« Avec le French Fab Tour d’été, la renaissance de l’industrie française est en marche ! »

 |   |  1637  mots
Patrice Bégay, Directeur exécutif et directeur de la communication & Bpifrance Excellence.
Patrice Bégay, Directeur exécutif et directeur de la communication & Bpifrance Excellence. (Crédits : DR)
Patrice Bégay, Directeur exécutif et directeur de la communication & Bpifrance Excellence, dresse un bilan - positif – de la tournée estivale du coq français, qui s'est terminée hier soir.

Donnez-nous quelques chiffres évocateurs du succès du French Fab Tour d'été...

Patrice Bégay : Le French Fab Tour d'été, ce sont sept régions visitées, 5 000 km parcourus, des dizaines de milliers de bouteilles d'eau distribuées grâce à notre partenaire Les Abatilles, plus de 3 000 cadeaux offerts par étape par les partenaires du Tour d'été, 30 véhicules, dont 15 camions... Mais surtout, pour la première grande tournée de l'industrie jamais réalisée, ce sont 471 000 personnes - près d'un demi-million ! - qui ont participé à cet événement hors du commun. Avec le French Fab Tour d'été, la renaissance de l'industrie française est en marche !

Je remercie de sa confiance le directeur général de Bpifrance Nicolas Dufourcq, les 100 personnes de l'organisation du French Fab Tour qui étaient présentes sur cette tournée d'été, les régions et les villes qui nous ont accueillies, les 60 partenaires de cette tournée et, bien sûr, Angelo Gopee, le patron de Live Nation France et ses équipes qui ont offert tous les soirs un magnifique concert avec des artistes de talent pour des dizaines de milliers d'estivants.

Quels enseignements avez-vous tiré de l'aventure French Fab ?

P. B. : C'est sous l'impulsion du président de la République Emmanuel Macron et du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, en partenariat avec les régions de France, que la French Fab a vu le jour en octobre 2017. Il était important, pour le pays, de projeter une nouvelle image de l'industrie et de tordre le cou à des clichés largement dépassés. Le French Fab Tour permet de démontrer que notre industrie est géniale, moderne, innovante, inspiratrice et vecteur d'emplois. En se déplaçant tout l'été pour aller à la rencontre des Français sur leur lieu d'habitation ou de vacances, le French Fab Tour a permis au public de découvrir l'industrie autrement. Cela a été une tournée riche de sens et utile à la France toute entière. Car l'industrie appartient à tous ! Et l'été est une bonne période pour agir auprès des jeunes et de leurs parents, puisqu'elle est propice à une découverte de nouveaux secteurs et à une réflexion posée sur l'avenir. Grâce au French Fab Tour et son village ludique et divertissant, le  public a pu avoir une autre approche de l'industrie. Certains visiteurs ont ainsi découvert que l'industrie, c'est aussi et surtout les nouvelles technologies, comme la réalité augmentée, la data, l'intelligence artificielle, la robotique...

Racontez-nous quelques belles rencontres, quelques anecdotes sur des vocations qui sont nées...

P. B. : "Je suis en classe de troisième, je ne savais pas trop quelle voie choisir et en voyant les démonstrations du French Fab Tour, cela me donne envie de m'orienter vers une filière ingénieur", m'a dit un jeune... "Les salons d'orientation classiques ne parlent pas vraiment à mes enfants, grâce à votre action, ils peuvent comprendre les métiers au travers d'activités ludiques et c'est beaucoup plus simple pour eux de se projeter", m'a confié un parent. Voici, en substance, comment ont réagi quotidiennement les milliers de participants au French Fab Tour d'été, lors des rencontres sur chacune de nos étapes de cette tournée des littoraux français. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : outre le demi-million de Français touchés directement, près de 30 millions l'ont été via les retombées média et réseaux sociaux.

Le mélange industrie et concerts a-t-il bien fonctionné ?

P. B. : La musique fait partie intégrante de l'industrie - c'est ce qu'on appelle communément les industries culturelles et créatives (ICC). Et ce sont des industries qui recrutent. Et la French Fab tient à regrouper tous les secteurs industriels. A cet égard, l'école Audencia et Live Nation France lancent en septembre un nouveau master spécialisé en management de la filière musicale. Les visiteurs accueillent chaque concert avec enthousiasme. Cela nous permet d'être plus proche du public. Enfin, la musique était l'une des demandes des jeunes..

Que changeriez-vous à la formule ?

P. B. : Pas grand-chose ! Tous les industriels embarqués dans cette aventure incroyable vont transformer l'essai tout au long de l'année. Plus de 25 000 entreprises en France arborent déjà l'étendard de la French Fab. On avance, on transforme et on accélère !

Est-ce à refaire l'an prochain ?

P. B. : La demande est forte - de la part des villes, qui veulent toutes renouveler l'opération, de même que de la part du public et des industriels français. Nous réfléchissons à poursuivre et le succès a été tel que cette décision devrait être prise rapidement !

Avant l'an prochain, quelle est votre actualité de la rentrée ?

P. B. : La tournée de la French Fab continue dès septembre dans les territoires d'industrie (comme Bordeaux, mais aussi Villaroche, près de Paris, où se trouve par exemple Safran Aircraft Engines, Mantes-la-Jolie et bien d'autres lieux...). Le 10 octobre marquera la dernière étape de la tournée générale, démarrée le 15 janvier. Elle se conclura à l'occasion de Bpifrance Inno Génération à l'AccorHotels Arena de Paris  - le plus grand rassemblement d'entrepreneurs en Europe - fait par les entrepreneurs et pour les entrepreneurs. Quelque 45 000 personnes sont attendues pour parler industrie, nouvelles technologies, innovation. Elles pourront écouter pas moins de 1000 intervenants, dont 100 top speakers, et participer à plus de 400 ateliers et conférences... Une journée riche,  très complète, qui permet de nouer des contacts et de repartir gonflés à bloc

---

Ils et elles ont dit...

Vingt phrases inspirantes pour 2020... et après !

1 - « Lorsque vous élargissez la diversité des équipes, vous élargissez la richesse des points de vue » : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

2 - « Attirer et accompagner les jeunes talents, femmes et hommes, et inciter en particulier davantage les filles à venir dans notre industrie : telle est l'une de nos principales missions » : Nelly Dimey, directrice de la communication externe France de STMicroelectronics.

3 - « Dans l'aéronautique comme dans le naval, nous avons des carnets de commande à huit ou dix ans. Tout l'enjeu est d'inciter les talents à se former et à venir sur notre territoire pour travailler dans ces métiers en tension » : Jean-Michel Brard, maire de Pornic.

4 - « En Europe, 200 de nos usines vont être embarquées dans le 4.0 d'ici 2021-22 » : Marc Malaquin, directeur marketing industrie France de Schneider Electric.

5 - « L'idée est de travailler ensemble sur des innovations beaucoup plus agiles et rapides » : Michel Cresp, PDG de Systémique, une PME innovante de la Seyne-sur-Mer, spécialisée dans les systèmes complexes de traitement de l'information pour le civil et le militaire.

6 - « Le numérique est une véritable opportunité pour retrouver la croissance et la compétitivité », Laurent Fiard, co-président de Visiativ, éditeur de logiciels et accélérateur de la transformation numérique des entreprises.

7 - « Les entreprises du secteur industriel accélèrent le rythme de leur digitalisation et ont donc besoin de compétences numériques, quelle que soit la fonction : technique, marketing, finance, RH, commerciale... » : Fabienne Arata, country manager de LinkedIn France.

8 - « Nous faisons la différence via le made in France, tant par la production que par l'esprit de la collection de montres, avec son côté novateur et créatif » : Pierre Burgun, PDG de la société Pierre Lannier.

9 - « Il y a avant tout un bon produit et un savoir-faire français. Sans oublier l'engouement des clients qui, de plus en plus, se posent la question de savoir comment sont fabriqués les produits qu'ils consomment » : Guillaume Gibault, président et fondateur, Le Slip Français.

10 - « Il est très important de valoriser les métiers manuels » : Marc-Henri Beausire, PDG du Coq sportif.

11 - « Notre rôle est d'accompagner l'économie avec une vision responsable et inclusive de la croissance » : Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif et Directrice Croissance & Entreprises de BNP Paribas.

12 - « Nous développons l'accueil d'entreprises susceptibles de s'inscrire dans une transition écologique forte » : Pierre Froustey, maire du Vieux Boucau et président de la Communauté de communes Maremne Adour Côte-Sud.

13 - « Il faut montrer à nos jeunes que l'industrie est pourvoyeuse d'emplois. Il est important de leur dire qu'ils sont capables d'intégrer ces filières et de participer à leur développement » : Laurent Peyrondet, maire de Lacanau.

14 - « Les entreprises locales sont en forte recherche de main d'œuvre et dans les années à venir, le phénomène va encore s'amplifier » : Patrick Boulier, président de l'agglomération Dieppe-Maritime.

15 - « Nous essayons d'améliorer les outils de formation professionnelle pour obtenir une meilleure adéquation entre la demande et l'offre d'emplois. C'est pour nous un enjeu majeur » : Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle.

16 - « Dans le très haut niveau, c'est le détail qui fait la différence » : Franck Mondon, ancien basketteur professionnel.

17 - « L'idée est d'avoir un espace de rencontres entre chercheurs, industriels et sportifs pour mettre en partage et tester ce qui est nouveau et meilleur. C'est de ce brassage que naîtront les améliorations les plus prometteuses ! » : Frédéric Michalak, ancien rugbyman et président de Sport Unlimitech.

18 - « Il n'y a pas de limites dans l'artistique. Dans l'industrie, c'est la même chose. On peut toujours aller plus loin » : Brahim Zaibat, break dancer.

19 - « Si on a des envies, il faut au moins essayer ! » : Talisco, chanteur de pop rock.

20 - « La recette du succès, c'est la capacité à poursuivre le chemin entrepris et la capacité à se renouveler sans cesse. Les plus belles victoires sont celles qui sont à venir » : Thierry Geffroy, président de Samsic.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2019 à 7:53 :
Je sais pas pourquoi mais je repensais a la marionnette de jugnot aux guignols de l'info, "Et on les paye pour faire ça"
a écrit le 15/08/2019 à 23:57 :
Wouhaa, on est sauvé et la planète aussi :

"Le French Fab Tour d'été, ce sont sept régions visitées, 5 000 km parcourus, des dizaines de milliers de bouteilles d'eau distribuées grâce à notre partenaire Les Abatilles, plus de 3 000 cadeaux offerts par étape par les partenaires du Tour d'été, 30 véhicules, dont 15 camions"

Merci macron, grâce à ça, on va relocaliser des emploi industriels et raccourcir les chaînes d'approvisionnement, lolilol

et grâce à vous on a le "CETA" qui va aussi exactement dans le sens d'une relocalisation de la production et qui permet de sauvegarder la planète ^^
Réponse de le 16/08/2019 à 13:48 :
C'est souvent les gens qui n'ont pas lu CETA, qui critique CETA. CETA est un accord de libre echange avec le Canada. L'union europeenne a mis des clauses comme par exemple le boeuf aux hormones.
a écrit le 15/08/2019 à 17:06 :
Et pour cela, utiliser de l'anglo-saxon fait plus sérieux pour ces "progressistes" en marche!
Cela sent le "virtual-game" a plein nez!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :