Jean-Claude Mailly (FO) : "Plan de formation des chômeurs, attention au financement"

 |   |  789  mots
Jean-Claude Mailly (FO) veut taxer les entreprises qui utilisent les ruptures conventionnelles pour faire partir les salariés âgés.
Jean-Claude Mailly (FO) veut taxer les entreprises qui utilisent les ruptures conventionnelles pour faire partir les salariés âgés. (Crédits : AFP)
Jean-Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, n'est pas contre le plan de formation des chômeurs prévu par le gouvernement mais demande des précisions sur son financement. Il réclame aussi une augmentation de la cotisation d'assurance chômage des entreprises qui abusent des emplois précaires et craint une baisse de qualité de la couverture santé des salariés.

LA TRIBUNE. Quel jugement portez-vous sur les nouvelles mesures en préparation sur un vaste plan de formation des demandeurs d'emploi et sur la réforme du Code du travail ?

JEAN-CLAUDE MAILLY - Sur le plan emploi, on parle de 500.000 chômeurs qui seraient formés. Mais je ne sais même pas à quoi correspond ce nombre. Est-ce 500.000 formations supplémentaires alors que 150.000 chômeurs bénéficient déjà d'un dispositif, ou est-ce au total ? On a aussi parfaitement bien compris que ce vaste plan de formation à destination des chômeurs va opportunément permettre de diminuer le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie « A » puisqu'ils ne seront plus immédiatement disponibles...

Nous voulons aussi avoir des précisions et des garanties sur le financement. L'Etat doit apporter sa part, le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels [FSPP, association gérée par les organisations syndicales et patronales] est prêt à participer mais il faut fixer les règles du jeu. Or, nous avons été un peu échaudés l'année dernière quand l'Etat n'a plus voulu financer la rémunération de fin de formation [R2F] qui permet de continuer de rémunérer des chômeurs dont l'allocation chômage prend fin durant une période de formation. Il a fallu élever la voix pour que l'Etat, finalement, participe alors que son intention était de laisser le FSPP prendre tout en charge.

Sur le volet apprentissage, nous sommes d'accord sur l'objectif de le relancer mais nous réclamons un véritable statut de l'apprenti dont la rémunération doit varier en fonction de ses qualifications et pas seulement de son âge.


Et sur le Code du travail ?

Nous n'avons été reçus par Robert Badinter qui doit remettre son rapport sur les principes fondamentaux du droit du travail vers le 20 janvier. Mais on ne sait toujours pas ce que va réellement faire le gouvernement. Notamment en matière de durée du travail là où il veut aller le plus vite. En tout état de cause, nous continuerons de défendre le principe de la hiérarchie des normes, ce qui signifie qu'un accord d'entreprise ne pourra pas décider, par exemple, de bonifier les heures supplémentaires de seulement 5% si un accord de branche fixe cette bonification à 10%. Nous rencontrons Manuel Valls le 11 septembre, nous aborderons tous ces sujets.

Comment qualifiez-vous le climat social actuel ?

Une très forte inquiétude demeure sur l'emploi et le pouvoir d'achat. D'ailleurs les études d'opinion montrent que le chômage reste la première préoccupation des Français. Or, pour l'instant, le gouvernement n'apporte aucune réponse. Je pense qu'au lendemain du second tour des élections régionales, il avait l'opportunité d'accorder un coup de pouce à l'augmentation du Smic, or il ne l'a pas fait.

Dans la fonction publique, il y a aussi des inquiétudes sur le pouvoir d'achat mais pas seulement. Avec la loi NOTRe sur les nouvelles compétences des collectivités locales et la création des 22 super régions, les agents de la territoriale s'interrogent sur les conséquences que cela va entrainer en termes de mobilité notamment. Alors, certes, il n'y a pas beaucoup de mouvements sociaux d'envergure. Mais comme je le dis souvent, quand le malaise social ne s'exprime pas dans la rue, il se retrouve dans les urnes.

Quelles sont les questions sociales à venir qui vous préoccupent le plus ?

Nous allons être très attentifs à la négociation sur la convention d'assurance chômage qui va s'ouvrir fin janvier. Nous allons revenir à la charge sur notre idée d'instituer un véritable  bonus/malus sur les cotisations des entreprises en fonction de leur comportement face à l'emploi. Nous voulons que les entreprises qui abusent des contrats précaires soient davantage surtaxées, beaucoup plus que maintenant où trop de formes de contrats précaire échappent à la surtaxation prévue. On va aussi de nouveau réclamer que les entreprises qui pratiquent des ruptures conventionnelles avec des salariés âgés soient taxées.

On va également se mobiliser sur la complémentaire santé. Avec l'entrée en vigueur de la loi depuis le 1er janvier, qui oblige toutes les entreprises à prévoir une couverture santé pour leurs salariés, les problèmes commencent. Nous les avions anticipés. Avec la disparition des clauses de désignation, il y a une sorte de dumping social qui apparaît. Comme les entreprises peuvent choisir l'organisme qu'elles souhaitent, beaucoup de salariés vont voir leur protection diminuer. Le défenseur des droits, Jacques Toubon, a même adressé un courrier au gouvernement sur le cas des travailleurs handicapés qui ont vu leurs primes augmenter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2016 à 11:11 :
ne pas se voiler la face dire la vérité !!! les sondages sont ils truqués ???
a écrit le 06/01/2016 à 10:33 :
Toujours le même discours sur le changement : attention, le syndicat peut vous faire un croche pied. Alors crachez au bassinet. On voit ce que cela donne pour feu SNCM, feu Goodyear fr, feu Sacilor... Un vrai disours de bureaucrate pour les bureaucrates gouvernementaux. A quand des syndicats vraiment représentatifs des ouvriers, et pas seulement représentatifs par la loi.
Réponse de le 06/01/2016 à 11:41 :
"A quand des syndicats vraiment représentatifs des ouvriers"

Ben et les elections professionnelles
a écrit le 06/01/2016 à 8:01 :
Avec la réforme du collège du gouvernement Hollande (suppression d'une demi-heure de cours par matière et par semaine sauf en sport, suppression des classes bilangues, des cours de latin, des aides aux élèves en difficulté), les collégiens Français verront à coup sur leur niveau scolaire (encore) s'effondrer. Celui-ci est déjà l'un des plus mauvais de l'OCDE (enquête PISA). Plutôt que de former les chomeurs, il faudrait commencer par former correctement les collégiens et lycéens pour que beaucoup évitent de rejoindre après leur BAC (qui ne veut plus rien dire) les rangs des chomeurs. Mais le PS (qui déteste l'effort, la culture, et la France en fait) et l' UMP, pour rester au pouvoir, réforment et transforment l'Education Nationale en une fabrique à crétins. Ils dégoutent une majorité d'enseignants sacrifiés en France (qui touchent 50% de salaire en moins que leurs collègues allemands). D'ailleurs le nombre de postulants pour devenir prof est dramatiquement bas.
a écrit le 06/01/2016 à 7:59 :
Avec la réforme du collège du gouvernement Hollande (suppression d'une demi-heure de cours par matière et par semaine sauf en sport, suppression des classes bilangues, des cours de latin, des aides aux élèves en difficulté), les collégiens Français verront à coup sur leur niveau scolaire (encore) s'effondrer. Celui-ci est déjà l'un des plus mauvais de l'OCDE (enquête PISA). Plutôt que de former les chomeurs, il faudrait commencer par former correctement les collégiens et lycéens pour que beaucoup évitent de rejoindre après leur BAC (qui ne veut plus rien dire) les rangs des chomeurs. Mais le PS (qui déteste l'effort, la culture, et la France en fait) et l' UMP, pour rester au pouvoir, réforment et transforment l'Education Nationale en une fabrique à crétins. Ils dégoutent une majorité d'enseignants sacrifiés en France (qui touchent 50% de salaire en moins que leurs collègues allemands). D'ailleurs le nombre de postulants pour devenir prof est dramatiquement bas.
a écrit le 05/01/2016 à 23:18 :
Une solution tres simple

Faire un référendum pour que 60 % des 32 milliards soient affecté aux chômeurs

Tous cela géré par les regions et pôle emploi exit les syndicats !!!!

Actuellement 10 % du budget formation va aux chômeurs et les socialistes se demandent pourquoi seulement 15 % des salariés votent PS ???????
Réponse de le 06/01/2016 à 11:50 :
Tu oublies que 70% des 32 milliards vont à la formation des ...cadres et non aux salariés qui en auraient le plus besoin.Reste à savoir aussi si cette formation aboutie à la promotion du salarié ou si c'est juste pour remplacer à moindre coût un baby-boomer partant en retraite voir pré-retraite, ce qui est le cas dans beaucoup de grand groupe aujourd'hui
a écrit le 05/01/2016 à 19:10 :
Pantoufleur-Jurassique-JC Mailly.
Une place de libre dans un musée?
a écrit le 05/01/2016 à 17:45 :
Les syndicats ont tellement peur qu'on touche aux 30 milliards de leur rente de situation de la formation professionnelle , qu'ils vont trouver tous les vices à la formation des chômeurs.
a écrit le 05/01/2016 à 17:44 :
erreur sur le titre, il fallait lire ' touche pas au grisbi'
a écrit le 05/01/2016 à 17:34 :
La France est trop cher sur tous les appels d'offres et ce sont soit les multinationales qui remportent les marchés car fabrication sud est asiatique ou bien pays européens bien moins chers. La formation servira mais Pas pour le moment . Mais quand ? ! Il y aura de grosses déceptions d'ici 18 mois et pas de solution pour réduire le chômage tant que nous achèterons hors de France. Beaucoup de malheur à venir
a écrit le 05/01/2016 à 17:26 :
C'est effarant ...le dernier gouvernement marxo/socialistes aux abois en UE ....sans vergogne , finance sur le compte de nos impôts des chômeurs...! pour les soustraire aux statistiques du chômage ... !
a écrit le 05/01/2016 à 17:16 :
De quoi se mêle FO des chômeurs ? : les syndicats français défendent les fonctionnaires, qui n'ont pas ce problème.
Et sont peut-être une des causes du dit problème.
Obscène, finalement ?
a écrit le 05/01/2016 à 17:15 :
Le financement , il est naïf notre syndicaliste. Devinez qui va payer ? les classes moyennes bien sur . Hollande va creuser la dette et ensuite , il augmentera les impôts.
Si ce n'est pas lui, ça sera son successeur qui parlera de l'héritage et qu'il ne peut
pas faire autrement. On connaît la chanson.
Réponse de le 05/01/2016 à 22:14 :
Depuis fin 2014, les salariés doivent également payer une cotisation assise sur leur salaire pour financer syndicats de salariés et patronaux. Ou comment avoir le beurre et l'argent du beurre...
Réponse de le 06/01/2016 à 11:44 :
@Réponse de Financement syndicats

Cela a toujours existé ce n'est pas une nouveauté , la différence est qu'aujourdhui ,il y a une ligne qui fait apparaitre cela .
a écrit le 05/01/2016 à 16:33 :
1Milliard d'Euro pour quoi faire???
Ce n'est pas en formant des gens,alors qu'il se trouve du personnel déjà qualifié,que le chômage va se résorber!!!
1/le code du travail,sa législation,l'administration tatillonne,l'astreinte exigée par l'emploi,sont un premier obstacle,qui explique aussi le peu de candidat à ces emplois.
2/les charges sociales démentes ,font que chômeur vous êtes,chômeur vous resterez!!!
Cette dépense,cherche à flatter l'EGO du Gouvernement,les bons chiffres du chômage,mais le contribuable va payer pour RIEN,car en fin de stage,l'employeur ne se manifestera pas à moins d’être zinzin!!!
a écrit le 05/01/2016 à 16:18 :
Y a déjà 30 milliards chaque année qui partent dans les organismes de formations pour financer les syndicats ! Ils prennent les français pour des c... On cherche encore une fois à maquiller les échecs d'une politique de l'emploi inefficace ! Quand allons nous arrêter les rustines !!
Réponse de le 05/01/2016 à 18:05 :
# Tico, Hélas c'est tout à fait vrai et c'est désolant, c'est l'exception sociale française !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :