Le coût des dommages provoqués par l'ouragan Irma est évalué à 1,2 milliard d'euros

 |   |  848  mots
Un bilan encore provisoire fait état d'une dizaine de morts, 112 blessés, dont deux graves, et sept disparus dans la partie française de Saint-Martin et sur l'île de Saint-Barthélemy après le passage d'Irma.
Un bilan encore provisoire fait état d'une dizaine de morts, 112 blessés, dont deux graves, et sept disparus dans la partie française de Saint-Martin et sur l'île de Saint-Barthélemy après le passage d'Irma. (Crédits : Alvin Baez)
Selon la Caisse centrale de réassurance, le coût des dommages provoqués par l'ouragan Irma sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy est évalué à 1,2 milliard d'euros. Les deux îles des Antilles attendent désormais l’ouragan José.

Le coût des dommages provoqués par l'ouragan Irma sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy est évalué à 1,2 milliard d'euros, a indiqué samedi la Caisse centrale de réassurance (CCR), réassureur public spécialisé dans les catastrophes naturelles. "Ce montant recouvre les dommages aux habitations, aux véhicules et aux entreprises" couverts par le régime d'indemnisation des catastrophes naturelles, a précisé CCR dans un communiqué. En revanche, les véhicules assurés au tiers, les marchandises transportées ou les dommages causés aux récoltes non engrangées ou aux sols ne sont par exemple pas couverts par ce régime.

Un bilan encore provisoire fourni par les autorités françaises fait état d'une dizaine de morts, 112 blessés, dont deux graves, et sept disparus dans la partie française de Saint-Martin et sur l'île de Saint-Barthélemy après le passage d'Irma. Cet événement est "l'un des plus importants survenus en France depuis 35 ans", estime encore la caisse. Le président américain Donald Trump a exprimé vendredi ses condoléances quant à la désolation subie par les deux îles à l'occasion d'un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron. Il a offert son soutien au gouvernement français, a annoncé en outre la Maison blanche. L'arrêté de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les deux îles a été publié au Journal Officiel samedi, précisent en outre les autorités.

Irma attendu par la Floride

L'ouragan Irma s'est abattu vendredi sur Cuba, après s'être renforcé en tempête de catégorie 5, tandis que plusieurs millions de Floridiens étaient appelés à quitter leurs maisons avant l'arrivée de la dépression dévastatrice qui a fait au total 22 morts dans les Caraïbes. Irma a frappé dans la soirée l'archipel de Sabana-Camagüey, dans le nord de Cuba, avec des vents à 260 km/h, a précisé le Centre national américain des ouragans (NHC) dans son dernier bulletin d'alerte, qui situe l'ouragan à 485 km au sud-est de Miami.

Les assureurs de Floride pourraient être fortement secoués par l'ouragan Irma, leur capacité financière à absorber une telle catastrophe n'ayant pas été pleinement évaluée. "Si les dommages sont particulièrement élevés, tout est possible", prévient Shahid Hamid, un expert du secteur de l'assurance. Cet Etat du sud-est des Etats-Unis s'apprête à affronter ce week-end l'ouragan Irma et ses vents pouvant atteindre 240 kilomètres/heure. Ils vont frapper l'une des régions les plus développées des Etats-Unis, avec des villes comme Miami où des centaines de milliards de dollars de biens immobiliers sont exposés.

L'ouragan José attendu à Saint-Martin et Saint-Barthélémy

L'ouragan José est attendu samedi après-midi à une centaine de kilomètres de Saint Martin et Saint Barthélémy, deux îles des Antilles françaises déjà dévastées par le passage d'Irma, a annoncé le ministère français de l'Intérieur. Formé dans l'Atlantique, l'ouragan José est passé vendredi en catégorie 4 sur 5 de l'échelle de Saffir-Simpson, a annoncé le Centre national américain des ouragans, qui précise que les rafales de vent provoquées par la dépression atteignent désormais des pointes à 240 km/h. A Paris, le ministère de l'Intérieur fait état de "vents violents pouvant atteindre 130 à 150 km/h et une houle de 5 à 6 mètres" sur les côtes des deux îles à partir de la fin d'après-midi de samedi. Des pluies torrentielles sont également attendues.

Le passage de l'ouragan José "va sans doute nous demander de réévaluer le chiffre à la hausse", prévient déjà David Moncoulon, responsable de la modélisation à la CCR. La Caisse dispose "des réserves suffisantes pour couvrir ce sinistre quel qu'en soit le coût", a pour sa part assuré vendredi son président Bertrand Labilloy.

L'ouragan Katia fonce vers le Mexique

Par ailleurs, l'ouragan Katia, plus à l'ouest, se trouve désormais à 200 km en direction nord-nord-est de Veracruz, au Mexique déjà touché par un violent séisme, sur le Golfe du Mexique. Les rafales de vent sont mesurées à 155 km/h. Ces deux ouragans se développent alors que l'ouragan Irma, attendu ce week-end sur la côte de Floride, continue de semer la mort et la désolation dans les Caraïbes.

Pourtant Katia, un ouragan de catégorie 1 qui s'était formé ces derniers jours dans le golfe du Mexique, a été rétrogradé samedi en tempête tropicale après avoir touché terre dans la province mexicaine de Veracruz, indique le Centre national américain des ouragans (NHC). Mais la tempête Katia a déjà fait deux morts au Mexique. Un glissement de terrain dû à la tempête Katia a fait deux morts samedi à Xalapa, capitale de l'Etat de Veracruz, où la dépression perd rapidement en puissance depuis qu'elle a atteint les terres. Selon le gouverneur Luis Felipe Puente, 70.000 foyers sont privés d'électricité et des dégâts ont été signalés dans 53 des 212 municipalités de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2017 à 11:41 :
A propos de Irma et autre ouragans, silence assourdissant de la Tribune et des medias en general sur le denuement des habitants et les pillages en cours, se transformant PARFOIS en chasse au blanc.
Vous etes muselés ou quoi ?! A croire que seul facebook ou d'autre reseaux sociaux permettent de contourner la doctrine officielle.
Réponse de le 11/09/2017 à 5:11 :
Avec un peu de recul heureusement que les réseaux sociaux ne sont pas une preuve irréfutable car beaucoup de messages sur ces réseaux et beaucoup d'âneries comme l'affaire de la prison coté hollandais ou les 400 morts ou on sent la mort etc etc . Les réseaux sociaux s'ils peuvent être un moyen de communication ils ne sont certainement pas une vérité.
a écrit le 10/09/2017 à 9:06 :
On a commencé par plusieurs dizainez de millions. Maintenant on est à 1,2 Milliards ( mais c'est seulement pour les assurances. On ne tient pas encore compte par les coûts pour l'autorité publique, dontcde nos impôts .
Par ailleurs il y a les coûts pour ceux qui n'auront pas droit à des remboursement parce qu'ils ne sont pas assurés ( ou qu'on a refusé de les assurer ). Pour les auto seulement ceux avec des assurances tous risques peuvent prétendre à un dédomagement suivant leur contrat.
Il y a par ailleiurs les coûts collatéraux pour le manque à gagner, car il faudra certainement plus de 5 ans pour revenir à la normale.
a écrit le 09/09/2017 à 19:24 :
pour la justice sociale, pour l'emploi, pour la croissance...blabla..dans notre France forte et irréprochable...blablabla...pour que chaque euro dépensé soit un euro utile...soit une augmentation de CSG, de TVA, de CRDS dès septembre...blablabla....afin de rétablir l'égalité entre les sans dents et ceux qui ne sont rien.
Réponse de le 11/09/2017 à 9:17 :
@solution: j'ai lu récemment que plus de 50% des "Français" ne payaient pas d'impôts. On peut continuer à saigner ceux qui paient, mais en finale, quand on aura étranglé la poule aux œufs d'or, devra-t-on importer des œufs au fipronil :-)
a écrit le 09/09/2017 à 19:14 :
une question : où étaient les responsables des administrations locales de ces iles ?
Réponse de le 10/09/2017 à 11:42 :
Aux 35h, on ne peut pas avoir des privileges, des avantages acquis et une administration reactive.
C'est l'un ou l'autre, faut choisir.
a écrit le 09/09/2017 à 17:19 :
Les coûts seront absorbés par les augmentations de primes. Pour les pauvres qui vivaient dans un AKE volé à une compagnie aérienne, ils en voleront un autre. L'aspect matériel n'est donc pas important, le principal étant que les dommages humains soient réduits :-)
a écrit le 09/09/2017 à 13:18 :
Pauvres gens et ce n'est pas encore terminé. Le coût des dommages anticipé par les assureurs me paraît faible.
Cordialement
a écrit le 09/09/2017 à 11:49 :
Concernant les coûts, il me semble que les grands assureurs Français sont milliardaires car la métropole est l'un des très rares pays au monde épargné par tous les grands cataclysmes.
Et quid de la solidarité des très grandes fortunes ayant pied à terres dans ses iles ?
a écrit le 09/09/2017 à 11:23 :
Nous sommes choqués de constater le manque FLAGRANT d'anticipation,

les militaires auraient du être envoyé dès la connaissance du risque Irma,

c'est affligeant, c'est la démonstration de l'immaturité de la Présidence Macron qui se pavanait en Grèce tel le touriste de septembre alors que les sinistrés de Saint Martin étaient pillés après avoir été ruinés et en situation de dangers de perte de vie imminents

c'est pitoyable, c'est l'évidente incompétence du gouvernement Philippe Edouard

et aussi de ce que le Ministre de l'intérieur est probablement trop âgé pour avoir les bons et les PROMPTS réflexes dans de tels situation

et que dire de l'incapable Ministre Hulot qui vient commenter à la télévision au lieu d'être sur place pour bosser réellement
Réponse de le 09/09/2017 à 13:50 :
Manifestement vous n'avez qu'un seul objectif celui de taper sur le président et son gouvernement et vous n'êtes de ce fait pas crédible. Si Vous aviez un peu de discernement et si vous vous étiez informé un peu, vous sauriez que les secours étaient déjà prêt à partir pour arriver sur la Guadeloupe puis St Martin avant même l'arrivée de l'ouragan. La cellule de crise a été ouverte avant que les dégâts ne soient connus. Les anglais avec un première ministre expérimentée et pas encore d'un âge trop mûr selon vous a réagit avec 24 h de retard. Changez donc de braquet. Merci
Réponse de le 09/09/2017 à 15:18 :
Irma était annoncée depuis 8 jours, à l'évidence Macron et Philippe n'ont pas pris les décision indispensable,

l'absence de troupes militaires avant le passage d'Irma est constitutif de non assistance à personnes en danger
Réponse de le 09/09/2017 à 22:05 :
l'absence de troupes militaires avant le passage d'Irma est constitutif de non assistance à personnes en danger

C'est bien connu que les militaires français sont capable de détourner les ouragans .
Des pompiers , médecins ou infirmiers ont une réel utilité . Les troupes militaires sont envoyées pour limiter les pillages .
Réponse de le 10/09/2017 à 11:37 :
La réalité a bien été que les pillages ont été immédiats,

si les militaires avaient été sur place, ces pillages n'auraient même pas connu le moindre début sur ces petites iles Françaises

outre le fait que les habitants se sont retrouvés sans abris ... ayant tout perdu ;

Il est incontestable que le gouvernement a été dans la NéGLiGENCE absolue pire que l'imprévoyance, l'incompétence, in finé des gamins dans toute leur la puérilité

Macron est immature, son gouvernement impotent notoire
a écrit le 09/09/2017 à 11:16 :
Une absurdité du point de vue écologique sans nom....2 îlots sans eaux sans énergie, sur lesquels il faut tout amener....que des milliardaires ont squatté pour être entre eux....et maintenant tout le monde va payer indirectement via une augmentation generale des assurances, le coût de la reconstruction de leurs petits palais.....quant aux gens très modestes qui vivaient sur ces deux cailloux, ils n'ont que leurs yeux pour pleurer....
Réponse de le 09/09/2017 à 17:30 :
Loi Pons de 1986, avec défiscalisation en cas d'investissement dans cette région.
Réponse de le 11/09/2017 à 23:32 :
Etant donné l'augmentation exponentielle de la population sur ces îles, quelque chose attire des étrangers en plus de la population locale pour expliquer cette croissance démographique. Donc les pauvres qui n'ont que leurs yeux pour pleurer sont des migrants qui sont venus pour profiter de la manne du tourisme comme les riches qui sont venus profiter du climat. Pourquoi les autres auraient tort de se gêner et pas les uns ?
C'est comme Mayotte, s'il y avait une catastrophe naturelle, les Comoriens se plaindraient aussi et pilleraient les Mahori pour les punir de les avoir accueillis ingénument ? Les Comoriens et les Haïtiens étaient français, ils ont voulu ne plus l'être et ils retournent en France de leur plein gré, c'est étrange de continuer à se plaindre d'être exploités ensuite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :