,62 millions. Que ce soit en catégorie A (chômeurs) ou en incluant les catégories B et C (activité réduite comprise), les tendances sont identiques en comptant l'outre-mer. En France entière, Pôle emploi a comptabilisé 5,92 millions de demandeurs d'emploi (stable), dont 3,74 millions de chômeurs (+0,2%).

En septembre, il avait reculé de 1,8%, diminuant de 64.800 sur le mois, soit sa plus forte baisse depuis le début de cette série statistique en 1996. En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi reste stable, avec 100 personnes supplémentaires en un mois, à 5.616.000 (5.923.200 en incluant les départements d'Outre-mer, également stable sur un mois).

Part grimpante des chômeurs de longue durée

Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A progresse de 0,2% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C augmente de 2,8%. Au total, depuis le début de l'année, le nombre de demandeurs d'emploi s'inscrit en hausse de 16.500 pour la seule catégorie A mais progresse de 152.200 en prenant également en considération les catégories B et C. Dans la seule catégorie A, toutes les catégories d'âge ont connu de légères progressions, non significatives, de leurs effectifs le mois dernier, qu'il s'agisse des jeunes (+0,4%), des 25-49 ans (+0,1%), ou des seniors (+0,5%). Sur un an, le total des jeunes chômeurs s'inscrit en baisse de 4,1%, celui des 25-49 ans stagne (-0,2%), tandis que celui des seniors progresse de 3,3%.

Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme des chômeurs de longue durée, s'inscrit en hausse de 0,7% en mois, à 2.506.000 et progresse de 3,5% par rapport à octobre 2016. Leur proportion dans le nombre total de chômeurs est en hausse de 0,3 point, à 45,1%.

Changement de mode de calcul

L'évolution en dents de scie du nombre de demandeurs d'emploi a conduit la Dares et Pôle emploi à opter pour une publication trimestrielle de ces chiffres à compter de 2018, pour éviter que l'accent ne soit trop mis "sur des évolutions mensuelles qui sont du bruit plus que de l'information". Cette évolution, bien qu'entamée bien avant le changement de gouvernement, fait écho au choix de la ministre du Travail Muriel Pénicaud de ne pas commenter cet indicateur, trop volatil et peu révélateur de l'évolution du marché du travail. Elle préfère s'exprimer lors de points trimestriels sur la situation du marché du travail dans son ensemble - les "Rendez-vous de Grenelle" - dont le prochain est prévu en décembre.

Le taux de chômage calculé par l'Insee selon les critères du Bureau international du travail (BIT) et permettant les comparaisons internationales, qui était orienté à la baisse depuis le printemps 2015, est reparti en hausse au troisième trimestre. Sur la période juillet-septembre, il s'est établi à 9,4% de la population active en France métropolitaine et à 9,% en incluant les départements d'Outre-mer (hors Mayotte). Le gouvernement compte ramener le taux de chômage à 7% en 2022, notamment sous l'effet de l'assouplissement du droit du travail ou encore des réformes prévues de l'apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage.

(avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 26/11/2017 à 11:48
Signaler
La machine à radier a bien fait son travail.

à écrit le 26/11/2017 à 11:16
Signaler
Bref le chômage monte mais comme je l'ai entendu à la télé hier "sur les trois derniers mois il baisse !" La fabrique à opinion.

à écrit le 25/11/2017 à 18:02
Signaler
"tandis que celui des seniors progresse de 3,3%". Et c'est pas fini , vu les plans qui s'annoncent suite à la loi travail ,ça va être l’hécatombe.Il y a longtemps que le patronat veut liquider ceux nés dans les années 60,70 .

à écrit le 25/11/2017 à 15:36
Signaler
Ce sujet essentiel pour les Français ne fait l'objet d'aucun commentaire de notre élite politique. Sans doute que l'inversion de la courbe du chômage devra être redéfinie selon la formule : dés que nous disposerons de l'ensemble des données agrégées ...

à écrit le 25/11/2017 à 9:46
Signaler
Pourtant Macron embauche à tour de bras , il avait promis de faire des économies avec 15 ministres seulement , il a dépassé les 30 , il avait promis que les députés ne pourraient plus embaucher leurs proches , ils ont détournés le problème en employa...

à écrit le 25/11/2017 à 8:27
Signaler
Le choc de l'offre dans l'immobilier à Paris les prix à la hausse et le choc des réformes pour l'emploi, le chômage toujours à la hausse bref il faut attendre....

à écrit le 25/11/2017 à 7:17
Signaler
Le nettoyage des fichiers a ses limites. ...

à écrit le 25/11/2017 à 4:48
Signaler
Quand on entend les Républicains se désoler que Mr Macron n'ait pas reculé l'âge de départ à 65 ans, on se rend compte que ce parti n'était pas crédible pour gouverner. Avec ce recul de l'âge de départ , ce serait un million de chômeur en plus puisqu...

à écrit le 24/11/2017 à 18:45
Signaler
ce média pense t-il aux HUIT MILLE NOUVEAUX INSCRITS A POLE EMPLOI??? j'en doute, car titré "quasiment stable" c'est faire fi de la douleur de ces nouveaux privés d'emploi. Alors oui les médias sont pour l'autre mais toutefois un peu d'objectivité et...

le 24/11/2017 à 20:17
Signaler
Rien ne vous permet d'affirmer que ce sont de "nouveaux" chômeurs". Phénomène connu et pas qu'en France, en période où les choses vont mieux, des personnes qui étaient démotivés et sans trop d'espoir (c'est chrétien l'espoir non?) reviennent faire ...

le 24/11/2017 à 21:21
Signaler
certes mais je me permets sans votre permission, mais qui êtes vous pour être aussi présomptueux, des gens comme vous j'en vois chque jour pétant plus haut qu'ils n'ont le cul, mais des gens creux? 8000 nouveaux qui remplacent16000 anciens, donc je c...

le 25/11/2017 à 9:18
Signaler
C est un journal économique, je vous invitais à réfléchir et à questionner ce chiffre brut. Pas votre truc manifestement. Un lien avec votre religiosité peut être... heureusement on en croise de moins des gens comme ça au XXI eme siècle.

à écrit le 24/11/2017 à 18:44
Signaler
On voit pas en quoi on peut vous aider. On fera rien pour vous. Sachez que nous le regrettons Une demande de formation en XXX, à Marseille où vous vivez ? On fait pas mais vous pouvez aller à Dunkerque si vous voulez. La volonté de vous aider. ( Qu...

le 26/11/2017 à 13:48
Signaler
Vous devriez peut-être commencer par chercher le vrai responsable à toutes vos questions : * On voit pas en quoi on peut vous aider. On fera rien pour vous. Sachez que nous le regrettons. - Pôle Emploi n'a pas cette mission (Article L5312 du Code ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.