La défiscalisation des heures supplémentaires rétablie en 2020

 |   |  345  mots
Emmanuel Macron s'était engagé pendant sa campagne présidentielle à défiscaliser les heures supplémentaires
Emmanuel Macron s'était engagé pendant sa campagne présidentielle à défiscaliser les heures supplémentaires (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Mesure supprimée sous le quinquennat de François Hollande, la défiscalisation des heures supplémentaires sera rétablie en 2020, a assuré le porte-parole du gouvernement.

La défiscalisation des heures supplémentaires, mesure supprimée sous le quinquennat de François Hollande, sera rétablie en 2020, a annoncé dimanche le porte-parole du gouvernement. "Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'était engagé à dire qu'il fallait supprimer les cotisations sur les heures supplémentaires. Ce sera fait à l'horizon 2020", a assuré Benjamin Griveaux dans le cadre du "Grand Rendez-vous" Europe 1-Les Echos-CNEWS.

"Pas avant, a-t-il expliqué, pour une raison simple : c'est que nous avons aussi une question de sérieux budgétaire à tenir, nous avons une trajectoire, des engagements que nous avons pris vis-à-vis de nos partenaires européens".  "Ce sera fait, (...) il faut que le travail paye mieux", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Édouard Philippe avait déjà évoqué début février, lors d'un "Facebook live" depuis Matignon, la "désocialisation" des heures supplémentaires, c'est-à-dire la suppression des cotisations des employeurs et des salariés, à l'horizon 2020. Le président "Emmanuel Macron, pendant sa campagne présidentielle, s'était engagé à désocialiser les heures supplémentaires, c'est-à-dire à faire en sorte que on ne paye plus de cotisations, ni l'employeur, ni les salariés, sur les heures supplémentaires effectuées", avait rappelé le Premier ministre. "On s'est engagé à le faire, donc on va le faire", avait-il poursuivi, "c'est prévu en 2020, c'est-à-dire non pas le budget prochain, mais le budget suivant".

Augmenter le pouvoir d'achat

Édouard Philippe avait par ailleurs indiqué que la mesure pourrait intervenir plus tôt "si on dégage des marges de manœuvre dans le financement de la protection sociale et si les choses vont mieux - ce que je souhaite, ce que je crois, puisqu'on nous dit que la croissance s'accélère".

Selon le chef du gouvernement, la désocialisation des heures supplémentaires est "dans le même esprit" que la défiscalisation de ces mêmes heures, mise en place par Nicolas Sarkozy et supprimée par François Hollande. "Ça permet d'augmenter le pouvoir d'achat, ça permet aussi d'inciter aux heures supplémentaires", a-t-il assuré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2019 à 17:54 :
Désocialisons les heures supplémentaires, défiscalisons les aussi ;

+ d'heures supp =
- d'embauches
+ de chômage (mais moins d'argent pour le financer car moins de cotisations perçus !)
+ de burn-out
+ d'inégalités entre les actifs et les autres (retraités, chômeurs,...)
+ d'inégalités entre les actifs eux-mêmes, parfois même au sein de la même entreprise
+ d'effets d'aubaines, généralement pour les cadres sup

Poursuivons la logique Sarkozien/Macroniste jusqu'au bout : défiscalisons et désocialisons TOUS les revenus, puisqu'il paraît que l'argent de l'état tombe du ciel...
Les français auront alors un superbe pouvoir d'achat, ils pourront donc alors payer eux-mêmes les routes, écoles ,hôpitaux, policiers,...
a écrit le 09/12/2018 à 18:58 :
Quand j'ai perdu le bénéfice des heures supplémentaires dėfiscalisėes, je n'ai pas pu continuer à aider mes enfants dans leurs études. Ils ont été obligé de contracter un crédit pour poursuivre leurs études. Inadmissible quand enfant emprunte de l'argent pour ses études. Mais c'est ça la France l'égalité des Chances!!. Tu est ouvrier, mais tu paies comme les riches. J'avais ce petit coup de pouce, mais tout s'est effondré lorsque que l'on m'a supprimé la seule possibilité que j'avais d'aider mes 2 enfants. Mr. Macron reinstaurez urgemment cette defiscalisation pour que votre peuple, et faites un grand geste pour les smicards qui sont à Bouts!!
a écrit le 01/12/2018 à 14:33 :
seule à la charge de deux enfants « peut importe » quand Monsieur Sarkozy, nous a proposé l’exonération fiscale des heures sup, sans hésiter j’ai sauté sur cette chance de gagner plus. Depuis c’ La catastrophe je suis juste dans la tranche où il ne faut pas être. Merci Monsieur Hollande lui qui représentait les plus démunis. Et Monsieur MACRON. J’a Vraiment cru en lui (jeune, dinamique, humain, de cœur, famille) pour moi c’ét lui notre sauveur, remonter la France notre pays quelle reprenne sa place dans le monde. Et bien aujourd’hui je suis déçu. Il ne s’en rend pas compte. Il est dans son programme, son programme encore son programme. Je Monsieur arrêtez vous un moment et regardez juste là en bas regardez on souffre on souffre. Mais ça vous ne savez pas faire. Qu’est-ce qu’ele en dit votre grand mère. Bien à vous Louise
a écrit le 13/03/2018 à 17:52 :
Les ordonnances Macron bouleversent la réglementation du Code du travail. Mais qu'en est-il du calcul et de la majoration des heures supplémentaires ? Cet article est l'occasion de rappeler le principe posé par la Loi du 8 août 2016 dite « Loi travail » s'agissant du régime des heures supplémentaires. Elle instaure notamment la primauté de l'accord collectif sur la loi même si elle est plus favorable.

https://www.juritravail.com/Actualite/heures-supplementaires/Id/248441
a écrit le 13/03/2018 à 17:43 :
On peut rappeler qu'un salarié ne peut pas, en principe, s’opposer à effectuer des heures supplémentaires si son employeur en fait la demande. Un tel refus peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement.
a écrit le 12/03/2018 à 21:31 :
Ce dispositif existait déjà sous Sarko mais limité à un certain niveau de salaire , de l'ordre de 1.400 € brut par mois et un nombre d'heures sup
Un ouvrier me disait que la défiscalisation et l'absence de retenues salariales lui faisait un plus de 50€/mois soit 600 €/an qu'il a perdu avec Hollande !!!
Réponse de le 13/03/2018 à 17:33 :
"lui faisait un plus de 50€/mois soit 600 €/an"

C'est normal, il travaillait plus
a écrit le 12/03/2018 à 11:05 :
LREM c'est toujours demain on rase gratis!!!!
Réponse de le 12/03/2018 à 12:49 :
Mesure totalement inéquitable car ceux à qui on ne propose que des contrats de 24 h ne pourront pas en profiter. De même que les professions indépendantes. Par contre, il va toucher l'emploi, et permettre à des gros salaires de se verser des primes sans charges sociales.
Les 3 milliards d'euros qu'ils vont coûter aurait pu être utilisé à faire des investissements plutôt qu'à donner un pouvoir d'achat artificiel à des personnes qui ont déjà la chance d'avoir un emploi et de faire des heures supplémentaires.

Ce n'est pas à l'Etat d'assurer les salaires.
Réponse de le 12/03/2018 à 12:49 :
Mesure totalement inéquitable car ceux à qui on ne propose que des contrats de 24 h ne pourront pas en profiter. De même que les professions indépendantes. Par contre, il va toucher l'emploi, et permettre à des gros salaires de se verser des primes sans charges sociales.
Les 3 milliards d'euros qu'ils vont coûter aurait pu être utilisé à faire des investissements plutôt qu'à donner un pouvoir d'achat artificiel à des personnes qui ont déjà la chance d'avoir un emploi et de faire des heures supplémentaires.

Ce n'est pas à l'Etat d'assurer les salaires.
a écrit le 12/03/2018 à 8:41 :
comme toutes les niches fiscales c'est une belle injustice les petits salaries à qui l'on ne propose que 35 h seront Léses comme avec lES 1,7 de csg DEDUCTIBLE NE S'(ADRESSE QU'AUX PETITS REVENUS
a écrit le 12/03/2018 à 7:14 :
C’est une idiotie totale mais gentiment démagogique pour gogo. Inciter les entreprises à proposer des heures sup plutôt qu’a embocher ( desocialisation....quel mot affreux), faire croire aux salariés souvent proche du smic qu’ils vont économiser des impôts, en fait des queues de cerises.
Faire croire qu’il y a trop de charges et trop d’impots c’est toujours bon pour enthousiasmer et promouvoir les idées de ceux qui n’ont pas besoin de prestations sociales ou de services publics. Sans solidarité notre société ressemblera bientôt à celle de MadMax.
a écrit le 11/03/2018 à 20:00 :
Une facilité plus qu'une réelle solution.
Cela semble être un contre sens par certains aspects, puisque ce que l'on donne aux uns risque en partie d’être retiré aux autres, en termes d’heures de travail et des revenus.
Le report de la décision pour 2020 parait justifié :
- soit d'ici là la reprise se confirme et il y aura besoin de compétences pour faire face, mais cela veut dire que l'on ne compte pas trop sur les réformes de la formation pour y faire face ?
- soit on revient à la stagnation (ou pire à une nouvelle crise), et dans ce cas ce sera la montée des populismes de tous ordres et surtout des désordres.
Dans un monde idéal on procéderait à une meilleure répartition des fruits de la croissance et à faire en sorte qu’il y ait le moins d’injustices possible.
a écrit le 11/03/2018 à 17:50 :
Le diable se cachant dans les détails, Le Canard Enchaîné révélé dans son numéro 4567 que ces heures supplémentaires bien que défiscalisées sont prises en compte dans le calcul du revenu fiscal de référence. Autrement dit, travailler plus, c'est gagner plus... et perdre des avantages.Le Canard Enchaîné révèle qu'une bien mauvaise surprise attend les contribuables concernés et souvent les plus modestes. Dans les documents joints aux déclarations de revenus qui viennent d'être envoyées, on peut notamment lire que les heures supplémentaires sont "retenues pour le calcul de la Prime Pour l'Emploi (devenu prime d'activité) et du Revenu fiscal". En clair, le contribuable ne paie pas d'impôts sur ces heures... mais elles apparaissent tout de même dans le calcul de son revenu fiscal. Aberration ? Non, simple tour de passe passe pour faire des économies notamment en supprimant toute une série d'exonérations auxquelles avaient droit les contribuables,comme la Prime d'activité qui touche les salariés les plus modestes. Mais une autre mesure cachée va sans doute permettre de faire davantage d'économies en prenant en compte ces heures sup' dans le revenu fiscal de référence (alors que ces heures sup' sont défiscalisées) qui sert de base pour calculer le montant d'exonérations en tout genre : attribution des bourses, tarifs des cantines et des crèches, possibilité de bénéficier de prêt à taux zéro, etc.
Dans ce cas de figure, la défiscalisation des heures supplémentaires peut s'avérer être une mesure en trompe l’œil : le salarié modeste travaille plus, gagne plus, mais perd de l'autre côté les tarifs préférentiels dont il bénéficiait . Dès lors, le problème du pouvoir d'achat reste intact.
Réponse de le 26/08/2018 à 16:49 :
En fait on parle de défiscalisation mais il s'agit uniquement d’exonération des charges sociales. Autrement dit on augmente le revenu fiscal de façon à détourner l'argent de la couverture sociale au profit du trésor public. Quant au prélèvement à la source, si aujourd'hui vous ne payez pas d’impôt grâce à quelques déductions fiscales, on vous applique quand même un taux de prélèvement. On vous restituera cette somme en fin d'année au moment du réajustement. Ce qui revient à dire que vous prêtez de l'argent à l'état à taux zéro.
a écrit le 11/03/2018 à 17:20 :
L'effet ne sera donc visible que sur la régularisation des impots soit sur la feuille d'impots fin 2021 , puisqu'avant on devrait etre au prélèvement à la source sur la base des revenus 2018 ou 2019 . What une coincidence : 6 mois avant les élections !
a écrit le 11/03/2018 à 17:01 :
Qui paiera??
a écrit le 11/03/2018 à 13:31 :
Un petit effet sur le pouvoir d'achat...peut-être, mais pas sur le chômage puisque cette mesure a montré son inefficacité par le passé, en revanche cela servira de prétexte à ne pas augmenter le salaire de base des uns et des autres....pour compenser le manque à gagner en cotisations sociales est ce que notre président va augmenter la csg des retraités à - de 2 ans des élections....😎
a écrit le 11/03/2018 à 13:03 :
Le politique du jojo et des promesses. Poussant le bilan financier catastrofique des messures populaires au gouvernement suivant.
a écrit le 11/03/2018 à 12:45 :
En France, faire et défaire, on sait faire.
Cordialement
Réponse de le 12/03/2018 à 11:36 :
prenez-vous en à celui qui n'a cessé de prendre des mesures stupides (rythmes scolaires, heures sup) juste pour le plaisir de détricoter les mesures de son prédécesseur....
a écrit le 11/03/2018 à 12:20 :
"si on dégage des marges de manœuvre dans le financement de la protection sociale et si les choses vont mieux"

Ah ils veulent vraiment l'offrir à leurs maitres milliardaires la sécu, autant dire que d'ici 10 ans seule une personne sur quatre pourra se soigner.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :