L'Île-de-France va injecter 110 millions d'euros dans le Canal Seine-Nord

 |   |  237  mots
Longue de 107 km, située entre Compiègne et le canal Dunkerque-Escaut, la nouvelle infrastructure reliera les bassins de la Seine et de l'Oise au réseau européen à grand gabarit du nord de l'Europe.
Longue de 107 km, située entre Compiègne et le canal Dunkerque-Escaut, la nouvelle infrastructure reliera les bassins de la Seine et de l'Oise au réseau européen à grand gabarit du nord de l'Europe. (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Le coût du canal, qui se veut une option alternative au trafic routier sur un axe économique important, devrait au total avoisiner les 4,5 milliards d'euros.

La région Île-de-France va contribuer au financement du Canal Seine-Nord à hauteur de 110 millions d'euros, ont indiqué jeudi les régions Île-de-France et Hauts-de-France dans un communiqué commun. "Cette contribution répond aux besoins exprimés par la région Hauts-de-France et validés par le protocole de financement et de gouvernance adopté le 8 juillet dernier, qui fixe les participations financières de l'ensemble des acteurs", ont-elles indiqué.

Le coût du Canal Seine-Nord, qui se veut une option alternative au trafic routier sur un axe économique important, devrait avoisiner les 4,5 milliards d'euros : 1,8 milliard de l'Union européenne, 1 milliard de l'État, 1 milliard des collectivités - dont 302,65 millions des Hauts-de-France - et 0,7 milliard d'emprunt.

Sept ans de travaux minimum

Longue de 107 km, située entre Compiègne et le canal Dunkerque-Escaut, la nouvelle infrastructure reliera les bassins de la Seine et de l'Oise au réseau européen à grand gabarit du nord de l'Europe. Son exploitation est prévue pour 2023 au plus tôt.

Selon la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, "le Canal Seine-Nord Europe s'inscrit dans les priorités environnementales de la région" avec "un double bénéfice pour les Franciliens : lutter contre la pollution de l'air et réduire les embouteillages". Son homologue des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, s'est quant à lui réjouit de ce que "cet ambitieux projet" soit en passe "de devenir une réalité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2016 à 11:18 :
CA VAS DANS LE BON SENS? TOUSLES IDEES DE STRAMPORTS CE QUI PEUVENT RENPLACE LES AXES ROUTIER VONT DANS LE BON SENS???
a écrit le 25/11/2016 à 16:00 :
plus d'un demi siecle de palabre pour ce canal
un dossier comme celui de l'electrfication de la ligne paris bale
pour quelle raison ne pas la realise comme une electrification anglaise
par la voie qui couterais moin cher
et dans le meme regard dite adieu a l'aeroport de nantes et copie
celui du japon construit en mer et plus de bruit pour les riverains ni pour les terres agricole
il y a assez de place entre la baule et vannes
que nos dirigeant se fiche completement
a écrit le 25/11/2016 à 12:41 :
Anvers et Rotterdam vont être bien contentes que les contribuables français investissent pour leur développement , mais Le Havre surement pas ...
Réponse de le 25/11/2016 à 13:53 :
bien vu
Réponse de le 29/11/2016 à 15:33 :
Ok essaye de faire circuler des gros navires sur la Seine entre le Havre et Paris.
a écrit le 25/11/2016 à 11:58 :
Nous avons une multitude de voies navigables exploitables en France c'est un excellent investissement, si bien entendu il n'y a pas de conflits d'intérêts, de détournement d'argent public, de corruption... Et vu comme nos hommes d'affaires et nos politiciens sont tous copains et sans état d'âme on peut douter de chacun des projets.

L'idéal pour assainir les finances public serait une institution qui vérifierait tous les marchés publics-privés, là on en récupèrerait du blé.

"Gardes ! Arrêtez cet homme !"
a écrit le 25/11/2016 à 11:54 :
il est plus que temps de lancer ce projet ! malgré les empêchements des maires du havre et d'autres. mais l'A1 est mega saturee de camions, maintenant à quand le ferroutage? que font sur nos autoroutes des camions qui vont du sud de l'espagne au nord de la France et de l'europe ? en passant par Paris bien sur...ben ils payent le péage, ils abiment nos autoroutes et tout le reseau et les reparations sont à la charge publique. sans compter le méga bizness de l'entretien des pneus et du gazole...de l'entretien des camions. et de la pollution engendrée. vivement la transition ecologique de la france insoumise de JLMélenchon. !!!!
Réponse de le 25/11/2016 à 13:56 :
puisque vous être proche de l Insoumis, demandez lui d'aller voir ces potes de Sud et de la CGT par ce que c'est eux qui plombent le ferroutage.
a écrit le 25/11/2016 à 10:25 :
Pouvez-vous me rappeler pourquoi le projet avait été abandonné précédemment ?

Arlésienne, serpent de mer, G.P.I.I....

4,5 milliard d'euros sur la papier, mais en fait bien plus à l'arrivée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :