Des élus socialistes refusent "une cure d'austérité dans les territoires"

 |   |  343  mots
(Crédits : Reuters)
Des élus locaux socialistes réunis en séminaire à La Rochelle ont appelé vendredi le chef de l'État à renoncer à une "cure d'austérité" pour les collectivités locales, "erreur stratégique" injustifiée selon eux, alors que les indicateurs montrent que le quinquennat Hollande "porte ses fruits".

"Au moment où tous les indicateurs montrent que la croissance économique repart, en grande partie parce que la politique du quinquennat de François Hollande porte ses fruits, redonnant à nos concitoyens espoir et confiance, aucune cure d'austérité pour nos territoires ne saurait se justifier", indique la FNESR (Fédération nationale des élus socialistes et républicains) dans une adresse lue  par son président, l'ex-ministre du Travail François Rebsamen.

Les collectivités locales, estime la FNESR, ont participé au redressement des comptes publics, ont investi, tout en assurant un service public de qualité. "Elles ne peuvent aujourd'hui devenir les variables d'ajustement d'une politique de rigueur, de droite, qui peine à cacher son nom". Entraver leurs capacités serait "une erreur stratégique qui pourrait remettre en cause la cohésion sociale et nuire dangereusement au réveil économique" du pays, a poursuivi M. Rebsamen face à la presse.

A défaut d'université d'été, le PS fait son "séminaire"

Dans la foulée du séminaire FNESR, le PS, à défaut d'université d'été, tient samedi et dimanche à Paris un "séminaire de rentrée" avec ses cadres: premiers fédéraux, secrétaires nationaux, direction collégiale provisoire et parlementaires.

Les élus, dont le séminaire depuis mercredi a réuni 350 à 400 participants sur trois jours selon M. Rebsamen, ont demandé à être reçus par le président Macron et l'ont appelé "solennellement" à renoncer à plusieurs mesures touchant les collectivités. Ils lui demandent ainsi de renoncer à l'effort "déraisonnable" de 13 milliards d'euros d'économies supplémentaires au détriment des budgets des collectivités, à la suppression de 170.000 contrats aidés "qui permettent aux collectivités d'assumer leur mission de service public et aux associations de fonctionner".

La FNESR appelle également M. Macron à renoncer à l'annulation de plus de 300 millions d'euros de crédits d'investissement pour 2017, destinés principalement selon eux au soutien de territoires ruraux et quartiers en difficulté, à renoncer à la remise en cause "unilatérale" des rythmes scolaires, ainsi qu'au projet "démagogique" de réduction du nombre d'élus locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2017 à 14:08 :
Qu'ils réclament à Hollande les 8 milliards de dépenses non créditées au budget 17!
a écrit le 27/08/2017 à 12:39 :
Ce n'est pas d'une cure d'austérité passagère dont les collectivités ont besoin, mais d'une gestion très rigoureuse en permanence, avec en particulier, afin de maintenir et d'augmenter l'investissement, la restriction indispensable des dépenses de fonctionnement, notamment les effectifs de la fonction publique territoriale à réduire drastiquement.
a écrit le 26/08/2017 à 18:15 :
"Elles ne peuvent aujourd'hui devenir les variables d'ajustement d'une politique de rigueur, de droite, qui peine à cacher son nom".

Comme le dit REM sur chaque sujet :" Mais, mais ,c'était dans notre programme,les français, le savaient.Au faite ,ces socialistes ne sont pas de l'aile de droite qui c'est rallié au Jupitérien par hasard
a écrit le 26/08/2017 à 16:15 :
Pour faire des économies gigantesques donc en ETP (qui est le nerf de la guerre), les collectivités locales n'ont qu'a faire baisser le taux d'absentéisme qui est le double ou parfois le triple que dans le privé (pourquoi ?).
N'évoquons pas le cas des hôpitaux (voir les chiffres sur "données Hospi Diag") c'est affolant.
Cordialement
a écrit le 26/08/2017 à 15:35 :
Rien ne les empêche de faire des donations aux budgets locaux sur leurs deniers personnels. "Les collectivités locales, estime la FNESR, ont participé au redressement des comptes publics", ah? On nous aurait menti? La France n'était pas en déficit en 2016 et ne le sera pas en 2017?
a écrit le 26/08/2017 à 4:25 :
Comment les caisses de l'état peuvent elles etre vides alors que le taux de prélèvement obligatoire est au plus haut?On nous ment!
Réponse de le 26/08/2017 à 16:06 :
@élu ps: les socialistes qui mentent à un de leurs membres, impossible ! Serais-tu pas hasard en train de prendre le train "en marche" :-)
a écrit le 25/08/2017 à 20:15 :
Les socialistes, les républicains, le front national sont des partis politiques dépassés. Vu la situation actuelle, ces partis anciens ne servent plus à rien.
Toutes les plans sociaux depuis 60 ans sont des plans de protectorat, les anciens ont fait le nécessaire, la base est le populisme et une démocratie qui est limitée, plus rien ne changera, c'est pour ça qu'il y a toutes ces réformes d'économie, la base, le cadre est mis en Europe.
a écrit le 25/08/2017 à 17:54 :
Gauche irresponsable qui fait croire aux français que l'on peut encore distribuer l'argent que la France n'a plus.
Réponse de le 26/08/2017 à 22:37 :
Il faut le dire à Macron ,il ne savait pas que les caisses étaient vides
a écrit le 25/08/2017 à 17:06 :
S'il y a reprise en France, c'est vraisemblablement parce qu'il y a reprise mondiale; comme d'habitude, elle sera moins forte en France qu'ailleurs; pourquoi?
a écrit le 25/08/2017 à 16:34 :
Des élus locaux socialistes dont la majorité sont des ex-fonctionnaires abreuvés à l'argent facile sans compter, aux conditions sociales de leurs agents aux dépenses faramineuses... LES CAISSES DE L’ÉTAT SONT VIDES !!! Comme le secteur marchant vous n’échapperez pas AUX REFORMES !!! POINT BARRE !!!
Réponse de le 25/08/2017 à 17:09 :
En réalité, ils veulent continuer leur demago sur fonds publics !!! No way, on va vous "serrer" !!! Cet argent, ce sont nos impôts et vous n'avez pas à le gaspiller pour votre profit...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :