Déficit inférieur à 3% en 2017 : Manuel Valls persiste et signe

 |   |  409  mots
L'objectif de réduction du déficit en-deçà des 3% est en ligne de mire, selon l'exécutif.
L'objectif de réduction du déficit en-deçà des 3% est en ligne de mire, selon l'exécutif. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
"Nous parviendrons à notre objectif", a affirmé le Premier ministre dans un entretien à l'hebdomadaire L'Express. Pour ce qui concerne les baisses d'impôts évoquées par François Hollande le 14 juillet, Manuel Valls a confirmé que la décision sera liée aux perspectives de croissance.

La Cour des comptes en doute, pas Manuel Valls. Le Premier ministre a réaffirmé, dans un entretien à L'Express publié mardi, que le déficit public de la France serait inférieur à 3% en 2017, malgré les réserves de la Cour suite aux dépenses nouvelles engagées depuis le début de l'année. D'ici à la fin du quinquennat, "nous continuerons à agir et à innover, tout en poursuivant nos efforts de réduction des déficits. Je confirme ici que nous parviendrons à notre objectif: moins de 3% en 2017", a-t-il déclaré.

Lire aussi : Budget : faut-il se réjouir de la baisse du déficit

Sur une éventuelle nouvelle baisse d'impôts dans le budget 2017, "les arbitrages pour 2017 n'ont pas encore été rendus. Ils sont liés aux perspectives de croissance. Mais le président de la République et moi-même voulons continuer de redonner du pouvoir d'achat aux Français. Différentes pistes sont envisagées : poursuivre la baisse de l'impôt sur le revenu ou encore augmenter la prime d'activité", a également déclaré Manuel Valls.

Vers un revenu universel ?

François Hollande avait déclaré le 14 juillet que cette éventuelle nouvelle baisse des impôts ne pourrait intervenir que si le gouvernement avait la "certitude" d'une croissance supérieure en 2017 à celle de cette année et d'au moins 1,7%.

Lire aussi Déficit public: Paris ne convainc (toujours) pas Bruxelles

En matière d'impôt sur les sociétés, le taux sera bien abaissé de cinq points, en dépit de l'appel de la CGPME à une réduction plus conséquente"Pour les PME, il y aura une baisse à 28% de l'impôt sur les sociétés, sur une partie de leur bénéfice", a déclaré le chef du gouvernement qui confirme également de nouveaux allègements de charges pour les entreprises dans le cadre de la dernière tranche du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

Par ailleurs, cet automne, "nous amorcerons aussi la réforme des minima sociaux avec de premières mesures de simplification dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale", a indiqué mardi le chef du gouvernement, jugeant que la lutte contre la précarité et la pauvreté seraient également "au cœur de la présidentielle". Le Premier ministre réaffirme vouloir "engager le débat sur le revenu universel, à condition d'en clarifier les termes et les modalités".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2016 à 13:53 :
Valls et Hollande remontent dans les sondages avec l'arrivée de Sarkozy, Montebourg, Mélenchon, le Pen... Les français vont peut-être se rendre compte qu'ils étaient plus sérieux et valables en comparaison de la bande d'ambitieux arrivistes incompétents qui tentent de prendre leur revanche ou le pouvoir par tous les moyens et manipulations...
a écrit le 24/08/2016 à 8:39 :
mais , finalement ...: il est contagieux , Sapin .
( et il faut reconnaitre que , M Valls : il " ne manque pas de souffle ) !
a écrit le 23/08/2016 à 20:41 :
Le revenu universel, c'est bien.Mais il n'est pas durable.Il y a une lourde processus de rattrapage industriel des pays développés par les autres pays de la planète .Ce qui veut dire qu'à l'avenir les exportations seront de plus en plus difficile et par conséquent la croissance aussi(Il suffit de voir la baisse tendancielle du taux de croissance entre 1960 et aujourd'hui.C'est comme une dépression économique en ralentit).

Il n'y aura pas assez d'argent pour financer le revenu universel ou même l'indemnité chômage.La révolution sera inévitable.
a écrit le 23/08/2016 à 20:29 :
Moi je crois aussi l objectif crédible, tant mieux pour le futur exécutif. Ils auront beaucoup augmenter les impôts pour commencer à les réduire ensuite, ça a fait mal, mais j y vois du sérieux.
a écrit le 23/08/2016 à 20:18 :
La moquette en a pris un coup.
a écrit le 23/08/2016 à 19:43 :
Il est bien obligé de faire comme si il y croyait sinon il ne ferait qu'aggraver la situation déjà hypothéquée de la France.
En plus, il se ferait dés à présent tancer par les JUNKER, MOSCO et cie... qui n'attendent que de se faire la France.
a écrit le 23/08/2016 à 14:47 :
Heureusement que ce gouvernement a été sérieux, s'est préoccupé de la baisse des budgets et commencé à s'attaquer à l'immense dette augmentée de quelques 600 milliards d'euros par Sarkozy.
Réponse de le 23/08/2016 à 16:05 :
et de 400 milliards par le successeur de Sarkozy, celui-ci ayant quand même l'excuse de la crise financière de 2008 !
Réponse de le 24/08/2016 à 2:21 :
Pas exact votre chiffre. Il y a de nettes amélioration depuis l'arrivée de Hollande. Sarkozy ne s'est guère préoccupé du déficit et il continue d'ailleurs tout comme Montebourg.
a écrit le 23/08/2016 à 13:30 :
LA semaine derniere il a aussi annonce la mise en place d'UNE NOUVELLE TAXEpour les régions !!!!!!!!!!! mais la presse n'en parle pas ,

et BRUXELLES BIEN SILENCIEUX POUR ce deficit qui va encore gonfler
a écrit le 23/08/2016 à 13:30 :
Et le SMIG à 10 000 euros pour tout le monde, Il à pas fini de nous prendre pour des jambons ?????
a écrit le 23/08/2016 à 12:35 :
Il est très sérieux ce monsieur, il même pris des mesures pour assurer le succès de sa promesse.
Il va diminuer la fiscalité pour les entreprises.

Cette mesure va immédiatement augmenter sa crédibilité.
a écrit le 23/08/2016 à 12:11 :
et si tous ces bons chiffres économiques étaient faux?si les résultats étaient encore meilleurs?il suffirait de les tenir secrets jusqu'en janvier pour prendre a revers la campagne de la droite!ce serait finement joué!
Réponse de le 25/08/2016 à 10:15 :
et ouai ! je me souviens < la tenaille ! bien vu mais , on a jamais retrouvé la 7 ème compagnie .
a écrit le 23/08/2016 à 11:10 :
/// HUMOUR///YAKATOUFAIRE.? CEST BON POUR LE MORAL???
a écrit le 23/08/2016 à 10:42 :
Je lis toutes ses promesses tous ces engagements mais sans en croire un seul. Je pense que le politique a du mal à vivre avec la population ce type de promesses ne font plus recettes car le citoyen sait que toute promesse est liée à un bulletin de vote et plus particulièrement actuellement. Pour ma part ce que je retiens de tous ces discours les déplacements permanents un ministre dont le premier mais également le Président son entourés de conseillers enfermés dans leur bureau qui font le job de l'exécutif qui n'est en fait que le porte parole des vrais gouvernants, les conseillers et bien sûr dans leur majorité énarque . Résumons simplement, l'exécutif qu'il soit de droite ou de gauche est le larbin des conseillers ceux qui ont le vrai pouvoir.
a écrit le 23/08/2016 à 10:38 :
Si je comprend bien, il prevoit sans vergogne un budget deficitaire. Et on se pose la question de savoir s'il y arrivera, si c'est de la frime car il ne sera plus la, etc. l'enfumage fonctionne donc a 100%. Le deficit devrait etre NUL si c'etait le but, dans une bonne gestion. On enterinne l'existence d'un deficit. Comment faire autrement, avec des interets de la dette qui bouffent la totalite de l'IR? Et avec meme moins de 3%, cela va augmenter la cagnotte a destination des banksters. ce systeme a ete concu pour faire des deficits. C'est la copie du systeme federal des USA. C'est une partie de l'escroquerie qui permet de mettre les peuples en esclavage et de s'approprier la totalite des richesses de la planete. Valls est un bon serviteur de la ploutacratie, il fera carriere, si rien ne vient mettre fin a ses crimes. Mais a force de pousser la France au declin et de contribuer a pousser le monde vers la barbarie, il n'est pas a l'abri d'une sanction brutale.
a écrit le 23/08/2016 à 9:39 :
Une plaisanterie, la France emprunte 200 milliards d'euros tous les ans pour boucler
le budget. Notre dette dépasse 2100 milliards pratiquement 100 % du PIB. Aucun budget
voté par les politiques n'est à l'équilibre depuis 1974. Pas de quoi fanfaronner , idem pour le chômage dont la baisse ponctuelle n'est due que par les emplois aidés, payés par les contribuables , 500 000 exactement. Pour les impôts, nous sommes recordman du monde.
Montebourg , ancien ministre des finances, chiffre à 50 milliards d'euros d'impôts prélevés en plus sur les classes moyennes depuis l'arrivée de Hollande.
a écrit le 23/08/2016 à 9:39 :
De qui se moque-t-on ? Cet exécutif n'exécutera qu'une petite partie de la loi de finance 2017, il peut donc promettre moins de 3% (et même un budget en excédent pour faire bonne mesure).
a écrit le 23/08/2016 à 9:36 :
Trop tard, c'est en 2012 et 2013 que le déficit aurait dû être réduit à moins de 3% et arriver à zéro en 2016, 2017. Depuis la dette a augmentée, avec une hausse des taux d'intérêts qui finira par arriver ce sera un vrai cauchemard
Réponse de le 23/08/2016 à 16:03 :
Dites merci à Sarko pour avoir fait progresser la dette à quasi 100% du PIB avec 500 milliards de dette supplémentaire, alors que la France se situait dans la moyenne européenne
Réponse de le 23/08/2016 à 20:23 :
Vous devez pas vous rappeler du niveau de déficit en 2012....et vous avez du zapper les augmentations d impôts....
Réponse de le 23/08/2016 à 22:42 :
@bmi : 500 milliards pour un quinquennat complet avec une énorme crise mondiale qui a provoqué partout (même en Allemagne) une explosion des dettes publiques, ou 400 milliards avec son successeur en 4 ans et demi (son quinquennat n'est pas fini), alors que le pire de ladite crise était passée ... entre les 2 mon coeur balance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :