L'emploi intérimaire continue de progresser

 |   |  317  mots
L'emploi intérimaire continue de progresser en janvier avec 8% d'intérimaires de plus qu'il y a un an. Mais il n'est pas certain que ce mouvement conduise à terme à  de l'emploi stable.
L'emploi intérimaire continue de progresser en janvier avec 8% d'intérimaires de plus qu'il y a un an. Mais il n'est pas certain que ce mouvement conduise à terme à de l'emploi stable. (Crédits : reuters.com)
Sur un an, le nombre d'intérimaires a progressé de 8% en janvier. Tous les secteurs sont concernés.

Dans l'intérim, la hausse de l'emploi continue en janvier, même si cette progression marque un peu le pas. D'après le dernier baromètre de Prism'emploi - l'organisation professionnelle qui regroupe les entreprises de l'intérim-  après une progression de 13,3% en décembre (sur une année), la croissance de l'emploi intérimaire est demeurée solide en janvier avec une hausse de 8%. Un signe supplémentaire que la situation du marché du travail connaît un lent redressement.

Davantage d'intérimaires dans tous les secteurs

Signe encourageant, tous les secteurs sont orientés à la hausse: la palme revient à l'industrie qui voit le nombre de ses intérimaire croître de 9,4%. Dans les transports, la hausse atteint 8,8% (après 14, 3% en décembre). Dans le BTP et les services, les progressions sont respectivement de 7,6% et 6,4%. Enfin, le commerce enregistre une hausse plus modeste de 3,1%.

S'agissant des métiers, ce sont les plus qualifiés qui soutiennent la croissance: les cadres et les professions intérimaires (11,8%) et les ouvriers qualifiés (11,3%).

Bon pour l'emploi durable?

Certes, si l'on continue de considérer que l'intérim constitue un indicateur avancé de l'emploi, cette bonne santé de ce secteur peut alors en effet être considérée comme une bonne nouvelle. A terme, en effet, si la croissance le permet, cet emploi intérimaire est susceptible de se transformer en emploi stable.

Mais il n'est plus certain que cette thèse soit encore évidente. La généralisation des contrats très courts et l'explosion du nombre des CDD semblent constituer un phénomène en phase de  pérennisation; un nouveau mode de gestion des entreprises qui ne veulent pas prendre le risque de recruter sous des contrats durables. Dans ce contexte, il n'est donc pas certain, à terme, même en cas de bonne tenue de la croissance, que l'emploi intérimaire se transforme en emploi durable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 9:54 :
"Signe encourageant, tous les secteurs sont orientés à la hausse"

Après avoir échoué à pérenniser leur auto-entreprise, les gens se rabattent sur l'intérimaire étant donné que c'est le secteur qui embauche le plus rapidement afin d'avoir rapidement un peu d'argent.

Vous appelez ça encourageant sans rire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :