Le projet de budget 2020 de la Sécu de retour au Sénat

 |   |  439  mots
(Crédits : Reuters)
Les sénateurs ont commencé ce samedi l'examen du projet de budget 2020 de la Sécurité sociale. LR et le PS jugent insuffisante la rallonge annoncée cette semaine pour l'hôpital.

Le Sénat à majorité de droite a débuté samedi l'examen en nouvelle lecture du projet de budget 2020 de la Sécurité sociale, avec la rallonge pour l'hôpital annoncée la semaine dernière, jugée insuffisante par Les Républicains comme par la gauche.

"Le compte n'y est toujours pas", a affirmé LR, premier groupe du Sénat, pour qui "la réponse à la crise de l'hôpital n'est pas à la hauteur des enjeux".

En commission, les sénateurs ont estimé "insuffisante" la première rallonge de 300 millions d'euros dès 2020, qui rehausse l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) de 2,3% à 2,45%.

LR, comme le PS et le groupe CRCE à majorité communiste, s'opposeront à l'Ondam ainsi modifié, considéré toujours "sous-dimensionné par rapport aux besoins de l'hôpital".

Au total, le gouvernement a promis 1,5 milliard d'euros en trois ans, avec des hausses de 500 et 700 millions annoncées pour 2021 et 2022.

Reprise de la dette des hôpitaux

Le plan annoncé par le Premier ministre Edouard Philippe après huit mois de crise dans les hôpitaux vise à "redonner de la souplesse et des marges de manoeuvre pour améliorer le quotidien des hospitaliers et accélérer la transformation", a affirmé la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Le gouvernement prévoit aussi une reprise de 10 milliards d'euros des dettes des hôpitaux sur trois ans.

Le projet de budget a été adopté mardi en nouvelle lecture par l'Assemblée nationale, après une première lecture mouvementée au Sénat. Les sénateurs avaient rejeté le projet de budget sans même aller jusqu'au bout de son examen, pour protester contre le fait de discuter d'un texte "caduc", dans l'attente des annonces du Premier ministre.

"Jamais je n'ai ressenti un tel mépris pour la représentation nationale", a insisté samedi le président de la commission des Affaires sociales Alain Milon (LR).

Le Sénat a rejeté une motion d'irrecevabilité défendue par le groupe CRCE, estimant nécessaire d'avoir cette fois un débat sur le texte.

Il maintient son opposition à la non-compensation par l'Etat des "non-recettes" décidées par le gouvernement pour répondre à la crise des "gilets jaunes" (taux réduit de CSG pour certains retraités, etc.).

Droite et gauche dénoncent cette "bercysation" comme "une atteinte directe à notre modèle de protection sociale" (Alain Milon) ou encore une mesure qui "creuse un trou politique de la Sécurité sociale" (Yves Daudigny, PS).

Le Sénat poursuivra samedi voire dimanche l'examen du projet de financement de la Sécurité sociale, qui fera l'objet d'un vote final à l'Assemblée nationale mardi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2019 à 7:33 :
Tout le monde sait que seule la privatisation du système hospitalier peut résoudre les problèmes tant sur le plan financier que celui de la qualité que connaît notre système public. Ce serait mettre enfin les gestionnaires et les usagers devant leurs responsabilités
a écrit le 01/12/2019 à 15:16 :
Sans nier les nécessités, en Hopital public, 3 bureaucrates pour un soignant.

Le je m'en foutisme en hygiène en Hop Public, cause directement 10 000 morts/An
et 22000 Amputations pour cette cause

Enorme forfait hospitalier pour nourriture Baclée et Repoussante
En plus Carnivor !, comme aussi en Epattes.
Purée compotes pseudo-potages yaourts panés escalopes jambon


-Toutes les Chambres intimes ou presque ! ( un lit) sontbloquées pour pistons et "supposés " VIP
Quelle horreur le dortoir impudique à deux, avec nuisances 24H/24, et " visites " de l'autre.

Les Indignes Epattes à 2200 Euros/Mois !! vont devoir se dégrader plus encore dans ce budget : plus d'indignité encore !


C'est quoi le contraire du mot " Urgences " pour adapter leur Enseigne
Réponse de le 01/12/2019 à 23:02 :
Pas vrais ?
a écrit le 01/12/2019 à 14:34 :
Que l'on supprime le plus vite possible les "" cures thermales "" qu'on laisse en place pour soutenir le tourisme et l’hostellerie de certaines villes. Cela est demandée depuis des années, car ceux qui y vont ce sont d'abord des vacances.
a écrit le 01/12/2019 à 9:15 :
ils devraientt etre plus JUSTES et supprimer cette NICHE FISCALE sur les heures sup et primes qui ne beneficie qu'a 30% DES Salaries on ne peut dire la caisse de retraite est en deficit et en meme temps exonerer quelques privilégies ,,,,,, de meme avec la flat taxe
a écrit le 30/11/2019 à 23:40 :
Serions-nous mieux représentés par NOS sénateurs que par les députés que nous avons mis au service du Président? Une étrange version du Jeu de Paume!
Réponse de le 01/12/2019 à 11:31 :
Les senateurs sont de couleurs autre que LREM, ils critiquent a tout va, proposent des projets sans financement, la dette publique, ils s'en moquent puisqu'ils pointeront la faute au gouvernement LREM au moment venu. Personne est dupe. Ce sont des manoeuvres politiques tout comme leur commission senatoriale de l'affaire Benalla alors qu'il n'y a pas eu de commission senatoriale pour l'affaire Pygmalion (Republicains) ou l'affaire des ecoutes de l'Elysee ( PS) qui sont des VRAIS affaires d'etat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :