L'année 2015, un bon cru pour l'emploi privé qui repart à la hausse

 |   |  340  mots
L'intérim fait partie des bons élèves du secteur privé.
L'intérim fait partie des bons élèves du secteur privé. (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
L'Acoss estime que l'année dernière, 17,8 millions de personnes travaillaient dans le privé (+0,1% par rapport à 2014).

L'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) a publié mercredi ses données sur l'emploi privé en France en 2015, et les chiffres sont encourageants. Les 1,5 millions d'entreprises privées que compte le pays employaient 17,8 millions de personnes l'année dernière : c'est 14.700 de plus qu'en 2014, soit une hausse de 0,1%.

Si l'on compare fin 2015 à fin 2014, la tendance est encore plus nette : +0,4%, soit un gain 70.000 postes environ. Concernant le salaire moyen par tête (SMPT), il est en hausse de 1,5%, à 2513 euros mensuels.

Les moteurs de l'intérim et du tertiaire

Comme en 2014, l'intérim et le tertiaire tirent l'emploi privé vers le haut. A eux deux, ils ont contribué à 94.500 créations nettes en moyenne annuelle : 18.800 pour l'intérim (+3,2%), et 75.700 pour le tertiaire (+0,6%).

Ce dernier, qui représente 70% des emplois du privé, profite des bonnes performances des activités informatiques (+2,7% et 9.900 postes en plus) et de l'hébergement-restauration notamment (+1,5% avec 15.400 emplois créés).

Situation dégradée dans l'industrie

En revanche, la situation est plus préoccupante dans l'industrie : le secteur accuse un repli de 1,2% en 2015 et perd 37.100 emplois. La construction s'effondre (-3%) avec 42.500 emplois en moins à cause des mauvaises performances de secteurs comme la construction automobile (-4%), la construction de routes (-4,2%) ou encore la construction de bâtiments (-3,2%).

Les territoires diversement touchés

Beaucoup de régions - l'Acoss a conservé les anciennes dénominations pour 2015 - ne bénéficient pas de la hausse de l'emploi privé. La Champagne-Ardenne (-1,3%), la Lorraine (-1%), la Bourgogne (-0,9%), la Picardie (-0,7%) sont dans le rouge. A l'inverse, le Languedoc-Roussillon (+0,7%) et l'Île-de-France (+0,4%) sont dans le vert, tout comme la Bretagne (+0,4%). Outre-mer, l'emploi est dans le vert à La Réunion (+2,7%), en Guyane (+1,4%) et en Martinique (+0,7%), mais il se replie légèrement en Guadeloupe (-0,2%).

Ces chiffres différent de ceux de l'emploi marchand publiés en mars par l'Insee qui indiquaient 109.300 créations nettes de postes : l'Acoss ne tient en effet pas compte des emplois à domicile, et n'utilise pas la même source pour l'emploi intérimaire.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2016 à 14:47 :
Ces bien
a écrit le 03/08/2016 à 13:32 :
Normal que l'emploi croît puisque la croissance économique a été de 1,1.

Mais cette croissance de 1,1 est dû à deux choses: l'élargissement des entreprises d'une part et d'autre part la hausse de la productivité du travail.

Avec l'agrandissement des entreprises, la croissance et l'emploi croît en même temps.Ici, le chômage est impossible.

Mais avec la hausse de la productivité du travail, la masse salarial baisse relativement au capital investi c'est à dire que le capital investi va plus vite que la croissance de la masse salarial.De ce fait, soit, une partie de la population active qui arrive sur le marché se trouve superflu et ne trouve d'emploi nulle part, soit souvent, les entreprises licencient(restructurent c'est à dire avec de nouvelles machines, logiciels,etc. certains emplois doivent êtres supprimés pour faire des économies face à la concurrence).

C'est pourquoi si la croissance a été de 1,1 en 2015, le chômage(toutes catégories confondues) a cru de 4,4 .Quant à la catégorie A, elle a cru de 1, 8.Et tout cela entre Janvier 2015 et 2016.

Comme on le voit la croissance dans la société actuelle implique la hausse du chômage et nulle volonté politique ne peut changer cela tant que les bases de l'économie ne sont pas révolutionnés.

Dans l'économie actuelle, toute hausse de la productivité aboutit donc au chômage mais le problème ne vient pas de la hausse productivité mais de l'économie actuelle(basée sur la propriété privée) qui est dépassée, vieille et n'est plus adaptée au fonctionnement des technologies au service de la population.

Pourquoi la hausse de la productivité est nocive dans la société actuelle ? Parce que dans cette société, le taux de profit ou le taux de marge c'est à dire le bénéfice des entreprises rapporté au capital investi à tendance à baisser.

Du coup, les entreprises ou les capitaux dont le profit est en dessous du taux de profit normal deviennent superflues, ils ne peuvent donc plus embaucher et il y a chômage.
Donc du fait de la propriété privée et de leur taux de profit trop bas, ils deviennent superflues et ne peuvent pas embaucher.

Pour que tous les capitaux puissent être utilisés, sans qu'il soit rendus superflus par la baisse du taux de profit normal dû à la hausse de la productivité, il faut que touts les capitaux soient nationalisés.
a écrit le 03/08/2016 à 9:32 :
+0.1% un bon cru ?

Notre situation économique est donc si désastreuse que cela ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :