Le "big bang" de Pénicaud, un "big flop" pour le Syndicat des indépendants

 |   |  859  mots
La ministre du Travail Muriel Pénicaud avait jugé de manière contrasté l'accord signé par les partenaires sociaux le 22 février.
La ministre du Travail Muriel Pénicaud avait jugé de manière contrasté l'accord signé par les partenaires sociaux le 22 février. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Muriel Pénicaud a donné le coup d'envoi du "big bang" de la formation professionnelle ce lundi, en présentant à la presse les mesures retenues par l'exécutif pour "mettre à plat" un système "défaillant". La mise à l'écart des partenaires sociaux de la collecte des fonds dédiés à la formation cristallise les mécontentements.

(Article publié le 5 mars à 15h09, mis à jour à 16h03 avec les réactions de la CGT et de la CFDT)

Le gouvernement a agité ce lundi de nombreux chiffons rouges devant les partenaires sociaux dans sa réforme "big bang" de la formation professionnelle, notamment en les écartant de la collecte des fonds de ce chantier à 32 milliards d'euros. Le compte personnel de formation (CPF) sera abondé en euros, et non plus en heures, et surtout, les organismes paritaires collecteurs agrées (Opca) sont mis à l'écart de la collecte des fonds dédiés à la formation.

Lire aussi : Le "big bang" de Pénicaud sur la réforme de la formation professionnelle

"Attention à ne pas recréer une usine à gaz" (CPME)

Si la CPME salue globalement les mesures qui "favoriseront une meilleure articulation entre les besoins des individus, des entreprises et des territoires", elle met toutefois en garde contre la décision du gouvernement de faire collecter la cotisation dédiée à la formation par les réseau des Urssaf.

"Sous réserve de ne pas recréer une usine à gaz avec l'Urssaf d'un côté et les acteurs de la formation de l'autre. Le risque est de revivre ce que l'on a pu connaître lors de la mise en place du RSI", indique le syndicat.

Elle estime également "impératif" que les représentants des entreprises et de leurs salariés "soient étroitement associés" à la réforme, au risque "bien réel" de passer d'un système "complexe, à un dispositif technocratique, éloigné de la réalité du monde de l'entreprise".


"Réformer les Opca, pas les supprimer" (Medef)

Le projet prévoit en effet que ce sont les Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales, organismes privés chargés d'une mission de service public, qui récupéreront les montants provenant de la nouvelle taxe unique (apprentissage et formation). Cette taxe, inchangée, représente 1,68% de la masse salariale pour les entreprises de plus de 11 salariés et 1,23% pour les autres.

Des "opérateurs de compétences" remplaceront les Opca.  Ces structures seront chargées, notamment, de financer les centres de formation d'apprentis (CFA).

Pour Pierre Gattaz, "on peut pousser les OPCA à être plus efficaces, mais on ne peut nier leur rôle indispensable de conseil et d'accompagnement des entreprises".

"Il s'agit de les réformer, mais pas de les supprimer", a-t-il dit.


"Le big bang risque bien de produire le néant" (CGT)

La CGT et la CFDT ont, eux aussi, vivement critiqué la réforme, la première qualifiant le projet de "libéral", la seconde inquiétant d'un risque d'affaiblissement des droits des salariés.

"A l'instar de la politique destructrice du droit du travail, c'est de nouveau un tournant libéral indéniable. Et le big bang risque bien de produire le néant !", écrit la CGT dans un communiqué.

Le gouvernement "fragilise encore le monde du travail en érigeant une individualisation totale des travailleurs, désormais, seuls responsables de leur employabilité", a encore regretté la CGT. Selon elle, la réforme, qui prévoit donc de faire passer le CPF en euros, fait "la part belle aux trop nombreux organismes de formation, qui ont les mains libres pour marchandiser la formation".

De son côté, la CFDT écrit que la monétisation du CPF "ne doit pas être un affaiblissement des droits des salariés". Les annonces faites par la ministre sur la gouvernance du système - que le gouvernement avait d'entrée dit vouloir simplifier - n'ont fait l'objet "d'aucune concertation préalable", regrette la CFDT.

Les indépendants, les oubliés de la réforme ?

Le Syndicat des indépendants a plutôt négativement accueilli les arbitrages de la ministre, qualifiant le projet gouvernemental de "big flop".

La reprise en main par l'Etat des 32 milliards d'euros de la formation professionnelle est insuffisante" et devrait "s'accompagner d'une politique d'assainissement du marché par l'évaluation et le contrôle d'une offre aussi inadaptée que pléthorique".

L'organisation plaide pour "une refonte globale de la formation professionnelle continue, axée sur les TPE et leurs salariés".

Lire aussi : Formation professionnelle : les indépendants, grands oubliés de la réforme ?

"Aucune mesure pour les victimes du travail et les travailleurs handicapés" (Fnath)

L'association des accidentés de la vie (Fnath) "s'étonne qu'aucune mesure ne concerne spécifiquement les victimes du travail et les travailleurs handicapés". Elle souhaite qu'ils puissent bénéficier "d'une majoration du plafond annuel et global au même titre que les salariés non qualifiés".

En outre, le "développement d'une application qui semble indispensable et naturelle risque de se traduire par une exclusion numérique de certains travailleurs handicapés, si les conditions d'accessibilité ne sont pas travaillées dès le départ".

En effet, la réforme prévoit aussi la création d'une application mobile, disponible progressivement à partir de 2019, qui permettra de s'inscrire et de payer directement une formation, sans passer par un intermédiaire, de connaître ses droits acquis, les formations certifiantes dans son bassin d'emploi, etc.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2018 à 1:37 :
La populace n'a pas compris l'essence de cette magnifique réforme enfin. Le gvt va leur expliquer, comme on expliquait avant que la terre était plate.
a écrit le 05/03/2018 à 23:04 :
Encore une fois lrem utilise la classe moyen + pour siphonner les réserves, les formations ingénieurs sont plus chère car plus performantes, nous coutons 100k par an à nos clients et rassurons nous avec 500e!, on fera la différence sur le marché international du service. Vous semblez bien Parler du sujet sur BFM mais à vrai dire vous ne savez pas que quoi ni à qui vous vous adressez, l ia ne va pas créer des milliers d emplois, elle va les détruire et concentrer encore plus les richesses. On ne décréte pas les formations dont on a besoin demain pour que les individus se les payent, la formation fait partie du business case des projets, sinon c est trop facile, tous les risques pour les individus, rien pour les actionnaires.... Vous n êtes pas sincère, simplement professionnelle! À défendre une hécatombe sociale au lieu de prôner des barrières sociales à l entrée de l' ue.
a écrit le 05/03/2018 à 22:09 :
Et bien sur ils ne sont pas contents les syndicats et notamment la CGT ! ils ne vont plus pouvoir s'en mettre plein les poches avec l'argent de l'apprentissage qu'ils détournaient au profit de leurs oeuvres et de leur centrale
a écrit le 05/03/2018 à 18:39 :
mais comment ils vont faire pour payer leurs chateaux et leurs parties fines, hein?
Réponse de le 06/03/2018 à 9:38 :
En parlant de chateau :

Pierre Gattaz est bien connu pour ses bons et loyaux service au patronat à la tête du Medef. Il est aussi issu d’une des familles françaises les plus riches du pays avec plus de 300 millions d’euros capitalisés, notamment grâce à l’entreprise familiale, Radiall, fondée par son père, qui emploie 3000 salariés. En pleine négociation sur les ordonnances Macron, on apprend que le président du syndicat des patrons a signé une promesse d’achat sur le château de Sannes, un domaine d’une valeur de 11 millions d’euros. À quelques mois de la retraite, Pierre Gattaz assure ses arrières pendant qu’il agit main dans la main avec le gouvernement pour faire passer de force la nouvelle loi travail destinée à détruire le code du travail.

Le domaine situé dans le Luberon impressionne en raison de ses « 2.120 m2 habitables, abritant, notamment, six suites et une piscine chauffée », selon les révélations du Canard enchaîné. Mais ce n’est pas tout. Une seconde piscine en extérieur et 73 ha de terres dont 35 ha de vignes AOC viennent compléter le tableau.
a écrit le 05/03/2018 à 17:07 :
ça va surtout être le néant pour les finances des organisations des salaries et du patronat .ils se servaient des formations pour financer leurs organisations c était un secret de polichinelle !
Réponse de le 05/03/2018 à 18:06 :
Pas la totalité ,mais environ 7 milliards ,l’état et les collectivités locales gère les 25 milliards restant avec l'efficacité que l'on connait.La loi autorise les partenaires sociaux à récupérer 1,5% des fonds prélevés. Et avec une collecte de 7 milliards d'euros, les partenaires sociaux disposent ainsi d'environ 100 millions d'euros annuels à leur discrétion.
a écrit le 05/03/2018 à 16:22 :
Aujourd'hui la gardienne de notre immeuble a été convoquée à une formation dans le cadre du 1%. Au programme : balayage et produits ménagers. Elle ne voulais pas y aller, nous l'avons incité à le faire, car c'est obligatoire, c'est la Loi. Voilà le genre de "formation" qui est dispensée avec l'argent des "con-tribuables" , donc une réforme sévère est plus que nécessaire, pour mettre fin à ce gigantesque gâchis, qui profite aux dits "partenaire sociaux" cela suffit. Macron n'est pas la panacée, mais sur ce sujet il a raison.
Réponse de le 05/03/2018 à 17:07 :
Demandez à votre gardienne de vous faire part de ses impressions à son retour de stage. Elle en aura surement retirer quelque chose de favorable, tout au moins qans le domaine des relations humaines. C''est à voir. Merci.
Réponse de le 05/03/2018 à 17:16 :
1% quoi ,logement ?
Réponse de le 05/03/2018 à 18:41 :
non, pas le 1% logement
le 1% formation, a ne pas confondre ni avec le 1% CE ni le 1% logement ni tous ces petits 1%qqch qui financent le systeme social francais et ses parasites....... pourquoi croyez vous qu'un francais coute globalement plus cher qu'un allemand?
Réponse de le 06/03/2018 à 8:47 :
que des dits formateurs qui n'ont jamais lavé ou nettoyé quoique ce soit donne une formation à quelqu'un qui le fait depuis 20 ans ou plus à de quoi faire rire !!! dans le domaine des relations humaines, que voulez vous recevoir d'une formation ???? ce ne sont que des incapables : j'ai fait une formation avec un organisme : aucun intérêt ni technique ni social
Réponse de le 06/03/2018 à 8:52 :
@churchil

Le 1%formation ( conge de formation economique) ne concerne que les CDD, donc la gardienne d'immeuble doit être en CDD.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :