Courte Paille et AccorHotels : mauvais élèves de la lutte contre les discriminations à l'embauche

La ministre du Travail a révélé ce 14 mars que ces deux entreprises présentaient "un risque élevé de discriminations " à l'embauche, aux dépens notamment des candidats ayant un nom à consonance maghrébine.
Jean-Christophe Chanut

3 mn

Les groupes AccorHotels et Courte Paille sont dans le collimateurs du ministère du Travail pour leurs très mauvaises pratiques en matière de discrimination à l'embauche  en fonction de la consonance du nom des candidats
Les groupes "AccorHotels" et "Courte Paille" sont dans le collimateurs du ministère du Travail pour leurs très mauvaises pratiques en matière de discrimination à l'embauche en fonction de la consonance du nom des candidats (Crédits : Reuters/Stephen Lam)

« Halte aux discriminations selon les origines ». C'est ce 14 mars, sous l'égide du ministère du Travail et de diverses associations (Entreprises pour la Cité, Association française des managers de la Diversité) qu'est signé le « pacte pour, l'égalité de traitement des candidats dans l'accès à l'emploi quelle que soient leurs origines ». Parmi les entreprises signataires, on retrouve Castorama, groupe Casino, BNP, Paribas, Axa, etc.

Les candidature "maghrébines" moins retenues que les candidatures "hexagonales"

Ce pacte est le résultat d'un long processus mené depuis un an par le ministère du Travail pour tenter de lutter contre les discriminations à l'embauche. Ainsi, au printemps 2016, une enquête a été lancée pour évaluer la réalité des discriminations subies par les candidats en raison de leur origine présumée. La méthode retenue avait été celle d'un « testing » confié à la Dares (direction statistiques du ministère) et le cabinet ISM Corum, portant sur 1.500 tests effectués auprès de 40 entreprises de plus de 1.000 salariés. Il est ressorti de cette enquête qu'une candidature « hexagonale » était retenue dans 47% des cas, contre 36% pour une candidature « maghrébine ».

A noter aussi que toutes les entreprises, loin de là, ne sont pas défaillantes. L'enquête montrait en effet que "seulement" 12 des 40 entreprises se sont surtout rendues coupables de discrimination envers les candidatures « maghrébines ». Dans ces entreprises, le taux de réponses positives des « Maghrébins » a été inférieur de... 15 à 35 points à celui des « hexagonaux ».

Les groupes "Courte Paille" et "AccorHotels" les plus mauvais élèves

Ces entreprises ont donc été discrètement conviées au ministère du Travail pour s'expliquer. Elles avaient jusqu'à la fin janvier 2017 pour mettre au point des « plans d'action » modifiant leurs pratiques. Ces plans ont été évalués par un comité d'experts et les résultats se sont nettement améliorés pour dix entreprises. Il en reste donc deux qui ne sont pas du tout dans les clous en matière de lutte contre les discriminations. La ministre du Travail a décidé de révélé leur nom ce 14 mars. Il s'agit des restaurants « Courte Paille » et du groupe « AccorHotels ». Selon un communiqué du ministère du Travail, la situation de ces deux entreprises est particulièrement préoccupante :

« D'une part parce que le testing a clairement conclu à un risque élevé de discriminations. D'autre part, parce qu'elles ne sont pas parvenues, malgré de multiples relances, à produire un plan d'action satisfaisant pour remédier à leur situation ».

Myriam El Khomri a donc décidé de saisir le Défenseur des Droits. « Ce dernier pourra examiner la situation de ces entreprises de manière approfondie et en tirer les conséquences qui s'imposent ». Mais la ministre a aussi précisé que si « dans les jours ou semaines qui suivent » ces entreprises produisent des éléments nouveaux attestant d'un changement de comportement, elle le ferait savoir publiquement...

Jean-Christophe Chanut

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 25/03/2017 à 17:52
Signaler
Bonjour amis lecteurs. On remarque au nombre de commentaires, ''l'importance" que peut avoir ce type de sujet. On aura beau faire tous les testings que l'on veut, ces pratiques ne changeront pas. Et que dire des CV anonymes... Une bêtise! Cela ne p...

à écrit le 18/03/2017 à 0:40
Signaler
Bonne initiative. Les employeurs doivent prendre le temps de rencontrer les candidats, leur donner une chance et les apprécier à leur juste valeur et non pas sur un nom.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.