Près d'un Français sur deux estime que les médias véhiculent des informations fausses

 |   |  310  mots
(Crédits : Kacper Pempel)
#REAix 48% des Français pensent que journaux et magazines véhiculent fréquemment des fausses informations, proportion qui monte à 52% pour la télévision et la radio, selon une étude Ipsos menée dans 27 pays et publiée vendredi.

Selon cette étude "Ipsos global advisor" réalisée en ligne du 25 janvier au 8 février auprès de 19.541 personnes (environ 1.000 en France), la majorité de la population (52% en moyenne) dans le monde estime que la presse écrite diffuse "une large proportion" de fausses informations.

Une confiance particulièrement dégradé

En queue de peloton, la Serbie (82% de la population), la Hongrie (78%) et la Russie (68%) ne font pas confiance aux médias écrits.

En ce qui concerne télévision et radio, la moyenne mondiale reste inchangée, tout comme le trio de queue. Les Américains sont 61% à estimer que ces médias véhiculent fréquemment des fausses informations (contre 55% pour la presse écrite).

Comme d'autres études parues récemment, l'étude souligne la défiance particulière des Français dans les médias, seuls 37% affirmant avoir confiance dans la télévision et la radio, et 36% dans les journaux et les magazines.

Plus de crédit au bouche à oreille qu'aux médias

L'étude souligne aussi que la confiance à l'égard des médias s'est particulièrement dégradée depuis ces cinq dernières années, quel que soit le support, papiers (-21% de score de confiance en 5 ans), comme audiovisuels (-28%).

La seule source d'information qui inspire encore confiance se trouve dans les relations de proximité: plus d'un Français sur 5 (26%) reconnait faire davantage confiance à une information délivrée par une personne qu'il connaît personnellement.

"Alors qu'il n'a jamais été aussi facile d'accéder à l'information, où qu'elle soit dans le monde, ce sont finalement les règles de la proximité qui s'appliquent, comme si seul le bouche à oreille, au sens propre, pouvait inspirer confiance: seules les relations personnelles ont gagné en fiabilité au cours des cinq dernières années", remarque Yves Bardon, directeur de la prospective chez Ipsos cité dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2019 à 5:49 :
Ce qui génère la méfiance dans les informations vient peut-être du fait qu'elles sont par définition parcellaires, sans toujours donner le contexte du moment et des acteurs. Un peu comme si on jugeait un individu sur 5 secondes de sa vie, alors qu'il a déjà vécu 45 ans. De plus, il y a la subjectivité et l'objectif de l'auteur de l'information.
a écrit le 07/07/2019 à 9:40 :
L'information crédible ne dépend que de la qualité de son informateur. Cela peut-être n'importe qui à condition qu'il soit à la source de ce qu'il rapporte, ce qui ne signifie pas qu'il en soit "l'inventeur".
Concernant les types de media interrogés je trouve dommage que radios et télés soient réunies dans un seul groupe.
La quantité d'information comme la multiplication de leur sites de diffusion ne me semble pas être un facteur tranchant sur la qualité de l'information : public / privé par exemple.
Ce qui m'intéresse ce sont les émissions sur un thème, avec un journaliste animateur et des invités spécialistes du thème. Chacun sur le plateau est libre de débattre, ou de se coucher. Le spectateur appréciera à l'aune de sa culture ou de sa compréhension des choses vues et entendu. De là il forme son opinion propre.
Voyons ce que j'appelle une chaîne généraliste, la 5 pour en choisir une, on y trouve le pire et le meilleur. Cela signifie que l'enjeu de la chaîne qui porte un large spectre d'émissions est sa stratégie lui permettant de faire du chiffre plus que d'autres.
Je pense que la confiance se mérite. Pour renouer avec elle, la presse doit renouer avec ce qui est le coeur de son métier, rapporter de l'observation, documenter, analyser sans extrapoler, le tout loyalement : le résultat arrive un peu plus tard et c'est la-dessus que les gens estiment la valeur d'une information, l'acceptent ou la rejette.
A moins que les réseaux professionnels et autres impliquent la connivence et l'esprit partisan. Il y a là comme une terre à labourer, d'autant plus que les médias sont parties prenante dans la politique, et qu'ils pèsent leur poids chez les indécis..
"Sur le métier cent fois remettez votre ouvrage" et sans autosatisfaction, honnêtement.
a écrit le 05/07/2019 à 20:45 :
L'information c'est faire le buzz ., salir le beau , célébrer la médiocrité et s'opposer à l'intelligence .
a écrit le 05/07/2019 à 20:23 :
Informer pour informer n’existe pas ou n’a peut être jamais existé ( neutralité , apolitique et sans intérêts ou conflit d’intérêt et sans être influencé ou sous pressions des groupes puissants , financiers , politiques, élites...)
a écrit le 05/07/2019 à 18:44 :
J’invite les gens à voyager, à lire des informations venant d’autres pays. Vous verrez que la même information n’est jamais traitée de la même façon dans les autres pays.. L’information en France est traitée dans le but d’arriver à un objectif, défendre une opinion, un modèle ou une pensée. L’accès à l’information passe aujourd'hui par l’accès aux données. Les GAFA eux en s’y sont pas trompés.
a écrit le 05/07/2019 à 18:00 :
C'est pas tellement les informations qui sont fausses, c'est surtout que les médias veulent nous imposer les opinions de la doxa dominante. Les médias ont tendance à nous "montrer" où est le bien, où est le mal, et c'est un peu infantilisant.
a écrit le 05/07/2019 à 16:58 :
Il y a, à mon avis, 2 sources à ce que l’on peut appeler de « fausses informations » mais qui en fait sont plutôt des informations « orientées ». La première est due à la présence dans les médias d’un nombre importants de journalistes-militants qui ont comme volonté que le public partage leurs idées et qui arrangent parfois un peu les informations pour qu’elles correspondent à ce qu’ils veulent qu’elles soient. La seconde source est officielle et provient des portes paroles du gouvernement qui eux aussi ont parfois intérêt à transformer un peu les choses. Et quand il arrive que le but des journalistes-militants se trouve être le même que celui du gouvernement, alors peu importe les faits, la vérité vraie, car alors l’information est écrasée par un véritable rouleau compresseur.
a écrit le 05/07/2019 à 16:53 :
A ce sujet, ce qui se passe un Royaume Uni est assez charatéristique de medias puissants et déterminés qui pourissent la vie du pays et de son peuple avec l'aide de politicards de haute volé.
a écrit le 05/07/2019 à 13:49 :
Le problème avec les journalistes, c'est qu'ils ont aussi leur opinion, la preuve en est qu'ils sont choisis par le media d'information qui les emploi en fonction de leur "couleur politique" et de leur aptitude à "noyer le poisson (lecteur, auditeur...). C'est particulièrement vérifié dans les chaînes commerciales d'information continue.
"L'information" y est tellement décortiquée, malaxée, ressassee, qu'elle devient inaudible au point que le résultat est que celui entend cette information n'y comprend plus rien avec le sentiment d'être manipulé.
a écrit le 05/07/2019 à 13:44 :
Adous Huxley écrit en 1931 le « Meilleur des Mondes », roman imaginant une société qui se développe en conditionnant et contrôlant les individus. Il décrit une dictature parfaite avec les apparences de la démocratie, une prison sans murs. Il reprendra l’ouvrage et dira: « Vingt-sept ans plus tard… je suis beaucoup moins optimiste que je l'étais en écrivant « Le Meilleur des Mondes »… Des forces impersonnelles sur lesquelles nous n'avons presque aucun contrôle semblent nous pousser tous dans la direction du cauchemar de mon anticipation.
Ce nouvel ouvrage est nommé en français « Retour au meilleur des monde ». En voici quelques extraits empruntés à la traduction de Jules Castier:
« En ce qui concerne la propagande, les premiers partisans d'une presse libre ne l'envisageaient que sous deux aspects : vraie ou fausse. Ils ne prévoyaient pas… le développement d'une immense industrie de l'information, ne s'occupant dans l'ensemble ni du vrai, ni du faux… Dans leur propagande, les dictateurs contemporains s'en remettent le plus souvent à la répétition de slogans qu'ils veulent faire accepter pour vrais, suppression de faits qu'ils veulent laisser ignorer, déchaînement et rationalisation de passions qui peuvent être utilisées dans l'intérêt du Parti ou de l’Etat.
a écrit le 05/07/2019 à 13:39 :
Ah ben c'est sûr que depuis l'enfumage (voir la désinformation !) qu'on nous a servi lors de la mise en place des 80km/h, ma confiance dans les grands médias en a pris un sacré coup (chuuut : ne dites surtout pas que les anglais roulent à 60m/h, soit ~96km/h, et sont largement devant nous en matière de sécurité routière, c'est totalement tabou !!).
a écrit le 05/07/2019 à 13:30 :
Les médias émettent des opinions rarement des informations
Réponse de le 05/07/2019 à 16:41 :
Voilà, vous touchez du doigt le problème principal.
En 1er lieu je me fous de leurs opinions mais je suis avide d'information. Après cela si certains peuvent apporter ici ou là une opinion bien ettayée , je suis preneur.
a écrit le 05/07/2019 à 13:12 :
Mais où est le Peuple ? Sur les plateaux journellement, des cinéastes, des maires, des députés, des philosophes, des journalistes Figaro, Express... (rien contre eux, certains me plaisent) mais où est le Peuple on ne l'invite pas (sauf quand notre système à failli bouger : les Gilets Jaunes !) Pensée unique, manque de diversités etc, etc; Ces invités que l'on voit et revoit sont-ils payés ?I (ils n'ont en pas besoin) il serait bien et bon alors d'inviter un ensemble de boulangers, de chômeurs, de professeurs, de retraités, d'ouvriers, de personnels d'entretien, pour aborder certains sujets. Car le Monde c'est eux aussi
Réponse de le 05/07/2019 à 16:53 :
Donner la parole au peuple ? Et puis quoi encore ! Vous n'avez qu'à écouter le Président Emmanuel Macron qui a au moins sa puissance de conviction et son autorité sur la scène internationale. Le plus efficace est de suivre ses ambitieuses réformes et de poursuivre dans la voie visionnaire qu'il trace pour la France.
Réponse de le 05/07/2019 à 17:25 :
désolé, je ne suis pas un mouton qui beugle derrière un bélier. En parlant de réformes, si c'est pour léser et laisser des gens sur le bas côté de la vie et se glorifier que l'on ait le meilleur parce que l'on parle couramment l'anglais, que l'on a une vision pour la France qui peut être utopique cela ne suffit pas pour convaincre et réussir
a écrit le 05/07/2019 à 12:42 :
ca vous etonne?
' tout le monde' sait que les medias sont independants et ne vehiculent que la verite!
pravda, tavarich !
surtout liberation, mediapart, l'humanite, le huffingtonpost
regardez mediapart!
en toute independance ils ont dit la verite sur les costumes de fillon! pas sur les filles de leroux, ou sur la fille de plenel, ou en toute independance, mediapart a bien su jouer sur le brut et le net du salaire, le temps partiel et le temps plein, etc.... ce que en toute independance ils ne font pas quand il s'agit d'accuser des gens pas independants, que ce soient des politiciens de droite ou des entreprises, hein.........
comme la justice independante, en quelque sorte!
la verite si je mens, comme on dit!
a écrit le 05/07/2019 à 11:32 :
Quand on confond "migrants" et "réfugiés" à longueur d'année ça montre en permanence le niveau des médias et de leurs représentants pour intoxiquer le peuple.
a écrit le 05/07/2019 à 11:21 :
La première information fausse est l'influence de CO2 dans le climat.
.
On peut dire bravo aux manipulateurs.
a écrit le 05/07/2019 à 10:57 :
Quand on en sera à 2/3, cela commencera à aller mieux car la réaction sera proche.
a écrit le 05/07/2019 à 10:25 :
Si les américains écoutent Trump, sûr qu'il y a de nombreuses "entorses" à la réalité. :-)
48%, non, c'est 68%, encore une fausse nouvelle (je blague :-) au point où on en est...).
Je serai curieux de savoir quelles nouvelles en particulier sont fausses, si les gens peuvent les citer, le ressenti, c'est comme l'homéopathie, quand on y croit, ça marche, même si c'est "vide".
Le journalisme est un métier avec des pratiques, qui demandent du temps (sur un site une fois qq se plaignait que l'info soit sortie tardivement vs un autre média, l'instantané doit parfois être contredit, annulé faute d'avoir vérifié l'information par d'autres biais).
Que pour un même évènement un titre change, c'est lié à la sensibilité du journal, le verre à demi-vide ou à demi-plein, c'est équivalent, sauf le point de vue. Pour ça que c'est intéressant de consulter plusieurs média, pour avoir plusieurs points de vue sur la même chose (et étrangers aussi, il sont plus déconnectés que nous vu que ça se passe 'ailleurs')
a écrit le 05/07/2019 à 9:51 :
"proportion qui monte à 52% pour la télévision"

Et qui malgré tout continuent de se laisser influencer par elle. Ce que j'aimerais vraiment que notre classe dirigeante comprenne, c'est que la télévision est certes un outil de manipulation des masses particulièrement efficace mais que du coup cela l'est bien trop générant ainsi une docilité et soumission de la population complètement improductive car entrainant une certitude de pensée tacite de la classe dirigeante alors que ce n'est pas leur idéologie qui est efficace, l'économie s'écroulant le prouvant tous les jours, mais seulement ce moyen de manipulation formidable, incroyable, que sont les médias.

Ceux-ci nous ont bien trop éloigné de la réalité générant ainsi des âmes perdues qui ne sont plus capable de trouver un sens à leur vie si ce n'est celui, aliénant, que leur propose ces mêmes médias, d'une pauvreté sémantique abyssale mais d'une addiction hallucinante.

Ils sont trop efficaces générant une perte de productivité car de motivation des classes productrices et une inflation de la confiance en elle de la classe dirigeante qui du coup s'est totalement affaiblie, aliénée, dégénéré car l'adversité est indispensable pour progresser et n'ayant plus peur des classes productrices les classes dirigeantes se retrouvent complètement isolées dans leurs certitudes et donc au final dans leur pathologie cupide.
a écrit le 05/07/2019 à 9:44 :
Et, cela n'est pas faux... combien de rumeurs construitent sous forme question, avons nous droit? Combien d'informations prélevé sur le web nous est distillé faute d'information officielle? Le médias subventionnés officiellement doivent disparaître parce que non fiable!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :