Combien gagne un non-cadre dans le privé ?

 |   |  408  mots
Dans l'industrie,  les non-cadres gagnent en moyenne 1.698 euros bruts.
Dans l'industrie, les non-cadres gagnent en moyenne 1.698 euros bruts. (Crédits : REUTERS/Pascal Rossignol)
Selon le dernier baromètre de l'entreprise Randstad, le salaire moyen d'un non-cadre est passé de 1.565 euros bruts au premier semestre 2016 à 1.579 euros en 2017.

Les salaires des non-cadres ont en moyenne augmenté de 0,9% en 2017, suivant exactement la progression du salaire minimum mais ceux des professions intermédiaires ont stagné, selon un baromètre du groupe Randstad publié mardi. Après un ralentissement général des augmentations des salaires en 2016 (+0,7%), le marché reprend en 2017 avec une hausse de +0,9%.

Des disparités entre les métiers

La rémunération moyenne d'un non-cadre atteignait ainsi 1.579 euros brut en 2017, contre 1.565 euros il y a un an, soit environ 7% au-dessus du salaire minimum (Smic). Cette hausse peut cacher d'importantes disparités.

Dans le détail, le salaire des employés a augmenté de 0,6%, celui des ouvriers non qualifiés de 0,9% et 1,2% pour les ouvriers qualifiés. Mais le salaire des professions intermédiaires ayant le statut cadre (enseignants, infirmières, etc...) a lui quasi-stagné (0,1%), pour représenter 1.781 euros bruts en moyenne. Par ailleurs, les hommes ont vu leur salaire augmenter de 1% contre 0,7% pour les femmes. Enfin, c'est en Normandie que les travailleurs non-cadres sont les mieux rémunérés (1.599 euros) devant l'Ile-de-France (1.592 euros) à égalité avec l'Occitanie. A l'inverse, les emplois non-cadres dans les Hauts-de-France sont les moins bien payés (1.558 euros), puis viennent la Bretagne (1.562 euros) et la Nouvelle Aquitaine (1.564 euros).

Statista salaire non cadres

(Un graphique de notre partenaire Statista)

Des salaires plus élevés dans le tertiaire

Les salaires ont également augmenté diversement selon les secteurs: 1% dans l'industrie, 0,7% dans les services et 0,8% dans la construction. Dans le tertiaire, les non-cadres gagnent en moyenne 1.707 euros bruts, soit 116 euros de plus par mois que l'ensemble de la population non-cadre (1.579 euros)Du côté du BTP, les non-cadres gagnent en moyenne 1.654 euros bruts, soit 75 euros de plus que la moyenne de la population non-cadre. Enfin dans l'industrie,  les non-cadres gagnent en moyenne 1.698 euros bruts, soit 119 euros de plus par mois que l'ensemble de la population non-cadre.

Cette étude repose sur l'analyse de plus de 1,2 million de fiches de paie de personnes employées en 2017 comme intérimaires dans 32.000 entreprises, et rémunérées au même niveau qu'un salarié non-cadre titulaire, comme le prévoit la loi. Elle compare ces données à celles récoltées à la même période de 2016 auprès de 27.000 entreprises.

Selon des chiffres précédemment publiés par Randstad, les salaires des cadres ont eux augmenté de 1,7% entre 2016 et 2017. Au premier janvier dernier, le Smic (salaire minimum) a été augmenté de 0,93% par le gouvernement pour s'aligner notamment sur l'inflation.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2017 à 11:50 :
ca devient clair !
la smicardisation de la france est en marche forcee!! le grand bond en avant du miserabilisme pour tous!
avec un salaire moyen a smic+ 10%, ca ne pese pas lourd face aux rentiers de la republique, qui eux gagnent en moyenne 10% de plus que dans le prive!
( il faut vite un impot sur ces rentiers, ca reduira les inegalites)
pour la smicardisation pour tous, cahuc et consors poitaient deja ca du doigt y a qques annees!
le miserabilisme egalitariste porte ses fruits! le sovietisme n'est plus trop loin, ca se passe conformement aux plans de lenine
Réponse de le 06/12/2017 à 22:35 :
J’ai du mal à vous suivre.

S’il est clair que la clochardisation des salariés est en bonne voie, c’est le cas partout.
La raison en est bien entendu le libéralisme.
La loi travail XXL est le pendant français qui vise à rapprocher encore plus les salaires du SMIC. Et comme c’est encore trop pour les rentiers que sont les patrons et actionnaires, en //, Macron vise à faire baisser le SMIC.

C’est justement à cause des politiques prônées par les esclavagistes Cahuc et consors que nous en sommes là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :