COVID-19 en 24h : « Monsieur vaccin », enquête à Wuhan, crédits immobiliers...

 |  | 1425 mots
Lecture 9 min.
Le Président de la République, Emmnanuel Macron, a promis hier que tous les Français qui voudront se faire vacciner le seront avant l'été.
Le Président de la République, Emmnanuel Macron, a promis hier que tous les Français qui voudront se faire vacciner le seront avant l'été. (Crédits : DR)
Avec l'arrêt du principal projet de vaccin de l'Institut Pasteur, le retard du laboratoire Sanofi, la dépendance aux autres pays... l'autonomie française dans la vaccination a été fortement remise en cause. Pour faire face à ces critiques, Emmanuel Macron a annoncé le lancement à venir de la production de vaccins étrangers en France. Suffisant pour rattraper le retard ? Voici les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.
  • L'INFO À SUIVRE - Macron monte au créneau pour les vaccins

Emmanuel Macron se pose en "Monsieur vaccin" et accentue la pression sur les laboratoires pour accroître la production de vaccins en France. Il a promis mardi une vaccination pour tous les adultes volontaires "d'ici la fin de l'été".

Décidé à prouver l'autonomie stratégique française dans la production de vaccins, le chef de l'Etat a annoncé que plusieurs sites démarreraient bientôt la production: un sous-traitant commencera à produire en France "courant mars" le vaccin de Moderna et un autre lancera "courant avril" la production de celui de Pfizer/BioNTech, a précisé mercredi la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

Par ailleurs, aucune nouvelle restriction n'est attendue à la traditionnelle conférence de presse de ce jeudi.

Lire aussi : La pénurie interrompt la vaccination en Île-de-France, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté

  • LE CHIFFRE - 10% de croissance

Le marché automobile devrait se reprendre de 10% dans l'Union européenne en 2021, selon des prévisions publiées par l'Association des constructeurs européens (ACEA).

Après avoir connu un recul sans précédent de 23,7% en 2020, sous l'effet de la pandémie, 2021 sera un "premier pas vers la reprise", souligne l'ACEA dans un communiqué.

Lire aussi : Bourse: comment les valeurs automobiles ont sauvé les meubles en 2020

  • LA PHRASE - « Je pense qu'il faut s'armer de patience. Nous sommes dans un processus et nous avons besoin de temps et d'efforts pour comprendre » (Dr. Hung Nguyen-Viet)

L'enquête de l'OMS sur les origines du coronavirus ne débouchera pas rapidement sur les réponses que le monde attend, a déclaré l'un des experts internationauxde l'Organisation Mondiale de la Santé, en mission dans la ville chinoise de Wuhan.

En outre, la visite est politiquement sensible pour le régime communiste, qui cherche à évacuer toute responsabilité dans le déclenchement de la pandémie à l'origine de plus de 2,2 millions de morts dans le monde.

Pékin a mis plus d'un an à autoriser l'enquête et les chercheurs ont entamé leurs travaux sur le terrain la semaine dernière, après 14 jours de quarantaine.

Lire aussi : La Chine condamne à 4 ans de prison une journaliste-citoyenne qui a couvert l'épidémie à Wuhan

  • LE GRAPHIQUE - Les taux d'intérêt des prêts immobiliers se stabilisent en janvier 2021

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont restés stables en janvier à 1,17%, selon les chiffres de l'Observatoire Crédit Logement / CSA publiés le 2 février.

Le taux moyen des nouveaux crédits s'était établi au même niveau en décembre après une hausse importante au premier semestre 2020, suivi d'une baisse sur le reste de l'année. Ce taux n'est pour autant pas complètement revenu à son niveau d'avant confinement, où il avait atteint un plus bas à 1,11% en décembre 2019.

En ce début d'année 2021, ce sont les plus hauts salaires qui ont bénéficié des taux les plus intéressants. Ainsi, pour les emprunteurs dont les revenus sont au moins égaux à trois SMIC le taux moyen a reculé de 3 points de base entre décembre et janvier soit "1,13% pour les 3 à 5 SMIC et 1% pour les 5 SMIC et plus", mais "il s'est accru de 3 points pour les moins de 3 SMIC pour un taux de 1,25%", a indiqué l'Observatoire.

La durée moyenne des prêts s'est, quant à elle, établie en janvier à 227 mois (18,9 ans), soit son niveau de l'automne 2019. Cette durée moyenne s'était accrue dès le début de l'été 2020 "afin d'absorber les conséquences de la hausse des prix des logements" mais elle avait commencé à reculer à partir de décembre, une baisse qui s'est poursuivie en janvier, selon l'organisme.

Lire aussi : La Covid fait-elle bouger les fondations de l'immobilier ?

EN RÉGIONS - La biotech nantaise Valneva en croissance de 15%

Avec 40 millions de doses de plus ce lundi, cela porte à 100 millions le nombre de vaccins précommandés pour 2022 par le gouvernement britannique à la biotech franco-autrichienne dont le siège est à Nantes.

Le Royaume-Uni a indiqué avoir commandé un total de 407 millions le nombre de doses auprès de différents fournisseurs au cours des deux prochaines années. La solution de Valneva est à l'opposé de l'ARN messager, utilisé par Pfizer/BioNTech et Moderna. Un essai clinique auprès de 150 adultes est en cours. La Commission européenne est en pourparlers avec le labo depuis janvier.

Lire l'article

À L'ÉTRANGER - La Belgique restreint l'usage du vaccin d'AstraZeneca

La Belgique a décidé de ne pas administrer pour l'instant le vaccin d'AstraZeneca aux personnes de plus de 55 ans, faute de données suffisantes sur l'efficacité pour cette tranche d'âge, a-t-on appris de source officielle.

Ce petit pays européen durement frappé par la pandémie (plus de 21.000 morts) imite ainsi les recommandations déjà suivies par plusieurs autorités nationales dans l'UE. En comparaison, les autorités sanitaires d'Allemagne, de France ou encore de Suède ont fixé à 65 ans l'âge limite.

Lire aussi : Le vaccin AstraZeneca pas recommandé aux plus de 65 ans, selon la HAS

En Espagne, chute drastique du tourisme en 2020

L'Espagne a accueilli seulement 19 millions de touristes étrangers en 2020 soit 77% de moins qu'en 2019, alors que son économie dépend largement du tourisme, selon les données officielles publiées mercredi.

Les Français ont représenté le premier contingent de touristes en Espagne en 2020, avec 3,8 millions de visiteurs, malgré une chute de 65% sur un an, selon l'Institut national de statistique (INE).

En 2019, 83,5 millions d'étrangers avaient visité l'Espagne, alors deuxième destination touristique mondiale derrière la France.

Lire aussi : ZOOM Le tourisme en trois graphiques: 1,3 million de salariés face au choc du Covid-19

La publicité ratée de Ryanair au Royaume-Uni

La compagnie aérienne Ryanair a décidé d'arrêter une campagne publicitaire encourageant les Britanniques à sauter dans un avion une fois vaccinés, ce qui pourrait entraîner des comportements "irresponsables" selon le régulateur qui a ordonné son retrait.

L'autorité britannique de régulation de la publicité (ASA) a indiqué mercredi avoir reçu 2.370 plaintes sur la publicité diffusée depuis fin décembre à la télévision. Il s'agit aussi de la troisième publicité la plus critiquée auprès de l'ASA de tous les temps.

Lire aussi : Face au regain de l'épidémie, Ryanair baisse de nouveau ses capacités de 20%

Israël tire les premières conclusions de sa vaccination éclair

La campagne de vaccination en Israël, très en avance sur le reste du monde, montre que le vaccin de Pfizer/BioNTech protège contre les formes graves de Covid mais ne permet pas de tirer de conclusions sur l'immunité collective, selon des experts.

L'Etat hébreu a vacciné depuis décembre quelque 3,2 millions de personnes (35% de sa population), dont 1,8 million une seconde fois, pour un total de cinq millions de doses injectées, d'abord sur les personnes les plus âgées.

"Deux semaines après l'injection de la première dose, nous avons constaté une réduction significative, mais incomplète, des infections", explique Gabriel Chodick, l'un des chercheurs à l'origine de cette étude. "Nous ne remettons pas en question le vaccin, mais soulignons en fait l'importance de la seconde dose".

Si certains pays ont décidé d'administrer une première dose au plus grand nombre possible de personnes à risque, avant de passer à la seconde, Israël, qui n'a pas de problème de livraison de vaccins en raison de son accord avec Pfizer, a opté pour la deuxième injection trois semaines plus tard comme recommandé par le fabricant.

Or des résultats préliminaires suggèrent une efficacité à 92% une semaine après la seconde dose, a indiqué à des journalistes l'assureur Maccabi.

"Nous devons faire la différence entre deux types d'effets du vaccin. L'effet direct, c'est la personne vaccinée qui est protégée contre des symptômes qui peuvent être sévères", explique Ran Balicer, chef du comité national d'experts sur la Covid-19 et directeur des innovations chez Clalit, principal assureur santé du pays.

"L'effet indirect, c'est lorsqu'une certaine proportion de la population est immunisée et devient une barrière épidémiologique qui réduit la transmission (...). Or cet effet (indirect) est plus difficile à mesurer", dit-il.

"Nous savons que le vaccin réduit les incidences de maladies (...) mais nous ne savons pas si le vaccin réduit aussi la transmission", renchérit Gabi Barbash, chercheur à l'Institut scientifique Weizmann, près de Tel-Aviv.

Lire aussi : En tête des vaccinations anti-Covid 19, Israël est-il un modèle à suivre ?

Pour zawahri (al qaida), tel aviv est aussi en terre musulmane

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :