L'Assemblée se penche sur l'épineuse réforme de la distribution de la presse

 |   |  460  mots
Les députés examinent à partir de mardi le projet de loi sur la modernisation du système de distribution des journaux, déjà adopté par le Sénat.

L'Assemblée nationale s'empare mardi de la réforme de la distribution de la presse, censée relancer une filière secouée par les évolutions numériques, une chute du nombre de points de vente et la quasi-faillite de son leader Presstalis l'an passé. Déjà adopté par le Sénat, ce projet de loi vise à moderniser le système de distribution des journaux. Il est combattu par la CGT du Livre (SGLCE), à l'origine de plusieurs grèves ayant perturbé les parutions.

Le gouvernement entend conserver les grands principes de la loi Bichet de 1947, parmi lesquels liberté de diffusion et principe coopératif obligatoire, mais aussi refondre la structure de distribution, alors que le nombre de points de vente est passé de 29.100 en 2006 à 23.200 en 2017 selon l'étude d'impact du texte de loi.

"Si elle est une icône de la République", la loi Bichet "ne doit pas être un totem", avait affirmé le ministre de la Culture Franck Riester au Sénat fin mai.

Seize mois après la grave crise du distributeur N.1 Presstalis (ex-NMPP), sauvé avec l'aide de l'Etat et des éditeurs de presse, le texte prévoit d'ouvrir le marché à la concurrence au plus tard le 1er janvier 2023. Presstalis se partage aujourd'hui le secteur avec les Messageries lyonnaises de presse.

L'Arcep devient le seul régulateur

L'Arcep, gendarme des télécoms, deviendra le seul régulateur à la place des deux organes actuels (CSMP et ARDP), y compris pour la partie numérique dont les kiosques (ePresse, LeKiosk, etc.) seront soumis aux mêmes obligations que les marchands de journaux: diffuser tous les titres de presse d'information politique et générale (IGP) qui le souhaitent.

Afin de limiter les invendus, les marchands de journaux auront une marge de manœuvre, négociée avec la filière, pour la vente des titres hors IGP.

"Le statu quo serait mortifère", a affirmé en commission le rapporteur Laurent Garcia (MoDem).

Virginie Duby-Muller (LR) a salué un "bon équilibre", appelant toutefois le gouvernement à "ne pas se contenter de maintenir Presstalis sous perfusion". Elle a aussi demandé en vain de conserver un ajout du Sénat, pour que l'implantation de nouveaux points de vente soit soumise à l'avis conforme du maire.

Béatrice Descamps (UDI-Indépendants) s'est dite "favorable" à la concurrence afin d'intégrer d'autres sociétés "plus rigoureuses".

A gauche, Sylvie Tolmont (PS) a pointé "une faille" avec l'Arcep en régulateur unique, qui pourrait conduire la distribution "entre les mains d'un pouvoir", les membres du collège de l'autorité étant désignés par l'Elysée et le Parlement.

Pour Marie-George Buffet (PCF), le texte "ne résout pas" les difficultés des distributeurs, alors que "la concurrence (leur) a déjà porté préjudice".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2019 à 11:23 :
la bête immonde NMPP n'est pas morte ? les communistes de la CGT se sont bien gavés, se gavent encore et risquent de se gaver encore plus !
a écrit le 22/07/2019 à 8:56 :
en quoi la distribution de la presse regarde l'état, à part si l'état dirige la presse et ça y ressemble....
a écrit le 22/07/2019 à 8:19 :
La presse francaise est dans son ensemble "aux ordres".
A part le Canard Enchaine, tout peut et doit disparaitre.
a écrit le 21/07/2019 à 21:50 :
Pourquoi des points de vente puisque on peut les imprimer a la demande? Leur problème est de distribuer la propagande subventionner avec nos deniers!
a écrit le 21/07/2019 à 19:45 :
Une fois de plus, la CGT a tué une entreprise. Prestalis est mort sous le poids des gréves, d'une masse salariale ahurissante , 7000 € par mois en moyenne, un systeme d'embauche réservé aux cousins, oncles, tantes et membres de la famille, le déficit étant couvert par une presse déja exsangue et bien sur nos impôts. Ce système clanique, type LFI, est a faire disparaître d'urgence.
Réponse de le 22/07/2019 à 10:05 :
"Ce système clanique, type LFI, est a faire disparaître d'urgence".

Ah, c'est donc cela le but du gouvernement LREM , au moins c'est plus clair que l'article.


"un systeme d'embauche réservé aux cousins, oncles, tantes et membres de la famille".

Comme dans la plupart des boites, donc.
a écrit le 21/07/2019 à 19:22 :
La presse écrite peut être supprimée puisque qu’elle a son double numérique sur le Web.
Ce sont des économies considérables pour l’écologie.( non destruction d’arbres)
Réponse de le 22/07/2019 à 17:34 :
Les forêts sont gérées (plutôt en croissance dans nos pays) mais fabriquer la pâte à papier est très polluant, pour ça qu'il faut la recycler et ne pas brûler sottement les papiers, cartons, ...
Le bilan d'un serveur pour les journaux dématérialisé, ça ne réchauffe pas du tout la planète ? Les calories thermique ou maintenues par l'effet de serre, ça réchauffe. J'ai un ordi (Mac pro) qui contient un seul Xéon, processeur utilisé dans les serveurs, quand il fait des calculs intensifs (folding at home), pas la peine de chauffer la pièce). Je suis curieux de savoir combien ils consomment les sites avec des milliers de processeurs comme celui-là. Ces calories sont évacuées, dans l'eau, l'air, autre mais existent. Pas évident de choisir papier ou pdf. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :