Macron demande 13 milliards d'euros aux collectivités en échange de plus de libertés

Lors de la première Conférence nationale des territoires, Emmanuel Macron a confirmé la suppression de la taxe d'habitation sur trois ans ans et s'est dit favorable à une "recentralisation" de la gestion du RSA. Par ailleurs, il demande 13 milliards d'euros d'économies aux collectivités en échange de davantage de "libertés" d'organisation et de gestion.
Jean-Christophe Chanut
Suppression de la taxe d'habitation, possible recentralisation du RSA, 13 milliards d'économies demandés aux régions, autonomie de la fonction publique territoriale, refonte de la Métropole du Grand Paris... Emmanuel Macron a multiplié les annonces, parfois explosives, lors de la première Conférence nationale des territoires.
Suppression de la taxe d'habitation, possible "recentralisation" du RSA, 13 milliards d'économies demandés aux régions, "autonomie" de la fonction publique territoriale, refonte de la Métropole du Grand Paris... Emmanuel Macron a multiplié les annonces, parfois explosives, lors de la première Conférence nationale des territoires. (Crédits : POOL New)

Des chantiers, une méthode et plusieurs annonces concrètes d'Emmanuel Macron. La première "Conférence nationale des territoires", promise par le président de la République durant sa campagne électorale, a éclairé quelques points très attendus par les élus locaux, notamment financiers: réduction des dépenses de fonctionnement, taxe d'habitation, financement du RSA, etc.

La taxe d'habitation supprimée sur trois ans

Première annonce capitale: Emmanuel Macron a confirmé que la suppression de la taxe d'habitation (TH), mesure très contestée par les collectivités locales et notamment le bloc communal, serait bien mise en œuvre, pour une première étape, dès 2018. Elle s'effectuera en trois temps pour être totalement aboutie en 2020. Emmanuel Macron a répété son credo. Pour lui la TH "est un mauvais impôt qui ne tient pas compte de la capacité fiscale des citoyens".

Pour rassurer les élus, il a affirmé que les prochaines conférences territoriales, qui se tiendront désormais tous les six mois, seront l'occasion de vérifier que l'État compensera bien aux collectivités l'intégralité de suppression de la TH, soit un manque à gagner pour elles d'environ 10 milliards d'euros. Par ailleurs, le chef de l'Etat  a annoncé la création d'une commission de travail dont la mission sera de réfléchir à une "refonte complète de la fiscalité locale". L'objectif sera de maintenir l'autonomie fiscale des collectivités. Pour y parvenir, le Président n'exclut pas d'affecter à l'avenir aux collectivités une partie du produit d'un prélèvement national, et de citer, à titre d'exemple (et d'ailleurs curieusement)... la CSG. Un peu sur le modèle de ce qui a été fait avec la TVA pour les régions.

Vers une recentralisation du RSA en 2019?

Deuxième annonce, très attendue par les départements qui en ont la charge, Emmanuel Macron a donné son accord à une remise en cause du financement actuel du RSA. Il a proposé une alternative: soit une recentralisation du RSA - option qui a sa préférence - au niveau national, soit une amélioration de la compensation par l'Etat et une meilleure péréquation entre les départements. Il laisse les élus locaux et l'Etat en débattre jusqu'au printemps 2018, mais il souhaite que ce point soit réglé dans la loi de finances 2019.

Les collectivités doivent économiser... 13 milliards d'euros

Troisième point, qui a fait grincer les dents des élus, Emmanuel Macron - et avant lui son ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin - a annoncé aux représentants des collectivités locales qu'ils devront réaliser 13 milliards d'économies dans leurs dépenses sur la durée du quinquennat. Il a reconnu avoir auparavant évoqué 10 milliards, ce sera donc finalement 3 milliards d'euros de plus... Pour lui "ces 13 milliards correspondent à la part des collectivités locales dans la dépense publique". Il a aussi rappelé que le plan global d'économies sur le quinquennat atteindrait trois points de PIB, soit 60 milliards d'euros, l'Etat et la Sécurité sociale prendront donc aussi leur part.

" C'est injuste et beaucoup trop" a estimé Olivier Dussopt, président de l'association des petites villes de France.

En introduction de la conférence, le Premier ministre Edouard Philippe s'est pourtant voulu inflexible :

"Vous connaissez parfaitement la situation des finances publiques. Vous savez l'évolution des effectifs dans les trois fonctions publiques. Rien de tout cela n'est soutenable". Nous devons diminuer notre montant de dépense publique. Les collectivités territoriales doivent prendre leur part à cet effort et cet effort sera globalement important".

Pour autant, afin de se démarquer des mesures arrêtées sous le précédent quinquennat, Edouard Philippe s'est voulu « rassurant » en excluant, a priori, une nouvelle baisse des dotations aux collectivités :

"Plutôt que de parler directement et spontanément de baisse des dotations, nous devons essayer, et c'est un exercice délicat, de trouver un mécanisme assurant la baisse de la dépense publique, la baisse de l'endettement public, plus intelligemment que par l'imposition brutale d'une baisse des dotations". Mais cela "ne veut pas dire qu'on peut contourner une baisse des dépenses".

Emmanuel Macron est venu confirmer la position de son Premier ministre: "il n'y aura pas de baisse brutale des dotations, mais les collectivités devront baisser leurs dépenses de fonctionnement". L'injonction est donc très claire.

Une méthode différente donc de celle employée par François Hollande qui avait décidé une diminution de la dotation globale de fonctionnement de 10,7 milliards d'euros entre 2015 et 2017.

Gérald Darmanin a proposé à cet égard que soit instituée une mission de personnalités qualifiées sur les façons de suivre une trajectoire de baisse des dépenses de fonctionnement. Au ministère de la Cohésion des territoires, on évoque une « piste » pour tenir ces dépenses : rendre plus « directif » ou « incitatif » l'actuel mécanisme de « l'objectif d'évolution de la dépense locale » (ODEDEL). Aujourd'hui simple outil d'analyse et de prévision de la dépense locale, cet ODEDEL pourrait devenir un objectif qui devrait être tenu obligatoirement.

Grogne des élus

C'est peu dire que les représentants des élus locaux étaient plutôt grognons à l'idée de devoir de nouveau serrer la ceinture des finances locales, alors qu'ils ont déjà réduit leurs dépenses de fonctionnement d'environ 11 milliards d'euros en cinq ans. Ce que reconnaît d'ailleurs Bercy qui a constaté que les dépenses de fonctionnement des collectivités n'avaient augmenté « que » de 0,9% en 2016, contre 1,9% en 2015 et 4,1% en 2016.

Et selon l'Insee, la dette publique atteignait 2.147 milliards d'euros fin 2016, soit l'équivalent de 96% du PIB. Or, les administrations publiques locales contribuent à cette dette à hauteur de « seulement » 199,6 milliards d'euros, soit moins de 10%.

Quoi qu'il en soit donc, les collectivités devront donc faire encore un effort de réduction des dépenses de13 milliards d'euros sur cinq ans. Pas facile à faire avaler. A cet égard, les élus demandent de la visibilité, via l'instauration d'une loi quinquennale de financement des collectivités locales, comme l'ont encore une fois rappelé François Baroin président de l'Association des maires de France et Gérard Larcher, président du Sénat... une vieille antienne. Emmanuel Macron ne s'est pas prononcé sur ce point.

Davantage de "libertés" de gestion et d'organisation pour les collectivités

En revanche, dans le cadre d'un "pacte girondin", il a proposé aux collectivités toute une panoplie de nouveaux moyens, appelés par le président "nouvelles libertés", pour rationaliser et diminuer leurs dépenses. Il invite les collectivités à "innover" dans leur organisation, via par exemple, des fusions de communes pour créer des "communes nouvelles" qui permettent de mieux mutualiser les équipements et les dépenses. Il s'est dit aussi favorable à une "liberté d'organisation" sur les différents points du territoire. Autrement dit, l'organisation territoriale ne sera plus forcément la même aux quatre coins de l'Hexagone, les départements qui veulent fusionner entre eux (ou avec des Métropoles, comme ce fût le cas entre Lyon et le département du Rhône) pourront le faire, à la condition que cela ne conduise pas à une aggravation "des fractures territoriales" ou à une complexification des structures. À cet égard, il souhaite la création d'une Agence nationale de la cohésion des territoires.

Pour faciliter ces innovations locales, Emmanuel Macron compte changer les règles en matière "d'expérimentation": il n'y aura plus de généralisation obligatoire au bout de deux ans. Certaines spécificités territoriales d'organisation décidées localement le demeureront donc.

Il s'est dit également favorable à de nouvelles délégations de compétences (et donc de moyens) économiques et sociales de l'Etat vers les collectivités et notamment les Régions.

Le Premier ministre a pour autant précisé qu'il ne s'agissait pas de créer un nouveau "big bang", après le choc de la loi NOTRe, qui a redéfini les compétences entre les collectivités. Il conviendrait  juste de permettre "les ajustements" et les "agilités" nécessaires.

Des pistes explosives: statut des fonctionnaires, refonte de la métropole du Grand Paris.

Sans entrer dans le détail, Emmanuel Macron a également évoqué d'autres pistes d'économies possibles qui s'avèrent assez explosives. Ainsi, il a plaidé pour une diminution du nombre des élus locaux, mais, surtout, il souhaite "une modernisation de la fonction publique territoriale", en différenciant la gestion des trois fonctions publiques (Etat, hospitalière et territoriale). Et de citer l'exemple de l'évolution du point d'indice qui ne devrait pas forcément être similaire pour l'ensemble des fonctionnaires.... Les syndicats ne vont pas manquer de réagir.

Très prolixe en annonces, Emmanuel Macron a aussi abordé un autre sujet sensible: la Métropole du Grand Paris (MGP). Il souhaite qu'à l'automne, après une concertation entre tous les acteurs, se tienne  une conférence territoriale spécifique à la MGP pour bâtir "une nouvelle organisation institutionnelle". On sait que les "frontières" et les compétences de la MGP sont un sujet frictionnel depuis deux ans.

La prochaine conférence nationale des territoires devrait se tenir en décembre. D'ici là, des groupes de travail associant représentants des collectivités et de l'Etat vont travailler en commissions pour faire avancer les différents chantiers  afin de parvenir à un "pacte" entre l'Etat et les collectivités.

Jean-Christophe Chanut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 81
à écrit le 20/07/2017 à 13:33
Signaler
Moi j'ai le sentiment que tout ceci prépare autre chose, en regardant les actions (isolation, protection, non assument des actions dans le monde et faisant porter le poids des erreurs aux autres) aux usa, la France essaye de dégager des fonds pour af...

à écrit le 20/07/2017 à 10:04
Signaler
ce qu'il faut expliquer aux élus et administratifs, c'est quand on créé 3 emplois publics, on détruit 5 emplois dans le privé. Car il n'y a pas d'argent public, il n'y a que l'argent pris au secteur productif et marchand, et donc il faut payer ces em...

à écrit le 20/07/2017 à 10:03
Signaler
pitoyables tous ces élus et médias qui veulent nous faire croire qu'on est à l'os, qu'il n'y a pas un euro à économiser, alors qu'on a tous les records d'impôts et charges d'europe avec des services médiocres et en baisse permanente. les gains poten...

à écrit le 19/07/2017 à 19:55
Signaler
Mesdames et Messieurs, Je voie que la majorité d'entre-vous vous manqué d'information, soit que vous n'avez pas assez chercher ou il le faillaient.. Car la grande responsable a été la loi du 3 janvier 1973 (voter pendant la période de Noël), cette lo...

à écrit le 19/07/2017 à 15:46
Signaler
Pour faire de très grosses économies sur leurs budgets, que les élus deviennent honnêtes ! En lisant ces lignes vous comprendrez que ce ne sera jamais le cas. Ce qui est valable dans les transports de voyageurs est également valable dans d'autre...

à écrit le 19/07/2017 à 15:41
Signaler
Pour faire de très grosses économies sur leurs budgets, que les élus deviennent honnêtes ! En lisant ces lignes vous comprendrez que ce ne sera jamais le cas. Ce qui est valable dans les transports de voyageurs est également valable dans d'autre...

à écrit le 19/07/2017 à 11:54
Signaler
Bon, 13 Milliards, le chiffre semble effectivement élevé, mais çà représente quoi en pourcentage ? Comme quand on parle du trou de la Sécu ou du déficit des régimes de retraite... un chiffre en lui même ne signifie pas grand chose.

à écrit le 19/07/2017 à 10:11
Signaler
Très bonne nouvelle. J'ai peur en revanche que les élus, au lieu de baisser les dépenses en réduisant le gaspillage, se contentent d'augmenter leurs revenus d'une autre manière. Une étude de la Cour des Comptes avait été publiée, mettant en avant...

à écrit le 19/07/2017 à 8:39
Signaler
pitoyables tous ces élus et médias qui veulent nous faire croire qu'on est à l'os, qu'il n'y a pas un euro à économiser, alors qu'on a tous les records d'impôts et charges d'europe avec des services médiocres et en baisse permanente. les gains poten...

à écrit le 19/07/2017 à 8:36
Signaler
ce qu'il faut expliquer aux élus et administratifs, c'est quand on créé 3 emplois publics, on détruit 5 emplois dans le privé. Car il n'y a pas d'argent public, il n'y a que l'argent pris au secteur productif et marchand, et donc il faut payer ces em...

à écrit le 19/07/2017 à 8:19
Signaler
Il y a un truc que je ne comprends pas dans les collectivités. Si une mairie a un budget de 20M€ par exemple et qu'en fin d'année il lui reste 5M€ pourquoi ne peut-elle pas provisioner ou reporter, et donc économiser, cette somme pour l'exercice suiv...

le 19/07/2017 à 18:12
Signaler
Mon cher Monsieur, c'est comme l'armé, car dans tous les postes il y a des quotas : exemple; quand j'ai l'armé en tant qu'appelé, j’étais dans une compagnie qui diffusait de la propagande, pour des engagement volontaire.. Et bien nous avions des S...

à écrit le 19/07/2017 à 8:11
Signaler
" C'est injuste et beaucoup trop" a estimé Olivier Dussopt, président de l'association des petites villes de France. La France a plus de 2000 milliards de dettes. Quand on a trop abusé à un moment il faut bien se serrer la ceinture et penser à très l...

à écrit le 19/07/2017 à 8:09
Signaler
la messe est dite depuis un moment, ce pays (état + collectivités) n'a plus les moyens, point ! (prenez de cours de comptabilité si nécessaire, la course aux dépenses doit s'arrêter)

à écrit le 19/07/2017 à 1:18
Signaler
L'intercommunalité au lieu de diminuer le train de vie l'augmente, et conduit à tout occulter-dissimuler, augmenter l'impot, et déresponsabiliser la dépense. Le DPT est à supprimer, les conseillers de Canton allant sièger à la région : conseillers ré...

à écrit le 19/07/2017 à 0:15
Signaler
Ben les économies peuvent être vite trouvées, dans le village d'à côté, 3000 habitants, des ateliers municipaux énormes (on peut se demander à quoi ça peut servir) et bien en évidence la voiture du chef un Porsche Cayenne. Hé oui un simple garde cha...

à écrit le 18/07/2017 à 19:57
Signaler
ce qu'il faut expliquer aux élus et administratifs, c'est quand on créé 3 emplois publics, on détruit 5 emplois dans le privé. Car il n'y a pas d'argent public, il n'y a que l'argent pris au secteur productif et marchand, et donc il faut payer ces em...

à écrit le 18/07/2017 à 19:49
Signaler
pitoyables tous ces élus et médias qui veulent nous faire croire qu'on est à l'os, qu'il n'y a pas un euro à économiser, alors qu'on a tous les records d'impôts et charges d'europe avec des services médiocres et en baisse permanente. les gains poten...

le 18/07/2017 à 21:06
Signaler
C'est normal, car ces élus dépensent l'argent des autres ! Si c'était leur argent, ils feraient attention ! Donc il faut que le peuple puisse virer ou punir les élus immédiatement, c'est ça la vraie démocratie. Ils ne sont presque jamais virés ou p...

le 19/07/2017 à 6:18
Signaler
Beaucoup plus simple:supprimer les mairies et utiliser les communautés de commune.Fini les petits maires dépensiers et clientélistes

à écrit le 18/07/2017 à 18:14
Signaler
On aimerait plus de précisions, surtout parce l'homme de la rue a déjà des problèmes pour comprendre impôts et taxes. On ne demande pas € 13 milliards ( sur 5 ans, à ne pas oublier ) on va leur donner cette somme en moins. etc. etc.

à écrit le 18/07/2017 à 17:58
Signaler
si m macron si vous le qualifie de sergent ok mais il faut rendre au general 5 etoiles le grade qui lui convient.. soldat de 1ere classe

à écrit le 18/07/2017 à 16:51
Signaler
La gabegie des collectivités et leur dépendance à l'impôt n'est plus a démontrer même si un léger effort a été entrepris pour assainir les finances locales. Malgré tout le "mille feuille administratif" n'a fait qu'amplifier les dépenses et les charge...

à écrit le 18/07/2017 à 15:11
Signaler
Moins on a d'argent, plus on est libre de le dépenser!!

à écrit le 18/07/2017 à 13:54
Signaler
Enfin un Président qui ose.N'oubliez pas qu'il a été élu à la majorité, ça c'est la démocratie.

le 18/07/2017 à 16:28
Signaler
soutien avec 25% au premier tour...... les 75%.. sont doc bafoué

le 18/07/2017 à 19:22
Signaler
@patoche: et c'est là que le bât blesse pour ceux qui ont voté Macron, et que le bas (du dos) fait mal pour ceux qui l'ont prise dans l'oignon, car Macron comme les autres avant lui n'obtient qu'environ 20% des voix des inscrits (25% des suffrages ém...

le 19/07/2017 à 8:33
Signaler
les régles sont connues, donc appliquées en connaissance de cause. Ceux qui disent qu'il n'est pas légitime avaient qu'à voter pour un autre candidat s'ils ne leur convient pas. Ce sont les abstentionnistes passifs et grognons qui sont illégitimes, s...

le 20/07/2017 à 10:07
Signaler
en réponse à patrickb et oui : les régles sont connues, donc appliquées en connaissance de cause. Ceux qui disent qu'il n'est pas légitime avaient qu'à voter pour un autre candidat s'ils ne leur convient pas. Ce sont les abstentionnistes passifs et ...

le 20/07/2017 à 15:43
Signaler
@légitimité: ceux qui votent blanc ou ne votent pas du tout disent qu'aucun candidat ne leur convient et leur vote devrait être reconnu en tant que tel. Le problème est que le système ne reconnait pas ces votes et voudrait forcer les gens à voter pou...

à écrit le 18/07/2017 à 13:03
Signaler
Le moins d'Etat fait parler... Clairement, on sent que chacun le souhaite mais de suite soulève aussitôt la crainte de réduction du confort actuel dans lequel nous vivons. Les villes ont des moyens mais une part certaine de ces moyens sont des acha...

à écrit le 18/07/2017 à 12:53
Signaler
La taxe d’habitation est un impot injuste. On est bien d’accord mais ce n’est pas en exonérant 80% des familles que cet impot sera moins injuste. Qu’en pense les 20% qui continueront à payer cette taxe ? Surtout que le risque est grand que les élus a...

à écrit le 18/07/2017 à 12:38
Signaler
Beaucoup de choses dans le projet de Macron pour que les collectivités locales soient plus économes. Fusionner les communes ? A quoi cela sert-il quand on a créé les communautés de communes. C’est la création des communautés de communes qui a généré...

à écrit le 18/07/2017 à 12:20
Signaler
On peut d'ores et déjà s'attendre à ce que la taxe foncière explose ainsi que toutes les taxes dont bénéficient directement ou indirectement les communes. Faute d'argent, de financement, les infrastructures et les réseaux vont se dégrader. Cela a dé...

à écrit le 18/07/2017 à 12:02
Signaler
il y a eu certes des dérives dans quelques communes. embauche..ext mais la maniere déguisé de reporter un impot déguisé sur les administrés ne peut pas faire l unanimité

à écrit le 18/07/2017 à 11:57
Signaler
Curieusement on nous parle de la taxe d'habitation comme d'un impôt injuste, certes, mais pas de la taxe foncière basée sur les même valeurs locatives et socialement plus injuste puisque si les bas revenus sont déjà exonérés de la taxe d'habitation, ...

le 18/07/2017 à 12:46
Signaler
Si la personne achète un logement et ne paie plus de loyer il paiera au moins la taxe foncière. Pour ce qui est de la CSG les retraités à ce jour ont un taux inférieur aux salariés pourquoi? Payer pour certaines dérives locales ou nationales sont e...

à écrit le 18/07/2017 à 11:11
Signaler
Pour l instant, le changement se traduit par une sorte de chaos...,Macron serait il adepte de la théorie du même nom, qui consiste a induire la chaos pour laisser émerger une autre "ordre"....,? Mystère.....car cette théorie, pour être efficace, dem...

à écrit le 18/07/2017 à 10:19
Signaler
Les entités territoriales sont vent debout contre toute diminution des dotations de l’état. On pourrait accepter cette grogne si ces mêmes entités étaient de bonnes gestionnaires . Je ne suis pas un agent territorial mais j’ai parfois des discutions ...

à écrit le 18/07/2017 à 9:49
Signaler
Le respect de la démocratie locale et en même temps tout décider de l'Elysée ...

à écrit le 18/07/2017 à 9:07
Signaler
J'habite une commune (49000 habitants) où M. Le Maire a déjà mis en pratique ce qu'il appelle une gestion saine : tout est devenu payant, ce qui était déjà payant a passablement augmenté, les subventions aux associations réduites et pour certaines re...

à écrit le 18/07/2017 à 8:40
Signaler
C'est juste que l'on aimerait bien que les néolibéraux nous expliquent comment faire mieux avec moins sachant que la situation des collectivités locales ne cessent de se dégrader du fait justement de ces purges d'austérité permanentes. La réunifi...

le 18/07/2017 à 16:57
Signaler
@Castafiore blasée: socialo-communiste, pourfendeur du libéralisme qui aurait un ami de droite possédant 500 000 euros à investir ! Qui y croit :-)

le 19/07/2017 à 10:01
Signaler
deuxième trollage consécutif, cela s'appelle du harcèlement et en plus vous voudriez que l'on prête attention à vos propos... Votre commentaire est signalé bien entendu, il semblerait que votre coté masochiste se réveille l'été, c'est souvent le ...

à écrit le 18/07/2017 à 7:59
Signaler
- cout des élus locaux par an: 1,5 milliard ( JT France 2 du 17 juillet 2017) - cout de la formation professionnelle par an: 32 milliards ( aucun controle: rapport de la Cour des comptes 2017)

le 18/07/2017 à 17:37
Signaler
Et 37 Milliards gaspillés en Allocations Logement financés par CSG-CRDS

le 18/07/2017 à 17:41
Signaler
.La form pro est très juteuse, inefficace, DETOURNEE.

à écrit le 18/07/2017 à 7:54
Signaler
Réduire le nombre d'élus à tous les niveaux difficile d'être contre une telle idée même si je n'ai pas été séduit par Mr Macron aux présidentielles...Maintenant nous attendons des actes précis, la communication ne suffira pas sur le sujet idem concer...

à écrit le 18/07/2017 à 7:38
Signaler
Et si le Président Macron demandait aussi à l'Europe de se serrer la ceinture? Ne fait-elle pas elle aussi partie des organes de décisions au même titre que les collectivités locales, n'impose-t-elle pas elle aussi des dépenses dont on pourrait bien ...

le 18/07/2017 à 14:23
Signaler
Il y a moins de fonctionnaires européens que de fonctionnaires à la mairie de Paris. Si on ajoute les communes limitrophes on doit obtenir un chiffres 3 à 4 fois supérieur pour 50 fois moins d'habitants...

à écrit le 18/07/2017 à 7:18
Signaler
Il y a quelque chose de contradictoire dans la politique de MACRON il y a quelques jours on nous annoncé qu'il manquait 8 milliards pour respecter le ratio déficit PIB (rapport cours des comptes), que l'état était sans "le sous" Puis économie drast...

à écrit le 18/07/2017 à 7:17
Signaler
Un simple exemple dans ma ville en 1980 on avait 100 employés communaux pour 7000 habitants aujourd'hui pour 8500 habitants nous avons 250 employés municipaux sans compter ceux de la communauté de communes nous dans une commune du sud de l'Isère. Som...

le 18/07/2017 à 13:58
Signaler
Exemple qu'on peut reprendre un peu partout en France. Employé municipal est souvent une sinécure offerte à des copains bien en cours. D'où un personnel pléthorique et dont l'efficacité n'est pas la première qualité (ce n'est heureusement pas une gén...

à écrit le 18/07/2017 à 4:29
Signaler
Le regime, pour ne pas dire la diete, commence. En attendant la remontee des taux US. Aux ordres de Bruxelles. Votez "En marche" arriere toutes.

le 18/07/2017 à 8:41
Signaler
"Aux ordres de Bruxelles". 2014 : La Commission encourage François Hollande à mettre en œuvre la réforme territoriale qu’il a annoncée et ce, dès décembre 2014. Ce qui permettra «d’éliminer les doublons» et «d’obtenir de nouveaux gains d’effic...

à écrit le 18/07/2017 à 1:45
Signaler
Donc l'insupportable Taxe Foncière pouvant atteindre souvent deux mois de salaire va largement doubler.

le 18/07/2017 à 9:36
Signaler
On va l'avoir notre impôt sur le loyer fictif... simplement par un zoom de la taxe foncière qui est déjà le socle de cet impôt qui cache encore son vrai nom <o)

à écrit le 17/07/2017 à 23:57
Signaler
Quand on vous dit que le programme Macron est fait a Bruxelles, le croyez vous?

à écrit le 17/07/2017 à 23:54
Signaler
On annule toute décentralisation (qui ne concerne pas la zone administrative UE) pour mieux centraliser au niveau de l'UE de Bruxelles! Macron collaborateur??

à écrit le 17/07/2017 à 22:56
Signaler
Comme si votre patron vous payait 15% de moins mais vous donnait 2 RTT de plus par mois. Resultat, vous les passez à la maison à regarder la télé, sauf pour ceux qui ont une maison secondaire ou d'autres revenus. Bref une politique pour les riches....

à écrit le 17/07/2017 à 22:50
Signaler
Effectivement la taxe d'habitation est injuste, mais l'analyse de la cause de cette injustice est mauvaise : 1ère injustice ) La taxe d'habitation devrait permettre de couvrir les dépenses de la commune pour les dépenses à la charge des commun...

à écrit le 17/07/2017 à 20:32
Signaler
Les Maires doivent d'urgence supprimer toutes les aides et à toutes les associations sur leur commune.

le 18/07/2017 à 7:54
Signaler
et les ministères qui arrosent les associations et les parlementaires avec leur réserve ?

à écrit le 17/07/2017 à 20:23
Signaler
La liberté sans plus en avoir les moyens financiers, il est trognon... Il ferait mieux de s'attaquer aux 36 000 communes pour ramener leur nombre à 6 000 tout au plus : c'est là que sont les vrais gisements d'économies...

le 17/07/2017 à 21:48
Signaler
Dans les petites et moyennes communes les plus nombreuses, les élus sont bénévoles non rémunérés ; Ceux qui veulent regrouper les petites communes pour en faire des grandes communes sont les profiteurs invétérés qui veulent se faire élire et se fa...

le 18/07/2017 à 9:38
Signaler
OK pour fusionner les communes, mais les petites entre elles, et pas en satellites des grosses du coin, sinon les petites communes ne deviendront plus que les décharges d'ordures des centres villes... Séparons les problème.. Il y a les villes, et les...

à écrit le 17/07/2017 à 20:17
Signaler
En somme, un chômeur qui avec sa femme chômeur elles aussi et qui touchent les alloc des gosses va pouvoir se payer un baraque sans payer d’impôt... Trop d'impôts, Y EN A MARRE !!!

le 17/07/2017 à 22:58
Signaler
Il faut en effet être milliardaire pour ne pas en payer. Sûr que vous êtes jaloux... :-)

à écrit le 17/07/2017 à 20:01
Signaler
c est bien l etat le mauvais eleve pour reduire sont train de vie :,mais il est vrais aussi qu il y a trops d elu e s en France 1/:les deputes :2/ les senateurs 3/ les départementaux 4/ les maires sans comptes les supleents et les represetents dans l...

à écrit le 17/07/2017 à 19:25
Signaler
Les Elus locaux doivent se faire respecter sans concession au gamin de l'Elysée et son gouvernement fait de bric et de broc ; Pour se faire respecter, point n'est besoin de monter à Paris pour vociférer ; Macron se comporte en potentat africain, i...

le 17/07/2017 à 20:29
Signaler
Pour se faire élire, les Députés et leurs comités de soutiens sont venus frapper à nos portes de nos domiciles prvés, souvent aux heures des repas, y comprit les week end, la réciprocité est donc toute logique, incontestables, oui pour les élus l...

à écrit le 17/07/2017 à 19:04
Signaler
Il va y avoir 20 % de gogos qui vont continuer à payer cette TH que Macron considère comme un impôt injuste. Ces 20 % auront la double peine puisqu’ils vont aussi payer plein pot la CSG .

le 18/07/2017 à 6:55
Signaler
@ba: +1 Macron c est la goôche ! 20% des gogos vont payer et pour certains voir leur taxe foncière explosée.

le 18/07/2017 à 11:12
Signaler
Vous avez raison , il faudra bien que les collectivités locales trouvent de l'argent. Les 20 % de gogos passeront encore une fois à la casserole. Une habitude, 47 % de français sont concernés par l'IR, la CSG va pénaliser 18 millions de contribuables...

à écrit le 17/07/2017 à 18:38
Signaler
Beaucoup se plaigne de payer la taxe d'habitation mais personne ne voit la chute des recettes de la commune ou de la ville que vous habitez et qui va devoir réduire ses dépenses afin de palier à ce manque d'argent. Donc si des dépenses sont réduites...

le 18/07/2017 à 6:44
Signaler
"Donc si des dépenses sont réduites, il est probable que les services de votre commune ne soient plus proposés":Quoi??Plus de vins d'honneur,de spectacles gratuits,de médiathèques,d'équipe de curling,,d"actions humanitaires a l'étranger?C'est trop ho...

à écrit le 17/07/2017 à 18:33
Signaler
13 milliards ! il est bien frileux ; les collectivités locales ne jouent pas le jeu , les fusions auraient dues conduire à des économies hors c'est tout le contraire qui s'est produit : plus d'élus , plus de fonctionnaires territoriaux et des doublo...

le 17/07/2017 à 19:10
Signaler
A saint brieuc tous les anciens maires sont devenus vice présidents. ... comme ça pas de jaloux, tout le monde peut continuer à teter la louve

le 17/07/2017 à 21:09
Signaler
Et même un président et des ministres qui ne servent plus à rien puisque l' UE pilote le tout via les GOPE ! Je vois la première source d' économie là où elle est, virez-moi tout ça !

à écrit le 17/07/2017 à 18:17
Signaler
Macron "demandent" Ah...Macron est plusieurs personnes à lui tout seul ? Quoique...finalement vu l'égo surdimensionné du personnage ce n'est quasiment pas une faute !

à écrit le 17/07/2017 à 18:12
Signaler
"Macron demandent"... Faudrait se relire ça serait pas mal.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.