Code du travail : les routiers entament leur grève reconductible

Les routiers CGT et FO ont appelé à une grève reconductible contre la réforme du travail lancée la semaine dernière par le gouvernement qui risque, selon eux, de "faciliter" les licenciements économiques dans les grands groupes et d'affaiblir les représentants du personnel dans les petites entreprises.
Des routiers devant la raffinerie Total de La Mede, près de Fos-sur-mer.
Des routiers devant la raffinerie Total de La Mede, près de Fos-sur-mer. (Crédits : REUTERS/Jean-Paul Pelissier.)

Opérations escargot et blocages. Dès l'aube, des routiers ont débuté lundi un mouvement de grève reconductible contre la réforme du Code du travail, avec de nombreuses actions dans toute la France.

Le coup d'envoi a été donné par une trentaine de grévistes qui ont bloqué, dans la nuit de dimanche à lundi, le trafic des poids lourds sur une autoroute dans le Nord, tout près de la Belgique.

D'autres actions ont ensuite été mises en place au Havre (nord), à Rouen, Caen (ouest), Bordeaux, La Rochelle (sud-ouest), Marseille (sud-est) ou Lyon (centre-est), d'après plusieurs responsables des syndicats CGT et FO à l'initiative du mouvement, interrogés par l'AFP.

Dans le Nord, une opération-escargot était prévue sur l'autoroute en direction d'Arras, ainsi que des actions à Valenciennes et Dunkerque.

Près du port méditerranéen de Marseille, "rien ne rentre et rien ne sort" au dépôt pétrolier de La Mède, a affirmé Fabrice Michaud de la CGT.

Accès restreints voire impossibles sur certains dépôts de carburant

Le début du mouvement est "à la hauteur de nos attentes", s'est félicité Jérôme Vérité, le numéro un de la fédération CGT des transports, citant des actions à un péage près de Lyon ou devant des dépôts pétroliers de la région parisienne. D'autres dépôts de carburant ont été bloqués ailleurs en France.

Dans les Bouches-du-Rhône, les manifestants ont établi un barrage filtrant devant la raffinerie Total de La Mède. Les dépôts de carburant de Bassens (Gironde), près de Bordeaux, et de La Rochelle (Charente-Maritime) sont bloqués depuis le milieu de la nuit par les routiers à l'appel des fédérations des transports CGT et FO. A Bassens, une centaine de personnes ont installé des barrages filtrants constitués de palettes, de pneus, de barrières sur un rond-point d'accès et devant l'entrée du dépôt de carburants Docks de pétrole d'Ambès (DPA), bloquant les camions, dont une trentaine étaient à l'arrêt à 06h30, mais laissant passer les véhicules légers. A La Rochelle, une soixantaine de chauffeurs-routiers CGT et FO ont commencé à bloquer à 01h00 du matin les accès au dépôt pétrolier du port de La Pallice.

"Notre détermination est grande. On va rester le plus longtemps possible en espérant que beaucoup d'autres blocages aient lieu dans les autres régions. Cela va peut-être faire bouger Monsieur Macron qui nous regarde tourner dans la rue depuis une semaine. On verra, on est dans le rapport de force", a indiqué à Reuters Pascal Favre, secrétaire général FO transports 33

Inquiétudes sur les licenciements et la directive européenne sur les travailleurs détachés

Les routiers CGT et FO ont appelé à une grève reconductible contre la réforme du travail lancée la semaine dernière par le gouvernement qui risque, selon eux, de "faciliter" les licenciements économiques dans les grands groupes et d'affaiblir les représentants du personnel dans les petites entreprises.

Ils ont également exprimé des inquiétudes quant à la révision de la directive européenne sur le détachement. Des revendications salariales sont aussi exprimées, notamment de la part des conducteurs de matières dangereuses.

| Lire Travailleurs détachés, investissements étrangers : Juncker veut une Europe plus forte

Plusieurs manifestations ont déjà été organisées depuis la mi-septembre en France pour protester contre les dispositions de cette réforme, signées vendredi dernier par le président Emmanuel Macron, et qui visent selon le gouvernement à débloquer le marché du travail, miné par un taux de chômage de 9,6%.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 26/09/2017 à 14:13
Signaler
Si j'en crois les commentaires, la question est de savoir si on doit supprimer le droit de grève ? Pourquoi pas, mais attention à l'arbre qui cache la forêt et au retour à des pratiques féodales que certains ne soupçonnent même pas :-)

à écrit le 26/09/2017 à 10:20
Signaler
Ĺa prise en otage du pays c'est coup d'État social des Mélenchon

à écrit le 25/09/2017 à 20:33
Signaler
Tout barrage, toute entrave à la circulation doivent être levés sans ménagement. La liberté de travail des chauffeurs non grévistes doit être garantie.

à écrit le 25/09/2017 à 14:39
Signaler
Des routiers fument (coûts de santé pour nous), brûlent des pneus (pollution = idem), créent des tensions inutiles, font perdre des milliards et pleurnicheront quand les entreprises déposeront le bilan et seront remplacées par des firmes étrangères. ...

le 25/09/2017 à 16:41
Signaler
Je crois que tu as bien résumé ce que peut dire un gars de droite sur le sujet.

le 25/09/2017 à 17:20
Signaler
une boutade votre commentaire !! dans une France riche de travailleurs pauvres( comme l exemple allemand )

le 25/09/2017 à 18:37
Signaler
bien dit , n'en déplaise à certains ou certaines mélenchonistes

le 25/09/2017 à 23:51
Signaler
@ Lachose et à Précarité : pourquoi les mêmes réformes qui ont largement marché avec succès en Suède et Nouvelle Zélande notamment (et en plus mises en place par des gouvernement de gauche) seraient impossible en France qui se devrait donc d'avoir un...

le 26/09/2017 à 8:28
Signaler
@Réponse de Quelle honte cette CGT " pourquoi les mêmes réformes qui ont largement marché avec succès en Suède et Nouvelle Zélande notamment (et en plus mises en place par des gouvernement de gauche) " Comme notre aile droite du PS ici , ah,ah ...

à écrit le 25/09/2017 à 14:38
Signaler
tout ça ne peut à terme qu'accélérer le remplacement des routiers français par des routiers d'Europe de l'Est.

le 25/09/2017 à 15:54
Signaler
Ou mieux, par des routières de l est!

à écrit le 25/09/2017 à 13:09
Signaler
Vivement que l'intelligence artificielle remplace celle des routiers .

le 25/09/2017 à 16:39
Signaler
Rappel moi ton métier, tu es peut-être concerné aussi ?

à écrit le 25/09/2017 à 11:42
Signaler
la rue a toujours raison .! la politique dilettante ne fait plus recette la (comm) a vécu..

à écrit le 25/09/2017 à 11:14
Signaler
Oui, plus d'emploi temporairement mais à quel prix : - plus de flexibilité donc salaires à la baisse - avancées technologiques, donc disparition progressive du travail "humain" (il y a de très bons articles en ce qui concerne l'IA dans le secteur b...

le 25/09/2017 à 12:14
Signaler
Ben, personnellement, j''etais à mon compte: donc plus de 70h de boulot par semaine pour me faire taxer un max Je suis redevenu salarié, 10ke de moins par an mais cela me convient mieux

le 25/09/2017 à 13:00
Signaler
@ PIC SOUS: vous citez le système allemand mais sans lui et avec la réunification c'était beaucoup plus de chômage donc une solution de compromis a été trouvée et les allemands ont beaucoup de postes à pourvoir à des salaires élevés. Leur précarité e...

le 25/09/2017 à 20:58
Signaler
Tout montre que globalement le pouvoir d'achat est globalement trop élevé en France : -déficit commercial abyssal et qui ne cesse de se creuser qui prouve que le pays consomme beaucoup plus qu'il ne produit, que le cours de l'€ soit fort ou faible, ...

à écrit le 25/09/2017 à 10:32
Signaler
Abstraction faite de la réforme du code du travail, il parait que le transport routier tel qu’on le connait actuellement va avoir tendance à disparaitre. Du moins sur les grands axes, avec le développement des véhicules autonomes. L'idée (géniale) q...

le 25/09/2017 à 11:02
Signaler
Vous êtes en retard, d'autres ont déjà exposé cette idée. Le transport tel que nous le connaissons, est amené à disparaitre progressivement...

le 25/09/2017 à 12:09
Signaler
Ca existe dejà: fret ferroviaire Pour l'instant, peu developper car peu flexible Apres, c'est juste une question politique ....

le 25/09/2017 à 14:36
Signaler
Il y a plusieurs problèmes au ferroutage (que vous définissez avec beaucoup d'humour) qui font qu'il n'a jamais pris : -les premiers et les derniers kilomètres qui impliquent une rupture modale. -le fait que le transport de marchandises soit souven...

le 25/09/2017 à 16:14
Signaler
Il a tout de même des liaisons quasi permanentes qui pourraient être optimisées par le fer routage. Mais de ce que j’ai compris, ce n’est pas non plus une réelle priorité des sociétés de chemins de fer. Pour exemple dans le secteur des fruits et lég...

à écrit le 25/09/2017 à 10:13
Signaler
C'est la faute a l'UE vous dis je! C'est elle qui nous impose les réformes ou les sanctions... a nous de choisir! Tant que l'on ignorera sa main derrière tout ça, on n'y comprendra jamais rien!

à écrit le 25/09/2017 à 9:53
Signaler
Le pays va encore être bloqué par une poignée de syndicalistes totalement irresponsables, excités par Mélenchon qui leur dit que la démocratie c'est la loi de la rue. Le droit de grève d'accord, le droit de mettre le pays exsangue pour obtenir des p...

le 25/09/2017 à 11:09
Signaler
Je pense que vous parlez du MEDEF et de la FNSEA. Ainsi que de tous ces exilés fiscaux qui après avoir bénéficié de la gratuité du système scolaire français et des soins, d'avoir obtenus leurs revenus en FRANCE, préfèrent partir pour un peu mois paye...

le 25/09/2017 à 11:09
Signaler
Je pense que vous parlez du MEDEF et de la FNSEA. Ainsi que de tous ces exilés fiscaux qui après avoir bénéficié de la gratuité du système scolaire français et des soins, d'avoir obtenus leurs revenus en FRANCE, préfèrent partir pour un peu mois paye...

à écrit le 25/09/2017 à 9:47
Signaler
Beaucoup de routiers passent leur temps à bloquer ceux qui travaillent, c'est honteux ces privilégiés fainéants qui ne cessent de réclamer des hausses de salaire et qui en plus polluent. Tant pis pour eux s'ils se retrouvent au chômage les candidats ...

le 25/09/2017 à 11:28
Signaler
@monti Contrairement à ce que vous dites le système éducatif n est pas gratuit en france ! Plus de la moitié des élèves sont Dans le privé ! Les soins sont gratuit quand vous arrivez de Syrie ou d Irak ou du Maghreb sinon il est payant y compris pour...

à écrit le 25/09/2017 à 9:32
Signaler
L'avantage des routiers c'est qu'ils savent qu'ils n'ont juste que trois jours à tenir car même s'ils n'arrivent pas à bloquer des dépôts de carburants protégés par les forces de l'ordre, on ne s'attaque pas au lobby pétrolier de la sorte, rien que l...

à écrit le 25/09/2017 à 9:27
Signaler
Il faut une fois pour toute autoriser le licenciement de ces délégués Cgt qui pourrissent la vie de tous les français et sapent l économie et les efforts des PME pour se développer et embaucher !

à écrit le 25/09/2017 à 9:27
Signaler
Il faut une fois pour toute autoriser le licenciement de ces délégués Cgt qui pourrissent la vie de tous les français et sapent l économie et les efforts des PME pour se développer et embaucher !

à écrit le 25/09/2017 à 9:27
Signaler
Il faut une fois pour toute autoriser le licenciement de ces délégués Cgt qui pourrissent la vie de tous les français et sapent l économie et les efforts des PME pour se développer et embaucher !

à écrit le 25/09/2017 à 9:25
Signaler
La FRANCE dans toute sa splendeur !

le 25/09/2017 à 10:02
Signaler
Laissez la France, c'est trop facile de lui imputer ce que font les routiers CGT et cela dilue la responsabilité !! Dans ce cas, ce sont les routiers CGT, point barre !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.