Face à l'urgence environnementale, les villes cherchent (et trouvent) des solutions

 |  | 1492 mots
Lecture 8 min.
PRISE DIRECTE. Cinq ans après l'Accord de Paris et un sommet pour le climat qui avait rassemblé les maires de 1000 à travers le monde autour d'engagements ambitieux, un débat organisé lors du Forum Zéro Carbone a dressé le tableau des actions locales engagées en France depuis cette date et exploré des pistes d'action pour aller plus vite dans les transitions urbaines écologiques. Il a réuni Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole, Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie de Paris, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, et Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de France Urbaine. Tous ont dialogué avec Marianne Laigneau, présidente du directoire d'Enedis, Philippe Wahl, PDG de La Poste, Olivier Wigniolle, DG Icade, et Arnaud Leroy, président de l'Ademe.

>> VOIR notre dossier « Cinq ans après la COP21 »

Il y a cinq ans, sous les ors de la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville de Paris, les maires de quelque 1000 villes dans le monde envoyaient un signal fort : leur role, dans le combat climatique, était clé. En marge de la COP21, ils ont donc pris des engagements ambitieux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il était temps de dresser un premier bilan des avancées. Pour ce faire, le 10 décembre, dans le cadre du Forum Zéro Carbone organisé par La Tribune et la Ville de Paris, une table ronde a donné la parole à plusieurs maires et chefs d'entreprise.

Premier constat, « les logiques d'expérimentation ne suffisent plus, a lancé Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. Le changement de modèle doit s'accompagner d'un changement d'échelle si nous voulons tenir la trajectoire telle qu'elle avait été définie au moment de l'Accord de Paris ». Ainsi, à Nantes, à l'horizon 2030, « nous avons fait le choix de mettre 100 millions d'euros dans la rénovation de l'habitat, avec notamment la priorité donnée à la lutte contre les passoires énergétiques, et 1 milliard d'euros sur le sujet des mobilités. Ce sont des choix structurants qui changent le modèle de la métropole et de la manière d'y vivre », affirme celle qui est aussi présidente de France Urbaine, une association qui regroupe la quasi-totalité des grandes villes et des métropoles françaises. Nantes n'est évidemment pas seule.

La dynamique climatique s'amplifie

A l'autre bout de l'Hexagone, à Nice, entre Mercantour et Méditerranée, « il fallait construire un seul territoire où l'urbain et la ruralité puissent se rejoindre et disposer d'une gestion commune », indique de son côté Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2021 à 9:50 :
80% des insectes ont disparu, une espèce vivante ne moins toutes les 20 minutes, chute du nombre d’oiseaux de ce fait, j'ai pas l'impression que nos bavards impénitents sont en état intellectuel de prendre en compte toute la mesure du problème hein, juste que ça leur sert à bavarder encore plus.

Tant qu’aucun d'entre eux ne dénoncera l'agro-industrie qui est la première meurtrière de notre écosystème, vous êtes tranquilles vous n'avez à faire qu'à nos éternels hypocrites et pendant qu'ils sulfatent leurs poisons par hectare nous autres dans nos jardins de 100m2 devrions sauver le monde.

Si ce monde s'effondre c'est sous les coups de butoirs de la classe dirigeante et donc seulement elle la responsable.
a écrit le 15/01/2021 à 19:44 :
Article complètement à côté de la plaque
- Premièrement, il n'y a pas de problème environnemental en France
- Deuxièmement, même s'il y avait problème, il n'y a aucune urgence à agir, vu qu'il est déjà trop tard
- Troisièmement, ce n'est pas en déversant des centaines d'euros dans la rénovation qu'on va endiguer le réchauffement climatique
Réponse de le 16/01/2021 à 21:49 :
erreur
- y a un gros pb,.... le budget est contraint le depenses filent
- deuxio il n'est pas trop tard pour voter un impot ecolo qui sauvera le budget en expliquant que c'est ecolo socilo solidaire et responsable, ce a quoi personne ne peut s'opposer d'un point de vue moral
- troisio les milliards payes par les prives dans le grand cadre de la culpabilisation de sauver des ours blancs, ca sauve le budget et l'emploi ( quand mitterand est arrive au pouvoir avec ses amis ecolos - pardon a l'epoque on appelait ca ' communistes'- il y a eu des obligations de renovation de facade, de batiment, etc, car il avait envoye l'economie au tas; et ca n'a en rien emepche l'conomie francaise de finir sous l'aile du fmi avec le pire plan de rigueur jamais)
ma mere dit ' lhistoire est un eternel recommencement'
j'attend la guerre donc avec serenite et surout depuis ailleurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :