La droite pour le maintien de la priorité française au nucléaire

 |   |  607  mots
(Crédits : Reuters)
Nicolas Sarkozy et François Fillon sont d'accord pour maintenir la part actuelle du nucléaire dans la production d'électricité. La droit abrogera l'objectif inscrit aujourd'hui dans la loi de diminution de la part du nucléaire, affirme Nicolas Sarkozy

Si elle revient au pouvoir en 2017, la droite abrogera l'objectif de réduire d'ici 2025 la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d'électricité car "il n'y a pas d'alternative crédible au nucléaire", affirme Nicolas Sarkozy dans un entretien au JDD publié samedi.

"En cas d'alternance, nous abrogerons l'objectif de ramener à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France (...) Il n'y a simplement aucune alternative crédible à l'énergie nucléaire. Il faut donc maintenir le parc actuel, et investir pour développer une nouvelle génération de centrales", affirme le président des Républicains, dont le parti tient une convention mardi sur l'énergie.

Fermer Fessenheim, "une erreur historique"

La fermeture de Fessenheim, confirmée par François Hollande pour cette année à l'occasion de la conférence environnementale, "est une erreur historique", juge-t-il.

"L'Autorité de sûreté nucléaire, après avoir examiné la centrale, lui a accordé plusieurs années d'exploitation supplémentaires. À lui seul, le site de Fessenheim fournit notamment, l'électricité de toute la région Alsace. Elle rapporte plus de 300 millions d'euros de bénéfices à EDF et elle ne pose aucun problème de sécurité", plaide-t-il.

"De deux choses l'une : soit les centrales sont dangereuses et, dans ce cas, la France comptant 58 réacteurs nucléaires, pourquoi fermer ceux de Fessenheim et pas les autres ? Soit ce n'est pas dangereux et, dans ce cas-là, pourquoi fermer Fessenheim ? Uniquement, par pure tactique électorale, pour rattraper désespérément les écologistes ? On est très loin du sens de l'État", dénonce l'ancien chef d'Etat.

Fillon d'accord avec Sarkozy

Interrogé par l'AFP pour savoir s'il partageait la position de Nicolas Sarkozy, l'ancien Premier ministre François Fillon, candidat à la primaire à droite, a répondu: "Oui absolument, cette proposition (de baisse à 50%) est totalement irréaliste et conduirait à une forte augmentation des émissions de CO2 d'environ 30%".

Quant à l'ancienne ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, elle a estimé que "la réduction de la part du nucléaire doit procéder de la montée en puissance des renouvelables".

Mais "fixer dans la loi des objectifs de réduction impératifs, c'est s'obliger éventuellement à fermer des centrales qui n'ont pas atteint leur échéance, et dont l'ASN ne demande pas la fermeture, ce qui est économiquement absurde", selon cette autre candidate à la primaire.

Rama Yade, ex-secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy et candidate à la présidentielle, a regretté dans un communiqué que "Nicolas Sarkozy s'enferme dans une vision passéiste des enjeux énergétiques".

Les écologistes pas d'accord

C'est chez les écologistes que la sortie du président LR a suscité le plus de critiques. "Donc le parti des #OGM et du gaz de schiste devient aussi celui de l'aveuglement #nucléaire. En arrière toute", a tweeté la ministre Emmanuelle Cosse, ancienne patronne d'EELV, Barbara Pompili dénonçant "un monceau d'âneries".

Pascal Durand, ex-secrétaire national d'EELV et proche de Nicolas Hulot, a égratigné au passage sur Twitter la politique énergétique actuelle: "vu le peu d'empressement du gouvernement à tenir cet engagement (de réduire à 50% la part du nucléaire, NDLR), il n'aura pas trop de boulot..".

Sur EDF, Nicolas Sarkozy voit comme "seule solution" d'"ouvrir le capital d'EDF pour lui permettre d'investir dans son développement : investir dans l'EPR, et notamment en Grande-Bretagne, mais aussi investir pour développer un nouveau modèle de centrales de milieu de gamme, qui permette de gagner des appels d'offres dans d'autres pays".

Mais "le nucléaire est une activité stratégique et il ne peut être question d'une privatisation à 100 % d'EDF", ajoute-t-il.

AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2016 à 8:34 :
Une bonne idée pourrait être de mettre une taxe sur l'énergie pour financer les travaux permettant de réduire la consommation d'énergie dans le cadre de la transition énergétique.
Réponse de le 02/05/2016 à 16:15 :
la taxe sur le carburant doit passer de 75% du litre à 500%, l'électricité, le gaz, le fuel de chauffage tous taxés à 500%
Réponse de le 02/05/2016 à 18:22 :
@ Elu Vert :

Pourquoi taxer autant l'électricité que le gaz, le fuel et (j'espère) le charbon alors que c'est autour de cette première énergie (déjà bien décarbonnée en France) que vous comptez organiser votre transition énergétique ?
Réponse de le 02/05/2016 à 19:02 :
Vous devriez peut être regarder vos factures. Pour 1€ d'électricité, vous payez autant de taxe et à cela vous ajoutez l'abonnement qui est exorbitant...
a écrit le 02/05/2016 à 8:19 :
L'énergie doit être abordée par son aspect "économique": l'énergie que l'on importe appauvrit, l'énergie que l'on produit enrichit, à condition de la vendre à son "juste prix". De plus, l'énergie bon marché favorise le chomage. Le chomage doit être rétribué par une participation de l'énergie. Il faut de l'énergie, si possible que l'on fabrique nous même
a écrit le 02/05/2016 à 5:52 :
Le nucléaire a fait son temps ce n'est même pas un pb de savoir si les centrales sont sures ou pas mais simplement voir un autre avenir pour la production d'énergie. Je ne suis pas un anti nucléaire mais je pense que ce mode de production n'est pas l'avenir. Pour ce qui de nos deux rigolos qui n'ont jamais rien prouvé en terme de capacité à gérer notre pays ils représentent le mauvais passé de la France en terme de dette et de chômage tout comme le gouvernement actuel. En ce qui concerne les écolos, leur représentation est tellement minable que leur donner la parole est une insulte à l'écologie. Les Verts sont obsédés par le pouvoir, preuve la valse de ceux qui veulent y entrer ceux qui en sortent mais qui n'ont qu'une envie y retourner, les écolos une maffia de petits profiteurs de deniers publics. Les écolos une place en politique anti démocratique par leur représentation lors des élections, un parti godillot.
Réponse de le 02/05/2016 à 19:07 :
"Le nucléaire a fait son temps " pourquoi on a inventé quelle énergie qui produisent autant? Vous voulez sans doute rouvrir des centrales au charbon comme en Allemagne? Ces centrales si "peu polluante" et qui ne produise pas de CO2... Avant d’arrêter les centrales nucléaires il faudrait quelques choses pour les remplacer comme des mini centrales au dessus des silo à épices qui produisent du gaz naturellement et qui s’échappent à perte, ou sur les élevage, mais également mieux développer l'autosuffisance des ménages par les panneaux solaires qui aujourd'hui sont tout sauf rentable et écologique...
a écrit le 01/05/2016 à 23:59 :
Le nucléaire n'a plus d'avenir et s'est déjà cassé la figure!

Le démantèlement des centrales c'est un cout de 100 milliards au minimum qu'on laisse au générations futures.

EDF est une entreprise déjà condamnée à la mort du fait de ces couts, les investisseurs le savent.

Pour des raisons électoralistes et pour ne pas s'avouer qu'on s'est trompé de chemin, on va faire durer des centrales dangereuses jusqu'à ce qu'il y ait un accident grave. on finira par les fermer, ça coutera encore plus cher et nous laisserons un drame écologique pour des dizaines de générations.

Pendant ce temps des champions des renouvelables se développent partout à l'étranger et on va rater la révolution "green techs".

On pourra toujours dire que c'est parce les français ne travaillent pas assez ou à cause des fonctionnaires!

Enfin, je ne parle même pas des gaz de schiste, ce qui se passe en Pologne devrait suffire à se faire une idée.

Mais si cela peut servir la carrière de Sarkozy et lui éviter la prison, ça doit valoir le cout!
Réponse de le 02/05/2016 à 10:58 :
On peut voir dans le rapport de la Cours des Comptes de janvier 2012, p86, que les charges de démantèlement sont évaluées à 20,9 milliards d'euros pour EDF.
Réponse de le 02/05/2016 à 12:47 :
La cour des comptes n'a aucune idée du cout réel du démantèlement.

il n'y a pas un comptable, un économiste, un ingénieur ou un contrôleur de gestion parmi eux.

Ils ont pris le chiffre qu'EDF leur a communiqué.

Ce chiffre n'a aucun fondement.

Par contre il en existe d'autres venant du secteur nucléaire lui même, de la commission, des analystes financiers qui eux sont bien plus alarmants.
Réponse de le 02/05/2016 à 15:06 :
@ gringo :

La Cours des Comptes n'est pas réputée pour être composée de beni-oui-oui. Dans son rapport, elle a notamment commenté des exemples étrangers de provisions et de démantèlements pour valider les nôtres.
a écrit le 01/05/2016 à 23:27 :
tous ses hommes politiques qui decident de prolonge nos vielles centrales nuclaieres n habite pas a cote de ces centrales, c est un peut facile pour ce faire elire de prendre des desitions sans risque???
a écrit le 01/05/2016 à 23:09 :
La ou reside l'anerie de Sarko c'est que le marché est saturé d'electricité du fait de la demande stable et de l'arrivée de capacités nouvelles EnR et ca n'est pas pres de s'erreter puisque les EnR sont maintenant moins chere que le marché, un demonstration : Lidl instale du PV en auto-consommatoin sur tous ses magasin allemands, et maintenant le commence en France.
Alors que la demande reste au mieux stable, envisager des centrales nouvelles est stupide, du grand Sarko.
Et on ne parlera pas du coté éthique, le fait de laisser des dechets nuke au milliers de geenrations a venir n'empeche pas cet idiot de dormir.
a écrit le 01/05/2016 à 22:19 :
Juste retour des choses: le nucléaire est incontournable, ce sont les énergies carbonées qu'il faut supprimer et là il y a encore du chemin : rien qu'en France, malgré le nucléaire et l'hydraulique, pour remplacer l'électricité produite par le gaz et le charbon, il faut doubler l'éolien et le solaire: rendez vous compte, doubler avant même de toucher au nucléaire! C'est pas encore pour demain, sachant que les lieux les plus productifs ou les moins chers où implanter des éoliennes et des panneaux solaires ont déjà été équipés dont il faudra plus que doubler!
Et je vous dis pas pour l'Allemagne
Bonne réflexion à tous
a écrit le 01/05/2016 à 21:22 :
proposer de construire plus de réacteurs et permettre l exploitation du gaz de schiste, j'ai cru au début que c'était une espèce de poisson d'avril, mais non c'est juste sarko, le roi du one man show.
La meilleure c'est le financement par l'ouverture du capital. C est sure ça va se bousculer au portillon les investisseurs dans une boite surendettée!!!lol il a pas du regarder la valeur EDF à la bourse!!!!
Bref du grand n'importe quoi, heureusement que pour le coup en 2016, au primaire, y aura d'autres alternatives :-)
a écrit le 01/05/2016 à 20:44 :
Ce qui est bien, c'est que chacun a son avis sur la question comme au café du commerce. Le premier sujet est d'abord de produire utile (isolation des bâtiments, smart grids...) et d'avoir les vrais besoins de production utile. Le deuxième sujet est de se convaincre que même si les énergies renouvelables sont coûteuses, elles le sont autant que ce que nécessitera le nucléaire et que si les filières sont françaises il s'agira de salaires français. Le troisième sujet est d'avoir une juste idée du "reste à produire", différence entre les besoins utiles et la capacité de production des filières françaises de renouvelable. C'est ce dernier chiffre année par année qu'il faut connaître pour calibrer nos investissements dans le nucléaire car le reste à produire sera nucléaire. De Eva Joly à Nicolas Sarkozy on a affaire à de véritables génies de la technique et de l'économie qui ont déjà fait tous ces calculs dans leur tête. Chapeau bas !
a écrit le 01/05/2016 à 17:07 :
J'ai beau être favorable au nucléaire comme énergie, il ne faut pas être devin pour comprendre que 75% c'est devenu idiot et économiquement non viable.

Avec l'arrivée des source d'énergies locales etla libéralisation du marché les mégas centrales c'est fini.

Certaines centrales n'ont de sens que si une industrie lourde en tirait partie comme du la siderurgie... mais sans cela il faut tourner la page.

Garder un mix avec un peu de nucléaire et beaucoup de renouvelable sera à terme la seule solution.

La droite vit dans le passé comme toujours elle ne sait pas se projeter.

Il faut garantir un prix de l'énergie qui permette à EDF de tourner la page du nucléaire

Mais il faut tourner cette page.

de toute façon quand l'accident arrivera en France on sera tous morts... la droite aussi.
Réponse de le 01/05/2016 à 19:22 :
Les centrales nucléaires actuelles produisent de l'électricité 45% moins cher que l'éolien (50€/MWh tout compris, chiffre Cours des Comptes 2012, contre 90€/MWh coût de l'intermittence non compris).

Quant au photovoltaïque, c'est 50% moins cher (environ 100€/MWh pour le PV, moins pour le PV sur sol, plus pour le PV sur toit).

Elles produisent en base alors que le marché s'ouvre sur le reste de l'Europe, grâce aux nouvelles interconnexions, et au moment où la consommation européenne repart à la hausse après la crise.

On ne voit donc pas bien quelle raison technique, économique ou écologique (le bilan carbone de l'éolien est deux fois plus mauvais que celui du nucléaire français, celui du PV est 7 à 20 fois plus mauvais) pourrait pousser à fermer un réacteur du parc actuel.
Réponse de le 01/05/2016 à 21:15 :
si c'est si peu cher à produire, pouvez m expliquer les 48mds d 'euro de dettes d EDF? Qu'Areva est bu le bouillon? Que les Allemands est stoppé ou les Australiens jamais commencé?
Vous en connaissez un autre business ou dans le prix y a pas la gestion des déchets? aucun pays du monde n a de site de stockage pour les déchets les plus dangereux à long terme, ça faut jste 30 ans qu on en cherche....
Dansd la même idée vous en connaissez un autre business ou on s'est même pas démonter les installations?
Réponse de le 01/05/2016 à 22:10 :
A ceux qui ne s'expliquent pas l'endettement d'EDF, il est normal qu'une entreprise qui détient 58 réacteurs nucléaires à 3 ou 4 milliards pièce plus des centrales photovoltaïques soit endettée
Il a bien fallu construire ces centrales et elles ne sont pas encore amorties
En plus une partie de la dette est issue de la dette de l'état qui n'a pas encore compense la cspe prise en compte dans les prix de l'électricité et pas conforme au surcoût représente par les rachats subventionnés d'électricité renouvelable
Au passage, pour les pro renouvelables dont je suis, il faut arrêter d'évoquer le fait que les renouvelables sont compétitifs par rapport au nucelaire: le coût de stockage de l'électricité le moins cher que l'on connaisse, les Steps, double le coût du renouvelable et ca jamais les écoles ne vous le diront
Réponse de le 01/05/2016 à 22:41 :
@ @bouchoubouzouc :

La dette d'EDF tient à beaucoup de choses, à toute la vie de l'entreprise. Par exemple au rachat de British Energy (16 milliards d'euros), d'Edison, à ses aventures américaines, à ses investissements dans les renouvelables, aux subventions aux renouvelables que l'Etat ne couvre pas complètement, etc.

Ensuite, Areva a "bu le bouillon" à cause de mauvais investissements miniers, à un contrat mal négocié en Finlande, et à son activité dans l'éolien qui subie énormément de pertes. Et pendant ce temps là, ses concurrents du nucléaire (russes, coréens) se portent bien.

Si les allemands ont décidé de sortir du nucléaire avec les suisses (c'est pas encore fait), ils sont bien les seuls. Et ils le font pour des raisons uniquements politiques. Tout le reste de la planète songe à prolonger (USA, Russie) ou à étoffer son parc (Afrique du Sud). Des pays non équipés pensent à construire un parc, dont l'Australie. Mais aussi une dizaine de pays en voie de développement, qui considèrent notre parc actuel comme un modèle.

Au sujet du coût des déchets non inclu dans le prix du kWh vendu par EDF, ce que vous dites est faux : Dans le rapport de la Cours des Comptes de janvier 2012, vous verrez p169 que EDF avait déjà provisionné à la date du rapport 11 milliards d'euros pour le démantèlement et 15,3 milliards d'euros pour les déchets. Areva et le CEA ont eux aussi provisionné pour leurs installations respectives.

Sur le sujet du stockage des déchets, il y a un projet : CIGEO, dont le principe a été acté par la loi n° 2006-739 du 28 juin 2006. Contre lequel les milieux antinucléaires se battent becs et ongles (sans proposer de solution alternative). Sur ce sujet, il serait d'ailleurs plus raisonnable de prendre le temps de créer ce complexe proprement, puisque rien ne presse. Contrairement aux gaz à effet de serre émis par les centrales au gaz et au charbon. Remarquons d'ailleurs que les suédois (et il me semble les américains) sont en train de développer un projet de stockage similaire au nôtre.

Enfin sur le démantèlement, là aussi rien ne presse (nos réacteurs ne vont pas s'enfuir). Et en permettant à la radioactivité de diminuer (et avec, la dosimétrie des intervenants), le temps nous arrange plus qu'autre chose. On peut toutefois souligner que le démantèlement de la centrale de Maine Yankee (USA) a été complètement terminé en 2005. En France, EDF a 9 chantiers en cours sur différentes technologies : REP, UNGG, RNR, HWGCR. Celui de Chooz A, technologiquement proche du parc actuel, est bien avancé puisque le démantèlement du circuit primaire (le plus radioactif) est en cours.
Réponse de le 02/05/2016 à 11:19 :
Ce que j'aime bien avec les anti-nucléaires, c'est qu'ils ne donnent jamais de chiffre, jamais de solutions viables juste des prophéties en l'air et des yakafokons.
C'est assez exceptionnel!!!

Merci Bachoubouzouc pour essayer de rétablir quelques vérités néanmoins devant autant de bétise et de mauvaise foi, je pense que cela ne sert malheureusement à rien...
a écrit le 01/05/2016 à 16:29 :
est ce que cosse a crie """ en arriere toute """ quand apres s'etre battue contre le cumul des mandats, elle a pousse des grands cris quand elle a ete interviewee par des journaliste sur ses cumuls?
http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/11/video-emmanuelle-cosse-petit-journal-cumul-des-mandats_n_9442252.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :