GM&S, un nouveau Whirlpool pour le gouvernement ?

Pour sauver l'équipementier GM&S en difficulté économique, le groupe PSA devrait augmenter ses commandes de 10 à 12 millions d'euros et Renault doubler ses commandes pour les porter de 5 à 10 millions d'euros. Mais, cela sera-t-il suffisant pour permettre au sous-traitant de redémarrer sereinement ?
L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir piégée avec des bonbonnes de gaz, et une marche destinée à les soutenir a rassemblé le 16 mai quelques milliers de personnes.
L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz, et une marche destinée à les soutenir a rassemblé le 16 mai quelques milliers de personnes. (Crédits : DR)

>> Papier mise en ligne le 22 mai 2017 à 8h05 | Mise à jour à 13h06

La CGT a estimé dimanche soir que les augmentations de commandes de Renault et PSA à l'équipementier en difficulté GM&S, étaient un "sursis" pour son usine de La Souterraine (Creuse), tout en soulignant que "le compte n'y est pas et que les salariés restent mobilisés".

Réagissant à cette annonce le délégué de la CGT du site creusois de GM&S Industry, Vincent Labrousse, s'est "étonné" d'avoir appris la nouvelle par les médias, "le ministère ne nous en pas informés". Il s'agit, selon le délégué CGT de l'usine creusoise, d'un "sursis", mais "le compte n'y est pas et les menaces sur l'avenir de l'entreprise ne sont pas levées", a-t-il expliqué.

Les 40 millions de commandes par an encore loin

Selon Bruno Le Maire, qui s'est entretenu durant le week-end avec le PDG du groupe Renault, Carlos Ghosn, et le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, Renault devrait doubler ses commandes pour les porter de 5 à 10 millions d'euros et PSA les augmenter de 10 à 12 millions d'euros. Soit au total 25 millions d'euros.

L'occupation du site par les salariés se poursuit, a-t-il ajouté, et "la réunion annoncée par le préfet de la Creuse lundi matin est toujours à l'ordre du jour" ainsi que "l'appel national à manifester mardi à Poitiers avant l'audience au tribunal de commerce", mardi 23 mai. Pour les syndicats, l'entreprise doit pour survivre tendre vers 40 millions d'euros de commandes annuelles.

Le geste des deux principaux donneurs d'ordre est toutefois, selon Vincent Labrousse, un "signe encourageant" par lequel "les constructeurs confirment qu'ils souhaitent continuer de travailler avec nous, ce qui est de nature à rassurer les éventuels repreneurs".

"Un tout petit pas" pour Martinez

"C'est un tout petit pas parce que le carnet de commandes arrive à 22 millions, il en faut 35 pour pérenniser le site, donc voyez, il reste encore de la marge pour sauver le maximum d'emplois", a déclaré sur Europe 1 le numéro un de la CGT Philippe Martinez.

En outre, "il faut savoir à quelles commandes ça correspond". "Est-ce que c'est de vieilles pièces ou l'on travaille sur de nouveaux produits? C'est tout l'enjeu des discussions", a-t-il ajouté.

"On n'a pas de lettre d'engagement, il faut que ça se concrétise noir sur blanc" et "puis il faut que le gouvernement écrive au tribunal (de commerce, NDLR) pour reporter la décision" de mardi, a poursuivi M. Martinez, qui a appelé les salariés à "continuer" leur mobilisation.

"On est sur la bonne route, ce n'est pas définitivement réglé", a pour sa part observé Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, sur RTL.

Une crise au coeur de la campagne des législatives

Alors que l'entreprise creusoise est en redressement judiciaire depuis décembre, les salariés avait fait monter la pression ces dernières semaines pour que PSA et Renault, leurs principaux clients, s'engagent sur un volume de commandes suffisant et sur l'affectation de nouveaux marchés.

L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz, et une marche destinée à les soutenir a rassemblé le 16 mai quelques milliers de personnes, dont les ex-candidats à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou.

Le chef de file de La France insoumise avait alors interpellé le président, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Edouard Philippe: "ne laissez pas faire comme d'habitude, ne laissez pas les choses aller jusqu'au pire".

Deuxième employeur privé de la Creuse, l'usine avait déjà reçu une aide de 1,16 million d'euros par la Région Nouvelle-Aquitaine depuis mars. Cette dernière s'est de son côté félicitée dimanche soir "d'avoir permis à l'entreprise de tenir les quelques mois nécessaires à la recherche d'une solution industrielle".

"Nous serons à nouveau mardi au Tribunal de commerce de Poitiers, avec l'espoir qu'un repreneur accepte de saisir la proposition nouvelle des constructeurs aujourd'hui", a déclaré son président (PS) Alain Rousset, dans un communiqué.

"La ténacité a payé. La Région sera là demain pour accompagner GM&S dans ses investissements et ses efforts de diversification", a ajouté M. Rousset.

(avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/05/2017 à 16:47
Signaler
Français vous avez la mémoire courte.....les deux grands constructeurs sont avec leurs sous traitants et meme avec leur' filialles des bandits... personne ne se souvent des usines chausson détenus a 50/50 par les deux lorsque j'y suis entré comme che...

à écrit le 22/05/2017 à 13:00
Signaler
a noter c'est la CGT combien de boite a t elle fait couler ,,???? il ont déjà touché une grosse somme de la region c'est là que l'on va voir MR MACRON au pied du mur déjà de forcer la main à Peugeot et renautl nous rappelle trop Alstom !!!...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.