Le paradoxe du service public de santé

La difficulté des hôpitaux à se développer dans le domaine de l'accueil des patients étrangers est un phénomène très français.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Notre service public de santé est fondé sur l'égalité de traitement quels que soient les ressources ou les problèmes de santé des personnes. De ce fait, les établissements de service public estiment que leur vocation n'est pas d'aller chercher des patients fortunés. En même temps, les contraintes budgétaires des hôpitaux, qui doivent faire des économies, font de ce complément de ressource une piste intéressante, comme l'explique Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF).

« Les CHU français ont une vraie pudeur sur ce sujet, contrairement à ceux des autres pays européens. Ils ont encore parfois du mal à imaginer faire cohabiter leur activité traditionnelle avec une filière spécifique proposant un accompagnement et des prestations hôtelières différentes. Ils ont du mal à projeter notre service public sur un marché mondial qui existe pourtant bien, avec une patientèle prête à se déplacer pour avoir accès à une médecine de qualité. Certains médecins étrangers ont été formés en France et connaissent bien les infrastructures des hôpitaux qu'ils peuvent recommander dans leur pays.

Les Allemands nous ont montré que ce type d'accueil est une source de revenus qui vient abonder les budgets des hôpitaux. Et ces budgets permettent d'améliorer le fonctionnement quotidien des établissements et d'investir dans des matériels techniques qui profitent à tous les patients.

Notre service médical est de grande qualité, mais il nous manque des services annexes de type conciergerie pour accompagner les patients et leur famille, comme on en trouve aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Allemagne. La FHF plaide pour l'émergence d'une filière d'accueil de patients étrangers, tout en garantissant les valeurs du service public. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 26/07/2017 à 8:32
Signaler
Ce n'est pas la vocation de l'hôpital public. Avant d'évoquer les contraintes budgétaires des hôpitaux, il faudrait d'abord se pencher sur l'absentéisme qui est colossal, le coût du personnel représentant environ 70% des frais fixes...L'absentéisme...

à écrit le 25/07/2017 à 17:51
Signaler
les touristes AME et résidents CMU suffisent à assurer un gros plan de charge dans nos hôpitaux publics .

à écrit le 25/07/2017 à 10:31
Signaler
Les hôpitaux en France, c'est surtout pour enseigner aux étudiants leur métier, c'est des endroits plutôt tristes, à éviter si possible pour tous c'est un peu l'omerta comme dans l'éducation nationale, les soins ont baissé de qualité, beaucoup de pro...

à écrit le 25/07/2017 à 9:21
Signaler
alors que notre système de santé semble pas mal distancer ceux de Allemagne/UK/USA quand on regarde les stats sur les morts évitables : - études Eurostat de juin 2017 ou mai 2016 - http://www.commonwealthfund.org/publications/press-releases/2011/s...

à écrit le 25/07/2017 à 9:13
Signaler
Je pense que les purges d'austérité dont sont victimes les hôpitaux, afin d'engraisser les milliardaires encore et toujours, ne peuvent pas les rendre serein quand à des stratégies de développement marketing hein. On leur demande juste de nous sa...

le 25/07/2017 à 19:16
Signaler
" Commentaire débile de débile" Comment voulez vous que l'on porte un quelconque intérêt à votre commentaire en commençant de la sorte a savoir en exprimant d'abord et avant tout vos puissants ressentiments subjectifs par définition svp ? Bie...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.