La croissance révisée à 2% en 2017, du jamais-vu depuis 6 ans

 |   |  1053  mots
La croissance de la construction s'est élevée à 2,6% en 2017.
La croissance de la construction s'est élevée à 2,6% en 2017. (Crédits : Reuters)
C'est une première depuis six ans : la croissance a atteint l'an dernier le seuil symbolique des 2% grâce à une accélération de l'investissement. Dans une première estimation publiée fin janvier, l'Insee avait estimé à 1,9% le rythme de croissance enregistré par l'économie tricolore en 2017. Mais mercredi, l'organisme public a revu ce chiffre à la hausse, à 2% tout rond.

L'embellie se confirme pour 2017. Selon les dernières données de l'Insee publiées ce mercredi 28 février, la croissance du PIB a atteint 2% en France l'an dernier, soit 0,1 point de plus que ce qui avait été préalablement annoncé. Cette annonce est une bonne nouvelle pour l'exécutif qui multiplie les réformes à grand pas alors que les tensions sociales s'aggravent dans la fonction publique et chez les cheminots. L'économie tricolore reste néanmoins à la traîne de la zone euro qui a connu en 2017 une croissance de 2,5%, du jamais vu depuis dix ans, selon l'Office européen de statistiques Eurostat.

Lire aussi : Zone euro : une croissance au plus haut depuis 12 ans


Une révision favorable

Les derniers chiffres de l'institut de statistiques "correspondent à une croissance forte", explique Hélène Baudchon, économiste chez BNP-Paribas interrogée par La Tribune. Mais "il faut être conscient que ce chiffre peut être révisé dans les années à venir" précise la spécialiste de la conjoncture française. Pour retrouver ce niveau de croissance, il faut revenir à 2011 (2,1%) même si ce taux s'inscrit dans une période de reprise éphémère, dans le contexte de la crise des dettes souveraines en Europe. Selon elle, il faut remonter à 2007 ou 2006 pour retrouver des taux comparables.

"Ce que l'on observe par rapport aux années récentes, c'est que 2017 met fin à plusieurs années de croissance molle autour de 1%", ajoute Mme Baudchon.

Dans sa dernière loi de finances, l'exécutif avait parié sur une croissance de 1,7%. Mais le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait laissé entendre, début janvier, que le résultat pourrait être supérieur aux attentes et "approcher les 2%".

Ce rebond de l'activité repose sur plusieurs facteurs. "L'investissement des entreprises et des ménages a été particulièrement dynamique en 2017 avec un petit effet des exportations". Pour les ménages, "c'est principalement un effet de rattrapage après plusieurs années de baisse [...] Un accès favorable aux crédits a également permis aux ménages d'investir plus facilement".

Du côté des entreprises, "la mesure de suramortissement (dispositif qui a pris fin en avril 2017 ; NDLR) et le redressement des taux de marge des entreprises ont contribué au dynamisme de l'investissement [...] Mais on se demande si ça va continuer". Elle évoque également un environnement international favorable.

En ce qui concerne 2018, l'économiste de l'institution bancaire annonce "des prévisions résolument optimistes avec un taux de 2,4% [...] Avec ce chiffre, on se situe tout en haut du consensus". Pour expliquer ces projections favorables, l'experte évoque notamment "une marge d'accélération possible pour la consommation des ménages et des exportations". En revanche, elle se montre plus prudente sur "l'investissement des ménages et des entreprises qui pourraient ralentir légèrement en 2018 par rapport à 2017".

Repli de la consommation de biens en janvier

Les dépenses de consommation de biens des ménages français ont reculé de 1,9% en janvier, après avoir déjà reculé de 1,2% en décembre, a annoncé l'organisme public dans un communiqué. Ce repli s'explique en particulier par une diminution de la consommation d'énergie (-7,6%). En raison de la douceur du mois de janvier qui a été le plus doux depuis 1900, les dépenses de chauffage ont été particulièrement basses.

"La consommation de produits raffinés est également en baisse, quel que soit le type de carburant considéré (essence, gazole, fioul, butane, propane)."

Les dépenses en biens fabriqués ont pour leur part diminuées pour le deuxième mois consécutif, de manière toutefois moins marquée qu'en décembre (−0,8% après −1,5%). Dans le détail, les achats de matériels de transport ont reculé de 3%, en particulier les achats d'automobiles neuves et d'occasion, mais également ceux de motocycles et de véhicules de loisirs.

Les dépenses en équipement du logement ont quant à elles rebondi légèrement (+1,7% après −6,8%), en raison notamment d'une hausse des achats de matériel audiovisuel, informatique et téléphonique. La consommation alimentaire, enfin, a continué de diminuer (−0,6% après −1,5%), tant dans les produits agricoles non transformés (fruits, légumes) que dans les produits agro-alimentaires (viandes, produits laitiers) et les boissons. Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement portée par les achats des ménages. Le chiffre de l'Insee ne prend toutefois en compte que la consommation de biens, et pas celle de services. Ce repli de la consommation s'ajoute à la légère baisse du moral des ménages au mois de février.

Lire aussi : Niveau de vie futur : le moral des Français replonge


Légère inflation sur un an

Les prix à la consommation ont augmenté de 1,2% en février sur un an, l'inflation revenant à son niveau de décembre après une accélération en janvier, a indiqué mercredi l'Insee dans ses estimations provisoires.

La baisse du taux est due à "un ralentissement des prix des services, de l'alimentation et du tabac", tandis que les prix des produits manufacturés ont connu une "légère hausse" et que les prix de l'énergie ont progressé "au même rythme que le mois précédent". Sur un mois, les prix à la consommation restaient stables, après une baisse de 0,1% en janvier.

La stabilité en février est due au repli des prix de l'alimentation, des produits manufacturés et des services. Les prix énergétiques sont restés stables sur un mois, "la baisse des prix des produits pétroliers étant compensée par la hausse de ceux du gaz et de l'électricité", explique l'Insee. L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), utilisé pour les comparaisons au sein de l'Union européenne, a augmenté de 1,3% sur un an, une hausse moins soutenue qu'en janvier (+1,5%), mais en accélération par rapport à décembre (+1,2%).

Selon l'OCDE, la croissance devrait atteindre cette année 1,8% en France. D'après le FMI, elle devrait s'élever à 1,9%. L'Insee, qui prévoit une hausse du PIB de 0,5% puis 0,4% au premier puis deuxième trimestre, publiera le 20 mars sa prévision annuelle.

> Lire aussi l'interview de l'économiste de Natixis Véronique Janod sur les prévisions économiques pour la France en 2018: « Le chômage devrait peu reculer en 2018 »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2018 à 12:31 :
et l'economie parallele en plus dans le calcul
baisse de la consommation normal tout est fabrique ailleurs.......a moindre cout sans compter les travailleurs detaches moins de charges mais pas de baisse de prix cest un benefice pour qui? pas pour le consommateur je veux pas de cette france la on monte les gens les uns contre les autres chacun son nombril
a écrit le 02/03/2018 à 10:38 :
La belle affaire lorsque la moyenne européenne est à 2,4% et ici au Portugal à 2,7%
Surtout lorsque Pôle Emploi prévoit 76.000 emplois nouveaux en 2018, sur plus de 3 millions de chômeurs, là aussi la belle affaire lorsque l'Allemagne est à 5,4% et nous à 9% Allez cocorico
Réponse de le 02/03/2018 à 14:22 :
Les autres pays mentent sur leurs statistiques.
Réponse de le 02/03/2018 à 17:45 :
Et l'Italie à 11% avec une loi travail qui a déjà plusieurs année chez eux, comme quoi.
a écrit le 02/03/2018 à 9:47 :
Les gens en France me feront toujours de la peine. Une bonne nouvelle concernant l'économie et ca commence : J'VEUX MA PART ! C...DE PATRONS ! TROP DE CHOMAGE !. C'est à vomir. Un pays où règne la défaite, la mauvaise humeur, le pessimisme. Il y a tellement de pays dans le monde qui souhaiteraient avoir une croissance pareille.
a écrit le 02/03/2018 à 8:07 :
Avec 5 ans e retard sur tous les autres Pays!!!
a écrit le 01/03/2018 à 13:48 :
Tous ces cadeaux fiscaux aux bénéfices des plus nantis à coup de dizaines de milliards qui pèsent d'un poids de plus en plus insoutenable sur la dette, toutes ces dérégulations à tout va dans le domaine du droit du travail au détriment de millions de salariés, tout ça pour en arriver à un malheureux 2% de croissance non vertueuse, car celle-ci est essentiellement due la conjonction des taux d'intérêt bas et du faible coût de l'énergie...Plus dure sera la chute...Mais les thuriféraires donneurs de leçons de cette logique vous diront que c'est parce que nos politiques économiques ne sont pas allées assez loin dans la dérégulation que notre croissance plafonne....Fanatisme...Point
a écrit le 01/03/2018 à 12:56 :
Bon, la consommation des ménages recule, le déficit extérieur se creuse, le climat des affaires se dégrade, les taux remontent et les marchés financiers commencent à avoir des sueurs froides, mais c'est promis, juré, la croissance sera forte, très forte !
Allez, jouez violons et bon vent au Titanic !
a écrit le 01/03/2018 à 11:10 :
Il y a des semaines que je ne lis plus, ni ne fais de commentaires dans La Tribune...
Exceptionnellement, j'ai ouvert aujourd'hui...pour constater que rien ne change. Les mensonges, la manipulation des chiffres, le relayage (pas seulement par la Tribune, mais par les médias en général) d'une information formatée, une bouillie prête à ingurgiter,, insipide, nocive ( tout comme le fait si bien l'industrie agro-alimentaire) nous est servie à longueur de minutes, heures, jours, mois...années, pour le plus grand malheur des citoyens lecteurs et les plus grands bonheurs des manipulateurs-profiteurs.
Réponse de le 01/03/2018 à 11:54 :
Vu le niveau complotiste de votre vision du monde, effectivement, ne faites pas de commentaires, gardez cela pour vous, votre avis n'est pas très utile.
Réponse de le 01/03/2018 à 12:07 :
Personne ne vous force à aller sur la tribune. Par ailleurs le coup du "les médias nous mentent" correspond à un petit jeu dont seul l'extrème-droite ressort gagnante.
Réponse de le 02/03/2018 à 9:40 :
@VALBEL89: Il y a des semaines que je ne lis plus, ni ne fais de commentaires dans La Tribune...Exceptionnellement, j'ai ouvert aujourd'hui...pour constater que rien ne change: les Francais sont toujours aussi râleurs, pessimistes et défaitistes. On a une croissance de plus de 2% et on fait la g... Et après on s'étonne que notre pays décroche....
a écrit le 01/03/2018 à 9:35 :
En parlant de croissance :

Le groupe britannique d’enseignes de bricolage Kingfisher a confirmé, mercredi, la délocalisation en Pologne de la partie comptable de son activité et la suppression 446 emplois administratifs en France chez Castorama et Brico Dépôt. Elle aussi demandé, sérieusement, à ses employés français de former les salariés polonais qui vont les remplacer.Selon les syndicats, les propositions de reclassement ne sont pas acceptables. « Elles le sont dans des métiers différents : on supprime des comptables, des analystes, des assistantes de ressources humaines et on leur propose d’aller en magasin, dans la vente, à la caisse », explique un syndicaliste. Au-delà de l’annonce des suppressions de postes, difficile à encaisser pour les salarié, une autre annonce a choqué les représentants du personnel. « On prévoit que les salariés polonais viennent suivre des stages en France pour savoir et s’adapter à la comptabilité française, donc ils seraient formés par ceux qui sont licenciés et qui perdent leur emploi par rapport à cette délocalisation », s’étonne Jean-Paul Gathier, le délégué FO sur France Info. « C’est le capitalisme poussé à son cynisme extrême », ajoute-t-il, estimant cette décision « inconcevable » et « cynique ».
Réponse de le 01/03/2018 à 10:29 :
Les résultats bricolés s' inscrivent dans la propagande de l' Ue et de sa presse subventionnée ..

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2017/08/30/bruno-roger-petit-ou-la-presse-subventionnee-jusqua-lecoeurement/

Ainsi donc, revenons à la vraie vie. Asselineau est interrogé le 28 février 2018 par le quotidien de Suisse romande « Le Matin » – qui est lu par plus de 270 000 personnes –et qui a accordé à François Asselineau un entretien sur 2 pages.
Il faut noter qu’aucun grand journal français n’a jamais accordé le moindre entretien à François Asselineau depuis la création de l’UPR, il y a 11 ans, même pendant la campagne présidentielle.

Il s'agit là d’un indicateur indiscutable de la dégradation usant spectaculaire de la liberté d’opinion en France depuis une vingtaine d'années.

Nous invitons nos sympathisants et adhérents à partager cet article à leur connaissance et à remercier le journal pour leur souci du pluralisme et de la démocratie ..

https://www.upr.fr/…/journal-suisse-matin-a-consacre-long-a
Réponse de le 01/03/2018 à 12:50 :
@Gedeon
Les médias français ne prennent pas Asselineau en entretien car il n’intéresse pas les français. Le but d'un journal est qu'il se vende, pas de faire la promotion gratuite du premier-venu.
Réponse de le 01/03/2018 à 21:04 :
@John Ils ont préféré le candidat fabriqué des médias car ils avaient les pétoches, vous imaginez Macron dans un vis à vis avec Asselineau
qui aurait démasqué au journal de 20 H les leurres du monde politique français tisonnés de puis 20 à 30 ans et qui se sont couchés -comme
prévu- en dernière semaine ..?

Le temp médiatique entre Macron et Asselineau a été de 99 à ..1, vous observez le résultat de la fabrique d' opinion dès à présent, excellente santé ..!
a écrit le 01/03/2018 à 7:36 :
Cette hausse est due à la prise en compte de la prostitution dans le calcul du PIB.
Réponse de le 01/03/2018 à 9:18 :
L'INSEE a été claire sur ce sujet, elle n'a pas répercuté cette hausse artificielle dans le calcul de la croissance. Deuxièmement c'est le trafic de drogue qui a été intégré et non pas la prostitution.
a écrit le 01/03/2018 à 7:33 :
Après intégration des trafis de drogue, de la prostitution, .... Honte à nos gouvernants, énarques, bruxellocrates !
a écrit le 01/03/2018 à 6:15 :
bien sur prévisible....
maintenant que l´on prend en compte dans le PIB trafic de drogue et autres, la France est bien placée pour exploser les compteurs....
a écrit le 28/02/2018 à 22:44 :
Moi je ne comprends pas faut qu'on m explique:
-l'Oréal grand groupe français ou l'on peut s'acheter leurs produit en France mais moins cher en Allemagne!??? Pourquoi?
-Les maison close d'Allemagne qui chez nous n'existent pas et donc laisse des femme aux mains des mafia et ne rapportent pas 1cent à l'Etat mais des milliard à l'état Allemand.
-les mini casino ou "Spielotek" qui pullulent en Allemagne font le bonheur de leurs propriétaires car ils leurs rapportent des milliard venant principalement de Français traversant la frontière...avec parfois l'argent du RSA dans leurs poches (nos impôts pour faire court)
-le s cigarettes moins cher en Allemagne...
-l essence beaucoup moins cher maintenant
-beaucoup plus d usines chez eux car la majoritées sont des entreprises familiales et les patrons se regardent moins le nombril que chez nous ils ont une vision à long terme!
Mr le président qu'attendez vous?
Réponse de le 01/03/2018 à 8:30 :
souvent les produits d un pays sont moins cher a l etranger car le client local prefere acheter national. par ex Renault vend ses voitures plus cher en France et Mercedes plus cher en RFA

Pour le reste, la gestion de la prostitution en france est en effet debile. mais en pleine hysterie feministe (meetoo et autres) je vois pas Macron faire marche arrier. C est comme pour la drogue, il serait plus integigent de lagaliser et taxer mais c est complique politiquement
a écrit le 28/02/2018 à 20:25 :
La croissance dopée par l'intégration du chiffre du trafic de drogue peut être ? parce que coté chômage, c'est pas fameux : 11700 chômeurs de plus en janvier 2018 que ce qui avait été annoncé.
a écrit le 28/02/2018 à 20:12 :
La croissance,elle est forte;elle est incontestable:cette fois ci le gouvernement ne pourra dissimuler plus longtemps l'existence d'une grosse cagnote.cette croissance,elle est due aux efforts des français.Maintenant les salaires,ils doivent augmenter en conséquence.
a écrit le 28/02/2018 à 20:01 :
C'est le chant du cygne ou le rebond du chat mort ?
==>
a écrit le 28/02/2018 à 18:37 :
Officiel : noter que le commerce de la drogue vient d'être intègré au PIB… la France va mieux.
Réponse de le 28/02/2018 à 19:04 :
Un beau scandale encore en effet, surtout sans légaliser le cannabis c'est totalement incompréhensible et injustifiable, il est vite passé celui-là d'ailleurs...
Réponse de le 01/03/2018 à 23:45 :
Tout à fait compréhensible si on se donne la peine de chercher le pourquoi du comment.
Réponse de le 02/03/2018 à 10:35 :
"Tout à fait compréhensible si on se donne la peine de chercher le pourquoi du comment."

Mais heureusement que vous êtes là pour nous apporter ce pourquoi du comment hein... -_-

Vous êtes épuisant.
a écrit le 28/02/2018 à 17:54 :
hollande et sa clique de nuisibles ont tt fait pour que ca coule ( en vertu de la theorie de la croissance, qui est mecanique), ce qui aurait pu amener avec joie ce que lenine preconisait dans ses ecrits.......... forcement, une fois qu'il avait degage avec ses incompetents, sa haine et son nivellement par le bas, tous ceux qui n'ont rien fait en 5 ans reviennent un peu sur le devant de la scene, lenine attendra un peu....... cela dit, structurellement le mal est fait
Réponse de le 28/02/2018 à 19:24 :
Comme le montre les chiffres, Hollande et sa troupe de nuisible ont rendu la FRANCE dans un bien meilleur état que la troupe de génie qui ont ruiné la FRANCE de 2002 à 2012, et en tout ceux qui n'arrêtent pas de parler du travail, ou de la compétence, mots dont ils ignorent la signification exacte.
Réponse de le 28/02/2018 à 19:24 :
Comme le montre les chiffres, Hollande et sa troupe de nuisible ont rendu la FRANCE dans un bien meilleur état que la troupe de génie qui ont ruiné la FRANCE de 2002 à 2012, et en tout ceux qui n'arrêtent pas de parler du travail, ou de la compétence, mots dont ils ignorent la signification exacte.
Réponse de le 28/02/2018 à 21:00 :
non la France était au niveau voire meilleure que certains pays européens durant 2007/2012 puis après le fossé s'est fortement creusé que ce soit PIB voir schéma ou chômage et dette; un peu d'objectivité ah j'oubliais 5 ans de socilaistes avec macron et mollande http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tec00115&plugin=1
Réponse de le 01/03/2018 à 11:14 :
@churchill
Toujours dans le même trip churchill? Faut évoluer mon vieux. Vieux, ça va souvent avec "c.n". Un jeune "c.n" ça existe aussi, mais il est excusable, lui, il peut apprendre et changer.
a écrit le 28/02/2018 à 17:05 :
Pas d"augmentation de salaires, pas de baisse conséquente de chômage, leur croissance doit certainement bien se passer en effet mais seulement pour eux.
Réponse de le 28/02/2018 à 18:37 :
Exactement! Au demeurant on peut dire aussi qu'une hirondelle ne fait pas le printemps....et que les statistiques contiennent une part de mystère que l'INSEE sait cultiver 😁 nous verrons bien la suite....
Réponse de le 28/02/2018 à 20:10 :
La croissance a amené des recettes inespérées en TVA. la CSG et toutes les taxes importantes ont augmenté, le gouvernement a fait des dizaines de milliards d’économies sur le dos des collectivités locales... et pourtant il arrivera à peine à atteindre 3% de déficit alors que même s'il n'avait rien fait, rien qu'avec la croissance c'était atteint...

Ce sont des centaines de milliards qui ont disparu... mais dans quelles poches?
Réponse de le 28/02/2018 à 20:16 :
Une baisse marquée (et réelle) du chômage sera un très bon indicateur qu'il faudra regarder de très près pour avoir une idée (assez juste) de la santé économique de la France... mais il faudra aussi regarder la qualité des emplois créées et des salaires... parce que créer 100,000 emplois au salaire minimum dans la restauration rapide comme pour McDonald ou à emballer des bidules inutiles pour Amazon ce n'est pas ce que l'on appelle des emplois d'avenir... et ce n'est pas ça qui augmentera les recettes fiscales ou la baisse de la dépense en chômage... parce que ces smicards, tôt ou tard, y reviendront... au chômage.
Réponse de le 28/02/2018 à 20:24 :
Cher où est donc passé l'argent, vous venez de démontrer que ces chiffres ne correspondent à pas grand chose....l'argent n'a pas disparu....il n'y en a jamais eu.... êtes vous en capacité de valider cette "croissance" au final très opportune? Non....et pas grand monde d'ailleurs...mais l'important est d'occuper le terrain médiatique !
Réponse de le 01/03/2018 à 7:12 :
La hausse des marchés financiers ,c'est de la "richesse" créée,donc bon pour le PIB.Ne pas oublier que le PIB intègre une partie de la richesse créée par les administrations.Ce qu'il faut regarder plutot,c'est la hausse officielle de la dette.Avec de la dette on peut créer de la croissance artificielle
Réponse de le 01/03/2018 à 8:46 :
"La hausse des marchés financiers ,c'est de la "richesse" créée,donc bon pour le PIB."

Si la richesse créé ne profite pas à ceux qui consomment elle ne sert strictement à rien.

"82% de la richesse créée en 2017 a été absorbée par 1% de la population mondiale, selon Oxfam" https://francais.rt.com/economie/47498-ong-oxfam-repartition-richesse-mondiale
Réponse de le 01/03/2018 à 10:28 :
@citoyen:quand je dis "bon pour le pib",cela veut dire bon pour les statistiques.Les chiffres du PIB sont de moins en moins plausibles ,très peu en rapport avec la bonne santé économique réelle.Il suffit de regarder le PIB par habitant pour comprendre ce qui se passe
Réponse de le 01/03/2018 à 11:51 :
L'INSEE est remplie de gens sérieux qui ont une rigueur et une déontologie.
Cela va mieux, c'est une évidence, cela devient difficile de recruter, les salaires montent - dans mon business, j'ai 10 CV pour une offre contre 50 CV il y a 5 ans, et j'ai augmenté le salaire d'embauche de 10%.
La situation économique est meilleure, aucune doute, et l'iNSEE le dit donc c vrai
Réponse de le 01/03/2018 à 12:09 :
"Ca va les complotistes ? le 01/03/2018 à 11:51 :
L'INSEE est remplie de gens sérieux qui ont une rigueur et une déontologie.
Cela va mieux, c'est une évidence, cela devient difficile de recruter, les salaires montent - dans mon business, j'ai 10 CV pour une offre contre 50 CV il y a 5 ans, et j'ai augmenté le salaire d'embauche de 10%.
La situation économique est meilleure, aucune doute, et l'iNSEE le dit donc c vrai "

Et vous êtes qui ? Quoi ? Dans quelle proportion on peut prendre vos propos au sérieux sachant que vous ne justifiez rien ?

Bref, vous êtes épuisant...
Réponse de le 01/03/2018 à 13:36 :
Chez moi dans l'ouest,c'est une pluie de chantiers immobiliers ouverts depuis un an.Grace au c'édit.Faut pas chercher plus loin la croissance
Réponse de le 01/03/2018 à 14:09 :
"Chez moi dans l'ouest,c'est une pluie de chantiers immobiliers ouverts depuis un an.Grace au c'édit. "

Des "chantiers immobiliers ouverts" ?

Kézako ???
Réponse de le 01/03/2018 à 14:34 :
"Faut pas chercher plus loin la croissance"

Alors là pour ne pas chercher plus loin je vous fais confiance à fond pas de souci.
a écrit le 28/02/2018 à 16:24 :
Malgré tous ces chiffres, cela n'empêche pas la pauvreté d'augmenter en France ainsi que les multiples délocalisations et licenciements des entreprises malgré parfois un bénéfice qui dépassent les 100 millions d'euros a l'année.
Vivement un revenu universel de 820 euros et un impôt universel par personne et par mois à chaque Français pour enfin éradiquer définitivement l'extrême pauvreté de France.
Réponse de le 28/02/2018 à 17:57 :
arretez de changer d'objectif tous les 5 mn ! plus y a de pauvres moins y a d'inegalites, ce qui est donc tres bien..........car y a rien de plus egal que deux personnes qui n'ont pas a manger ( ce qui est bien, vu que ca laisse de la place aux ecrits de lenine).......... pourquoi voulez vous creer des gens riches, donc inegaux qui auraient de quoi manger, ca creuse les inegalites, et c'est injuste envers le tiers monde......... une bonne pauvrete, bien saine, rien de tel pour pousser les gens la ou il faut!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :