Le réveil de l'industrie a-t-il sonné ?

 |   |  579  mots
L'aéronautique est l'un des secteurs industriels les plus dynamiques
L'aéronautique est l'un des secteurs industriels les plus dynamiques (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La production industrielle a progressé de 0,4 % entre avril et mai. Sur un an, elle a progressé de 1,6 %. La construction continue de souffrir. L'emploi peut-il repartir ?

Souriez ! La reprise semble réellement s'amorcer en France. Selon l'Insee, la production industrielle a progressé de 0,4 % entre avril et mai. Certes, cette statistique n'invite pas à sauter au plafond, d'autant que cette progression ne compense pas le repli de 0,8 % observé un mois plus tôt. Néanmoins, en signant une hausse de 1,6 % sur un an, la production industrielle commence à sortir de l'ornière. Une ornière particulièrement profonde, la part de l'industrie dans le PIB tricolore ayant chuté de 21 % à 13 % entre 2005 et 2015.

Ces statistiques sont en ligne avec les récentes enquêtes de conjoncture. En juin, l'indice PMI manufacturier réalisé par le cabinet Markit a passé le seuil de 50, indiquant une progression de l'activité, après douze mois consécutifs de contraction de la production. " La conjoncture du secteur manufacturier français reste bien orientée, comme en témoigne la stabilisation de la production et des nouvelles commandes observée en juin ", constate Jack Kennedy, économiste chez Markit.

Ce réveil aurait pu être plus rapide sans les difficultés de la construction, dues à la conjonction de plusieurs phénomènes : la chute des commandes publiques en lien avec la mise en place de l'austérité budgétaire, notamment dans les collectivités territoriales, la forte baisse des permis de construire, les pressions concurrentielles sur les prix exercées par les entreprises qui emploient des ouvriers détachés, et enfin l'auto-entrepreneuriat. Dans ce secteur, la production a chuté de 5,1 % sur un an. Il n'y a plus qu'à espérer que l'augmentation observée de la production en mai (+1%) se prolonge au cours de l'été.

L'aéronautique, l'optique, l'eau et la chimie sont dynamiques

Le secteur manufacturier, dont la production a augmenté de 0,6% entre avril et mai et de 1,4 % sur un an, retrouve également quelques couleurs. A la différence de l'industrie - à quelques points près - il produit davantage qu'en 2010. Les secteurs le plus dynamiques sont la fabrication de matériels de transport, et tout particulièrement l'aéronautique, l'automobile étant encore convalescente, la chimie, la pharmacie, l'eau et l'assainissement, l'optique et les produits informatiques.

Cette reprise, si elle se prolonge au cours des prochains mois, peut-elle se traduire par des créations d'emplois ? Le gouvernement l'espère. L'exécutif a multiplié les dispositifs pour relancer l'emploi et notamment l'emploi dans l'industrie. Citons le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en vigueur depuis le 1er janvier 2014 et dont le taux est passé de 6 % à 9 % cette année, ainsi que les allégements de cotisations patronales contenues dans le pacte de responsabilité dont les entreprises bénéficient depuis le 1er janvier.

Bientôt, une reprise des embauches ?

Pour mémoire, l'industrie a perdu 740.000 emplois au cours de la dernière décennie et 2 millions de postes depuis 1980. L'année dernière, si 17.946 emplois ont été créés (+7,7% sur un an), 33.336 emplois ont été supprimés (+ 3%), portant à 15.390 le nombre d'emplois détruits par le secteur. Jack Kennedy est optimiste. " La légère croissance enregistrée au cours du mois se reflète également dans les décisions d'embauche des entreprises, le taux de contraction de l'emploi se repliant à un niveau marginal ", indique l'économiste.

Selon les estimations de l'UIMM, la surpuissante fédération de la métallurgie, plus de 100.000 postes seront à pourvoir chaque année d'ici 2020 pour remplacer des salariés qui partent à la retraite et pour trouver des compétences nouvelles en lien avec les mutations technologiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2015 à 8:41 :
c'est pas avec ce que je j'achète que le commerce ou l'industrie va repartir. Je m'arrange avec les sites sociaux pour mes besoins et pour les travaux dans ma maison ou la voiture il y a les amis, la famille, un petit barbecue et tout est réglé. Ça c'est l'avenir,
a écrit le 10/07/2015 à 12:37 :
Aaah, enfin un peu d'optimisme M.Piliu ! Effectivement quand le BTP repartira, la reprise pourra être considérée comme complète. Et il vaut mieux que le BTP s'en sorte "de lui-même" c'est à dire sans les commandes de l'Etat qui ne sont qu'une machine à dettes.

Par ailleurs, permettez moi de tempérer votre impatience au sujet du commerce extérieur (dans un autre de vos articles) en vous signalant que nous venons de faire deux excédents consécutifs en avril et en mai...c'est suffisamment rare pour être noté, et peut-être qu'avec les conditions favorables actuelles notre commerce extérieur va cesser d'être un frein à la croissance, à défaut d'en être un moteur fort comme en Allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :