French Fab Tour à Toulon : l’innovation navale a le vent en poupe

 |   |  1063  mots
(Crédits : DR)
Pour sa deuxième étape, la tournée estivale de l’industrie tricolore a pris ses quartiers à Toulon. Poumon économique du Var, la métropole abrite le premier port militaire français, de même qu'un secteur naval dynamique, innovant - et en quête de talents...

Le coq bleu fait escale sur les plages du Mourillon ! Au lendemain de son lancement, à Nice, la tournée d'été de la French Fab, porte-drapeau de l'industrie française, s'est installée ce mercredi à Toulon, avec le même succès - quelque 16 000 personnes ont assisté à l'événement - et toujours le même objectif : faire la preuve de sa modernité et susciter des vocations auprès des habitants et des estivants, petits et grands. « L'industrie prend le large avec la région Sud-Provence-Alpes-Côte d'Azur, la Métropole Toulon Provence Méditerranée et Rising Sud. L'industrie pour tous, tous pour l'industrie ! », s'enthousiasmait Patrice Bégay, directeur exécutif et directeur de la communication de Bpifrance, après avoir inauguré le village de la French Fab, en présence du maire de Toulon, Hubert Falco, du président de la Commission économie, industrie, innovation, nouvelles technologies et numérique de la région Sud, Bernard Kleynhoff, et du directeur général de l'agence de développement économique Rising Sud, Jean-François Royer.

Une industrie du futur en plein boom

Principale base navale française, dont l'histoire remonte à quatre siècles, et premier port militaire de Méditerranée, Toulon privilégie naturellement les activités maritimes. La ville bénéficie d' un tissu industriel naval fait de fleurons comme Naval Group et l'équipementier CNIM, sans oublier de nombreux sous-traitants. Un secteur historique qui, bien loin des images d'une industrie à l'ancienne, est résolument tourné vers l'avenir. « Nous sommes heureux de recevoir la caravane de la French Fab, dont l'objectif est de tordre le cou aux clichés sur l'industrie. Nous voulons montrer que l'industrie sur notre territoire est bien une industrie du futur », s'est réjoui le maire de Toulon, en amont de l'événement.

L'une des filières d'excellence dans la région Sud, le naval « touche un secteur très large, celui de l'économie de la mer, avec les activités de construction et de réparation navale, bien sûr, mais aussi l'énergie, avec, par exemple, des projets autour de l'éolien off-shore, qui sont des enjeux industriels majeurs. Nous avons des ambitions très fortes d'innovation dans toutes ces filières », a de son côté souligné Jean-François Royer. Le territoire a ainsi vu naître des initiatives telles que la plateforme régionale d'innovation - la System Factory - qui rassemble nombre d'acteurs de l'écosystème, dont le pôle de compétitivité Pôle Mer Méditerranée, autour de l'ingénierie des systèmes complexes embarqués.

Le récent lancement du premier cluster naval de défense, réunissant la Marine nationale, la Direction générale de l'armement, l'agence de développement économique de la Métropole Toulon Provence Méditerranée et l'écosystème industriel, illustre bien l'élan d'innovation qui dynamise le secteur. « L'idée est de travailler ensemble sur des innovations beaucoup plus agiles et rapides », explique ainsi Michel Cresp, PDG de Systémique, une PME innovante de la Seyne-sur-Mer, spécialisée dans les systèmes complexes de traitement de l'information pour le civil et le militaire.

Une deuxième jeunesse

Pour Michel Cresp, qui est aussi le président de l'Association de développement des entreprises de Toulon-Ouest, « l'industrie, qui souvent a été vue comme manufacturière, vit une deuxième jeunesse. Une nouvelle forme d'industrie se développe actuellement. C'est intéressant d'aller à la rencontre du grand public pour remplacer les images du passé par celles de l'industrie 4.0 et montrer ce que le numérique peut apporter au monde industriel ». Un secteur en pleine transformation, donc, et qui a besoin d'attirer des talents dans de nombreux domaines. Et cela passe, évidemment, par l'image que les jeunes se font des métiers... Or ceux-ci connaissent une véritable mutation, grâce au numérique. « Ces métiers ne sont plus à l'image de ce qu'ils étaient dans le passé. Il faut les faire redécouvrir aux jeunes pour leur donner envie de choisir la filière », insiste Michel Cresp.

C'est bien l'un des objectifs de ce French Fab Tour, qui navigue sur le littoral français tout l'été. Prochaine étape : la Grande-Motte, le jeudi 18 juillet.

---

L'industrie, c'est tout un art !

Axel Basquiat, compositeur, bassiste et chanteur, The Penelopes :
« De plus en plus de nouvelles marques françaises de matériel de musique incluent les nouvelles technologies »

Topman


1 - Que représente l'industrie pour vous ?

D'abord, nous sommes très fiers d'avoir l'hymne de la French Fab ! Nous sommes musiciens et à ce titre, essentiellement affiliés à l'industrie du disque. C'est un milieu qui se rajeunit énormément, tant au niveau du staff dans les maisons de disques que des sociétés qui fabriquent de beaux instruments, et cela fait du bien ! Il y a de plus en plus de nouvelles marques françaises de matériel de musique qui incluent les nouvelles technologies et qui ont un vrai savoir-faire. Je pense à des marques comme Arturia, Aëdle ou Focal. L'évolution de l'industrie musicale est vraiment super intéressante en ce moment.

2 - Vous travaillez aussi pour de grandes marques comme agnès b. Comment ?

Nous avons en effet été approchés pour composer à l'occasion des défilés ou pour jouer dans des after parties pour des marques comme agnès b, Jean-Charles de Castelbajac, Prada, Ben Sherman... Nous avons parfois été également impliqués dans le « sonic branding ».

3 - Profitez-vous de l'innovation électronique dans votre travail ?

Énormément ! Nous sommes un groupe d'électro-pop. Notre background est rock mais nous avons voulu incorporer de l'électronique pour ne pas répéter la musique de nos prédécesseurs - et de nos idoles, comme The Cure ou David Bowie. Nous utilisons ainsi beaucoup de software et de logiciels, en plus d'instruments classiques.

4 - Etes-vous satisfaits de projeter, comme d'autres industries, l'image de la France à l'international ?

Oui, c'est vraiment super. Nous sommes un groupe français signé et produit en Angleterre. C'est assez rare pour être souligné !

5 - Après cette tournée, quelle est votre prochaine actualité ?

Nous allons sortir un single au début de l'automne. C'est un duo assez crooner, avec une invitée française très prestigieuse. Je n'en dis pas plus, mais cela devrait surprendre pas mal de gens !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :