Les faillites d'entreprises repartent à la hausse

 |   |  311  mots
Les secteurs les plus affectés restent ceux du tourisme et des loisirs, à savoir l'hébergement et restauration (+3,7% sur douze mois) et les transports (+22,5%).
Les secteurs les plus affectés restent ceux du tourisme et des loisirs, à savoir l'hébergement et restauration (+3,7% sur douze mois) et les transports (+22,5%). (Crédits : Reuters)
Après une chute de 11% sur les trois premiers mois de l'année, les défaillances d'entreprises ont légèrement augmenté au deuxième trimestre. La faute aux grèves et aux inondations, selon Euler Hermes.

Le nombre de défaillances d'entreprises a rebondi au deuxième trimestre en France, sous l'effet des mouvements sociaux et des inondations qui ont marqué le printemps, selon des données diffusées mercredi par Euler Hermes. Après avoir plongé de 11% au premier trimestre, le nombre de défaillances d'entreprises a augmenté de 1,8% sur la période mars-juin, indique l'assureur-crédit dans un communiqué.

"Les mouvements sociaux (grèves, blocage de raffineries) et les aléas climatiques (inondations) ont directement touché les entreprises françaises, d'où ce rebond des défaillances", observe Stéphane Colliac, économiste France chez Euler Hermes. La mobilisation contre la loi Travail a notamment pris la forme d'un mouvement de grève dans les raffineries, entamé en mai et qui s'est prolongé jusqu'aux premiers jours de juin. Le début du mois de juin a également été marqué par des inondations qui ont principalement touché le nord-ouest de la France et le bassin parisien.

Recul des défaillances sur un an

Cette tendance à la hausse des faillites s'avère encore plus marquée pour la région Île-de-France, qui souffre encore des conséquences des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, souligne Euler Hermes. Sur 12 mois glissants à fin juin, les défaillances d'entreprises franciliennes s'inscrivent en hausse de 3,3%. Les secteurs les plus affectés restent ceux du tourisme et des loisirs, à savoir l'hébergement et restauration (+3,7% sur douze mois) et les transports (+22,5%).

A titre de comparaison, à l'échelle nationale, le nombre de défaillances s'inscrit en recul de 3,1% entre juin 2015 et juin 2016, sous l'effet d'une amélioration de la santé financière des entreprises. Malgré cette tendance globale au repli des défaillances, les niveaux restent largement supérieurs à ceux observés avant la crise.

"Le retour à la normale a débuté, mais il est encore loin d'être achevé", souligne Stéphane Colliac.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2016 à 10:34 :
Ces données devraient être mises en parallèle avec la soit disante baisse de la courbe du chômage. Car je vois mal le chômage reculé avec des défaillances d'entreprises en hausse au 1er trimestre 2016 et avec un tourisme en berne depuis le début de l'année il y aura aussi des conséquences sur l'emploi. Mais en France tout est bon en année préélectorale pour camoufler truquer, et demander à Pôle Emploi des "efforts" pour sortir le maximum de chômeurs surtout catégorie A : radiations en hausse, sorties pour formation professionnelle entre autres.
a écrit le 24/08/2016 à 19:25 :
Défaillances d'entreprises en partie à cause des grèves....de fonctionnaires et des régimes spéciaux!! Des inondations......avec Hollande depuis 2012 la France prend l'eau de partout !!!
Réponse de le 25/08/2016 à 5:31 :
Relisez bien l'article : les secteurs les plus touchés sont le tourisme et les transports. C'est à dire les secteurs en concurrence directe avec Airbnb et Uber. Il n'y a donc pas de rapport avec la politique du gouvernement. On assiste simplement à un changement du mode de consommation des masses quo se traduit plutôt par un remplacement de ces entreprises par d'autres (ou par du travail non déclaré)
a écrit le 24/08/2016 à 18:38 :
Il vous annoncent pourtant une baisse du chomage, cherchez l'érreur ????
a écrit le 24/08/2016 à 17:14 :
Mais le petit garçon à la couleur de cheveux hors de prix, nous a pourtant dit que ça va mieux. Pépère nous ment-il? Mytho? Ses conseillers, hors de prix également, lui donne des chiffres bidons? A 18h vérification des chiffres de la DARES.
a écrit le 24/08/2016 à 17:08 :
Est-ce un signe de la reprise ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :