Griveaux confirme, il n'y aura pas de "cagnotte fiscale" à redistribuer aux Français

 |   |  523  mots
Pour Benjamin Griveaux, la priorité de l’exécutif est de réduire la dette publique.
Pour Benjamin Griveaux, la priorité de l’exécutif est de réduire la dette publique. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a rejeté dimanche l'idée d'une "cagnotte fiscale" qui pourrait être utilisée pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, avec l'amélioration de la croissance et de meilleures rentrées fiscales. Par contre, la défiscalisation des heures supplémentaires fera son grand retour en 2020.

Il n'y aura pas de "cagnotte fiscale" pour les Français. Alors que la France a enregistré en 2017 un surplus de recettes fiscales de l'ordre de 4,3 milliards d'euros, Benjamin Griveaux, le porte-parole de gouvernement, a coupé court dimanche, lors du "Grand rendez-vous" de Cnews, Europe 1 et Les Échos, à tout débat sur une redistribution éventuelle de l'argent public.

Plus tôt, vendredi 9 mars, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait déjà, lui aussi, écarté cette piste en estimant qu'il ne fallait "pas refaire les erreurs du passé" en redistribuant l'argent public dès que la situation s'améliore.

"Considérer qu'il y a une cagnotte dans un pays qui, depuis plus de 40 ans, vote un budget en déséquilibre, qui a accumulé quasiment 100% de la richesse nationale en dette, ce n'est pas une cagnotte", a ajouté Benjamin Griveaux.

Objectif : un déficit public "autour" de 1% du PIB

La France a enregistré en 2017 une croissance de 2%, supérieure aux prévisions du gouvernement dans sa dernière loi de finances qui tablait sur 1,7%. Et l'amélioration de la conjoncture a permis une accélération des recettes fiscales de 4,3 milliards d'euros. Étant donné ces bons résultats, le député LREM des Hautes-Alpes et rapporteur de la Commission des finances Joël Giraud avait estimé, lors d'un entretien accordé aux Échos jeudi 8 mars, qu'il était possible de « redistribuer une part de [la] bonne fortune fiscale de la France » aux Ehpad et aux territoires en proie à la désindustrialisation, voire aux personnes bénéficiant de minima sociaux.

Mais il n'en sera rien donc, Benjamin Griveaux martelant que "c'est retrouver de la souveraineté que de s'attaquer à la dette et aux déficits".

"On vise un objectif d'avoir des déficits réduits au maximum - autour de 1% à la fin du quinquennat -, parce que nous considérons qu'un État endetté n'a pas la possibilité de mettre en place les politiques qu'il souhaite", a t-il souligné.

Lire aussi : La croissance révisée à 2% en 2017, du jamais-vu depuis 6 ans

Heures sup' défiscalisées en 2020

Par contre, parmi les mesures destinées à améliorer le pouvoir d'achat des Français figure la défiscalisation des heures supplémentaires, mesure emblématique de Nicolas Sarkozy et supprimée sous le quinquennat de François Hollande. Elle sera bien rétablie en 2020.

"Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'est engagé à dire qu'il fallait supprimer les cotisations sur les heures supplémentaires", a-t-il rappelé. "Ce sera fait à l'horizon 2020. Pas avant pour une raison simple, nous avons une question de sérieux budgétaire à tenir, une trajectoire, des engagements que nous avons pris vis à vis de nos partenaires européens".

Le 6 février, le Premier ministre Édouard Philippe avait évoqué lui-même la "désocialisation" des heures supplémentaires, c'est-à-dire la suppression des cotisations des employeurs et des salariés, à l'horizon 2020.

"Ce sera fait. Pourquoi ? Toujours dans la même logique, il faut que la travail paie mieux (...) On supprime les cotisations sur les heures supplémentaires", a conclu Benjamin Griveaux.

Lire aussi : La défiscalisation des heures supplémentaires rétablie en 2020

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2018 à 18:47 :
Maintenant que la boite de pandore est ouverte, on va avoir des revendications de toutes les instances minoritaires et non représentatif de ce pays (féministes, très grand industrielle, Noir, Juif, etc....). Ce n'est pas ça la démocratie!!! Les lois doivent être fait dans l’intérêt du plus grand nombre comme le souhaitait les résistances et le général de Gaule, bien souvent bafouer par nos politiciens actuels en ce revendiquant Gauliste.
Pour ma part, ras le bol de tous ces profiteurs à la tête de l'état, je m'en vais ailleurs pour ne pas payer pour ces types.
Pas besoin d'être de droite ou de gauche pour dire que les français n'ont aucun courage pour protéger leurs droits et la démocratie. Vous faites honte à nos descendants qui se sont battu pour notre liberté, nos droits et que l’intérêt de tous soit le modelè de société que l'on souhaite.
Ces grands patrons à qui on offre des cadeaux ne daignent même pas participer à l'effort national alors qu'ils utilisent nos infrastructures publiques.
Ras le bol de ces bétises des gouvernements de ces 30 dernières années. Je vais aller entreprendre ailleurs qu'en France et tant pis pour la majorité silencieuse qui refusent de se battre pour leurs droits.
En marche ne vous écoute pas depuis le début et vous vous laissez faire en écoutant à longueur de journée leurs propagandes. Les réformes passés ne sont pas pour votre bien contrairement à ce qu'ils racontent. Il suffit d'avoir des connaissances en économie pour le voir.
a écrit le 13/03/2018 à 16:07 :
et bien oui ils ne vont pas la distribué aux gens dans le besoin mais plutôt se la prendre pour eux c'est qu'ils sont dans le besoin ces millionnaires
a écrit le 12/03/2018 à 21:40 :
... avec tous les manques , en particulier dans les services publics le contraire eut été étonnat !
a écrit le 12/03/2018 à 18:39 :
La cagnotte a déja été restituée aux français sous la forme de baisses de charges sociales ,d'ISF et de taxe d'habitation.La reverser une deuxième fois endetterait le pays.Le gouvernement doit garder l'argent et ne pas tout céder aux gens.
Réponse de le 12/03/2018 à 21:42 :
"...La cagnotte a déja été restituée aux français "!?!
Vous estes franchement un comique !
Réponse de le 13/03/2018 à 7:19 :
Sauf que je ne paye pas de charges sociales, je ne suis pas assujetti à l'ISF et que pour la taxe d'habitation, on verra: ce gouvernement ressemblant à tous les précédents, nous ne sommes pas assurés que la promesse sera tenue; dommage que la Cour des Comptes ne soit pas le moyen de demander des comptes à ceux qui nous grugent depuis quarante ans!
Réponse de le 13/03/2018 à 21:33 :
Très marrant, je pense que vous oubliez les retraités dans vos pensées malsaines !
a écrit le 12/03/2018 à 17:23 :
C'est déjà fait il me semble avec l'Isf😎. Quant à la piétaille laborieuse....c'est ceinture....😁
a écrit le 12/03/2018 à 17:11 :
encore des privilèges EXONERER ceux qui ont la chance de faire des heures sup;;;;;;


et un manque de courage pour supprimer les privilesges transport des agent SNCF mais quand on lit bien l'article d'un concurrent BON NOMBRE DE POLITIQUES ET HAUT FONCTIONNAIRES EN PROFITENT
a écrit le 12/03/2018 à 15:02 :
Vous avez beau le dire souvent, ça n'en reste pas moins ridicule...
a écrit le 12/03/2018 à 15:01 :
pourquoi griveaux parle de cagnotte? on a une dette colossale parmi les pires d'Europe, un déficit très fort par rapport aux autres pays européens, une croissance molle par rapport aux autres pays européens, seul le racket de macron permet de dire que l'on a moins de "perte" sur le dos des Français HUIT NOUVELLES TAXES en quelques mois.
a écrit le 12/03/2018 à 13:57 :
On vient de le voir avec la limitation de vitesse à 80 km/heure sur les routes secondaires sans séparation centrale, comme une mesure dictatoriale. Tout doucement ce gouvernement ce comporte en Dictature tout simplement.
Réponse de le 12/03/2018 à 14:30 :
S'il n'y a que la vitesse à 80km/h qui vous dérange franchement c'est que vous n'avez pas beaucoup de problème dans la vie quand même non ?

Tout va bien plutôt n'est-ce pas ?

Parler de dictature financière pour laquelle travaille le mac oui, ou dictature européenne d'un traité constitutionnel que nous avons refusé démocratiquement par votes, c'est éloquent, même trop gros on se demande du coup si ce gouvernement obéissant au doigt et à l'oeil des marchés financiers ne le fait pas pour faire réagir le peuple français, seule solution qui nous est proposée pour sortir de ce cauchemar oligarchique qu'est l'UE.

Puis dès qu'on les écoute parler on se rend bien compte qu'ils y croient vraiment hein ces benêts... -_-

Au secours.
Réponse de le 13/03/2018 à 21:37 :
Totalement d'accord avec vous !
Réponse de le 13/03/2018 à 21:37 :
Totalement d'accord avec vous !
a écrit le 12/03/2018 à 13:31 :
il est temps de commencer a rembourser la dette de la France avant la prochaine crise avec cette "cagnotte" !
a écrit le 12/03/2018 à 11:19 :
Pas de cagnotte mais encore de nouveaux impôts en perceptive. Exemple, la taxe foncière que le gouvernement voudrait indexer sur les revenus. Une façon d'adopter ce que préconisaient les thinks tanks de gauche, le fameux loyer fictif. C'est à dire faire payer un impôt aux français ayant fini de payer leur crédit pour accéder à la propriété. Autre impôt en perspective, la modification des valeurs locatives pour les impôts locaux. On a pas fini de passer à la caisse.
Réponse de le 12/03/2018 à 14:00 :
En France, il faut rester en bas de l'échelle sociale. Pour profiter de tout. Et comme je le dis en plaisantant souvent, le voisin de palier pourra aller voir sa voisine pour des gâteries pendant que son mari Cadre qui aura fait BAC + 5 sera à son boulot avec des responsabilités pas possible et des heures en veut en voilà. De plus ce voisin, pourra faire les soldes, aller aux champignons tout cela aux frais de ceux qui payent des impôts.
a écrit le 12/03/2018 à 10:55 :
Ce bon résultat de l'économie française a été obtenu en dépit de l’augmentation des taux de prélèvements obligatoires. N'est-il pas temps de baisser les impôts au lieu d'augmenter les dépenses comme le suggèrent les députés avides de popularité. La redistribution sélective jacobine est un frein à la croissance. Une baisse de la TVA d'un point laisserait un peu plus de valeur ajoutée par le travail dans les circuits économiques et concourrait à la prospérité générale.
a écrit le 12/03/2018 à 10:07 :
Ah bon ? il y a une cagnotte de € 4.3 Mlds ? C'est nouveau.
Au jour d'aujourd'hui (chiffres arrondis),
Dettes = € 2 080 Mlds
Déficit budgetaire depuis les 1 janvier 2018 = € 14 Mlds
Cordialement
Réponse de le 12/03/2018 à 15:05 :
non petite erreur il est 15h06 la dette en temps réel au compteur est de 2 277 977 640 000 soit 2277 MILLIARDS d'euros.
Réponse de le 12/03/2018 à 19:00 :
@ @bernardino 12/03/2018 15:05
J'ai pris les chiffres publiés en continu par un grand quotidien (section éco). Pour la dette, l'écart avec votre chiffre est € 200 Mlds. Il est significatif.
Il y a un bug quelque part...
Cordialement
a écrit le 12/03/2018 à 9:44 :
jouer avec l opinion des Français :!! ils ne sont pas élus pour cela nos flibustiers de la com. ! !. en perte de crédibilité.. nos. politiques
a écrit le 12/03/2018 à 9:41 :
"Griveaux confirme, il n'y aura pas de "cagnotte fiscale" à redistribuer aux Français"

Et pourtant :

Dans la note de l’OFCE on peut ainsi lire : « Seuls les ménages appartenant au dernier centile de niveau de vie, les 1% les plus aisés, devraient voir leur niveau de vie s’accroître en moyenne de 4.225 euros, soit un gain de pouvoir d’achat de 3,1%, alors que le gain moyen pour les ménages appartenant aux 9 premiers déciles de niveau de vie serait de 0,3%, soit un gain moyen par ménage de l’ordre de 55 euros (133 euros en moyenne si l’on ne considère que les bénéficiaires de la réforme).» Mais en réalité, la culbute est encore plus intéressante pour les riches parmi les riches, la tête d’épingle de la distribution, c’est à dire 0,01% des ménages. Dans cette catégorie, un couple avec deux enfants dispose d’un revenu mobilier de 3,4 millions d’euros sur les 6,3 millions d’euros de revenus global annuel. Pour eux, l’économie d'impôts avec le prélèvement forfaitaire unique serait considérable, proche de 450.000 € selon les données de l’OFCE. Le gain de pouvoir d’achat pour cette petite famille des très beaux quartiers approcherait les 7%. De quoi acheter au petit dernier un petit deux pièces dans les plus beaux quartiers de Paris et ce, tous les ans…. A eux seuls, ces 2.830 ménages capteraient plus du tiers des 4 milliards que coûte la réforme, soit 1,3 milliard d’euros.
Réponse de le 12/03/2018 à 10:43 :
Oui ben... la redistribution des 7% de hausse de pouvoir d'achat de vos 0,01% de soit-disant superprivilégiés vers les 99,99% d'autres ne leur rapporterait pas de quoi se payer un Big Mac par an. Cet égalitarisme forcené aurait davantage pour effet de démotiver les premiers de cordée que d'améliorer d'un iota le sort des autres.
a écrit le 12/03/2018 à 9:29 :
Finalement, le seul secteur a profiter des embellies économiques est le monde politique, qui ne s'oublie pas non plus pendant les périodes de vaches maigres.
a écrit le 12/03/2018 à 9:11 :
De toutes façons on voit bien que ce gouvernement n'est là que pour prendre aux français pour donner aux riches, ils vont pas redistribuer quoi que ce soit hein, tout cet argent qui n'est pas donné aux corrupteurs quel gâchis !

Vite un frexit, cassons la dictature financière européenne.
Réponse de le 12/03/2018 à 16:48 :
Il peut raconter ce qu'il veut car nous aussi on redistribura nos bulletins de vote
Réponse de le 12/03/2018 à 18:51 :
Le problème c'est qu'en démocratie européenne un seul vote pour un candidat lui suffit à être président.

C'est bien fait il faut l'avouer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :